AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2746735407
Éditeur : Autrement (12/10/2013)

Note moyenne : 2.5/5 (sur 5 notes)
Résumé :
« Tu as toujours été un gentil garçon. »
Un si gentil garçon, de bonne famille. Tu te payais le luxe de vouloir vivre ta vie, tu jouais dans un groupe de rock, portais les cheveux longs et refusais catégoriquement de travailler dans la banque comme papa : tu semblais si inoffensif, Polo.
Pourtant, dix ans après, quand Blanca resurgit, tu n'es plus toi-même qu'un fantôme, une ombre, un cauchemar vivant. Ton boulot, les conversations avec ton psy, ta mer... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
zabeth55
  15 novembre 2017
Gentil Pablo ? A priori oui. Pourtant il est rongé par le passé.
Lui qui avait juré de ne jamais faire comme son père, le voilà travaillant dans une banque.
Il vit avec Gabi, qu'il a connue dans sa jeunesse.
Sa jeunesse ? Etudiant, il a fondé un groupe rock avec Chino et Nacho. Groupe auquel s'est jointe Blanca, la soeur de Nacho, une excellente chanteuse.
C'est l'époque de tous les excès, de toutes les drogues, de tous les abus.
Puis il est parti continuer ses études aux Etats-Unis, est rentré, s'est installé avec Gabi, mais il ne va pas bien. Il voit un psychologue.
Et un jour, dix ans plus tard, il rencontre Blanca par hasard et tout le passé lui remonte à la face.
Et quel passé !
Un très beau texte, bien que sombre et glauque.
Il faut sans cesse faire une gymnastique de l'esprit car on passe sans arrêt du présent au passé, quelquefois même dans la même phrase. Mais c'est très fort.
L'insouciance de la jeunesse, les actes irréparables, la culpabilité enfouie mais exprimée par un mal-être et une grande tristesse, et qui explose tout à coup.
Bien que mal à l'aise tout au long de la lecture j'ai vraiment beaucoup aimé ce livre.
Hasard heureux de certains achats dans les vide-greniers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   16 novembre 2013
Il faut être con pour tout filmer et tout conserver, j’étais sur une des vidéos. Je l’ai souvent regardée, crois-moi, très souvent, pourtant je ne me rappelle pas cette soirée. Mon père n’est venu me voir qu’une seule fois en prison, au début, et puis je ne l’ai plus revu. Il m’a dit que le problème de notre génération, c’est que tout était trop facile, qu’on n’avait pas à se battre contre des forces politiques, une dictature, la faim, la guerre ou quoi que ce soit d’autre, qu’on était une génération foutue, en friche, qu’on finirait par oublier et qui disparaîtrait sans laisser de traces.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   16 novembre 2013
Mais tant d’années ont passé qu’on oublie les visages, les détails, la vérité et ce que la mémoire a faussé, inventé. Les faits sont minimisés par l’oubli, amplifiés par l’imagination, alors comment être sûr après tant d’années, plus de dix ? On confond les visages, on change les noms. On ne se souvient plus des raisons, le temps érode tout, rend les explications floues. Qui se rappelle avec exactitude ce qui est survenu dix ans en arrière ? Personne. Rien ne résiste. On oublie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   16 novembre 2013
Tu sais qu’elle est très belle parce que tous les hommes la regardent quand elle entre dans un bar, ils se taisent et n’ont d’yeux que pour elle, mais toi, tu détournes la tête lorsqu’elle se déshabille, comme si sa nudité t’offensait. Gabi est parfaite, tu le sais, tu as cherché ce corps et sa perfection pendant des années, toute ta vie, et maintenant, non content d’être indifférent, tu dévies le regard quand elle se déshabille, peut-être que si tu n’avais pas pris d’ecstasy ce fameux soir, tu aurais pu te contrôler, maîtriser ce mécanisme physique, laisser la raison et la logique s’imposer, l’éthique primer sur le désir. Mais tu n’as pas pu, pas voulu, tu brûlais de désir et, à présent, elle retire ses vêtements et tu regardes ailleurs. Tu en as assez, tu t’es lassé d’elle. Tout à coup, son corps nu te répugne, toi, Polo, le type qui, en 1997… Non, tu te dis que ce jeune homme, ce n’était pas toi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 novembre 2013
Caché mais pesant, ancré au fond de la mer, couvert de limons et de rouille, enflé et difforme, mais aussi indélébile qu’une tache de naissance, depuis que tu as croisé Nacho complètement par hasard, comme recroquevillé au bar du Sol, une loque. Depuis tu n’arrives pas à chasser les souvenirs qui tournent autour de ton esprit, comme en orbite, impossible d’ignorer que le passé ne disparaîtra jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   16 novembre 2013
Tu l’as reconnue immédiatement. Tu l’as trouvée plus âgée, plus mûre, plus femme, plus accomplie. Elle était belle, c’est vrai. Maintenant, elle prend davantage soin de ses cheveux, ils sont mi-longs, elle n’est pas aussi gracile qu’autrefois, de dos sa maigreur ne la fait plus ressembler à un garçon, tu ne pourrais pas choisir une expression plus élégante ? Tu ne l’as vue qu’une seconde, vite, de côté, mais aucun doute, Polo, aucun doute, c’était elle. Les gens sont obligés de te contourner parce que tu restes pétrifié au beau milieu de la rue, indécis. Un homme assailli par ses doutes. Plongé dans ta réflexion, consumé par elle, incandescent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
autres livres classés : violVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Littérature espagnole au cinéma

Qui est le fameux Capitan Alatriste d'Arturo Pérez-Reverte, dans un film d'Agustín Díaz Yanes sorti en 2006?

Vincent Perez
Olivier Martinez
Viggo Mortensen

10 questions
39 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , espagne , littérature espagnoleCréer un quiz sur ce livre