AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791038112070
488 pages
Éditeur : MxM Bookmark (25/05/2020)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 4 notes)
Résumé :
« Il est 08 h 46. Le premier impact. Les contours de mon passé s'effacent. Ils se perdent au bord d'un monde qui part en cendres... »

Kalli n'était qu'un adolescent lors des attentats du 11 septembre. Quatorze ans plus tard, c'est un secouriste qui parcourt le monde, d'une mission humanitaire à une autre.
Profondément traumatisé, souffrant depuis ce jour d'un syndrome de stress post-traumatique, Kalli se débat avec un passé qui n'existe pas v... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
levri
  24 avril 2020
Un récit décousu où nous suivons les pérégrinations d'un secouriste complètement à côté de ses pompes, les en-têtes de chapitres avec des témoignages de victimes du 11 septembre donnent le ton. Kalli, notre héros de 28 ans est victime de stress post traumatiques suite au décès de son père pompier lors de l'effondrement des twin towers alors qu'il avait quatorze ans. Et pas qu'un peu victime, il a perdu la mémoire et semble totalement fabuler sur la disparition d'un ami qu'il retrouve sous les traits d'un pilote de Grand Prix moto champion, même si tout le monde lui dit qu'il ne l'a jamais fréquenté. le jour où ils se retrouvent face à son fantasme en chair et en os ses problèmes mentaux s'aggravent …

Là je vous ai déjà résumé plusieurs centaines de pages … et ça e s'arrange pas, nous ne savons toujours pas grand chose, à part que notre "héros" est caractériel et bénéficierait certainement de soins psy … une habitude chez cette autrice dont les personnages ont souvent ce type de problèmes, elle semble affectionner les hommes incapables de se contrôler et qui défoncent les murs les poings nus … sans rien se casser d'ailleurs.
Il faut attendre le dernier quart du livre pour que Yaël emmène Kalli sur les Grands Prix du championnat à travers le monde où il joint l'équipe de secouristes de la fédération Et c'est dans les cent dernières pages que vont être révélées les causes de l'amnésie de Kalli et la réalité des supposés fantasmes qui ont permis aux autres de le manipuler en niant leur vérité …

C'est bien écrit et on peut se laisser prendre un moment, mais au final ce livre ne m'a vraiment pas convaincu, trop de longueurs, un sujet discutable, des personnages trop artificiels, comme l'intrigue et ses développement. Cette autrice semble avoir un fan club dévoué, au vu des éloges parus bien avant la parution sur différents sites je me suis laissé convaincre, mais je me suis ennuyé à cette lecture, à vous de vous faire votre opinion …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
izabulle
  08 avril 2020
Kalli 28 ans, est notre narrateur. Il est secouriste à Chicago, mais il n'est pas homme à rester en place. Si Chicago sera toujours son point de chute, il multiplie pour autant les missions humanitaires dans les pays les plus hostiles. Son besoin de bouger est notamment dû à un stress post-traumatique qu'il traîne depuis 14 ans. Depuis que son père pompier est mort sous les ruines des tours du 11 septembre. Kalli à des flash-backs, des souvenirs, des réminiscences mais qui ne lui appartiennent pas. Il est notamment persuadé d'avoir vécu avec Yaël Dazi, un champion du monde de course de moto, alors que son entourage ne cesse de lui rappeler qu'il ne l'a jamais rencontré...
Oh mon dieu ! Oh mon dieu ...
Cette histoire est un chef d'oeuvre. Alors même que Lily Haime enchaine les romances MM comme moi je fais des crêpes, comment fait-elle pour me surprendre à chaque fois ? J'en suis moi-même perturbée...
J'ai dégusté chacun de ses mots, chaque noirceure à l'âme de Kalli, chaque regard incisif et incendiaire de Yael. J'aime profondemment chacun de ses personnages, en passant de la volcanique Elfia, à Billie, cette mère qui a enchaîné tant de mauvais choix qu'elle en devient attachante.
Alors que Kalli est le personnage central, Yaël de son côté prend de plus en plus d'espace à mesure que les pages se tournent et c'est au moment où Kalli n'a plus de secret pour le lecteur, que Yaël devient cet homme mystérieux dont il nous faut tout savoir.
L'auteur nous plonge volontairement dans le flou et nous subissons au même titre que Kalli ses flash-backs envahissants et déroutants.
J'adore me laisser porter par les romans de Lily Haime qui sont souvent avares en explication et justification, car je sais que le dénouement n'en sera que meilleur, laissant la possibilité au lecteur d'élaborer ses propres hypothèses.
D'ailleurs, dans les romances de Lily Haime, je ne me pose jamais la question de savoir qui va s'aimer ou s'entre déchirer. Les émotions sont toujours aussi intenses et transcendantes, que ce soit un MM ou un MF.
Aussi, j'ai retrouvé avec un plaisir absolu la plume de Lily Haime, qui est méticuleuse, telle une chirurgienne des mots, nous offrant poésie, suspense et émotion.
Un énorme coup de coeur pour cette histoire hors norme, crédible et présentant des personnages que je n'ai aucune envie de quitter.
Lien : http://evenusia.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Eden1487
  10 mai 2020
Un roman à couper le souffle, un amour brutal, une passion dévorante comme sait si bien les écrire Lily Haime.
Lien : https://aucoindeden.blogspot..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
levrilevri   24 avril 2020
Elle ne le disait pas, mais ça pesait entre nous.

Tu es fou, Kalli. Simplement fou.

Tous les traumatisés qui souffraient d’un syndrome de stress post-traumatique auraient pu le dire. Parfois, ils croyaient être dans un endroit et en fait, ils se trouvaient ailleurs. Parfois, ils ressentaient ce qu’ils n’auraient plus jamais dû ressentir, parfois ils croyaient voir des choses qui n’existaient pas. Leur cerveau était sans cesse en alerte, et le mien passait son temps à tout mélanger, tel un pot-pourri dans lequel on avait tout accumulé. Je pouvais décrire à la perfection les traits de mon père. Si j’avais été bon dessinateur, j’aurais même pu tracer la moindre de ses expressions. Je pouvais parler des heures des tableaux que nous avions achetés pour l’appartement, des couloirs de sa caserne, de mes salles de classe. Mais si j’essayais de me rappeler de l’épicier au bout de la rue, je ne voyais qu’une porte floue et des rangées de boîtes de conserve. Si j’essayais de me souvenir de mes camarades de lycée, je ne visualisais que de vagues silhouettes perdues dans les dédales d’un établissement dont je n’avais mémorisé que le nom. J’avais longtemps regardé les photos ramenées de New York, parfois frénétiquement, essayant de remettre dans l’ordre les événements. J’avais le vague souvenir d’un immense gâteau, mais quel âge avais-je ? Et ce modèle réduit de moto, pour quel Noël l’avais-je eu ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
levrilevri   24 avril 2020
Un jour, la vie était normale. Je vivais à New York avec mon pompier de père. Le jour suivant, tout avait explosé. Dans mon esprit, il y avait eu autant de gravats que dans les rues. Et je m’y étais enfoncé, paumé et hagard. Les médecins avaient un nom pour ça. Syndrome de stress post-traumatique. Ils m’avaient collé cette étiquette, une jolie estampille à ma folie. Ça m’avait valu plus d’une crise à me taper la tête contre les murs, ça m’avait valu plus d’un séjour dans le service de psychiatrie d’un hôpital, ça m’avait valu tellement de hurlements, de nuits à vouloir m’arracher la peau pour m’assurer que j’étais bien vivant. Que j’existais ! J’en étais venu à en douter tellement souvent… J’en doutais encore parfois, lorsque je me réveillais, encore persuadé que j’avais perdu quelqu’un d’autre, ce jour-là. Et peu importait le nombre de fois où mes thérapeutes m’avaient répété que je m’étais inventé ce garçon pour supporter la perte de mon père et les horreurs auxquelles j’avais assisté ; il continuait de me manquer. À quel point étais-je dément pour me persuader qu’un inconnu me manquait ? Et que cet inconnu m’avait volé une part de moi-même ? C’était aussi absurde que ces courses que j’écoutais, à longueur de nuit, lorsque plus rien n’avait de sens. Le bruit des motos avait toujours su me calmer. Me stabiliser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
levrilevri   24 avril 2020
Je contractai les poings. Yaël les observa, comme s’il savait que j’allais les enfoncer dans le mur. Et je les enfonçai si fort que je grimaçai de douleur.

— Foutu connard de menteur !

Qui ?

Lui ?

Ou moi ?

Je continuai de taper. De plus en plus vite et de plus en plus fort. Exactement de la même façon que lorsque je me retrouvais devant un sac de boxe et que j’enchaînais les coups. Il fallait seulement que je m’essouffle, que je fasse monter l’adrénaline, fonctionner mon cœur. Ensuite, il y aurait un peu de sang sur mes phalanges, un peu de souffrance, un peu de frustration que ça se termine. Mais ça se calmerait. Alors il fallait que je m’épuise. Tant pis s’il me regardait. Tant pis s’il faisait demi-tour. Tant pis si, lorsque je finis par me reculer, l’enduit était par terre, l’entrée déserte. Tant pis si, en reculant, cherchant à retrouver un semblant de souffle, je me rendis enfin compte de ce que j’avais dit. Tant pis… Je n’aurais qu’à prendre mes deux sacs et quitter cet endroit, comme tant d’autres auparavant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
levrilevri   24 avril 2020
Alors même que je le rapprochais de moi, si brusquement que j’aurais pu m’apprêter à le frapper. Et ce fut d’ailleurs ce que je fis. J’écrasai mes lèvres si violemment sur les siennes que ce fut douloureux. Si douloureux… Tant de rage et de culpabilité. Tant d’incompréhension. Et toutes ces choses qui me traversaient depuis des semaines, depuis que je l’avais vu devant moi.

Et ce goût qui m’envahit.

Et cette chaleur qui me rendit fou.

Et ce grondement rauque qui vint briser mes retenues.

— Non, articulai-je contre ses lèvres.

— Kalli…

Il y avait tant de choses cachées dans ce simple mot que je posai fermement mes mains sur ses reins pour le rapprocher de moi. Je remontai pour m’accrocher fermement à ses épaules, je m’y agrippai pour ne pas m’emparer de lui.

— Laisse-moi juste… murmura-t-il. Juste…

Je me mordis la lèvre jusqu’au sang lorsqu’il déboutonna mon pantalon.

— Yaël, le prévins-je.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
levrilevri   24 avril 2020
Je raccrochai sans dire au revoir. La seconde suivante, je balançai mon portable un étage plus bas, vers la rue. Avec toute la force dont j’étais capable. Je l’entendis s’écraser sur le bitume et ne pris même pas la peine de regarder. Je me détournai même et frottai mes yeux. Ils me brûlaient, à croire que j’avais oublié de cligner des paupières. Ou alors j’avais tellement froid que ça faisait monter les larmes. Pourtant, je restai là de longues minutes. Je n’arrivais plus à bouger. Peut-être que le froid s’occuperait de figer ces pensées absurdes qui avaient toujours pris trop de place dans ma tête. Je finis par avancer, lorsque mes tremblements devinrent incontrôlés. Mes pieds étaient si congelés que je les sentis à peine lorsque je rentrai. La chaleur fut tellement violente que ça me fit l’effet de plonger dans un brasier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Lily Haime (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lily Haime
Découvrez le premier extrait de Clair Obscur de Lily Haime en livre audio chez Hardigan.
Et n'oubliez pas, vous pouvez télécharger GRATUITEMENT votre premier livre audio sur audible.fr !
Sortie en MARS 2017 !
--------------------------------------------------------- ? de quoi ça parle : ?
« Il a le regard vairon, des yeux qui m?ont poursuivi pendant des années. Si je l?aime... »
Gwenn a deux rêves, la danse et Sevan. Après avoir réussi ses auditions à la célèbre Julliard School, il prend sa voiture malgré les conseils de son meilleur ami et roule jusqu?à chez Sevan. Gwenn a l?arrogance de ses dix-sept ans, la prétention des sentiments. Sevan a vingt-quatre ans ; militaire de carrière, il est sur le point de quitter Portland pour se marier. Gwenn repart en cachant ses larmes, démarre trop vite, prend la fuite en faisant déraper les roues de sa Jeep.
Une seconde d?inattention et un chauffard ivre... Un arbre au bas d?une pente...
Sept ans plus tard, Gwenn est un jeune homme qui n?a plus rien à voir avec l?adolescent qu?il a été, ce rêveur aux grandes ambitions. Professeur de danse, propriétaire d?un bar en chantier, fils, frère, ami et tonton, il a appris à composer avec une vie différente de celle qu?il pensait mener. Si ses espoirs ont foutu le camp, s?il reste cabossé et rafistolé, il ne cache pas ses cicatrices.
Quand Sevan revient à Portland, Gwenn a appris à le haïr pour ne plus l?aimer.
« Une seconde chance, un souffle sur ses lèvres, une main au creux de son dos. Des riens qui changent tout... »
---------------------------------------------------------
Pour retrouver tous nos ouvrages chez Audible c'est par là : ? http://bit.ly/AudibleHardigan
---------------------------------------------------------
Passez nous dire bonjour sur Facebook : http://facebook.com/playhardigan Suivez nous sur Twitter : http://twitter.com/playhardigan Rejoignez le cercle sur Google+ : http://google.com/+HardiganFrance
---------------------------------------------------------
Les musiques utilisées, le contenu des livres audio est copyright Hardigan et nécessité une autorisation pour diffusion. Hardigan est une marque protégée.
+ Lire la suite
autres livres classés : Névroses posttraumatiquesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1976 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre