AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070230839
Éditeur : Gallimard (25/10/1967)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Avant de raconter la très complexe révolution mexicaine, Martin Luis Guzman l'a vécue lui-même, comme une aventure personnelle. De là vient que, mieux que bien des ouvrages historiques, L'Aigle et le Serpent nous permet de comprendre ce qui s'est passé sur la terre des Aztèques, quand un vaste mouvement de tout le peuple, jetant bas la dictature de Porfirio Diaz (1911), puis celle de Huerta, engagera le Mexique dans l'épopée dont les Villa, les Zapata, à la tête de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
SophieChalandre
  08 février 2017
L'aigle et le serpent couvre la phase la plus sanglante de la révolution mexicaine, de 1913 à 1915. Nourri par son expérience d'acteur et de témoin direct de cette guerre civile, cette chronique autobiographique met en relief les qualités d'écrivain de son auteur : habileté de la construction, précision et pertinence dans l'analyse du contexte politique et social, même si l'on peut déplorer un manque de compréhension en profondeur du sens du mouvement zapatiste (non pas une idéologie mais bien une expérience de révolution politique et sociale radicale visant l'autonomie des territoires sud du Mexique), fascination sans aveuglement pour les grandes figures héroïques de la révolution de 1910, attachement aux mythes fondateurs et identitaires du Mexique et un art de la mise en scène quasi cinématographique.
Commenter  J’apprécie          50
steka
  01 mai 2017
Si Martín Luis Guzmán se révèle à travers son écriture un remarquable observateur des situations, des atmosphères, des caractères, nous permettant ainsi de nous saisir nous-mêmes de ces aspects d'une époque bien particulière, il se révèle par ailleurs être un assez piètre historien auquel manque une vision globale qui donnerait sens à tout cela. Si bien que ses personnages manquent de profondeur, comme simplement agités par leurs passions et sans que l'on puisse se saisir du rôle exact qu'ils jouent et des enjeux historiques dans lesquels ils sont impliqués. Le dernier tiers du livre est d'ailleurs assez confus et l'on voit y pointer une sorte de vanité où l'on devine le besoin de se donner une importance de circonstance ne correspondant qu'assez peu aux faits. Dommage, car sinon tout était là pour produire une oeuvre majeure.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
stekasteka   29 avril 2017
Elle marchait dans une extraordinaire harmonie de rythmes suaves, sinueux et souples qui se déployaient autour de points vitaux fixes. Elle avait tant d'art, pour traverser la cour, que ses pieds, en un admirable jeu de chevilles, se plaçaient alternativement sur une seule ligne idéalement droite. Cette audace de la démarche se répercutait d'abord dans les hanches, d'où elle se ramifiait en de très délicates ondulations qui gagnaient la taille, le cou, la tête - magnifique tête, magnifique cou, magnifique taille - pour mourir dans le balancement des bras. Le corps cambré, elle répandait la sève de sa belle jeunesse, la communiquait au sol et la faisait monter ensuite le long des murs dans l'unique but de galvaniser l'organisme de pierre et les petits organismes de chair qui l'habitaient, soumis aux chaînes d'une double prison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
stekasteka   25 avril 2017
Du sein de la plus complète solitude, dans la campagne ou la montagne, toujours on entend ou on devine une palpitation biologique; au milieu d'une ville en ruine les ténèbres sont ce qu'il y a au monde de plus proche du dernier souffle qui se défait dans le néant.
Commenter  J’apprécie          10
stekasteka   26 avril 2017
(à propos du général Rafael Buelna)
Il faisait partie des très rares constitutionnalistes qui percevaient la tragédie révolutionnaire : l'impossibilité matérielle et psychologique d'atteindre avec la Révolution les buts générateurs qui la justifiaient.
Commenter  J’apprécie          10
stekasteka   26 avril 2017
Il y eut un bref moment où l'obscurité se peupla de cris et de pleurs enfantins. Puis - trait profondément mexicain - ce fut la résignation, la résignation fatale, facile, la résignation dans laquelle tout le monde s'installa, comme sous une couverture.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : mexiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Martín Luis Guzmán (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
264 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre