AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782266102933
219 pages
Pocket (02/03/2001)
3.57/5   79 notes
Résumé :
« Ma mère ne m'aimait pas. Ne m'avait jamais aimée, me disais-je certains jours. Elle, dont je guettais le sourire -rare- et toujours adressé aux autres, la lumière noire de ses yeux de juive espagnole, elle dont j'admirais le maintien altier, la beauté immortalisée dans une photo accrochée au mur où dans des habits de bédouine, ses cheveux sombres glissant jusqu'aux reins, d'immenses anneaux aux oreilles (...), elle, ma mère dont je frôlais les mains, le visage pou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,57

sur 79 notes
5
3 avis
4
4 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
1 avis

fanfanouche24
  25 mai 2014
Une lecture ancienne... mais qui m'avait passionnée et mieux fait comprendre le parcours tumultueux de cette célèbre avocate, engagée avec fougue contre toutes les injustices. Une enfance auprès d'une mère hostile... Un récit où le mythe de l'"amour maternel" vole en éclats...
Un texte autobiographique de la célèbre avocate... offrant le portrait d'une mère à la forte personnalité mais pas aimante... qui surtout... aurait voulu une fille soumise, dans un rôle féminin traditionnel... Parfois, il n'y a pas pire "machistes".et "ennemies des femmes", que les femmes elles-mêmes..
Heureusement, Gisèle Halimi, déjà enfant, avait un caractère "trempé"... et savait surtout ce qu'elle voulait : agir, être autonome, indépendante... et échapper à cette condition féminine réduite à une sorte "d'asservissement" , de silence !! ...et surtout et avant tout, se battre pour réduire, lutter contre toutes formes d' injustices...Son autre récit "Le lait de l'Oranger"... complète ce texte autobiographique...en rendant hommage à son père, adoré et tant regretté...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          576
KRYSALINE555
  27 novembre 2020
Ce livre me contemplait depuis cinq ans au minimum, juché sur l'une des étagères de ma bibliothèque (offert par une amie à l'occasion d'un anniversaire, elle ne pouvait savoir combien j'étais troublée et terrifiée à l'idée de le lire).

En effet, compte-tenu du contexte et du sujet, je ne me sentais pas prête à le lire. Alors, pourquoi à présent ? Je dirai que je trouve seulement maintenant le courage d'affronter une pareille question.
Aujourd'hui, je referme la dernière page de ce livre en pensant que décidément cette grande Dame avait tous les courages.
Ceux que tout le monde, ou presque, connait, concernant ses combats en faveur des femmes. Cette féministe convaincue, cette socialiste dans l'âme sera de toutes les batailles. A commencer par la décolonisation et la défense de certains membres du FLN en Algérie, notamment, Djamila Boupacha en tant qu'avocate. Celle du droit à l'avortement avec l'adoption de la loi Veil, de la défense des femmes violées ; ses procès ultra-médiatisés la rendront célèbre.
Mais aussi, le courage de remettre en cause ce qui semble « acquis » pour tout le monde, à savoir, l'image de la mère et l'amour dont elle est censée fait preuve envers et contre tout, le fameux « instinct maternel ».
Ce sera une quête de reconnaissance qu'elle mènera toute sa vie et qui restera à jamais sans réponse.
Je me demande alors, dans quelle mesure les sentiments de rejet et d'abandon, voire de reniement, ont influencé la personnalité et les engagements de Gisèle Halimi ?
Il semble que ma question soit pertinente et même fondamentale puisque Wikipédia y répond de la manière suivante : « Fritna, aurait-été la source de toute la démarche de Gisèle et ceci afin que les femmes ne lui ressemblent pas ».
En fait, cette autobiographie ne comporte qu'une seule et même question : Pourquoi ma mère ne m'aimait-elle pas et ne m'avait-elle jamais aimée ? Tout le livre n'est que variations autour de ce thème. Comme autant de preuves qui viendraient étayer et confirmer sa théorie. Une quête sans fin du pourquoi et du comment.
Elle commence par sa naissance où elle nous conte la déception parentale qu'elle soit née « fille » dans une société, une période, un pays où le patriarcat n'est pas une vue de l'esprit et pèse plus qu'une pierre tombale.
Puis défile son enfance, la Tunisie, La Goulette, Tunis, la France, Nice, Marseille, Paris. Elle évoque ses origines juives (Séfarade pour sa mère, berbère pour son père), son éducation rigide, son rapport à sa soeur et à ses frères auxquels elles semblent subordonnées. Ses révoltes (grèves de la faim entre autre pour l'égalité avec ses frères et le droit aux études).
Elle évoque aussi le rapport de sa mère avec sa soeur ; avec ses frères vers lesquels vont toutes les préférences. Elle endure cela comme autant d'insultes à sa personne et les remarques et réprimandes comme autant de blessures personnelles. Mais surtout elle souffre de ne pas « exister » aux yeux de Fortunée quoiqu'elle fasse. (Ces yeux noirs de jais, si vivants qui viraient au gris glacé lorsqu'il s'agissait de ses filles).
On peut se demander quelle est la part « d'interprétation » dans ce tableau. Fritna n'était-elle tout simplement pas démonstrative ? pas « tactile » dirait-on aujourd'hui ? Mais finalement, peu importe, c'est ce qu'il en résulte qui compte. Et le résultat c'est que Gisèle se sentait rejetée. Ça conditionne une vie ça !!!
D'aucuns diront que la petite Gisèle était un peu « parano » ou qu'elle se faisait des films ? Qu'il est (probablement) impossible qu'une mère n'aime pas sa fille. L'amour maternel est un sentiment inné, viscéral. Enfin, le sujet est « tabou » en quelque sorte. Beaucoup ne comprenne même pas cette question.
A ceci près que la soeur de Gisèle a ressenti la même chose au point que non seulement elle s'enfuira de la maison mais elle ne se rendra pas non plus à l'enterrement de sa mère malgré les années qui seront passées. Et c'est là que je note la résilience de Gisèle.
Enfin, s'il fallait trouver sinon des excuses mais au moins une explication à un tel comportement, je dirais qu'il faudrait remonter bien en amont de cette histoire et déduire que Fritna aura peut-être souffert elle-même d'un manque d'amour de la part de sa propre mère (sans qu'elle ne se pose la question) et qu'elle n'aura fait que reproduire involontairement le schéma avec ses filles (notez bien, avec ses filles et pas les garçons). Car enfin (et cela je le tire de ma propre expérience) les parents jusqu'à une époque pas si lointaine étaient là pour se faire respecter et non pas aimer et se faire aimer.
Il ne faut pas perdre de vue qu'à l'époque et jusqu'en 68 environ et même bien au-delà, une femme était dépendante toute sa vie (mineure en quelque sorte), de ses parents d'abord, puis de son mari et de ses fils en cas de décès du mari. Soumise à la tutelle d'un homme, toujours, jusqu'à sa mort. Gisèle aura passé sa vie à s'en affranchir. Ce fut son crédo, sa raison de vivre.
Un mot, quand même, de son père, qu'elle a révéré, admiré et qui l'aimait pour deux et même plus. Mais ça n'a pas suffi. Il s'en est allé trop tôt et le non-amour maternel prenait tellement de place… un océan impossible à combler.
Il y avait donc deux solutions : soit l'enfant perdait confiance et estime de soi et passait sa vie à s'excuser d'exister, trainant son insatisfaction de lui comme un boulet ; soit il avait un caractère suffisamment déterminé pour passer outre, se nourrir de révolte, cultiver sa différence et s'affirmer malgré tout (même si la blessure perdurait néanmoins au fond de lui).
Alors, pourquoi ce livre m'a particulièrement touchée ? Pourquoi je me noie dans cette non-réponse ?
D'une part parce que je voulais mieux connaitre la femme que j'admirais, la comprendre au travers de sa vie, une partie de sa vie, la première, son enfance. Comprendre ce qui pouvait sous-tendre ses actions, ses engagements, ce qui avait pu forger cette détermination. Et cette petite fille là m'a profondément émue.
Mais aussi parce que d'une part, le lieu (la Tunisie – où j'ai vécu aussi) m'a renvoyé à ma terre d'origine (La Corse) où les familles, méditerranéennes même de confessions religieuses différentes, vivaient sur cette même base d'un patriarcat ancré profondément sans remise en cause possible. Et le sujet, d'autre part, a une résonance particulière pour moi. Ses propres questionnements me renvoient aux miens auxquels je n'ai pas eu de réponse moi non plus (j'arrête-là la séance « psy », ça n'est pas le sujet).
En tout cas, quel que soit votre motivation pour cette lecture, je pense qu'elle est nécessaire, si ce n'est essentielle à la compréhension du personnage, de son évolution, de ses actions et de ses engagements.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
dedanso
  17 juillet 2014
Cette lecture me laisse vraiment perplexe. J'ai l'impression, assez désagréable, d'être passée à côté de ce que Gisèle Halimi voulait partager avec son lecteur.
Car il est vrai que Fritna, sa mère, était distante, trop distante. Gisèle Halimi a beaucoup souffert de ce qu'elle appelle le non amour de sa mère. Pour ma part, je pense que sa mère l'a aimée, à sa façon, certes fort peu démonstrative. J'ai la sensation qu'elles sont passées à côté l'une de l'autre, ne sachant pas se comprendre.
C'est étrange de voir comme l'amour est si proche de la haine parfois. Dans son récit, Gisèle Halimi ressent vivement les deux (en cela le récit de la mort et de l'enterrement de sa mère est poignant).
Elle y laisse également libre cours à son amertume : envers Fritna - cette figure maternelle vacillante, envers la médecine ("De toute manière je n'aime pas les médecins. Non pas à cause de leur ignorance ou de leurs erreurs, nous sommes sans grande illusion."), envers les fonctionnaires parfois, envers les hommes bien-sûr. Je la trouve en cela très excessive et manichéenne. D'ailleurs ses fils, dont elle dépeint à maintes reprises les liens les unissant à Fritna et à elle-même, le lui reprochent assez, à leur manière.
A l'instar de l'auteur, la question qui m'a taraudé tout le long de ma lecture reste sans réponse au final, seule la question change : quand l'amour n'est pas démontré physiquement et verbalement, est-ce que cela signifie qu'il n'y a pas d'amour?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
peneloppe277
  07 avril 2010
Livre d'émotion mais aussi de violence où le mythe de l'amour maternel vole en éclats et où, malgré les substituts, se construit une personnalité en révolte contre l'injustice.
Commenter  J’apprécie          140
david19721976
  10 août 2020
La mère assume la valeur d'un archétype. Elle est la première forme que prend pour l'individu l'expérience de l'inconscient, en présentant deux aspects l'un constructif, l'autre destructeur en raison de la crainte qu'inspire la mère, sous sa domination inconsciente. La prédation vorace qui met l'enfant en face du caractère contradictoire de sa mère, et son désir d'être choyé. Loin de ses rêves de petite fille, face à cette mère qui a tant fait souffrir Gisèle Halimi, il se peut bien que Fritna, enfermée dans sa propre ignorance affective, ait construite bien malgré elle, la base solide de la grande avocate militante pour la cause des femmes. Une éclatante victoire sans l'amour maternel.
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
ChedevCChedevC   11 février 2022
Fritna, je l'aimais, et en avançant dans l'adolescence, je voulus la défendre. L'expliquer aux autres comme à moi-même. Son désamour m'avait déstabilisée, je dirais déracinée. Décrochée brutalement d'un repère que mon affectivité et mon intelligence continuaient d'exiger. Et jusqu'à sa mort je voulus savoir pourquoi. Comme si le non-amour avait une quelconque rationalité.
Commenter  J’apprécie          90
PickItUpPickItUp   12 mai 2018
Le principe selon lequel l'enfant est une personne et qu'il faut le traiter comme telle relevait d'une sorte de folie. Un enfant n'avait droit à aucune explication réelle. C'était un enfant, à former du mieux possible en grande personne, c'est tout. Et sans trop d'histoires.

Quand ma mère ou mon père me racontait à plusieurs reprises et complaisamment l'histoire de ma naissance: "Une fille ? Catastrophe ! Pendant trois semaines, nous avons caché ta naissance ..." [ ...], ils en se doutaient pas des dégâts qu'ils causaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
dedansodedanso   17 juillet 2014
Fortunée avait-elle senti cette rupture d'avec tout ce qui était son univers, son éducation, son destin en somme, comme une rupture intime d'avec elle-même? Ma part de liberté, devrais-je la payer du deuil de son amour? Certes, si j'avais raison de me révolter, c'est qu'elle avait eu tort de s'être soumise. Pour elle, mes choix annulaient sans doute rétrospectivement sa vie. Et sa rigidité affective avait fait le reste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PickItUpPickItUp   12 mai 2018
Je voudrais qu'elle parle. C'est plus fort que moi. Je m'étais promis, pourtant, de classer l'affaire. Archiver le dossier "La mal-aimée". Ce qui a donné forcément "la tordue", celle que l'absence de connivences, de gestes, de repères, de mots d'amour avec sa mère aura privée de moyens, d'aptitudes à la relation avec les autres. Qui, physiquement, plus que la mère, peut initier à la sensualité enfouie dans chaque enfant, à la force de la complicité, au bonheur de se croire unique pour l'autre ?

Je veux savoir. Je veux comprendre les raisons de ce rejet. Peut-être arriverais-je ainsi à minimiser les conséquences, à réécrire autrement mes années d'errance affective, de quête ininterrompue ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ADAMSYADAMSY   24 janvier 2015
Dans nos discussions, qui souvent tournaient à l'affrontement, ma mère me jetait au visage, avec une certaine violence : "Tu n'as pas honte, moi qui ai tant fait pour toi (chaque fois, la même réaction en moi muette, intérieure, violente "sauf m'aimer, Maman !") Et tes enfants ? Tes enfants, je les ai élevés. Et, se tournant vers Edouard, "Elle les a abandonnés pour défendre les Arabes, en Tunisie et en Algérie."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Gisèle Halimi (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gisèle Halimi
Gisèle Halimi : "J'avais le sentiment d'une injustice" - On n'est pas couché 7 mai 2011 #ONPC
On n'est pas couché 7 mai 2011 Laurent Ruquier avec Eric Zemmour & Eric Naulleau France 2 #ONPC
Retrouvez les meilleurs moments de l'émission culte des samedis soirs de France 2 : entretiens toujours plus vifs et mordants, révélations, clashs ! Présentée par Laurent Ruquier.
Un programme produit par Tout sur l'Ecran Productions Une chaîne pilotée par boketto pour France Télévisions Distribution
Dans la catégorie : Femmes célèbresVoir plus
>Biographie générale et généalogie>Biographie générale et généalogique>Femmes célèbres (71)
autres livres classés : relations mère-filleVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1363 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre