AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

François Boucq (Autre)
EAN : 9782357661776
Éditeur : Editions Les Echappés (21/01/2021)

Note moyenne : 4.67/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Du 2 septembre au 10 novembre a lieu le procès de la tuerie insensée à Charlie Hebdo, du meurtre haineux de policiers boulevard Richard-Lenoir et à Montrouge et de l’attentat antisémite à l’Hyper Casher de Vincennes.
Pour suivre les débats, l’écrivain et chroniqueur à Charlie, Yannick Haenel et le dessinateur François Boucq sont les oreilles et les yeux de Charlie.
Nommer l’innommable, comprendre un cauchemar, c’est la mission quasi impossible qu’ont a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Derfuchs
  08 février 2021
Ce reportage sur ce procès fleuve est d'une approche d'une grande pudeur. Aucun jugement ici, des faits tels qu'explorés par la justice. Les témoignages et les dépositions. Haenel écrit juste, ce n'est pas de la littérature, c'est un compte rendu, un souvenir, afin que nul n'oublie.
De la dignité jusque dans le crayon de Boucq qui représente tous ceux qui, à un moment ou à un autre, se sont présentés dans le prétoire : avocats, accusés, juges et témoins.
Des gueules masqués dont on se souviendra, des visages d'anges, des anonymes, des gens connus, des avocats...
Ah, Coco!
Ah, Riss!
Ah, la famille de la policière de Montrouge...
Les parents, les familles brisés, les rescapés, tous réunis dans un même chagrin.
Un témoignage lourd!

Lien : https://www.babelio.com/livr..
Commenter  J’apprécie          434
Nuageuse
  17 février 2021
Yannick Haenel raconte jour après jour ce qui s'est passé au procès des attentats de janvier 2015 : l'attentat de Charlie Hebdo, l'assassinat de Clarissa Jean-Philippe à Montrouge, l'attentat à l'Hyper Cacher.
Tous les accusés ont un lien plus ou moins fort avec le terroriste de l'Hyper Cacher. En revanche, l'enquête n'a pas permis de retrouver la provenance des armes des frères Kouachi.
Yannick Haenel écrit ces chroniques pour que la parole des survivants et celle des familles des morts soient entendues. le tribunal est finalement le seul lieu où cette parole est écoutée.
Ce qui m'a frappée, comme l'auteur, est la pudeur de cette parole et sa puissance.
À travers ces mots, il est question d'amour. L'amour est indestructible et survit à la mort. Dire ce qu'ont été ces journalistes, ces policiers, ces juifs permet de ne pas les oublier.
Zaire S m'a particulièrement émue lors de son témoignage sur l'attentat de l'Hyper Cacher où elle représente la vie malgré les souvenirs qui font souffrir les parties civiles. Elle doit raconter ces scènes afin qu'elles n'appartiennent plus à Ahmedy Coulibaly.
Les accusés tentent de minimiser leur rôle dans cette logistique morbide avec le soutien de leur avocat dont une qui est particulièrement virulente.
Un livre nécessaire qui m'a mis les larmes aux yeux par la beauté de son message, par des faits insoutenables qu'il ne faut jamais oublier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Matatoune
  02 mars 2021
Six ans après l'horreur, le procès des attentas de janvier 2015 s'est déroulé cet hiver. le documentaire JANVIER 2015 LE PROCÈS en retrace jours après jours les débats.
Ce début de mois de janvier 2015, je m'en souviens ! Tout le monde en France s'en souvient ! Chacun découvrait sur ses écrans des scènes de guerre en plein Paris. Des fous hurlaient dans la rue en tirant sur tout ce qui bougeait. Et, puis, on apprenait l'horreur : des journalistes et des dessinateurs satiriques assassinés, ici, à Paris. Comment était-ce possible ?
Et, comme si cela ne suffisait pas, il y a eu trois jours d'horreur : le siège de l'Hyper casher de Vincennes et celui de l'Imprimerie de Dammartin-en-Goële. Ces images sont à jamais présentes dans nos souvenirs…Du 2 septembre jusqu'au 13 décembre 2020 s'est tenu le procès d'assises des attentats.
Le documentaire JANVIER 2015 le PROCÈS retrace les quatre mois, jour après jour, des débats à travers deux types d'écriture, celle de Yannick Haenel, romancier et chroniqueur de Transfuge depuis 2010 et de Charlie Hebdo depuis les attentats et François Bocq, dessinateur de bandes dessinées.
216 pages qui décrivent avec énormément de pudeur l'horreur vécue par chacune des victimes venues témoignées.
Impossible d'en parler comme d'un livre ordinaire !
Impossible de qualifier le talent de Yannick Haenel et les mots qu'il choisit, pour dire simplement la parole de chacun qui dit souffrance et combat pour continuer à vivre. Surtout pour dire et redire, toujours et encore, l'horreur que sont de tels actes. Mais, la force de vie et d'amour qu'il faut pour qu'elle dépasse la mort.
Et puis, tous ces visages croqués par François Boucq que l'on découvre masqués mais jamais muets dans ce prétoire. Leurs silhouettes et leurs attitudes dessinées pour entrer dans nos mémoire ! Quelle force !
Difficile de rester calme devant certaines réponses des accusés ou de leur entourage qui font tout pour ne pas se sentir concernés ! Mais le texte de Yannick Haenel redonne de humanité y compris aux accusés.
Car, c'est ce j'ai pris conscience à la découverte de JANVIER 2015 LE PROCÈS, l'attitude des accusés. Je savais déjà les liens entre délinquance et islamisme radicale. Mais, là, c'est une évidence, avec en plus un mauvais goût qui reste de lâcheté et de mensonge.
Un procès est un espace de neutralité où les faits y sont exposés, décortiques, analysés. Chaque partie y confronte sa vérité espérant que, ici, la cour y adhère. Car ce procès d'assise était sans juré. de plus, l'action publique s'est arrêtée par la mort des trois responsables. Alors pour ce procès, il s'agit de personnes condamnés pour avoir apporté une aide dans la préparation et la réalisation des actes terroristes.
Alors, même si Yannick Haenel et François Boucq n'avaient jamais suivi un procès, leurs émotions sont palpables, fortes et le plus souvent difficilement supportables. Il faut s'arrêter, poser le livre et respirer. Puis de nouveau le reprendre …
Pour moi, JANVIER 2015 LE PROCÈS est appelé à rester dans ma bibliothèque pour être relu et redécouvert au fil du souvenir et au fil des nécessités… Indispensable !
https://vagabondageautourdesoi.com/2021/03/02/janvier-2015-le-proces-yannick-haenel-francois-boucq/

Lien : https://vagabondageautourdes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Anneetmots
  13 mars 2021
Ce livre est le témoignage du procès des accusés d'être les complices des terroristes qui ont attaqué Charlie Hebdo et l'Hyper casher en janvier 2015. C'est une lecture prenante et aussi dérangeante. J'ai déjà assisté, dans le public à des procès d'assises et je dois dire que j'ai retrouvé là la même ambiance solennelle, la parole prend ici un sens tout particulier.
Les dessins (caricatures !?!) de Boucq y sont pour beaucoup. Il a su capter pour chacun des témoins les attitudes, les gestes.
J'ai été émue, bouleversée par les témoignages des rescapés mesurant combien il a dû être difficile et peut être, je l'espère, salvateur que leur douleur soit ainsi entendue, qu'il leur soit permis de déposer au pied de la société ces moments d'horreur qui ont fait basculer leur vie.
J'ai été complètement ahurie par la bêtise, l'inconscience et l'arrogance de ces complices qui trafiquent, vivent en marge et sont offusqués que la justice de notre société leur demande des comptes.
Le texte de Yannick Haenel est fort, précis, respectant chaque individu. On le sent touché, éprouvé par ce qu'il entend et pénétré par la tâche qui est la sienne.
C'est un récit fort que je n'ai pas pu faire dans la continuité, sans que cela ne nuise à la lecture
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
gaspalet
  27 janvier 2021
Oeuvre d'exception, permettant de conserver trace d'un procès, qui par nature n'est qu'ephemere et difficile d'accès au public.
Les nombreux témoignages, tous très justes, permettent d'avoir une vision complète des attentats de Charlie Hebdo et nous font plonger dans la nébuleuse islamiste, qui a ici la particularité d'être également exercée par des délinquants presque "traditionnels".
Commenter  J’apprécie          61


critiques presse (2)
BDGest   09 février 2021
Lecture hypnotique d’une intensité de tous les instants habillée d’extraordinaires portraits sur le vif dans la grande tradition du croquis d’audience, Janvier 2015 - Le procès s’avère aussi être une leçon d'éducation civique sur le fonctionnement de la justice.
Lire la critique sur le site : BDGest
LigneClaire   08 février 2021
L’émotion est d’une rare force, palpable et submerge le lecteur dans ces 220 pages. Haenel écrit continuellement, automatiquement avec une sincérité qui permettra de trouver la vérité, lui qui n’avait jamais mis les pieds dans un prétoire.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Cigale17Cigale17   03 avril 2021
[Hermant], ce trafiquant d’armes dont il est acquis qu’il a vendu celles qu’on a retrouvées en possession d’Amedy Coulibaly. Trafiquant dont je rappelle que, sous prétexte d’avoir été jugé dans une autre juridiction, il est actuellement en liberté. Trafiquant dont chaque témoin confirme qu’il était un indicateur de gendarmerie et qui semble, comme tel, singulièrement protégé (l’absence de questions des avocats généraux, dès qu’il est question de lui, à la fois déconcerte, alarme et désespère). (p. 160)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
NuageuseNuageuse   17 février 2021
Dans une telle pesanteur, les morts se promènent. Je ne les oublie jamais, ils sont là maintenant, pour toujours, avec moi, avec les paroles entendues depuis plus d’un mois, avec le silence de l’amour que nous pouvons éprouver pour ceux et celles que nous avons connus ou que nous ne connaissions pas, tous ceux qui étaient dans la salle de rédaction de Charlie Hebdo, et dont j’ai vu ce que je n’aurais pas dû voir. Je n’oublie pas non plus — ça me vient chaque nuit avec ces « ombres derrière les éléments de la cause » et avec les ténèbres dans la voix des criminels — la scène de l’Hyper Cacher, les corps étendus dans les rayons et la silhouette des vivants gracieux ; et si ces fantômes peuplent mes cauchemars, je ne veux pas qu’ils s’en aillent, car tant qu’ils viennent dans mes nuits, la vérité continue à exister.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MatatouneMatatoune   02 mars 2021
Une phrase de Nietzsche me revient, elle dit " Un homme offensé est un homme qui ment". Les tueurs qui se disent offensés par les caricatures de Mahomet mentent pur justifier leur volonté de tuer; ils mentent sur l'islam, ils mentent sur Mahomet. Un homme qui aime sa religion, un homme qui chérit sa foi, que celle-ci soit musulmane, juive, catholique ou autre, n'est jamais offensé, surtout par l'humour. Un homme qui aime sa religion pense et parle avec les autres: il parle de ce qu'il aime, il parle de sa religion. Parlons de religion, pensons les religions. Continuons à enseigner, à comprendre, à expliquer, à écouter toutes les paroles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MatatouneMatatoune   02 mars 2021
Grâce à ce procès, mais aussi grâce à lui (Samuel Paty), nous sommes devenus plus libres: nous n'arrêtons plus e penser, et seule la pensée nous grandit.
Commenter  J’apprécie          20
MatatouneMatatoune   02 mars 2021
Le crime c'est l'absence de pensée. Oser dire qu'on peut tuer des dessinateurs et des écrivains parce qu'avec leurs mots et leurs traits "ils l'ont bien cherché" relève juste de la plus ignoble des imbécilités. La justice sert à cela : en cherchant la vérité, en tranchant dans les ténèbres, elle nous aide très simplement à discerner la connerie, à révéler les appréciations les plus ineptes, à comprendre combien la stupidité conduit au crime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Yannick Haenel (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yannick Haenel
« NOUVEAU » PAR NICOLAS COMMENT - Film-concert Avec Yannick Haenel & Éric Elvis Simonet Avec Milo McMullen, Charlotte Bentz, Sophie Hélard, Laurent Levesque, Marc Haussmann. Réalisation et montage : Nicolas Comment
« Voici des images et des chansons, leur poésie se croise, leur lumière se désire. Germain Nouveau les inspire, et reçoit d'eux un avenir neuf. » Yannick Haenel, "Nouveau", Médiapop (2021).
Germain Nouveau demeure encore une figure peu connue de l'histoire de la littérature moderne. Et pour cause : il passa une grande partie de sa vie à pourchasser les (rares) éditions de ses poèmes pour les détruire ! Pourtant, il fut un des grands hérauts de la poésie française avec ses compagnons Paul Verlaine et Arthur Rimbaud auprès desquels il écrivit une oeuvre étrange et contradictoire où voisinent érotisme et poésie sacrée. Personnage fascinant qui passa du dandysme libertin (habitué des salons parisiens de Nina de Villars notamment) à une existence de « hobo » illuminé (sur les pas de Benoît Labre). À l'occasion du centenaire de sa disparition, Nicolas Comment livre « Nouveau », un album concept sous la forme d'un disque vinyle accompagné d'un livret photographique grand format signé Nicolas Comment et d'un texte de Yannick Haenel.
Le film sera ensuite disponible sur notre chaîne Youtube jusqu'au 19 mai 2021.
+ Lire la suite
autres livres classés : procèsVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox