AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Éditeur : Actes Sud (08/01/2020)
3.15/5   26 notes
Résumé :
Walter et Bennie Blumenthal s’apprêtent à célébrer le mariage de leur fille et de sa petite amie. L’heure devrait être à la fête, mais Walter et Bennie ont pris une décision qui pourrait bouleverser leur vie. Pour l’instant, il s’agit d’accueillir les premiers invités.
Cinq jours durant, des liens se (re)noueront, des actes antisémites seront commis, des policiers s’inviteront à la noce, une alliance disparaîtra et des secrets – certains dissimulés depuis de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,15

sur 26 notes
5
3 avis
4
2 avis
3
4 avis
2
2 avis
1
1 avis

michemuche
  16 février 2020
Bennie et Walter Blumenthal vous font part du mariage de leur fille
Clémentine avec mademoiselle Diggs sa petite amie. La cérémonie aura lieu dans la maison familiale en présence de la doyenne de la famille l'arrière tante Gladdys Erland.
Pour Bennie et Walter l'homosexualité de Clémentine n'est pas un problème ni le fait que Diggs soit noire. le soucis qu'ont les parents outre les préparatifs du mariage c'est le désir de vendre la demeure familiale qui a vu naître cinq générations de Erland.
Pourquoi vendre cette ancienne poste et épicerie de Rundle Junction dans l'état de New-York ?
La peur de l'inconnue ou les conséquences que vont avoir l'arrivée massive d'une communauté d'ultra orthodoxe pour le village. Pourtant Rundle Junction en a connu des drames comme en 1927, tante Glad s'en souvient de cette année là, marquée à tout jamais dans sa mémoire et dans sa chaire.
« Des gens comme nous » de Leah-Hager-Cohen est tout simplement magnifique. Ce récit me rappelle cette vieille boite de photos que nous avons tous vu chez nos grands parents, des membres de nos familles pour la plupart inconnus mais tellement importantes dans la genèse familiale.
«  Des gens comme nous » est un livre sur l'amour que nous portons sur le passé, le présent et le futur de notre bien le plus précieux la famille.
Grâce à une écriture pleine d'intelligence et de tendresse Leah-Hager-Cohen m'a introduit dans cette famille pas comme les autres, dans ce joyeux bazar où tante Glad surveille ses poussins comme la maîtresse qu'elle fût.
«  Quand la jeune génération ne craint pas d'offenser la précédente, pense-t-il, cela présage bien de l'avenir de l'espèce. Et pas seulement ça : c'est l'hommage ultime. Une façon pour les enfants de dire à leurs aînés : savourez votre succès. Vous nous avez appris à être libres.
Merci à babelio et son opération masse critique et la maison d'édition Actes sud pour ce petit bijou littéraire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          895
JIEMDE
  16 février 2020
Une maison, une histoire, des souvenirs…
Une famille, une tribu, un mariage…
Des ancêtres, des secrets, un drame…
Des voisins, des nouveaux venus, des gens comme nous ?
Malheureusement pour moi, je suis passé totalement à travers ces petites histoires de la tribu Blumenthal ; de leur maison refuge au lourd passé ; de leurs inquiétudes liées à l'arrivée de juifs haredim au sein de leur village et de leur mauvaise conscience d'avoir ces inquiétudes ; de ce couple formé par les parents Walter et Bennie, un peu trop fades ; du couple lesbien et mixte formé par leur fille Clem avec Diggs, un peu trop cliché ; de ces liens trans-générationnels qui unissent les jeunes aux anciens, les vivants aux morts, le présent aux souvenirs ;
Des gens comme nous, de Leah Hager Cohen – traduit par Laurence Kiefe – m'a souvent fait penser à certains films de Lelouch : une ambiance sympa, des personnages à foison, un fond d'intrigue minimal, mais une impression rapide de quelque chose qui tourne en rond.
Désolé pour ce rendez-vous manqué, rarissime avec Actes Sud, et ce retour de masse critique en demi-teinte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          335
bilodoh
  30 mai 2021
Rien de banal dans cette famille d'une petite ville des États-Unis, mais comme dans bien des romans, leur singularité rejoint des dimensions universelles.

Un couple à quelques jours du mariage de leur fille aînée, un moment important, la première à quitter le nid. Qu'elle épouse une femme ne leur pose pas de problème, mais avoir tous ces visiteurs, pour une cérémonie dont leur fille ne leur dit rien, c'est stressant pour la mère. D'autant plus qu'elle ne se sent plus elle-même, perturbée par les hormones d'une grossesse qu'ils veulent garder secrète jusqu'après le mariage.

Avec son mari, pourtant d'origine juive, ils font face à un dilemme lorsqu'un groupe de juifs ultra-orthodoxe vient s'installer dans la ville : comment garder leurs valeurs démocratiques et faire la différence entre « quelqu'un qui appartient à ce groupe a fait ça » et « ils sont comme ça ».

Dans le décor d'une maison centenaire habitée par des souris et envahie par les cousins et les amis en visite, une galerie de personnages gravite autour du couple :
— Clem (Clementine), la future mariée, qui a étudié en théâtre et veut faire de son mariage une « représentation ».
— Tante Glad, 95 ans, qui porte les cicatrices de ses souvenirs, d'un terrible incendie lors d'une fête patriotique. Tante Glad qui aussi se sent peu à peu happée par le dernier voyage.

— Tom, un adolescent qui veut avoir des réponses à ses pourquoi, qui veut définir sa propre identité.

— le jeune Pim (diminutif de William), petit garçon qui se promène à moitié nu en s'inventant des combats contre des ennemis, pirates, extra-terrestres ou autres.

— Sa grande soeur Samantha, qui a décidé de ne plus se faire appeler Sammy, mais Mantha. Elle a l'oreille fine et le don de poser aux adultes des questions embarrassantes sur des bribes de conversation qu'elle a entendues. Elle a aussi un talent pour créer des distinctions entre la Vie réelle, la Vie passée et la Vie imaginaire.

Un roman subtil, au déroulement lent, avec le dépaysement états-unien et des habitants de Rundle Junction bien particuliers, mais aussi des gens comme nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
Sharon
  27 février 2020
Merci à Babelio et aux éditions Actes Sud pour ce partenariat.
Une fois le livre refermé, je ne parviens pas à dire si j'ai aimé ou non ce livre. En fait, si je creuse un peu, je crois que je ne l'ai pas vraiment aimé. Il fut agréable à lire, cependant je n'ai pas accroché à cette histoire, et quand je n'apprécie pas totalement, je me lance toujours dans de grandes explications.
Tout d'abord, l'action se passe pendant cinq jours, mais le lecteur se trouve très souvent embarqué, emmené bien plus loin dans le passé que ces cinq jours. A vrai dire, il se retrouve dans le passé de chacun des personnages, et si cela permet d'en savoir beaucoup sur les différents protagonistes, ce procédé littéraire n'est pas vraiment mon préféré. de même, l'on en apprendra aussi sur le devenir de certains – notamment le mariage de Clem et Diggs, l'avenir professionnel de Tom. Pour faire court, le présent du roman s'enrichit avec les retours en arrière et les anticipations.
En effet, nous sommes à Rundle Junction, dans l'état de New York, et la maison des Blummenthal a vu grandir cinq générations, avant que Walter et Bennie ne songent à vendre. C'est un des secrets qu'il ne faudra pas révéler avant la cérémonie. Cinq générations, plus d'un siècle, des événements douloureux aussi qui sont tellement ancrés dans la mémoire collective que les Blummenthal ne s'interrogent pas sur eux. Ainsi, dix-huit enfants de la commune sont morts en 1927, lors d'un immense incendie : tante Glad, l'arrière-grande-tante nonagénaire de Clem, a porté toute sa vie les cicatrices – physiques et morales. Fait-on vraiment attention aux personnes à côté de qui l'on vit ? Ou, plus largement, parvient-on à vivre avec autrui et non à côté ?
Walter, et surtout Bennie tentent de maintenir la cohésion au cours de ces cinq journées, autour des membres de la tribu qui sont tous venus. Je pense à Lloyd, en particulier, le petit frère, dont les choix de vie, les errances, n'ont pas véritablement convenus à ses soeurs – ou comment s'échapper de la vie que l'on avait souhaité pour vous.
Oui, ce livre suscite aussi beaucoup de questionnement – qu'est-ce qu'appartenir à une communauté ? Que reste-t-il de l'existence d'un homme ? Alors même si je n'ai pas apprécié ce livre, même si je me suis peu attachée aux personnages, à l'exception de Lloyd, Tom et tante Glad, il n'en reste pas moins un grand livre.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
MadameTapioca
  22 avril 2020
Bennie et Walter, parents de 4 enfants (bientôt 5), habitent à Rundle Junction dans une maison qui est depuis longue date dans la famille de Bennie.
C'est dans cette demeure familiale chargée de souvenir que se déroulera dans 5 jours le mariage de leur fille aînée, Clementine.
Au joyeux chaos familial habituel s'ajoute la tension d'avant mariage exacerbée par l'arrivée des frères et soeurs de Bennie, leurs enfants, les amis de Clem campant sur la pelouse, et Tante Glad, la doyenne, qui se perd entre passé et présent, hantée par l'incendie dont elle a réchappée alors qu'elle avait sept ans.
Dans le même temps, l'inquiétude monte dans le village à l'annonce de l'arrivée d'une communauté juive ultra-orthodoxe.

Un roman très tendre sur la permanence du passé, les tensions familiales, les liens entre générations, la tradition, la culture, l'acceptation de la différence.... en bref sur la grande richesse de la vie. Cette famille tentaculaire offre un casting séduisant de personnages et l'autrice prend le temps de nous donner de chacun une vision complète.
J'ai apprécié son regard sur la façon dont nos familles nous définissent, nous façonnent et sur la façon dont nous pouvons en venir à remettre en question ces choses en grandissant et à mesure que nous forgeons nos propres croyances.

Leah Hager Cohen écrit brillamment sur la banalité de la vie de famille et j'ai suivi avec engouement et délectation cette smala dans la première partie du roman mais j'ai vraiment fini par m'ennuyer. Trop de digressions, le souffle du départ se perd, on se traîne et j'avais hâte d'arriver au dénouement.

Traduit par Laurence Kiefé
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
michemuchemichemuche   09 février 2020
- J’estime que c’est un devoir pour nous de ne pas croire quelque chose simplement parce que nous avons été élevés dans cette certitude.
Commenter  J’apprécie          400
JIEMDEJIEMDE   16 février 2020
L'important, ce n'est pas de lutter contre le changement, c'est d'en être curieux, d'y être attentif, de dialoguer avec la réalité du changement, cette réalité qui ne cesse d'évoluer. Chanter à l'unisson avec elle. Aider à inventer de nouveaux couplets.
Commenter  J’apprécie          180
bilodohbilodoh   30 mai 2021
Se faire prendre en flagrant délit, en plein trou de mémoire, ça n’a rien de honteux en soi. Ce qui la dérange, c’est de perdre pied, de comprendre que chaque fois qu’un trou de mémoire s’ajoute aux précédents, elle se retrouve reléguée un peu plus loin, on l’envoie flotter dans le courant de la non-pertinence, elle part à la dérive…

Actes Sud, p.163)
Commenter  J’apprécie          50
bilodohbilodoh   30 mai 2021
Tom a faim, pense Lloyd. C’est tout. Comme tout le monde. Tout individu sain a faim. Découvrir les choses par lui-même. Poser ses propres questions, tester ses propres idées. C’est drôle que la famille soit souvent la première à punir l’individu pour cet appétit de la vie.

(Actes Sud, p.137)
Commenter  J’apprécie          40
TapagenocturneTapagenocturne   06 août 2020
La rupture. Voilà comment les enfants se séparent de nous en définitive : avec la cruauté de l’indifférence.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Leah Hager Cohen (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Leah Hager Cohen
http://www.librairiedialogues.fr/ Adeline, Émilie et Laure-Anne, nous proposent leurs coups de coeur sur le thème de la famille : "Formica - Une tragédie en trois actes !" de Fabcaro (6 pieds sous terre), "Pourquoi les spaghetti bolognese n'existent pas, Et 700 autres questions impertinentes et ludiques sur la cuisine" d'Arthur le Caisne (Marabout) et "Des gens comme nous" de Leah Hager Cohen (Actes Sud). Réalisation : Ronan Loup.
Retrouvez nous aussi sur : Facebook : https://www.facebook.com/librairie.dialogues/ Twitter : https://twitter.com/dialogues Instagram : https://www.instagram.com/librairiedialogues/
+ Lire la suite
autres livres classés : chronique familialeVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Leah Hager Cohen (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1206 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre

.. ..