AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782940431410
88 pages
La Baconniere (23/10/2015)
3.58/5   25 notes
Résumé :
Nommé Gouverneur de la ville de Bougoulma, en pays tatare, Hasek se voit embarqué dans une aventure invraisemblable, en pleine guerre civile russe.
Flanqué d’une escorte de douze brigands Tchouvaches dont personne ne comprend la langue, Hasek accueille évidemment l'équipée avec sa bonhomie coutumière. Dès la première halte, le ton est donné. L’un de ses soldats, ivre, tombe de la fenêtre du train en marche et se noie dans une rivière sans fond.
Frust... >Voir plus
Que lire après Aventures dans l'Armée RougeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Gasek, tchèque, est envoyé par le soviet militaire révolutionnaire à Bougoulma. Il ne faut pas qu'il en demande trop à ses donneurs d'ordres. Gasek n'a aucune information sur la manière dont il va y aller ni même si la ville est sûre ou non. Faudrait pas abuser. On lui fait déjà la grâce de lui accorder une escorte composée de douze Tchouvaches (qui ne parlent pas le russe) alors pour le reste, qu'il se débrouille. de toute façon, l'heure n'est pas à la méditation sur le bien-fondé mais à l'obéissance. En route tovarich.
Après quelques péripéties en chemin et à l'arrivée, Gasek prend ses marques après avoir rencontré le notable de Bougoulma.
Alors que tout pourrait se dérouler de façon cordiale et sereine même si la prise de la ville n'avait certainement pas été envisagée par ses ouailles, voici un gros grain de sable dans le rouage. Ierokhimov. Ce brave homme qui ne semble pas déborder d'intelligence s'impose comme gouverneur. Voici donc des ordres, des contre-ordres donnés tantôt aux villageois, à l'imprimeur, au maire, aux religieux.....Chacun veut sauver sa place mais gare aux coups dans le dos.

------------------------

Mon avis : l'auteur retranscrit très bien l'absurdité des décisions, l'obéissance aveugle, les châtiments et punitions arbitraires, le non-sens des décisions avec un côté théâtral et des sourires en coin pour le lecteur. On sourit de situations absurdes que l'on connait déjà fort bien si l'on a lu des livres d'auteurs russes ou traitant de la Russie.J'ai regretté que l'histoire ait été si brève (90 pages). Cela m'a donné l'impression de lire le préambule d'une histoire qui restait à être développée davantage.

Livre reçu grâce à Babelio et la dernière Masse critique.
Commenter  J’apprécie          70
Cette nouvelle de Jaroslav Hasek intitulée "Aventures dans l'armée rouge" m'a été offerte par les éditions LaBaconnière dans le cadre d'une opération masse critique.

Il s'agit d'un petit livre satirique assez plaisant, illustré par Josef Lada, dessinateur tchèque connu pour avoir réalisé les illustrations du roman « le Brave Soldat Chvéïk » du même auteur, Jaroslav Hasek. Alors forcément cela m'évoque mon récent week-end à Prague d'où est natif l'auteur qui représente, avec Franz Kafka, le renouveau littéraire pragois du début du 20ème siècle.

Il y a une grande ressemblance entre Gasek, soldat tchèque envoyé au front russe en 1918 et Chvéïk mais ça ne m'a pas trop gênée. Ils sont vraiment typiques et autobiographiques. Dans "Aventures dans l'armée rouge" Jaroslav Hasek raconte l'histoire à la première personne : Gasek n'est autre que Hasek car en russe la lettre H est transcrite en G.

Mais que fait-il à Bougoulma, avec des Tchouvaches dont personne ne comprend la langue dans la région des Tatars en Russie orientale?

On sait qu'après la Révolution russe de 1917, Jaroslav Hasek s'engagea volontairement au service des bolcheviks qui en firent un commissaire politique dans la 5e armée russe. Il va donc écrire cette nouvelle basée sur son expérience en stratégie militaire durant la guerre civile entre rouges et blancs. Mais c'est avec dérision qu'il narre ses péripéties avec Ierokhymov qui dirige un régiment pour prendre la ville bien qu'ils soient du même camp : alors que Gasek est débrouillard, Ierokhymov est particulièrement idiot. Les jeux de pouvoir et l'arbitraire sont donc de mise et tout le monde en prend pour son grade, c'est le cas de le dire.

Moi qui ne m'intéresse pas vraiment à ce genre de sujet, cette satire historique et géopolitique permet de s'y plonger. J'ai appris que les tchèques avaient joué un rôle non négligeable dans la guerre civile russe.
C'est donc une occasion de s'instruire et même si l'humour est un peu vieillot, l'histoire est bien construite avec de petits chapitres aux titres évocateurs.


Commenter  J’apprécie          40
Jaroslav Hasek, l'auteur tchèque de la célèbre trilogie satirique du soldat Chvéïk, nous raconte dans les « Aventures dans l'armée rouge » les situations qu'il a vécues pendant la guerre civile russe de 1918. Effectivement, dans ce court roman d'environ 90 pages, on retrouve avec plaisir le style de Jaroslav Hasek, à la fois drôle et percutant. L'armée rouge en prend pour son grade de même que les petits soldats et les hauts gradés. Et l'on rit beaucoup des situations, de la bêtise humaine, etc. Ainsi, Jaroslav Hasek (qui raconte l'histoire à la première personne) se retrouve gouverneur de Bougoulma après avoir débarqué dans la ville, accompagné d'un groupe de Tchouvaches. Ces derniers sont des rustres qui parlent à peine le russe. Pourtant, tout se passe bien pour le nouveau gouverneur, jusqu'au jour où débarque un régiment frère dirigé par un homme violent et qui décide d'être le nouveau gouverneur. Par chance, ce dernier (au doux nom de Lerokhymov) est certes violent, mais aussi complètement idiot. S'en suivent dès lors des situations ubuesques, folles, mais croustillantes pour le lecteur qui lit, amusé, un récit très drôle. Assez rapidement, en usant de son intellect, le narrateur reprend sa place de gouverneur. À la fois rusé et habile, celui-ci ne cessera de déjouer, non sans un certain plaisir, les nombreux pièges de Lerokhymov, qui fera tout son possible pour reprendre sa place de gouverneur. Qui plus est, notre héros sera aussi très occupé à réparer les sottises ordonnées par Lerokhymov. On en vient même à se demander si l'histoire, inspirée de faits vécus, n'est pas complètement inventée. Par exemple, Lerokhymov ordonne, par le biais d'une affiche imprimée, que les analphabètes doivent apprendre à lire d'ici trois jours sous peine d'être fusillé. Les exemples de ce type sont légion. Il y a beaucoup d'exagération dans ce texte, je le conçois et l'espère, mais parfois même si le trait est exagéré, certaines situations font paraître l'espèce humaine bien stupide. Et que dire des chefs militaires ? Ce sont les rois, reste à savoir les rois de quoi ? le narrateur, lui, n'est pas vraiment soldat, il explique avoir abandonné ses études militaires, alors forcément il sait se servir de sa tête. Par conséquent, notre héros se sort de situations, parfois bien périlleuses, de manière fort simple. Quoi qu'il advienne, le narrateur réussit à garder son calme ainsi que son flegme. Aussi, le sang-froid du héros, ne cessera de décontenancer Lerokhymov qui ne saura jamais y faire face. Si je devais de nouveaux faire une comparaison cinématographique hasardeuse je dirais que le narrateur du livre ressemble à John Travolta dans « Be cool ».

La plume de Jaroslav Hasek est agréable. le texte est drôle, fou, mais aussi marqué par une pointe de cynisme, ce qui n'est pas fait pour me déplaire. On passe vraiment un très bon moment à suivre les péripéties de nos deux gouverneurs. On s'amuse, on se détend, mais après avoir refermé le livre, qui se lit très rapidement, on s'interroge forcément sur cette révolution russe, sur la folie idéologique qui fait faire à l'homme n'importe quoi.

Avez-vous déjà lu Jaroslav Hasek ? Peut-être l'avez-vous découvert grâce à ses livres sur le soldat Chvéïk ? Qu'en avez-vous pensé ? La collection Ibolya Virág des Éditions la Baconnière compte aussi deux excellents livres d'un autre écrivain tchèque (Karel Capek) que je connais un peu mieux et que je ne peux que vous inviter à lire.

Lien : http://deslivresetdesfilms.c..
Commenter  J’apprécie          20
Un petit livre humoristique illustré, écrit en 1921 par Jaroslav Hasek sur la guerre civile russe et ses problèmes de commandements. le livre, tout en dialogues fait penser à une pièce de théâtre.

En pleine guerre civile, la hiérarchie révolutionnaire nomme le soldat Hasek gouverneur de Bougoulma, une petite ville très loin à l'est de la Volga et de Simbirsk. Mais à peine arrivé, sa place est menacée par le féroce commandant Ierokhymov qui trouve Hazek trop conciliant. Tandis que Ierokhymov veut faire passer tout le monde devant le peloton d'exécution, Hazek s'ingénie à déjouer ses plans. C'est un vrai jeu du chat et de la souris, où le plus malin des deux, Hazek, gagne (heureusement) à tous les coups.

Extrait :
"Il y a là des Tatars, des Mordves, des Tchérémisses, et tous saisissaient la nature de la guerre civile aussi approximativement qu'une équation du premier degré".

Ordre de Ierokhymov : "A toute la population de la ville de Bougoulma et des environs : J'ordonne à tous ceux de la ville et des environs qui ne savent pas lire et écrire d'apprendre à le faire dans les trois jours qui suivent. Qui, passé ce délai, sera considéré comme âne alphabête et sera fusillé"

Commenter  J’apprécie          40
Rafraichissant et mordant. Un court récit évoquant des situations (semble-t-il vécues) par cet étonnant nouveau gouverneur nommé par le Soviet militaire révolutionnaire en fin de 1918. Panorama bureaucratique des abus et de l'autoritarisme puissamment arbitraire conté avec un bel humour.
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Lorsque le Soviet militaire révolutionnaire (…) m’annonça, vers le début d’octobre 1918, que j’étais nommé gouverneur militaire de la ville de Bougoulma, je demandai au président Kaïourov:
« Et êtes-vous sûr que la ville de Bougoulma est entre nos mains » ?
- Nous n’avons pas de nouvelles précises, et entre nous, je doute que la Ville soit déjà prise. Néanmoins j’ai bon espoir qu’elle tombe avant que vous n’y arriviez. Telle fut la réponse.
- Et aurai-je une escorte? questionnai-je timidement.
Commenter  J’apprécie          50
A toute la population de la ville de Boulgouma et des environs.
J'ordonne à tous ceux de la ville et des environs qui ne savent pas lire et écrire d'apprendre à le faire dans les trois jours qui suivent.
Qui, passé ce délai, sera considéré comme âne analphabète sera fusillé.
Gouverneur de la ville Ierokhymov.
Commenter  J’apprécie          32
Pour rendre hommage à une figure d’exception de l’imprimerie et de l’édition jadis connue à travers toute l’Europe, les ouvrages de cette collection de littérature hongroise et d’Europe centrale sont composés en Janson, police de caractère qui fut en réalité créée par le Transylvain Miklos (nicolas) Misztotfalusi kis (1650-1702).
Commenter  J’apprécie          10
Il avait fait depuis longtemps ses comptes avec ceux qui l'avaient payé quinze misérables roubles par mois, et il luttait implacablement contre les ombres du passé, se tenant inlassablement à l'affût de traîtres infiltrés, contaminant ses proches du virus de sa suspicion systématique.
Commenter  J’apprécie          10
Le jour suivant, je fis imprimer et placarder l’ordre numéro deux :

Citoyens !
Je vous remercie d’avoir scrupuleusement exécuté l’ordre numéro un.
Signature.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Jaroslav Hašek (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jaroslav Hašek
Blanche Cerquiglini présente Les aventures du brave soldat Švejk de J
autres livres classés : littérature tchèqueVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (46) Voir plus



Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
20150 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..