AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226254250
Éditeur : Albin Michel (03/01/2014)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Petite-fille du Cheikh Esmaïl Hachtroudi, leader religieux extrêmement respecté en Iran, député au Parlement qui a participé à la Constitution de 1906 et défendu laïcité et tolérance, Fariba Hachtroudi est la fille du grand mathématicien et philosophe Mohsen Hachtroudi, nobélisable et grande autorité morale qui prônait l'égalité entre hommes et femmes. Née en Iran, elle vit en France depuis son adolescence. Après un doctorat d'archéologie elle devient journaliste, c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Ellane92
  08 février 2017
Fariba Hachtroudi est une archéologue, journaliste, essayiste et romancière iranienne. C'est la petite-fille d'un leader religieux qui s'est battu contre le dogmatisme religieux, la fille d'un mathématicien et philosophe qui défendait les droits des femmes dans son pays. Elle-même a été militante, et a tout risqué pour "vivre de l'intérieur" ce qu'elle dénonce dans ses essais.
Aujourd'hui, la plume est l'arme avec laquelle elle dénonce l'iniquité des régimes totalitaires. J'ai beaucoup aimé l'histoire racontée par F. Hachtroudi, qui sort des sentiers battus, pas tellement sur le fond (la confrontation entre un ex-tortionnaire demandeur d'asile et l'une des anciennes prisonnières d'une prison d'état) mais dans le déroulement assez inattendu. J'ai beaucoup aimé de voir les rapprochements au fil de l'eau entre ces deux personnages, deux façons d'être victime d'un régime totalitaire, deux victimes d'un amour total et sans condition, qui peut aussi bien sacrifier que racheter. J'ai beaucoup aimé également les parallèles entre Vima l'appât, zieutant par-dessous son bandeau les chaussures et les pieds de ses tortionnaires à chaque nouvel interrogatoire, qui aime à la folie, et Vima l'astrophysicienne, fixant l'immensité du ciel, aimée au-delà de toute raison.
Bien sur, dans cette lecture, ce qui est difficile, c'est que tout ce qui se raconte, à voix haute ou dans les pensées des personnages, qu'il s'agisse des abus de la "République Théocratique", des sévices, même du piège dans lequel s'enferre le Colonel, en montant dans les niveaux hiérarchiques sans retour en arrière possible, existe. de même, il n'y a qu'un pas à faire pour relier la République Théocratique à l'Iran, ou la prison Devine à Evin, la "célèbre" prison de Téhéran, et sa section 209, non officielle bien entendu.
Ce livre évoque également, en toile de fond, l'exil (après tout, son auteur en connait la douleur), la place des femmes dans ce genre de société, le courage et l'honnêteté (ou leur absence) de chacun face à ce que l'on accepte ou refuse de voir.
Les propos sont difficilement soutenables, et l'amour (dans l'absolu de ses débordements) est impuissant face à la machine à broyer totalitaire. L'écriture de F. Hachtroudi est parfois vive et cinglante, d'autre fois clinique et analytique, parfois poétique et excessive, mais toujours, il y a de l'émotion, de la rage. le ton, pudique et intime, parait toujours juste. le colonel et l'appât 455 touche à la tragédie, et est une très belle découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          246
Shan_Ze
  06 juin 2017
Ce sont deux vies qui se croisent dans le colonel et l'appât 455 : Un homme amoureux qui se retrouve face à une femme en colère ainsi qu'une femme torturée pour que son homme craque et avoue. La voix du colonel succède à celles de la prisonnière qui ne lâchera rien. Une histoire qui alterne le dur avec la dictature, les tortures et le tendre avec l'amour fort, désespéré... et son contraire. Fariba Hachtroudi livre un roman puissant avec une très belle narration qui montre les sentiments et les forces des protagonistes mais aussi les interrogations sous fond de dictature.
Commenter  J’apprécie          220
Zakuro
  20 avril 2014
Dans ce roman déchirant et convaincant, Fariba Hachtroudi, romancière et journaliste porte en étendard la puissance de l'amour, jusqu'à l'aliénation parfois, que les pires violences d'un régime politique ne peuvent détruire.
Vima est une ancienne prisonnière, "l'appât 455,"enlevée, torturée et violée pour faire tomber le réseau des opposants politiques dont fait partie Del, son amoureux.
Sauvée des geôles par un mystérieux colonel, Vima est traductrice dans un office nordique pour réfugiés et apatrides.
Un jour, elle se retrouve devant cet ancien soldat, réfugié clandestin et manipulé par les services secrets, en quête de papiers pour faire venir sa femme et ses enfants restés au pays.
Tous les deux broyés par une machine meurtrière, ils se sont longtemps tus chacun à leur manière, par amour. Un amour dont ils se sentent atrocement dépossédés. Ensemble, ils veulent rétablir la vérité, combler les blancs et les silences, faire revivre le lien entre Vima et del et entre Ala et sa famille. Et ce, malgré les dangers et la peur de la vérité comme le symbolise la fleur qui saigne de la couverture du livre.
L'écriture est envoûtante et nous plonge dans deux registres, celui de la libération des émotions pour Vima et celui du témoignage pour l'ancien militaire, ce qui renforce profondément l'intensité et la réalité du drame.
Une lecture qui interpelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Bazart
  02 février 2014
S'agit-il d'un livre politique ou d'un roman d'amour ? Peut-être simplement d'une histoire d'amour à dimension politique. Dans la république Théologique, un pays imaginaire,Vima a été kidnappée par des agents en civil encagoulés puis enfermée dans la prison Devine, célèbre bastion de la torture.Elle devient l'appât 455, torturée, battue,violée pour faire pression sur ses proches. Puis un jour elle est libérée et sa fuite vers un pays occidental est organisée par le Colonel, un homme puissant, proche du pouvoir, pourquoi ?
Roman à deux voix, nous suivons l'histoire de Vima et du colonel d'un chapitre à l'autre, nous rentrons dans les arcanes du pouvoir d'une dictature et dans l'histoire intime d'un homme amoureux.Livre des serments croisés, livre des amours éraflées, « le colonel et l'appât 455 » est un formidable poème sur le besoin de vérité et de liberté indispensable à tout être humain.
Journaliste, essayiste, poétesse, née en Iran, Fariba Hachtroudi, dans la grande tradition des conteuses orientales, nous livre une histoire forte, pleine de colère, de violence mais aussi traversée par la passion et la puissance du sentiment amoureux.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Taylor
  28 mars 2014
En lisant le quatrième de couverture, j'ai été accrochée sans trop savoir pourquoi.
J'ai commencé ma lecture et j'ai rencontré deux personnages d'une force incroyable.
Une femme, prisonnière politique qui a été torturée, abusée, violentée sans avoir laché le moindre renseignement sur son époux, qui était la véritable cible. Par amour et par dévouement, elle n'a jamais donné la moindre information qui aurait pu mettre son homme en danger.
Le deuxième personnage est un homme qui fait partie de la dictature à l'origine de « l'arrestation » de l'appat. Il jouera une part importante dans le salut de l'ex prisonnière. Ces motivations trouvent leurs fondements dans son amour pour son épouse.
Les chapitres donnent la parole à l'un et à l'autre. Leurs états d'âme et leur relation vont évoluer au fil des pages pour aboutir vers quelque chose à laquelle ils n'auraient jamais pensé, ni l'un ni l'autre.
Un livre surprenant, très fort (les scènes de torture bien que courtes sont éprouvantes) où l'amour peut nous faire faire des choses que l'on croit impossible mais peut nous aveugler sur la réalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Les critiques presse (1)
Telerama   29 janvier 2014
S'il n'échappe pas à quelques artifices, le roman est bouleversant, écrit rageusement, douloureusement. Comme une espèce d'opéra désespéré.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations & extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
canelcanel   14 janvier 2014
Les manifestations pacifiques sont interdites, au nom de Dieu. Les contestataires sont considérés d'emblée comme des traîtres et des vendus à la solde de l'ennemi agresseur. La chasse aux sorciers contre-révolutionnaires est lancée sur ordre du Commandeur et par la volonté de Dieu. Le pays sera nettoyé des récalcitrants de tout bord grâce à l'aide de Dieu. Toute personne soupçonnée d'agissement suspect en temps de guerre est passible de la peine capitale sur le lieu de son arrestation, sans autre forme de procès, avec le consentement de Dieu. Puisque l'ultime juge n'est que Dieu. Amen.
(p. 64-65)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
canelcanel   16 janvier 2014
[elle] pointe du doigt la voûte céleste et crie de toute sa force voilà ce que j'adule. Mon Dieu n'est qu'intelligence concentrée, un trou noir supermassif. Le cosmos ou la complexité d'un ordre né du désordre. Ce qui nous dépasse mais qui ne nous est pas accessible. En aucun cas. Les voies de mon Dieu ne sont pas impénétrables. La science est sa seule Loi. Comment veux-tu que je prie un Dieu ignorant, vindicatif, jaloux, rancunier, hargneux et crétin à souhait, à l'image de ceux qui se prétendent ses représentants ? Les représentants du mien sont Galilée, les Khayyam, les Einstein.
(p. 132)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
canelcanel   13 janvier 2014
[une victime de tortures]
Je dois dépasser le passé. C'est mon psy qui me le dit à longueur de séance. Non, il ne dit pas dépasser, mais plutôt affronter, confronter. Oui, il dit que je dois me confronter à mon passé. Eh bien voilà, cher psy, mon passé me fait face. Tranquille. Comme si de rien n'était. Le voilà mon passé. Je vais converser avec un de ceux qui ont démoli ma vie. Un de ces enfoirés qui ont tué l'enfant que je portais. Il est devant moi. On va voir si j'ai les nerfs pour affronter mon passé.
(p. 33)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Shan_ZeShan_Ze   23 mars 2017
La torture, à l'instar de l'amour, brise, déforme et transforme. Indubitablement. L'amour comme la torture plient les corps. Des précipices de tourments. Ils mortifient l'âme au plus profond du chaos intérieur. Là où l'être se désintègre.
Commenter  J’apprécie          190
canelcanel   17 janvier 2014
Je médite le terme Dieu. Projection de la volonté de puissance du mâle qui sert les tyrans comme les démocrates oligarques. Un Dieu à l'endroit qui protégerait contre son double à l'envers qui terrorise. Les deux sont armés. Machette, couteau, sabre ou mitraillette pour l'un, avion de chasse, bombardier, drone de combat pour l'autre. Lequel est derrière les actionnaires et les patrons des usines d'armement.
(p. 104)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
autres livres classés : tortureVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2602 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre