AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Allantvers


Allantvers
  16 décembre 2014
Premier volet publié en 1947 de la saga "The Big Sky" , dont seuls les deux premiers opus ont été traduits en français.

Avant de s'y plonger, jeter un oeil à quelques cartes des Etats-Unis faisant état de « la conquête de l'ouest » permet de se remettre en mémoire et de mesurer l'ampleur, le gigantisme et la violence de cette expansion territoriale menée à un rythme stupéfiant, portée par l'espoir et baignée de sang.

Les trois figures tutélaires de cette conquête : la Terre, le Pionnier, et l'Indien, sont bien au coeur de « La captive aux yeux clairs », dont l'action se déroule entre 1830 et 1843.

Le territoire nord-américain est déjà « civilisé » en gros jusqu'au fleuve Mississipi. Boone Caudill quitte à 17 ans son Kentucky natal vers le Missouri pour fuir un père violent et vivre la vie rugueuse et libre des trappeurs. Quand il y reviendra 13 ans plus tard, appelé par sa mère, il aura compris que la vie aventureuse de chasseurs de castors qu'il a menée en territoire indien avec Jim Deavins et Dick Summers est amenée à disparaître, sous la pression démographique et commerciale des immigrants arrivés en masse, prêts à prendre « la route de l'Ouest » (le tome 2).

Pas de trame narrative pleine de rebondissements dans cette « captive aux yeux clairs », mais plutôt une succession de scènes fortes de chevauchées, de combats, de lutte pour la survie, de fraternité autour de personnages très incarnés, Summers le trappeur expérimenté que la maturité amènera à poser le fusil, Caudill le taiseux sans Dieu, Teal Eye la douce indienne chère à son coeur…

Et surtout une nature grandiose, omniprésente, sauvage, féroce, galvanisante qui prend vie sous la plume magistrale et incisive de A.B. Guthrie qui rend compte avec force et mélancolie d'un monde révolu.

Une lecture très marquante, qui donne envie de lire la suite (« la route de l'Ouest », entamée sitôt refermée « la captive » !), et pourquoi pas de voir le film qu'Howard Hawks en a tiré en 1952.
Commenter  J’apprécie          240



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (18)voir plus