AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Carl Gustaf Bjurström (Préfacier, etc.)Lucie Albertini (Traducteur)
ISBN : 271445061X
Éditeur : Belfond (03/03/2011)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Par l'une des figures majeures des lettres scandinaves, un roman magnifique et profondément humain sur la fugacité du quotidien, le sens de l'existence et le courage de vivre, une délicate et bouleversante symphonie des adieux sur fond de campagne suédoise.

Dans trois carnets, le « carnet jaune », le « carnet bleu » et le « carnet déchiré », Lars Lennart Westin, maître d'école à la retraite, livre ses réflexions, celles d'un homme atteint d'un cancer ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
simeon
  24 septembre 2013
Après un début très déroutant l'histoire se passe en Suède, dans un endroit retiré à la campagne. Un instituteur divorcé est devenu apiculteur pour ne plus avoir à verser le fruit de son travail à son ex-femme. Il est solitaire, il vit de peu. Un jour suite à des douleurs il va faire des examens approfondis à l'hôpital. A son retour il attendra dans l'angoisse ses résultats et remettra à plus tard l'ouverture de l'enveloppe. Ne voulant pas lire qu'il a un cancer il la brule sans l'ouvrir, se dit que si ce n'est pas grave il guérira et dans le cas contraire il pourra encore espérer.
Ses confessions sont tirées de ses carnets. Il est en mauvaise santé, il se voit décliner mais il refuse d'y croire, il s'entête dans un espoir illusoire et se remémore son enfance, ses bonheurs, sa vie de couple et la rencontre avec sa femme.
Il va analyser les relations humaines, s'interroger sur ce qui fait que nous tombons amoureux, pourquoi cherchons-nous à séduire, que savons-nous de nos proches, les fictions nous apprennent-elles à vivre?
Il s'interroge aussi sur la douleur, sa subjectivité, sur l'existence de Dieu.
Beaucoup de questions, mais une seule certitude: « On ne se rend pas, on recommence. »
J'ai adoré ce livre dans lequel son auteur voit à travers ce cancer une métaphore des utopies et du progrès. Lu au premier degrés, l'histoire est prenante, bien écrite et me donne envie de faire partager cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
christinebeausson
  20 mars 2018
Lars Gustafsson, auteur suédois, figure majeure des lettres scandinaves disent ils.
J'avais découvert cet auteur avec "musique funèbre", livre mélancolique qui m'avait séduit car il soulignait l'importance de vivre et de ne pas se laisser vivre.
"La mort d'un apiculteur" nous confronte à l'importance la vie, simplement respirer, manger, voir, etc, et quand la mort approche, comment doit on réagir, la regarder en face ou la fuir.
Livre déconcertant, le seul fil directeur du récit est le temps qui passe et la découverte des carnets intimes où sont racontés à la fois les petites choses de chaque jour et les souvenirs qui remontent de la mémoire.
Je suis passée à côté de ce récit, je n'ai pas ressenti d'empathie pour ce vieil instituteur. Je n'ai pas apprécié le style de l'écriture, décousue, comme si l'urgence de la fin de vie ne laissait pas le temps d'ordonner les pensées ....
Rencontre ratée il faudra peut être y revenir un autre jour ?
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
patatarte2001patatarte2001   01 septembre 2017
Je regardais très attentivement, tout au long de la route, les arbres qui n'avaient plus leurs feuilles. J'adore ces branches nues sur fond de ciel gris de plomb. Ce sont comme les caractères d'une langue inconnue qui essaient de dire quelque chose.
Commenter  J’apprécie          70
patatarte2001patatarte2001   27 août 2017
On dirait qu'il y en a qui ne vivent que pour ces visites à l'hôpital. Ils ne s'y trouvent pas mal du tout. Leur maladie leur donne une identité. Cela est surtout vrai pour certaines des plus vieux et des plus modestes. Leur maladie provoque un intérêt autour de leur personne, un intérêt qu'on ne leur a jamais témoigné tant qu'ils étaient bien portants.
Commenter  J’apprécie          40
patatarte2001patatarte2001   26 août 2017
nous sommes tout le temps restés à la campagne - c'était un mode de vie : pour tous les deux, une sorte de (très vague) contestation de la société. Contestation de jardinier, pourrait-on dire.
Commenter  J’apprécie          50
christinebeaussonchristinebeausson   19 mars 2018
Jusqu'ici, je n'avais jamais vraiment compris que seule la possibilité d'un avenir nous permet de nous considérer comme quelque chose d'uni et de bien ordonné, comme un moi humain. L'idée du moi est entièrement fondée sur la certitude que demain ce moi existera encore.
Commenter  J’apprécie          30
christinebeaussonchristinebeausson   18 mars 2018
L'enfance est un âge solitaire, concentré sur soi ; peut être la douleur fait elle de nouveau de moi un solitaire, concentré sur soi, comme au temps de mon enfance.
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
Video de Lars Gustafsson (1) Voir plusAjouter une vidéo

Lars Gustafsson : L'étrange animal du nord
Olivier BARROT présente l'ouvrage de Lars Gustafsonn paru aux éditions Calmann Lavy "L'étrange animal du Nord".
autres livres classés : suèdeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
103 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre