AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur La Quête de Wynne (26)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
cardabelle
  19 décembre 2016
Encore un bon "Gallmeister" !

Quand j'aperçois la petite empreinte d'ours, je craque !
Mais là, j'ai un peu hésité : la guerre en Irak...ce sont les chevaux qui m'ont convaincue. Les chevaux, et encore un homme qui leur murmure à l'oreille ...
Et la magie a opéré...
Je n'ai pas lu ce livre d'une traite, non . J'ai pris le temps car j'ai découvert un auteur qui a bien des choses à dire.

Bien sûr, la guerre est en toile de fond mais on se laisse vite séduire par Russell, le héros, un homme attachant et sensible ,qui puise la sagesse dans le souvenir du grand-père qui l'a élevé.
Et, c'est donc malgré tout une aventure où les rapports humains, l'amour des chevaux et l'amitié occupent toute la place.
Un récit dense, souvent haletant teinté comme il se doit de touches de nature-writing .
Cependant, on n'échappe pas à l'horreur. Mais, c'est raconté sans voyeurisme, de façon informelle même si certaines scènes barbares sont parfois d'un réalisme insoutenable .
Tout au long du texte, l'auteur va insister sur l'abject dessein de la guerre, l'absurdité des sacrifices humains , la corruption, les pillages et des infos propres à cette guerre aussi etc...tout ce que l'on croit savoir mais qu'il est bon de rappeler inlassablement...

Mais, il y a toujours un mais !
La littérature ,même la bonne, va-t-elle devenir un support publicitaire ( comme certains films )??
Sachez donc que l'armée américaine équipe ses soldats de chaussures " Merrell " et de vêtements "The Nord Face" ou "Nike"!!
Allons, restons objectifs:
de bonnes marques...* et un excellent bouquin !

*J'aimerais bien une p'tite ristourne pour ma critique "Mr Merrell " !!!





+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
spleen
  24 août 2019
Au mépris de toute sécurité, Elijah Russel , un rangers envoyé en Irak pendant la guerre , quitte les rangs , alors que la bataille avec des insurgés irakiens fait rage, pour sauver un cheval .

Cet exploit insensé fait le tour des réseaux sociaux et lui vaut d'être transféré avec son ami Weels en Afghanistan, dans la compagnie du capitaine Wynne pour dresser une douzaine de chevaux et apprendre à ses hommes à monter à cheval dans des situations de combat .
Wynne, homme secret et ombrageux veut monter une expédition mais sans en donner le véritable but à Russel .
Cette histoire n'est ni un roman sur la guerre , même si on pénètre dans le coeur des actions, vie dans le camp , attaques, embuscades , tortures etc … avec des descriptions très dures , qui ont nécessité de faire quelques pauses , ni un ouvrage sur le dressage des chevaux , même si la relation de Russel avec eux et la beauté sauvage de ces animaux donnent de très belles pages .
Ce livre fait la part belle aux relations entre les hommes : les liens qui se créent lorsque ces soldats sont dans des situations maximales de stress, et qui vont de l'admiration à la haine , ils tissent aussi des amitiés fraternelles très fortes comme pour Russel et Weels, de caractères assez opposés et qui leur permet de supporter cette vie avec ses efforts surhumains et ses visions cauchemardesques : l ‘engagement pour protéger l'autre .
L'écrivain met également en avant certains éléments du passé de Russel , élevé par ses grands-parents et qui a appris avec son grand-père à aimer et à s'occuper des chevaux , à être fier également de défendre sa patrie .
Cela fait un pendant salutaire, à mon humble avis , par rapport à de nombreux romans où dans des situations familiales difficiles comme la mort d'un père et l'addiction d'une mère conduit le jeune à la délinquance .
Russel reste fidèle à ses convictions les plus profondes jusqu'au bout , même si c'est au dépens de son engagement comme rangers .
L'ambiguïté des actes du capitaine Wynne avec ses motivations profondes rajoute une part de questionnement au lecteur, chacun , en refermant le livre peut se faire sa propre opinion .

Au final, une lecture , un peu choisie au hasard , un peu à l'écart de mes standards habituels et qui m'a bien plu , même si, comme je l'ai déjà dit, certains passages sont difficilement soutenables mais malheureusement réels .

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
encoredunoir
  19 septembre 2015
Lorsque, sur un coup de tête, Elijah Russell, en pleine bataille avec des insurgés irakiens, risque sa vie pour sauver un cheval, il donne à sa vie une nouvelle trajectoire. Relayée d'abord sur internet puis dans les médias, la vidéo de son exploit tournée par des journalistes présents sur le théâtre des opérations fait de lui une célébrité et, surtout, le fait remarquer par le capitaine Wynne. Dirigeant d'une unité de commandos en Afghanistan, Wynne est aussi taiseux que légendaire et il a décidé que pour mener des actions efficaces et discrètes contre les talibans il doit faire de ses hommes des cavaliers. Dresseur émérite ayant grandi dans un ranch et, de toute évidence téméraire aux yeux de ceux qui ont vu la fameuse vidéo, Russell est donc envoyé au près des zones tribales afghano-pakistanaise pour débourrer les chevaux que Wynne s'est procuré.
Le titre comme le résumé du livre d'Aaron Gwynn pourraient envoyer le lecteur sur de fausses pistes. Certes, il y est question de guerre – et en particulier du bourbier dans lequel se sont enfoncés les États-Unis – et d'un Wynne qui mène la sienne propre, mais La quête de Wynne, par bien des aspects, tient plus du roman d'aventures ou du western – du « eastern » en l'occurrence – et c'est surtout, finalement, la quête de Russell qui en est le centre. Un Russell à la recherche de lui-même, archétype de ces jeunes américains de la classe moyenne inférieure désargentés et sans véritables perspectives d'avenir jetés dans des conflits qui les dépassent.
Le talent de Gwynn tient ici dans sa capacité à s'intéresser aux hommes dans leur complexité et leurs contradictions – en premier lieu Russell, son ami Wheels et Wynne, mais aussi des personnages secondaires particulièrement intéressants, à commencer par l'infirmier Bixby, l'éclaireur afghan Ziza ou Sara, seule femme à apparaître ici – sans sacrifier le rythme de l'aventure ; y compris dans les quelques longues scènes de dressage qui auraient pu se révéler fastidieuses mais qui apparaissent ici à la fois comme de véritables moments épiques et des révélateurs de ce que sont les hommes.
Bien entendu, l'ambigüité de l'étrange Wynne – qui n'est d'ailleurs pas sans rappeler le personnage de Barnes dans le film Platoon – est aussi pour beaucoup dans la réussite d'un roman qui donne à voir la guerre dans ce qu'elle a de plus effrayant et abject là où, en contrepoint, Russell, pendant un moment au moins, peut encore parfois croire vivre une véritable aventure et se battre pour les mêmes idéaux que son grand-père débarqué en France en juin 1944.
Soufflant le chaud et le froid sur ses personnages, donnant à son roman une véritable dimension épique, Aaron Gwynn nous offre ici un livre extrêmement fort traversé par des moments d'une rare violence et d'autres d'une beauté à couper le souffle. le moins que l'on puisse dire, c'est que les éditions Gallmeister réussissent parfaitement leur rentrée noire

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
belette2911
  18 avril 2016
Elijah Russel est un ranger américain qui se trouve en Irak à faire une guerre sur laquelle je ne me prononcerai pas.

Il sauve un jeune cheval, on le filme, la vidéo fait le buzz sur You Tube et voilà notre Russel propulsé en Afghanistan en tant que dresseur de chevaux pour que le capitaine Wynne puisse remplir une mission dans les montagnes.

Russel a grandi dans un ranch, il sait comment débourrer un jeune cheval en douceur et jamais il ne le fera dans la violence. Les chevaux et lui, c'est tout un pan de sa vie.

Si le 4ème vante que ce livre se lit d'une traite, moi, je conseillerais tout de même des pauses car le roman est dense, lent et profond, sans pour autant que l'écriture de l'auteur soit remplie d'envolées lyriques. Non, elle est simple mais efficace.

Lorsque je parle de la lenteur du roman, je ne sous-entends pas que le récit soit ennuyant, c'est juste qu'il s'écoule à son aise, mélangeant des scènes de débourrages de jeunes chevaux, des souvenirs d'enfance de Russel, des scènes de la vie quotidienne du camp et des récits de guerres, passés ou présents.

De nombreux personnages se croisent, tous avec leurs caractères, leurs histoires, leurs secrets, leurs blessures. Certains étant plus mis sous les projecteurs que d'autres.

En fait, il n'y a pas que le capitaine qui ait une quête à accomplir, Russel en a une aussi : sa recherche de lui-même. Ayant perdu ses parents jeune, il a été élevé par ses grands-parents et, comme son père avant, il est devenu soldat sans trop savoir pourquoi, comme d'autres.

Si le personnage de Russel laisse peu de surprises, celui du capitaine Wynne est complexe et nous ne saurons pas toujours ce qu'il pense, ce qu'il cherche, ce qu'il veut exactement.

Quand aux récits de guerres racontés dans ces pages, jamais l'auteur ne porte un jugement, malgré tout, on sent bien dans quel bourbier les américains ont posés les pieds en Irak et en Afghanistan. Certains passages sont plus éprouvants que d'autres.

Ce roman n'est pas un western mais un eastern et les soldats américains en Afghanistan ont tout des cow-boys ne sachant pas monter à cheval.

Et même si vous n'aimez pas les chevaux et les récits de combats vous pourriez très bien apprécier le roman qui pourrait se classer dans le western, l'eastern, la guerre, l'aventure et une enquête afin de savoir qui est Wynne.

Mélangeant habillement des scènes avec des chevaux, de la vie quotidienne d'un camp, les questions et les aspirations des soldats, leur peurs, les récits de combats violents, les exactions commises par les Talibans et cette mission secrète que le capitaine Wynne doit accomplir, on a pas vraiment le temps de poser le pied à terre pour se reposer.

Sans être un récit qui se dévore, il se mange tout seul, mais faut mastiquer pour bien digérer le tout. Ce n'est pas du fast-food littéraire, ici.

Un roman que j'ai savouré en prenant mon temps.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Neneve
  13 janvier 2020
Que j'aime les éditions Gallmeister... chaque fois, c'est un voyage, un moment volé au temps, qui nous propose une histoire dense, complète, remplie... Ici, l'auteur nous amène dans une Afghanistan en guerre, où les hommes luttent chaque jour pour un idéal plus grand qu'eux. Mais dans l'équipe de Wynne, c'est différent... Russels et Wheels vont s'en rendre compte sur place. Connu pour sa facilité avec les chevaux, Russels y sera envoyé pour les dresser et apprendre aux hommes de Wynne de ne faire qu'un avec l'animal. Bien sur, la guerre est la trame de fond, mais le lecteur se rend compte que c'est la recherche identitaire qui est au coeur du roman. C'est aussi un livre sur les amitiés qui naissent de la proximité, de la vie dure sur les champs de bataille, sur les pertes d'hommes et le désir de survivre... Une communion avec ce qu'il y a de beau dans la vie alors que les conditions de vie sont dans l'extrême de la laideur et de la difficulté. Et la nature, toujours présente chez cette maison d'édition... Qui est personnage elle aussi... Bref, une lecture qui marque, qui nous tient en haleine, qui nous émeut, qui nous demande un certain effort... Mais une très bonne lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
keisha
  18 juillet 2018
J'avoue délaisser un peu les parutions Gallmeister, parfois un peu trop noires ou violentes, et souvent dans le cercle familial. Alors qu'est-ce qui m'a pris de me lancer dans une histoire démarrant dans les années 2000 en Irak, puis en Afghanistan, embedded si j'ose dire parmi les Rangers et forces spéciales des Etats- unis d'Amérique? Un monde bien masculin, si l'on excepte l'infirmière Sara? Où les balles sifflent, où l'on tire des roquettes comme un gamin lance un caillou, où l'on est salement blessé ou vengé (peu de scènes difficiles, mais deux ou trois quand même), où face aux talibans c'est eux ou nous?

Hé bien le héros s'appelle Russell, originaire de l'Okhlahoma, c'est un as avec les chevaux, ce qui offre des scènes absolument fabuleuses. L'idée de Wynne, le charismatique (et un poil inquiétant) capitaine du groupe dans le nord est de l'Afghanistan, c'est de se déplacer en groupe de cavaliers dans les vallées des ces montagnes, pour une quête un brin fêlée. Serais-je donc moi aussi fan des chevaux? Non, je n'y connais absolument rien.

Donc, étonnant ou pas, j'ai aimé ce roman absolument pas dans mon créneau au départ, pour l'originalité de l'histoire, cette ambiance parfaitement crédible de danger, ces personnages bien campés, ce poil d'humour et de suspense. Alors enfilez votre gilet pare balles (15 kg) et lisez ce livre!
Lien : http://enlisantenvoyageant.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          93
Thyuig
  26 septembre 2015
Des limites d'un sujet et de son intérêt pour le lecteur.
La guerre en Irak ne m’intéresse pas, et même, elle me fait peur. Je n'y vois que des erreurs, que des souffrances injustes, que des manquements qui iront obligatoirement vers le pire, vers la lie humaine. Je pense que les Occidentaux ont joué aux apprentis-sorciers dans cette partie du monde et que ça leur pète maintenant à la gueule. Il n'y a pas à dire "bien fait" ou "je vous l'avais dit". Non, le résultat est tellement tragique, tellement inhumain pour les populations locales qu'aucune réjouissance n'est permise.

Fort de ce constat, ma lecture de La quête de Wynne est quelque peu biaisée. D'abord parce que je me suis lancé dans cette lecture sans lire ni feuilleter le roman avant achat - chose que je m'autorise rarement -, ensuite parce que seule la critique très bien écrite d'encoredunoir sur ce site m'a convaincu de me lancer dans l'aventure.
Il évoquait le western.
Et moi, j'adore le western.
Paradoxe du lecteur. J'arrive lire l'historie injuste de la conquête de l'ouest, du sort fait aux Indiens, de la violence que ça a engendré pour ce peuple, ce génocide non reconnu par l'ONU, et un sujet à la violence analogue mais dans un contexte différent me répugne.

Je vais donc essayer d'analyser mon sentiment après lecture parce que la critique d'encoredunoir est très juste : oui, cet eastern est un western. Oui, le commandant Wynne, pourtant bardé de matériel sophistiqué et moderne, pourrait être l'un des héros de Lonesome Dove ou la réincarnation d'un des frères Earp à OK Corral. Ses attitudes sont celles du héros des films de Ford, Peckinpah ou même Leone. Il y a des chevaux, des -longues, trop longues- scènes de dressage. On parle arme, arme blanche, chargeurs qui s'enraillent.

La critique vise donc juste.
Et pourtant je suis resté à quai.
Rien ne m'a embarqué ou passionné. L'écriture de Gwyn Aaron est plutôt efficace, assez simple, et plutôt "documentaire". Par contre elle manque de charme. Il n'y pas vraiment d'envolées lyriques et le tout reste très terre à terre.
Là où je parle de paradoxe c'est que le même roman, version cow-boy, m'aurait enchanté.

A lire si le sujet passionne car le roman est bon. Passez votre chemin si comme moi, l'action occidentale en Asie centrale vous rebute. Vous passerez à coté d'un roman à l'intrigue plutôt convenue mais très bien menée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Gehenne
  16 décembre 2019
Est-ce une histoire de guerre ? Oui.
Est-ce une histoire de chevaux ? Oui.
Est-ce une histoire d'amitié ? aussi.
C'est tout cela et bien plus encore. Ce roman embrasse toutes les facettes de la condition humaine avec beaucoup de justesse. A travers les fracas d'un western (d'un eastern, diront les puristes), il donne à réfléchir sur les grands moteurs de l'existence et sur les choix qu'inéluctablement, chacun est appelé à faire au cours de sa vie.
Pour mettre en scène cette ambition qui n'est pas mince, Aaron Gwyn utilise avec le talent propre aux conteurs inspirés les ressorts de l'épopée guerrière, tragique et violente, pathétique et cruelle, sublime parfois.
Ses personnages sont de chair, de sang et d'âme. Tel Russell, ce jeune engagé dans les Rangers pour suivre la trace d'un grand-père qui l'a élevé dans le culte de la Patrie et la passion des chevaux. Tel Wynne, capitaine hors norme, ambigu et héroïque, qui oscille entre meneur d'hommes inspiré et manipulateur invétéré. Il y a du Kurtz d'"Apocalypse Now" mâtiné du capitaine Call de "Lonesome Dove" dans cet implacable chef de guerre qui entraîne dans sa quête des garçons menacés dans leur intégrité morale et physique. Tel encore Wheels, l'ami fidèle de Russell, le compagnon fragile et lucide.
Un commando de treize hommes se lancent ainsi à cheval sur les pistes escarpées de l'Afghanistan pour s'attaquer aux Talibans censés détenir des prisonniers américains. Est-ce la vraie raison ? Seul Wynne le sait, qui est engagé dans un combat de franc-tireur à l'issue incertaine.
Cette aventure magnifiquement menée par un auteur inspiré fait la part belle aux chevaux et on ne saurait mieux rendre hommage à ce livre et à ses protagonistes qu'en citant ce passage qui symbolise la belle relation de Russell avec les chevaux : "Vous passez tant de temps sur le dos d'un animal et à chaque mouvement, à chaque secousse, un peu de vous se trouve propulsé dans le corps du cheval et un peu du cheval dans votre propre corps - un transfert de l'esprit qui s'opère par cette violente osmose, une sorte de convection par l'impact, par la collision."
Nul ne sera surpris de savoir que l'auteur a grandi dans un ranch.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Judith63
  02 décembre 2018
Après avoir sauvé un cheval en pleine échauffourée en Irak, le soldat Wynne est envoyé en Afghanistan. Accompagné de son ami et compagnon d'armes, Whells, ils se retrouvent tous les deux affectés en mission auprès du capitaine Wynne. Chef mystérieux, presque envoutant, ce dernier va confier à Wynne le dressage de chevaux pour une mission très secrète.

La quête de Wynne nous plonge en pleine guerre contre les talibans. Je ne suis pas particulièrement attirée par les livres portant sur la guerre, mais ici c'est différent. Bien sûr nous avons les atrocités commisses, les douleurs physiques et psychiques que les soldats doivent endurer, mais nous avons également une magnifique description des paysages. Et puis le travail que Russell effectue avec les chevaux, la relation qu'il développe avec eux, le respect qu'il leur apporte, confère à la Quête de Wynne une lecture très touchante.
Commenter  J’apprécie          40
JIEMDE
  11 septembre 2016
Une fois n'est pas coutume, j'ai pris mon temps pour déguster La quête de Wynne, voulant apprécier comme il se doit ce remarquable exercice d'équilibriste mettant en scène des personnages complexes, plongés dans le chaos incertain du bourbier afghan, le tout dans des paysages somptueux autant qu'inquiétants.

Elijah, quasi-orphelin élevé par un grand-père lui ayant transmis la passion des chevaux et l'art de les dresser, poursuit les traces de son modèle en s'engageant comme GI. Mais contre toute attente, il ne sera pas Rangers mais plongé sans transition dans une mystérieuse unité des forces spéciales en Afghanistan, après s'être distingué en sauvant un cheval au péril de sa propre vie. Sous les ordres du "légendaire" Capitaine Wynne, il va découvrir l'insoutenable pression et les horreurs des conflits modernes au cours d'une mission secrète qui tourne peu à peu au cauchemar et à la folie.

D'autres l'ont dit - écrit - avant moi, on ne peut lire ce livre sans avoir régulièrement en tête des réminiscences littéraires et cinématographiques qui surgissent au fil des pages : Conrad bien sûr, avec au début du livre ce Wynne que l'on attend, qui ne se montre pas, qu'on espère (redoute ?) rejoindre un jour, tel le Colonel Kurtz d'Apocalypse. Un côté Sept Mercenaires également, dans le cheminement de cette section perdue constituée d'individus si différents. De nombreux parallèles également avec le corps humain de Paolo Giordano. Et bien entendu cette impression de western moderne et tragique, dont la montée en puissance est incroyablement maîtrisée par Aaron Gwyn.

Car c'est là la très grande réussite de ce livre : une tension qui s'installe peu à peu pour monter crescendo jusqu'aux dernières pages, sans que Gwyn n'ait besoin d'en rajouter dans les artifices de style ou les effets grandiloquents. Son écriture reste simple, précise et descriptive, usant à bon escient de dialogues courts et nerveux pour changer ses rythmes. Cela saute notamment aux yeux dans le contraste saisissant lors des passages avec les chevaux, doux et apaisés, pour mieux être plongés la page suivante dans un enfer qui les dépasse et les effraie.

Enfin, La quête de Wynne nous offre une réflexion de plus - après d'autres - sur ces engagements US extérieurs et ces jeunes GI's envoyés dans des environnements qui les dépassent, physiquement préparés mais psychologiquement livrés à eux-mêmes. Alors parfois pour retrouver du sens, il faut un peu de mystique. Avec sa quête, Wynne poursuit sa voie. Pas forcément la bonne ? À voir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1831 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre