AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2916130721
Éditeur : Editions du Chemin de Fer (20/03/2015)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Illustrations : Marie Boralevi

Tryggve Kottar vit à l’écart d’un hameau, dans un temps incertain, quelque part en Scandinavie. Ses journées ne sont contraintes que par le travail du potager, et s’écoulent paisiblement entre introspection et contemplation de la nature. Quand un élan, à la saison de ses amours, vient affoler cette quiétude par ses ébats, tout bascule alors inexorablement dans la vie jusque là délicieusement hors du monde de Tryggve Kott... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
belaval
  19 février 2017
Le "héros" vit quelque part en Scandinavie, à l'écart du monde, dans la nature où il vit de son potager.
Arrive un élan en chaleur qui brame à qui mieux mieux, il détruit le potager à coups de sabots, au péril de sa vie.
Les illustrations de Marie Boralevi incitent à une lecture sensuelle voire sexuelle de ce petit livre qui nous montre l'animalité de l'homme
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2
  18 juillet 2016
Retour à la nature – mais quelle nature ? – d'un semi-ermite scandinave défié par un élan
Sur mon blog : https://charybde2.wordpress.com/2016/07/18/note-de-lecture-tryggve-kottar-benjamin-haegel-marie-boralevi/

Lien : http://charybde2.wordpress.c..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   18 juillet 2016
J’ouvre la fenêtre et je vois la forêt, calme et silencieuse. Une brume légère s’accroche à la cime des arbres. Je m’attarde sur son agonie. Je veux la voir disparaître jusqu’au bout. Je veux voir son dernier fragment s’effriter. Mais soudain, elle n’est plus là et je ne m’en suis pas rendu compte. Je descends jusque devant l’âtre où dorment quelques bûches calcinées. Une mouche passe près de mon oreille et j’entends son vrombissement. Je souris.
J’ouvre la porte et m’arrête sur le perron, en prenant une puissante respiration. Je croque une pomme et remarque qu’un ver niche à l’intérieur. Je la jette par-dessus l’épaule, puis je m’enfonce dans la forêt le long d’une route accidentée, caillouteuse, trouée de nids-de-poule et matelassée de feuilles mortes. Un ruisseau la traversait et formait au milieu, par le hasard du relief, une cuvette, un petit bassin, peu profond. L’eau y montait jusqu’aux mollets. Là, je me lavais et je remplissais ma gourde. Je marchais vingt-cinq minutes pour la rejoindre. Plus loin, la route serpentait entre les pins épineux, se rétrécissait sur un kilomètre et disparaissait. La nature reprenait ses droits. Dans l’autre sens, elle descendait dans la vallée, passait six habitations et s’accrochait à la rue principale du village. Cette route était sans importance et demeurait sans nom. Je lui aurais donné mon nom, si j’avais été le seul, mais six autres maisons, en bas, la bordaient et aspiraient au même titre. J’étais la septième, à l’écart, là-haut. De coutume, on l’appelait « route de cailloux » ou « route caillouteuse », bien qu’elle ne soit pas la seule à avoir des cailloux ; certaines choses sont parfois sans raison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   18 juillet 2016
C’était au temps où je me la coulais, douce et tranquille. Je flânais dans les sous-bois, je respirais l’air frais. Mes journées merveilleuses s’enchaînaient et, lorsqu’une se terminait, une autre lui succédait, plus ou moins semblable. J’étais constant, linéaire, et souvent je pensais m’achever ainsi : et pourquoi aurais-je pensé autrement ? Bien sûr, ce n’était pas très ambitieux ni même intense, il n’était pas question d’émotions fortes ou de grands frissons, je ne jouais pas une grande musique. Je laissais le courant me porter, sans trop exiger de la vie. J’avais trouvé un procédé. Un équilibre acceptable. J’égrenais mes jours comme un lac endormi, accroché au bout d’un ruisseau sans importance. Une eau paisible et stagnante qu’une délicate risée troublait de temps à autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   18 juillet 2016
Je tranche du bois, toutefois je m’arrête presque aussitôt. Je n’en fais pas toute une montagne ; il ne faut pas forcer, il ne faut pas s’imposer de cadence et je me gratifie d’un feu. Je mangeais du chou et du pain.
Je songeais. J’avais l’étrange impression qu’il me lançait un défi, que je ne savais comment relever. Je ne pouvais pas rivaliser avec un élan. Je ne rivalisais déjà pas avec un homme. Mon dos était fragile, mes bras maigres, mon visage fantastique. De plus, j’étais acariâtre, misanthrope et sans ambition. J’étais accompli dans ma veulerie, on ne pouvait faire mieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : ermitesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Don Quijote de La Mancha

C'est un roman du siècle d'Or.

XV ème Siècle
XVI ème siècle
XVII ème Siècle
XVIII ème Siècle

10 questions
66 lecteurs ont répondu
Thème : Don Quichotte de Miguel de CervantesCréer un quiz sur ce livre