AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de Fauvine


Fauvine
  23 février 2018
Ce roman nous plonge dans la vie de Laëtitia, quadragénaire qui ne sait plus trop où elle en est de sa vie, de ses choix et de l'avenir qu'elle souhaiterait avoir. De façon à la fois métaphorique (avec Phedra, qui représente avec originalité la pieuvre de son psychisme, de son inconscient) et à la fois hyper réaliste (avec une foultitude de petits détails emprunté au quotidien d'un tas de personnes, dans lesquels on peut très bien se reconnaître ou reconnaître nos proches parfois), elle nous plonge dans ses déambulations à Copenhague. Ayant suivi son petit-ami parti au Danemark pour une mission de chercheur à Aarhus, elle l'attend la semaine dans la capitale et a enfin du temps pour elle, du temps pour penser à son nouveau projet professionnel mais aussi à son horloge biologique qui n'en finit pas de tourner, du temps passé à divaguer, du temps à tuer, du temps dont elle finit par ne plus savoir que faire et qui finit par la pousser à faire des rencontres dans ce pays inconnu. Et la vie amène parfois des imprévus, lui propose des découvertes et des tentations qu'elle dépeint comme le reste avec beaucoup d'humour et parfois de cynisme, tout comme les questionnements infinis qui peuvent jalonner le parcours de quelqu'un rempli de désirs contradictoires, de paradoxes : ne pas avoir d'enfant et vivre librement sa vie, en avoir un et répondre à l'envie de materner et à l'appel du tic tac biologique ; vivre avec la même personne et le retrouver tous les soirs, vivre avec quelqu'un mais s'en détacher pour mieux l'apprécier et continuer à le désirer…
J'ai beaucoup aimé l'humour et le réalisme de certains passages (je vous en livre quelques extraits : « tôt ou tard, un extrait de quelque-chose […] tend vers son contraire […], ce qui rétablit un équilibre. Ça s'appelle l'énantiodromie. J'ai glané ce concept dans un livre de Soli [son compagnon]. Il taquine volontiers les philosophes quand ce n'est pas la saison du goujon et possède un tas de livres ennuyeux. J'en ai sorti quelques-uns des rayons pour lutter contre l'insomnie, comme alternative à la benzodiazépine. », « Chercher l'être à aimer est une mission de chaque instant. Se tenir à l'affût, repérer une silhouette, se laisser taper dans l'oeil, croiser un regard, approcher, accoster, séduire, se troubler, se laisser courtiser, draguer, désirer, attendre un premier rendez-vous, le deuxième, le troisième, le dernier, lisser ses plumes, ses pattes, son bec, être la plus belle ce soir pour aller danser, repartir à l'assaut, s'enflammer à en perdre l'appétit, douter à ne plus en dormir la nuit, s'attrister à ne plus pouvoir affronter le quotidien, rompre, poser un lapin, se faire larguer, toucher le fond de la piscine dans son pull bleu marine […] » ), un peu moins la fin trop rapide qui peut nous laisser un peu trop sur notre faim.

Merci à Babelio avec son opération masse critique et à l'éditeur de m'avoir fait découvrir ce roman.
Commenter  J’apprécie          10



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (1)voir plus