AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782362310614
576 pages
Éditeur : Castelmore (17/08/2012)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 179 notes)
Résumé :
2195. Nora Dearly, jeune fille de la haute société de New Victoria, est plus intéressée par l’histoire militaire de son pays que par les bals et les jolies robes. Elle n’imaginait pas que la mort de son père, le docteur Dearly, la projetterait au cœur des conflits qui menacent les frontières du pays… Kidnappée par une faction rebelle, Nora doit combattre ses préjugés pour comprendre leurs motivations. Bram Griswold, un jeune soldat courageux et séduisant, entend bie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (79) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  14 janvier 2018
Premier tome de la saga New Victoria.🧠

Nous sommes en 2195. L'humanité telle que nous la connaissions n'est plus. Entre le dérèglement climatique, les conflits, rares sont les survivants. Ceux qui restent, après moult pérégrinations ont établi leur quartier en Colombie afin d'y ériger une nouvelle société basée sur les valeurs de l'époque victorienne, une époque selon eux où les êtres humains étaient au summum du savoir-vivre. Tout le monde n'a pas adhéré à cette utopie et ont été par conséquent banni de la cité et pris le nom de Punk.
Nora est une jeune femme de la bonne société de New Victoria. Rentrée de son école très select et pouvant renoncer à son deuil d'une année après le décès de son père, Nora subit une première tentative de kidnapping par un mystérieux jeune homme aux yeux blancs translucides. Un soir, des êtres décomposés tentent de rentrer chez elle ; le mystérieux kidnappeur de la veille la sauve puis la conduit dans un lieu tenu secret où sa vie bascule définitivement.
En peu de temps, Nora découvre certaines vérités cachées à la population : certains êtres morts reviennent à la vie après avoir été attaqués par des morts-vivants. Son père qu'elle pensait mort est l'un d'eux... et son mystérieux kidnappeur-sauveur, Bram Griswold en est également un.

Après Twilight et ses vampires amoureux transi d'une humaine... je vous présente New Victoria et ses zombies amoureux transi d'une humaine le tout dans un univers steampunk.😗
Une fois que l'on a dit cela, qu'ajouter de plus ? 😗
L'histoire est certes sympathique avec un ton et des répliques humoristiques... Mais je n'ai pas accroché plus que cela à l'ambiance. Je trouve l'histoire trop cliché avec une énième reprise de l'univers Twilight version Zombie où nous avons un beau mort-vivant plutôt bien conservé (il est mort depuis 2 ans !!!) succombant aux charmes d'une humaine dont le sang possède un gène l'immunisant contre les risques de devenir zombie. Raaaa... même la fille a quelque chose de spécial ! Une demoiselle basique ne suffisait pas !🤨
Le récit est bien rythmé, mais rien d'inattendu ou de sensationnel dans sa trame. Les vivants combattent les morts-vivants, mais ... il existe des gentils et des méchants zombies. Encore du Twilight dans le texte avec les bons et les méchants vampires... Bref, c'est un peu surfait.
Bon, autant cette reprise zombiesque de Twilight sous l'ère victorienne est agréable à lire même si elle n'est pas transcendante .... autant l'univers steampunk annoncé par l'auteur est plutôt effacé... pour ne pas dire minime au possible. Nous avons bien quelques allusions au travers de quelques moyens de locomotion... mais cela est vraiment pauvre.

Pour résumer : ce premier volet nous propose d'entrer dans un univers zombiesque plus fleur bleue que sanglant. L'histoire est agréable avec un ton plutôt frais... mais ne vous attendez pas trop à du sensationnel. Je suis curieuse de découvrir le second volet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          603
tousleslivres
  27 septembre 2012
Paru simultanément chez Bragelonne et Castelmore, j'ai immédiatement craqué pour la couverture Bragelonne.
Je suis attirée par la mouvance steampunk et ici j'ai été attirée par le fait que cette histoire se présente sous la forme, comme je le disais steampunk d'une par, et d'autre par, par une romance zombie.
Les zombies, je viens d'adhérer avec Zombie Island de David Wellington et Vivants d'Isaac Marion donc il faillait que je le lise.
Le contexte : Nous sommes en 2178, mais 150 ans auparavant sur terre les pôles avaient de nouveaux disparu sous des chapes de glaces meurtrières et les hivers étaient devenus longs et rudes pour un nombre croissant de nation. Les humains avaient été contraints de se replier vers des zones tempérées le long de l'équateur créant d'importantes vagues migratoires. Des pays avaient totalement été balayé de la surface du globe par des tempêtes cataclysmiques. Cuba, l'Indonésie, l'Angleterre, le Japon, tous avaient disparu.
Dans ce nouveau monde, les habitants ont arrêté leur choix sur l'époque Victorienne comme modèle de politesse, d'ordre et de prospérité. le peuple se prononça en faveur de New Victoria. Après des années de guerre le calme régna, le peuple voulait avoir le coeur en paix. Il voulait connaître la beauté. Mais ce fut de courte durée car un jour les Punks arrivèrent. Ils fulminaient contre l'usage croissant que la société faisait des ordinateurs, soutenant que dépendre des « machines pensantes » ne ferait qu'amollir l'intellect de la nation. Ils se mirent à attaquer les usines, à incendier les domaines des politiciens et à descendre dans la rue. Mais l'armée néo-victorienne ouvrit le feu sur eux...
Les Zombies : Une chose se produit, les morts ne mourraient plus, ils revenaient à la vie. le docteur Deardy, le père de Nora fait des recherches sur ce phénomène et a découvert cette maladie qu'il appel le Syndrome de Lazare « Z ». C'est une maladie que les gens attrapent par transmission de fluides et qui fait d'eux des morts-vivants. Elle démarre dans le cerveau et réanime le corps après la mort. Les punks pensent que les Victoriens ont crée le Lazarre pour les exterminer.
Tout en faisant des recherches sur la maladie le docteur Deardy a mis au point une méthode qui permet de conserver un corps mort en bon état. (Pour la petite histoire, les morts-vivant mangent alors du tofu.)
Le docteur Deardy est été fait prisonnier par les Gris alors qu'il va au secoure de sa fille. Ces derniers et surtout leur chez Averne veut que le docteur Deardy trouve le vaccin qui devrait les guérir tous. Il va jouer au chantage avec le docteur Deardy en lui faisant croire que Nara, sa fille, a été mordue... le docteur Deardy sait que c'est un piège, mais a-t-il le choix ?
J'ai adoré l'intrigue et surtout l'idée qui est magnifique, mais malheureusement je n'ai pas réussi à entrer vraiment dans l'histoire. Les décors sont fabuleux, le coté steampunk est bien présent tout au long du livre, l'intrigue est bien plantée.
J'en attendais beaucoup plus, trop peut-être. Je trouve que l'histoire n'est pas à la hauteur de la couverture de chez Bragelonne !!!
Quant à l'histoire d'amour... elle n'est pas crédible... Nora, une jeune fille Victorienne, tombe amoureuse d'un Zombie qui se décompose... mouais, bof...
Je me suis un peu perdue dans la lecture des chapitres, j'ai du relire certaines pages et retourner au début de certain chapitre pour voir qui était le personnage qui parlait. Je n'ai pas vraiment réussi à m'attacher aux personnages et par moment je me suis ennuyée, j'ai trouvé certains passage très long.
Pour conclue : Un avis assez mitigé puisque d'un coté j'ai beaucoup aimé l'ambiance, tout ce coté steampunk et le Victorien de 2178... D'un autre coté j'ai peiné, j'en attendais beaucoup plus, il n'est pas à la hauteur de mes exigences et j'attendais autre chose !!!
Lien : http://tousleslivres.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Pommesucre
  08 novembre 2012
Ayant eu du retard dans mes lectures j'ai du carburer pour le lire, mais quel plaisir. Un vrai bonbon aussi rose que sa couverture. Ne vous détrompez pas, ce livre est loin d'être mièvre. C'est presque la mort dans l'âme que j'ai refermé ce livre en me disant : wahou ! Ca fait quelques années que je suis la mode Steam de loin mais je l'affectionne tout de même pour son style touchant au victorien et au fantastique. La découverte Steampunk au travers de l'écriture était donc une première pour moi et quel délice. L'auteur maîtrise tout de A à Z, que ce soit l'historique du monde dans lequel vit Nora ou encore l'intrigue. Tout est amené de manière naturelle et tombant sous le sens dans le récit, l'auteur va bien au fond des choses et c'est plus qu'appréciable. Ca me manquait dernièrement et ce livre a comblé toutes mes attentes. Quand à l'intrigue j'avoue que là encore l'auteur fais fort, on sent un vrai travail derrière. Que ce soit dans la construction de l'univers ou de l'intrigue, je n'ai pas relevé d'incohérence ...
Ce que j'ai adoré c'est le choix du retour en arrière dans le nouveau gouvernement de New Victoria, ce choix de s'arrêter sur l'époque victorienne et tout ce qui l'englobe pour tout reconstruire. Donc on se retrouve dans un futur où la terre a été dévastée et où il n'est possible de vivre qu'aux alentours de l'équateur car le nord est sous glace. Un nouveau monde à reconstruire et les pionniers de New Victoria ont choisi l'époque Victorienne considérée comme l'âge d'or, tout en insufflant un peu de nouvelle technologie. Ce qui fait de ce pays un monde à part mais parfaitement cohérent pour repartir du bon pied.
Un monde merveilleusement bien construit aussi bien que l'intrigue, un autre livre que je qualifie de coup de coeur tant l'auteur a su me charmer ... (et je suis radine en coup de coeur) mais je suis encore *sans mots* que je ne peux faire autrement que de le classer comme tel.
Ici l'auteur a choisi comme créature les zombies mais encore une fois elle arrive à amener les choses et leur historique de manière naturelle.
On y rencontre donc Nora et Bram. Deux personnages qui n'auraient jamais dû se rencontrer, mais à qui la vie n'aura laissé que peu de choix.
Nora est une jeune fille qu'on peut qualifier d'aristocrate tant elle est bien considérée et respectée dans le petite monde qu'est New Victoria. Malgré sa douleur elle vivotera tant bien que mal et se reposera amplement sur sa meilleure amie Pamela Roe (ayant pour équivalence dans l'aristocratie New Victorienne de roturière, de parvenue). Cette amitié va la sauver en un sens car Pamela sera au fil des années bien plus qu'une amie, elle sera une famille. Même après son enlèvement Nora ne cessera de penser à Pam renversant ainsi la tendance (Pam s'étant occupée d'elle et a été aux petits soins pour Nora durant son deuil). On a une évolution intéressante de Nora, de jeune fille modèle elle passe à une jeune rebelle pour qui les révélations sont autant de coups durs qui la rendent plus forte.
Bram. Un jeune homme qui a bien des qualité mais pour qui la vie n'a pas fait de cadeau étant donné qu'il est mort en étant infecté du virus inoculé par une morsure. Il est adorable et il tombera presque immédiatement sous le charme de Nora (ça peut paraître rapide, mais en fait pas du tout). Il est assez psychologue et parviendra à prendre contact et nouer des liens avec Nora de manière subtile mais profonde. le genre de relation qu'on aime parce qu'elle commence tout en douceur. Il est conscient de sa nature effrayante et c'est la raison pour laquelle il souhaite lui montrer que les créatures de son type ne sont pas aussi monstrueuses qu'elles en ont l'air. Courageux, loyal et fidèle à ses conviction sont autant de qualité qui font qu'on puisse oublier sa vie morte ne le rendant pas spécialement attirant au premier abord.
La plume ... je suis amoureuse de l'auteur. Elle nous introduit dans un monde dystopique empreint de fantastique et extrêmement bien construit. On sait comment et pourquoi le monde en est arrivé là où il est et elle arrive à amener les choses de manière très naturelle. Je pense notamment à l'histoire de New Victoria abordée au moyen d'un devoir d'histoire qu'elle rendre dans l'urgence ou encore de l'historique zombie qui est loin d'être déplacée dans le livre vu qu'elle l'aborde d'un point de vue scientifique.
Ca été un régal de la lire et c'est la mort dans l'âme que je termine ce livre qui m'a fait vibrer et m'a transporté ailleurs. Une plume et un décor bien maîtrisés, que demander de plus sinon de vous jeter dessus ?
Lien : http://bulledepomme.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Shenandoah
  08 janvier 2014
Je dois avouer que si la magnifique couverture de l'édition Bragelonne ne m'avait pas tapé dans l'oeil, je n'aurais sans doute jamais lu ce livre. Je l'ai en effet embarqué sans vraiment lire le résumé en sortant de la bibliothèque, et ce n'est qu'en arrivant chez moi que j'ai vu qu'il s'agissait d'une romance zombie... Alors j'ai beau adorer les histoires de zombies, l'idée d'une histoire d'amour entre un humain et un mort-vivant me laissait perplexe. Un cadavre pourrissant, ce n'est quand même pas ce qu'on peut imaginer de plus romantique !
Mais le livre étant sur ma table de chevet, j'ai fini par le lire, et j'ai passé un excellent moment. J'ai même beaucoup apprécié la romance entre Nora et Bram. Comme quoi !
L'histoire se passe dans un futur post-apocalyptique où, après la disparition de nombreux pays, les humains restants ont décidé de vivre en se conformant aux règles de vie de l'époque victorienne (tout en utilisant une technologie moderne : ordinateurs, téléphones portables...). Cependant, des groupes rebelles appelés Punks ont refusé cette vie trop propre et vivent en dehors des frontières, se battant régulièrement contre les Néo-Victoriens.
L'héroïne, Nora Dearly, est une jeune fille de bonne famille vivant à New Victoria. Son père est mort, et elle vit chez sa tante qui tente de la forcer à se conformer aux bonnes manières de la société en dépit de son esprit rebelle. Elle va se faire kidnapper par un groupe de militaires, découvrir l'existence d'une étrange maladie qui ramène les morts à la vie, et rencontrer Bram, un zombie.
Déjà, je dois dire que j'ai adoré l'ambiance de ce roman. L'auteur a une plume très agréable à lire, et on sent qu'elle s'est fait plaisir en construisant ce monde. le mélange entre les appareils technologiques et les années 1800 passe très bien, et on s'immerge très facilement dans cet univers où les jeunes filles portent des robes de princesse et voyagent en calèche, mais s'envoient aussi des sms et font leurs devoirs sur des tablettes tactiles.
L'intrigue est intéressante, bien que les retournements de situation soient un peu trop prévisibles.
J'ai bien aimé le fait que chaque chapitre soit écrit du point du vue d'un personnage différent. En effet, les romans écrits à la première personne ont tendance à m'énerver par leur manque de mise en perspective, notamment dans ce genre d'histoire "romantique" où on reste d'habitude dans la tête de l'héroïne qui se lamente généralement un peu trop à mon goût... Ici, c'est bien équilibré, on a juste ce qu'il faut de questionnements sur cette histoire d'amour improbable, mais le roman est beaucoup plus centré sur l'action. Cependant, les personnages sont bien construits, et presque pas clichés (même si Nora est parfois un peu trop parfaite...).
Enfin, la romance que je redoutais est plutôt bien fichue. Les personnages sont attachants, et l'auteur a trouvé un moyen pour que les zombies ne se décomposent pas, ou du moins pas trop vite. Cela rajoute du coup un aspect tragique à cette histoire d'amour, qui inverse ce qu'on a l'habitude de voir dans les histoires de vampires, et semble à priori inéluctable... A voir dans la suite !
En conclusion, j'ai passé un très bon moment ! C'est définitivement un livre à lire, même (et surtout) si vous pensez ne pas aimer les romances zombies. Par contre, si vous êtes allergiques au steampunk, ce n'est peut-être pas la peine...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Odlag
  14 janvier 2015
C'est le premier livre de zombies que je lis. En ayant déjà vus pas mal dans les films et séries, je n'étais pas trop tentée par une lecture de ce genre. C'est en fait la couverture qui m'a attirée, puis le résumé m'a intriguée. Résultat : j'ai adoré.
Les personnages évoluent dans un univers post-apocalyptique où la société américaine a décidé de se reconstruire en prenant pour modèle l'époque victorienne. Ceci a donc donné New Victoria, lieu où les coutumes inspirées du dix-neuvième siècle sont brillamment mêlées à une technologie futuriste plutôt importante.
Comme pour toute société, il y a ceux qui l'acceptent, et ceux qui la rejettent, refusant de se servir de telles technologies et de se plier aux règles absurdes d'une époque disparue. Ces derniers sont appelés les Punks, et ont été rejetés hors de la frontière de New Victoria. Deux camps se font donc la guerre aux frontières.
Voilà pour le contexte, plutôt intéressant, original, et bien exploité dans l'intrigue.
Nora, jeune fille de bonne famille, vit à New Victoria. Elle ne devrait avoir à penser qu'à ses études et à sa future vie de jeune femme accomplie, c'est-à-dire mariée à un homme ayant une bonne situation. Mais ce n'est pas le cas. Nora trouve les gens qui l'entourent fort ennuyants, à l'exception de sa meilleure amie, Pamela. Et surtout, Nora est captivée par l'histoire punk et les batailles qui font rage à la frontière.
Un soir, un homme au regard étrange, qui dit connaître sont défunt père, lui demande de le suivre, car elle est en danger. Nora refuse et, plus tard, se fait attaquer en pleine nuit par des hommes au physique répugnant qui refusent de mourir lorqu'elle leur tire dessus. Elle est secourue par le mystérieux homme de l'autre soir, Bram, qui l'emmène dans une base militaire particulière.
Elle va y découvrir l'existence des zombies, humains ayant été infectés par un virus contre lequel les scientifiques peinent à trouver un antidote. Certains d'entre eux savent se contrôler, d'autres non et attaquent tout ce qui bouge. Bram est un zombie, mais aussi un punk, ce qui fascine Nora, qui finit par lui accorder sa confiance.
La jeune fille se retrouve donc plongée dans une guerre qui allie temporairement neo-victoriens et punks contre cette menace zombie. Elle qui s'ennuyait et désirait plus que la petite vie rangée à laquelle on la destinait, la voilà servie ! Et Nora compte bien ne pas être mise de côté (soit sagement enfermée en attendant que les problèmes soient résolus) dans cette aventure...
L'histoire est racontée en fonction des points de vue de plusieurs personnages, ce qui permet à la fois de pouvoir suivre tous les événements, et de mieux connaître les personnages, de mieux comprendre leurs motivations, leurs sentiments, etc.
Le personnage que je préfère, c'est Bram. C'est un zombie, et cette transformation est irrémédiable. Il n'a donc que quelques années à vivre, peu importe que l'antidote soit trouvé ou non. de par sa nature zombie, il rique à tout moment de perdre la tête, et son instinct prend parfois le dessus, en particulier il s'agit de Nora. On voit donc ce jeune humain qui doit au quotidien se battre contre sa nature de zombie afin de garder son humanité le plus longtemps possible, et qui tombe amoureux d'une humaine courageuse qui le pousse souvent dans ses retranchements. Je le trouve donc plutôt touchant.
Les autres personnages zombies récurrents dans l'histoire sont assez amusants. Ils ont tous des personnalités qui sortent de l'ordinaire ou, pour faire plus simple : ils sont tous fous. Mais ils sont très attachants par leur originalité.
J'aimais moins les passages concernant Pamela, que je trouve quelque peu agaçante et pas très intéressante. C'est tout le contraire de Nora, qui m'amuse par son entêtement, qui se moque du qu'en-dira-t-on et ne fait que ce qui lui semble juste, même si elle doit en venir aux mains (ou aux armes) pour cela.
Bien que l'action tarde un peu à arriver, une fois qu'elle est là, les événements s'enchaînent, plongeant ainsi les personnages au coeur du danger. Ici se mêlent amour et haine, tolérance et violence, mettant ainsi en avant le droit d'exister et d'aimer, contre tous ceux qui n'acceptent pas la différence (sujet qui sera encore plus poussé dans le tome 2).
Une vraie petite perle, malgré quelques petites longueurs (cela dépend peut-être de notre appréciation des personnages).
Action, amour, humour, un joli petit trio qui fonctionne à merveille dans cet univers fantastique riche en surprises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
SciFiUniverse   11 janvier 2013
A mi-chemin entre le steampunk, la science-fiction et la love story, New Victoria se pose comme un premier roman doté de qualités formelles indéniables. On regrettera donc que l'histoire - extrêmement convenue - ne soit pas à la hauteur des ambitions affichées [...].
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Citations et extraits (84) Voir plus Ajouter une citation
Souri7Souri7   10 janvier 2018
[...] Je contournai le mess de façon à me faufiler derrière Chas sans qu’elle me voie. Tom m’aperçut et camoufla son rire derrière sa fourchette, tandis que je tendais furtivement la main par-dessus les épaules de sa copine et m’emparais de la cigarette qu’elle avait entre les lèvres. Chas fit volte-face à la vitesse de l’éclair, le poing serré, mais j’esquivai son coup et écrasai sa cigarette sur le sol en béton.
— Bram ! s’écria-t-elle, surprise, en reculant et en agrippant d’une main le rebord de la table.
— Oui, c’est moi. Tu ne devrais pas fumer, Chas. Ça te fait du mal.
Elle rejeta les cheveux qui lui tombaient devant le visage.
— Je reçois la même paie que toi, Bram. Je peux m’acheter ce que je veux avec.
— Oui, mais je suis ton capitaine, donc tu dois écouter ce que je te dis.
— Foutaises.
— Ouais, dit Tom en se penchant en arrière. C’est moi, son copain. Elle ne doit écouter que ce que moi je dis.
Elle se rapprocha de lui.
— Aujourd’hui, je vais te tuer, Tom. Je le sens, c’est dans l’air.
— Vraiment ? Je croyais que les clopes avaient eu raison de ton odorat, depuis le temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Souri7Souri7   12 janvier 2018
J’avais renversé le contenu du sac sur le lit. Le docteur Chase avait prévu pour moi deux robes à manches ballon en mousseline, l’une à rayures bleues et l’autre imprimée de fleurs roses, ainsi qu’un corset, une culotte bouffante, des bas et les chaussons mentionnés dans la lettre. Dans un sachet en tissu à part, j’avais découvert de petites bouteilles de shampoing et de savon, une brosse à dents, ainsi que d’autres articles de toilette, parmi lesquels un petit flacon en verre brun d’huile parfumée à la violette et au chocolat.
Ouais, comme si j’avais besoin que les zombies me trouvent encore plus appétissante. Autant demander à une vache de se parfumer à l’Eau de bifteck.[...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Souri7Souri7   14 janvier 2018
— Bon alors, comment je m’intègre ?
— Vous intégrer ? s’étonna Bram.
— À tout cela. À l’armée. À… la compagnie Z.
Tom et Coalhouse échangèrent un regard.
— Euh, vous n’allez pas faire ça, répondit Coalhouse, embarrassé.
Je dégageai de nouveau les cheveux que j’avais devant les yeux d’un mouvement de tête.
— Vous devez retrouver mon père. Moi aussi, je crois. Donc, on dirait bien qu’il vaudrait mieux que je m’intègre quelque part.
— Nora, nous serions très reconnaissants de votre aide, mais vous n’êtes pas un membre de la compagnie Z, dit Bram.
— Oui, vous êtes vivante, fit remarquer Chas. Vous êtes clairement surqualifiée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
CielvariableCielvariable   28 mars 2018
“ Le lendemain matin, Pamela passa à la maison, fraîche et radieuse, dans une nouvelle robe en coton lavande parsemée de violettes. Je lisais, assise sur le rebord de la fenêtre en saillie de ma chambre et aperçus les rubans qui flottaient à la base de son chapeau tandis qu’elle s’approchait de la porte d’entrée. Lorsque je quittai ma place, les fins rideaux en organza se refermèrent automatiquement derrière moi.


Matilda, qui avait retrouvé son innocence et sa robe noire austère, la fit entrer. Elle s’apprêtait à prendre sa carte de visite pour m’annoncer sa venue, mais j’arrivai au bas de l’escalier à temps.


— Pamma ! Fini l’uniforme aujourd’hui ! Tu as l’air normale !


— Je sais ! répondit-elle. (Elle sourit et s’éloigna de notre domestique en sautillant.) Et toi aussi !


Au moment même où elle prononça ces mots, je vis la consternation altérer les traits de son visage. Je secouai la tête et la pris par le bras pour l’escorter jusqu’au salon. C’était vrai, je n’étais plus en deuil… et pourtant je portais une robe gris argent foncé à encolure carrée, avec des manches lourdement ornementées. Je ne ressemblais certes pas à un gros bonbon coloré.


Assise devant son secrétaire dans l’alcôve située sous le grand escalier, tante Gene nous regarda passer. Elle disposait là d’un minuscule bureau depuis lequel elle pouvait surveiller à la fois sa messagerie électronique et la porte d’entrée. La veille au soir, j’avais adopté une nouvelle politique, consistant à faire comme si elle n’existait pas. Ah, tiens, ma tante est assise là ? Ah bon, j’ai une tante ? Je l’ignorais totalement.


— Tu as déjà eu l’occasion de parler à ta tante ? s’enquit Pam en se laissant tomber avec grâce sur l’un des canapés du salon et en ôtant son chapeau.


Sans attendre ma réponse, elle tendit la main pour effleurer du doigt l’épaisse vitre qui recouvrait la table basse. Des touches digitales représentant des camées apparurent sur la surface vitrée. Elle sélectionna l’une d’entre elles d’un doigt, et les écrans en forme de soleils s’allumèrent sur toute la longueur du plafond. Jusqu’à présent, ils avaient affiché le même ciel artificiel, constellé de dirigeables, que celui visible sur le grand écran à l’extérieur ; désormais, ils diffusaient la fin du traditionnel programme matinal destiné aux enfants. Miss Jess Novio, gouvernante renommée de la télévision, animait déjà cette émission quand j’étais enfant, et continuait aujourd’hui encore à distraire les nouvelles générations afin que leur bonne puisse bénéficier de quelques instants pour prendre le thé et faire du raccommodage. À l’époque, je la suivais religieusement.


« Et voici comment faire une belle révérence ! Allez les amis, on descend ! Plus bas ! »


— Il n’y a rien à la télé, nous pouvons toujours laisser ça, dis-je.


J’avais déjà décidé de ne pas souffler un mot de ce qui s’était passé la veille. Rien n’avait transpiré jusque-là, et je voulais qu’il continue à en être ainsi.


Pam était occupée à parcourir les différentes chaînes. Elle avait rarement l’occasion de regarder la télévision chez elle, alors, dès qu’elle nous rendait visite, elle avait pris l’habitude d’allumer la nôtre, juste pour le bruit. Elle interrompit son zapping lorsqu’elle tomba sur un reportage consacré au tournoi de golf des Territoires, qui avait lieu en ce moment.


— Papa en est fou. Il ne parlait que de ça hier soir.


— Comment va ta famille ? demandai-je en me jetant sur le canapé rembourré.


— Très bien. (Pam se tourna vers moi.) Et si tu venais dîner à la maison demain soir ?


— Ce serait super, répondis-je tandis que les résultats du golf s’affi chaient au-dessus de nous.


— Eh bien, jeunes filles, n’avez-vous rien de mieux à faire ?


Pamela et moi tournâmes la tête vers la porte, sur le seuil de laquelle tante Gene se tenait, son étole en shantung violette sur les épaules. Pam se leva et fit la révérence avec respect.


— Nous n’avons pas encore déterminé notre emploi du temps pour aujourd’hui, répondis-je d’un ton sec.


— Oh ! je me disais que nous pourrions aller faire les magasins en ville, proposa Pam en se rasseyant. Ils ont déjà commencé à sortir les tissus pour le printemps. Mère m’a déjà commandé cette robe – au fait, tu aimes ? – mais elle a dit que je pourrais en avoir une autre.


Je sautai sur l’occasion.


— Je la trouve superbe, elle te va à merveille, commençai-je dans l’espoir qu’une soudaine tornade de minauderies suffirait à chasser ma tante.


— J’ai une meilleure idée, nous interrompit tante Gene d’un ton ferme.


Nous fûmes toutes deux contraintes de nous taire et de la regarder. Elle nous récompensa d’un sourire mielleux.


— Pourquoi ne pas m’accompagner ? Je rends visite aux Allister. J’étais sur le point de m’habiller pour y aller.


Oh non, pas les Allister. Rien ne faisait plus plaisir à lord Allister que d’exhiber sa collection d’oiseaux empaillés, et lady Allister était presque toujours muette, donnant ainsi l’impression à tout le monde que le moindre éternuement l’incommodait. Quant à leur fils, on ne pouvait le qualifier, au mieux, que de chiffe molle. À côté de lui, la plupart de mes professeurs paraissaient être des dépravés fous à lier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Claire-una-voltaClaire-una-volta   16 février 2014
-Lâchez-moi! Hurlai-je.
Je le frappai de ma main libre, dont il s'empara également.
-Miss Dearly, je vous en supplie, essayez de comprendre! Vous êtes en danger! Je suis ici pour vous aider...Votre père voudrait que je vous aide!
Cette allégation était si ridicule que, sans m'en rendre compte, je cessai de ma débattre pendant une seconde.
-Mon père est mort! A moins que vous ne veniez de l'au-delà, je suis certaine que vous n'aviez pas la moindre idée de ce qu'il veut!
L'homme cessa de lutter également et, avec une pointe d'amusement dans la voix dit:
-Eh bien, à ce propos...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Lia Habel (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lia Habel
Va chercher bonheur plus bas :D - La vidéo en HD c'est encore mieux.
------------------------------------------------------------------
Le book haul sur mon blog : http://bloggalleane.blogspot.fr/2016/02/book-haul-janvier-2016.html
------------------------------------------------------------------
Récapitulatif des livres cités GF : ? Les Loriens, tome 1 : Numéro 4 de Pittacus Lore ? Expérience Nora Torson, tome 1 : N'oublie pas de Michelle Gagnon ? Forget Tomorrow, tome 1 de Pintip Dunn ? Sa majesté maman d'Anne B. Radge ? Fire Sermon, tome 1 de Francesca Haig ? Dreamology de Lucy Keating ? Nil, tome 1 de Lynne Matson ? Dear you, tome 3 d'Emily Blaine ? Tous nos jours parfaits de Jennifer Niven ? New Victoria, tome 2 : Rebellion de Lia Habel
POCHES ? Et je dans aussi d'Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat ? Les enquêtes de Setna, tome 1 : La tombe maudite de Christian Jacq ? Legend, tome 2 : Prodigy de Marie Lu ? le pensionnat de Mll Géraldine, tome 2 : Corsets & Complots ? Pour un an avec toi de Gayle Forman ? La petite boulangerie du bout du monde de Jenny Colgan ? Les fantômes de Maiden Lane, tome 8 : Garde du coeur d'Elizabeth Hoyt
Le livre VO : ? A thousand nights de E. K. Johnston
------------------------------------------------------------------
Mon blog : http://bloggalleane.blogspot.fr/ Ma page FB : https://www.facebook.com/pages/Le-blog-de-Galleane/137798319627169?ref=hl Twitter : https://twitter.com/GalleaneL Instagram : http://instagram.com/galleane
----------------------------------------­­-------------------
Ma wish-list amazon (aucune adresse n'y est associée) : http://www.amazon.fr/registry/wishlist/I3EDLGFMHCOZ Ma wish list sur LA : http://www.livraddict.com/profil/galleane/?goto=wishlist
----------------------------------------­­-------------------
Musique d'introduction : Réflection (Mulan)
+ Lire la suite
autres livres classés : steampunkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3530 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..