AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Claude Bonnafont (Traducteur)
ISBN : 2869308299
Éditeur : Payot et Rivages (01/10/1994)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Il émane de Musique funèbre un charme troublant. C'est un roman sur la force des choses, sur trois destins entre lesquels le hasard et la nécessité n'ont tissé qu'un réseau à peine visible d'occasions manquées et de malentendus. Jan Bohman, le narrateur, jadis espoir de la littérature suédoise exilé en Afrique et arrêté pour avoir fait passer clandestinement deux hommes en Guinée-Bissau, se souvient de son amour de jeunesse, Anne-Marie Nohme, de leur ami commun Hass... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
christinebeausson
  04 avril 2016
Il y avait Jan, le poète en devenir,
Il y avait Ann-Marie, la cantatrice en devenir,
Et Hasse, le savant.
Une rencontre de ces trois là, un morceau de vie dans les années cinquante, dans la Scandinavie de l'époque.
Que vont ils devenir, comment vont ils construire leurs vies, quels choix vont ils faire ?
Ce livre fait l'inventaire de près d'un demi siècle, des aventures vécues par des individus qui ont voulu réaliser des choses.
Ils ont souffert du temps qui passe, ils se sont posés des questions existentielles, ai je le sentiment d'avoir réussi ma vie, qu'ai je fait de mon existence, quel souvenir les autres auront ils de moi ?
Pourquoi ne suis je pas devenu ce que je rêvais de devenir ou pourquoi ai je été au bout de mes envies, ai je réussi réaliser ce que je voulais réaliser ?
Quelles sont les traces qui resteront de notre passage sur cette terre, quelle traces restera t il de moi dans cette maison, les traces d'une époque, les traces d'une vie, d'une mode !
Quels regards porteront les générations futures sur ces années là, à part quelques épaisseurs de linos dans une maison lambda !
Livre mélancolique, livre sensible sur le temps qui passe, sur l'importance de vivre et de ne pas se laisser vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Maphil
  21 janvier 2018
Roman d'une fin de siècle, celui-ci, d'une décadence, qu'on masque sous le mot "crise", qui est celle du monde occidental, de sa culture, de ses valeurs, de son dynamisme. Un écrivain suédois raté, exile en Afrique, est arrêté pour un sauvetage de clandestins. Il tente de se remémorer ce que fut sa vie et ne découvre qu'une longue, insidieuse désintégration. Ses souvenirs nous mènent dans une Europe qui se meurt et dont s'exhale, comme des fins de fête, une amère séduction.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
art-bsurdeart-bsurde   25 janvier 2015
Lors de courts instants de rêvasseries manichéennes, il lui arrivait même de penser que l'intention du projet humain n'était peut-être pas qu'il agit rationnellement. Le désordre, le danger, le chaos, suspendus comme une épée de Damoclès au-dessus de la table de fête, étaient les conséquences normales du jeu.
(…)
Les seuls qui à longue échéance seraient capables de survivre étaient ceux qui vivaient comme si la survie était dénuée d'importance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
art-bsurdeart-bsurde   25 février 2015
Son visage, pur, clair et vif mais aussi mensonger. Je n'ai en vérité jamais rien vu de semblable. Blonde, une bouche fine et charnue, de beaux traits, mais un visage torturé, un de ceux que l'on voit souvent aux stars de cinéma, à la fois terriblement anxieux qu'on ne les voie pas et profondément offensés si on les voie réellement un instant.
Commenter  J’apprécie          40
christinebeaussonchristinebeausson   27 mars 2016
C'est un état social que rien ne semble capable d'endiguer. La seule barrière que l'on essaie de mettre en travers de son chemin, c'est la peur de l'état, déguisée en quelque chose que l on baptise "solidarité". Et cette peur est bien trop fragile.
Commenter  J’apprécie          50
feanorafeanora   27 décembre 2015
Le silence de Dieu n'est pas hostile. La voix de Dieu ne se trouve que dans le vent, dans les étoiles qui s' allument le soir, mais la voix de Dieu tu ne l'entends jamais en mots. Et pourtant le silence de Dieu signifie sans cesse qu'il te voit, qu'il t'accorde son amitié.
Commenter  J’apprécie          30
christinebeaussonchristinebeausson   02 avril 2016
Qu'est-ce qui nous maintient en mouvement ?
Bien souvent la crainte d'être rattrapés par l'amertume du passé. L'amertume de tout ce qui n'a pas été fait, l'amertume de toutes les occasions perdues : l'amertume d'être celui que l'on est et pas tant soi même malgré cela.
Commenter  J’apprécie          20
Video de Lars Gustafsson (1) Voir plusAjouter une vidéo

Lars Gustafsson : L'étrange animal du nord
Olivier BARROT présente l'ouvrage de Lars Gustafsonn paru aux éditions Calmann Lavy "L'étrange animal du Nord".
Dans la catégorie : Littérature suédoiseVoir plus
>Littérature des langues germaniques. Allemand>Autres littératures germaniques>Littérature suédoise (182)
autres livres classés : littérature suédoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
110 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre