AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782070384587
304 pages
Gallimard (21/02/1992)
4.3/5   165 notes
Résumé :
Un livre de combat. Une intervention politique. Sur le front de la lutte des femmes et sur la question de l'avortement. Gisèle Halimi est écrivain en même temps qu'avocat : le livre s'ouvre sur une brève auto-biographie et débouche sur la Cause des Femmes.

Voici les faits, les chiffres, les textes. Les documents fondamentaux et leur commentaire critique. Des témoignages bouleversants et le rappel de quelques « affaires » récentes. Bobigny et Grenoble ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
4,3

sur 165 notes
5
13 avis
4
4 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
1 avis

Diomedeine
  06 avril 2019
Encore mineure, Marie-Claire, vous vous faites violer par votre ex petit copain. Vous décidez d'avorter. Votre ex petit copain vous dénonce à la police. C'est vous qui devez rendre des comptes devant la justice.
Vous êtes une toute jeune fille en Tunisie, Gisèle, brillante à l'école, mais votre père ne s'intéresse qu'aux résultats scolaires de vos frères. Une fille, ça ne compte pas. Et bien vous devenez avocate.
Pendant la guerre d'Algérie, vous défendez de très jeunes combattants qui risquent la peine de mort. Voilà que vous tombez enceinte sans l'avoir voulu et que vous enragez de voir vos forces vous quitter au moment où vous devez mobiliser toute votre énergie pour plaider.
Mais pourquoi personne n'en parle, de ce fardeau de la grossesse non désirée, vous dites vous ! Une femme ne peut donc pas conduire sa vie ?
Marie-Claire a besoin d'un avocat, pas cher. Gisèle pose ses conditions : que Marie-Claire accepte que Gisèle fasse éclater le scandale de sa situation. "Mais non, moi je ne veux surtout pas me mettre en pleine lumière - c'est déjà suffisamment la honte sur moi ; je veux juste ne pas finir en prison" (en substance). "Alors tant pis, cherchez un(e) autre avocat(e)". "Bon, alors d'accord".
Des dizaines de milliers de femmes manifestent, viennent vous soutenir à vos procès - car, il y a plusieurs personnes en cause. En effet, fille de famille très modeste, vous ne pouviez pas réunir l'argent pour partir en Angleterre sans que personne ne le sache ; et puis vous étiez mineure ; il a fallu le dire à maman sans le sou qui s'est trouvé obligée d'aller voir la faiseuse d'ange sympa, qui prend pas cher pour organiser "ça". Il y a donc plusieurs procès
Mais aussi, des mobilisations, des témoignages : une pétition dite des "300 salopes" - 300 femmes célèbres qui disent "moi aussi, je me suis fait avorter" ; des médecins catholiques pratiquant : "je suis contre l'avortement mais j'ai dû me résoudre à procéder à des avortements", etc.
Marie Claire : relaxée, oui, mais pas sa mère.
Manif.
Sa mère relaxée, oui, mais pas la faiseuse d'ange.
Manif.
La faiseuse d'ange : relaxée.
Ah bon, vous les juges, on vous a convaincus qu'aucune n'est coupable ? Qu'avorter n'est pas un crime ? Et bien nous voulons à présent que ce soit un droit pour toutes les femme !
Et c'est reparti : manifestations, pétitions.
Ça y est c'est un droit.
C'est un droit ? Mais seules les femmes qui ont de l'argent pourront se le payer, comme avant, comme lorsqu'elles allaient se faire avorter en Angleterre... Non, non, pas question : l'avortement doit être remboursé par la sécurité sociale !
Et c'est reparti : manifestations, pétition.
Et c'est ainsi que l'avortement est devenu un droit pour toutes, remboursé par la sécurité sociale.
Après le droit au divorce, encore un énooorme pas franchi vers l'égalité des droits hommes-femmes. Il a été précédé de très peu du droit à la contraceptlon.
Lisez "la perle et la coquille" de Nadia Hashimi pour voir à quelle condition d'esclave domestique et sexuelle peut encore être réduite une femme au 21e siècle.
L'absence de droit, c'est le lot d'une écrasante majorité (je ne crois pas exagérer) de femmes sur la planète.
Voilà en tous les cas dans "La cause des femmes" toute l'histoire du procès de Bobigny, comme on a appelé le procès de Marie-Claire défendue par Gisèle Halimi, et racontée par Gisèle Halimi dans ce livre.
On ne peut le quitter - on le lit d'une traite.
Et Simone Veil dans tout cela ? Je ne me souviens même pas si l'auteure en parle... Simone Veil a tout simplement mené, là où elle était, à l'Assemblée, sa part d'un combat, mené dans la rue, les arrière salles, les foyers domestiques, par des dizaines (des centaines ?) de milliers de femmes dans cet après 1968. Autrement dit, sans lui enlever son mérite, elle était portée par une très large mobilisation qui comprenait des hommes aussi d'ailleurs.
D'ailleurs je ne me souviens plus si La cause de femmes fait bien toute leurs places aux mobilisations - si le livre ne tire pas la couverture au seul procès...
Frais lecteurs, rafraichissez moi la mémoire, svp.
En tous les cas, non, tout ça n'est pas "grâce" à une avocate ou grâce à une ministre. Comme tout droit, il n'a le pouvoir de changer la société que lorsqu'il a été arraché par en bas, par de larges mobilisations. Car dans ces conditions, une fois gagné, il sera défendu bec et ongle de toute part à la fois.
Même si cette limite existe, dans ce livre, consistant à réduire le combat des femmes à un combat juridique, "La cause des femmes" est un récit véridique passionnant et entousiasmant.
Je vous raconte tout cela : je l'ai lu il y a 15 ans. C'est dire qu'il m'a marquée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Lesperanza
  21 mai 2022
Bon... qu'est-ce que j'ai aimé cette lecture !!
J'ai enchainé cet essai juste après avoir lu Simone de Beauvoir, et franchement j'ai été tellement surprise ! (dans le bon sens du terme) Tellement plus facile à lire que le Deuxième Sexe, j'ai été prise dans le récit dès les premières pages et j'ai adoré ma lecture !
Je ne connaissais rien du procès de Bobigny et je suis extrêmement contente d'avoir pu en apprendre là-dessus.
Petit mot rapide aussi sur les annexes de fin, c'était super intéressant, ça rajoute vraiment quelque chose à la lecture du texte !
J'ai aimé La cause des femmes du début à la fin et à l'heure d'aujourd'hui où j'ai fini de lire toutes les lectures cursives de français, je pense que ce fut l'oeuvre que j'ai préférée avec « Sorcières ». Je la considère vraiment comme un texte à lire dans sa vie et je suis sincèrement heureuse qu'il ait été proposé dans les lectures cursives, me permettant ainsi de le découvrir.
Je n'ai que seize ans mais le texte est parfaitement abordable, très agréable à lire. C'est une oeuvre avec une importante valeur testimoniale et qui mérite vraiment d'être lue !!
petit update datant de juin 2022 : j'ai même décidé de présenter cet ouvrage en deuxième partie pour l'oral de français :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          317
Ascyltus
  22 juillet 2022
J'ai été un peu déçu par la lecture de ce livre, que j'espérais autrement plus ambitieux. J'ai trouvé un réel intérêt dans le témoignage personnel de l'autrice. Son parcours force l'admiration. La description du calvaire enduré par les femmes confrontées à une grossesse non désirée dans un pays qui punit l'avortement est également très forte.
En revanche, d'assez nombreux défauts du livre m'ont gêné. Il y a tout d'abord un problème d'édition à mon avis. L'édition qu'on trouve actuellement dans le commerce est une « nouvelle » édition de 1992. Or la première édition est très ancrée dans l'actualité immédiate de sa rédaction, mais la date de celle-ci n'est précisée nulle part. J'ai dû faire quelques recherches pour m'assurer que la première édition s'est faite après les élections législatives de 1973, mais avant la mort de Pompidou en 1974. Ce manque de contextualisation empêche le lecteur actuel de vraiment comprendre la situation politique, pourtant souvent évoquée. de même, j'ai remarqué quelques inexactitudes à propos de États-Unis, ou des affirmations nuancées parfois par l'autrice elle-même d'un « je crois ». Je comprends ces approximations dans un texte écrit dans l'urgence ; elles me semblent beaucoup moins acceptables pour un livre plusieurs fois réédité et qui a été enrichi dans une nouvelle édition. L'autrice aussi bien que l'éditeur auraient pu éliminer ces scories et faire procéder à des vérifications.
De plus, je pensais que la réflexion sur le débat sur l'avortement serait plus approfondie. Gisèle Halimi présente de façon convaincante les arguments en faveur du droit des femmes à disposer de leur corps, mais dans le chapitre « L'Alibi », elle dénigre plusieurs fois les arguments des opposants à l'avortement plus qu'elle ne les réfute par une réelle argumentation.
On touche là, à mon avis, le défaut fondamental de ce livre à mes yeux : je m'attendais à la réflexion définitive sur la question d'une de celles qui ont mené avec courage le combat pour ce droit des femmes, mais ce n'est, de l'aveu de l'autrice elle-même (p. 206), qu'un « recueil de propos ». À ce titre, il m'a semblé que ce livre importait moins comme outil pour la réflexion actuelle, si du moins ne nous frappent pas les reculs constatés aux États-Unis, en Pologne, etc., que comme un document historique, témoignage d'un combat porté avec fougue.
C'est pourtant une de ces limites de l'ouvrage qui a attiré ma curiosité. En effet, on sent dans l'ouvrage toute l'influence qu'avait l'idéologie gauchiste dans cette France d'après mai 68. C'est assez normal : c'est conforme aux positions politiques d'Halimi ; c'est là aussi que se situent ses principaux alliés. Il y a donc tout un effort de la part de l'autrice pour démontrer que la « cause des femmes » s'accorde avec les objectifs de la gauche, et plus encore avec la pensée marxiste. Cela montre les difficultés auxquelles elle était confrontée non seulement pour faire agréer son combat, mais surtout pour obtenir des avancées concrètes pour les femmes : les organisations de gauche et d'extrême-gauche étaient elles aussi marquées par la phallocratie ; les féministes étaient accusées de se détourner de la lutte des classes, prioritaire, au profit d'une lutte jugée secondaire alors que les femmes ne constituent pas une classe à proprement parler ; la stratégie de Gisèle Halimi de proposer changements législatifs la faisait passer pour réformiste, ce qui passait à l'époque pour une trahison de l'idéal révolutionnaire. Voir Halimi naviguer, parfois difficilement, entre ces écueils, présenter habilement ses réformes comme des révolutions, plaider pour des actions stratégiquement réfléchies plutôt que des provocations militantes, etc. permet de bien saisir le climat intellectuel de cette période (de même que la description des femmes qu'elles a défendues offrent un portrait assez saisissant des classes populaires).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ELopez7228
  20 juillet 2021
Comme beaucoup, j'ai découvert Gisèle Halimi, sa vie-son oeuvre, à l'annonce de sa mort. Peut-être que vous, vous la connaissiez déjà ?
Je découvre avec fascination cette femme, franco-tunisienne, contemporaine de Simone de Beauvoir, qui s'est élevée contre le patriarcat et pour l'avortement. Elle a fondé le mouvement "choisir" qui a défendu l'accès à l'avortement et a défendu les accusées du très médiatisé "procès de Bobigny".
Elle raconte sa démarche et sa lutte par le biais de chapitres thématiques "sa jeunesse / le procès de Bobigny / La loi de 1920 / Choisir..." etc
Ce livre a cela de terrifiant que les arguments des "anti" sont toujours les mêmes, encore aujourd'hui. La lutte qu'a menée Maître Halimi n'a pas vieilli.
Quelques citations choisies :
"Que l'on ne prétende surtout pas que les droits de l'homme et du citoyen englobent, dans leur généralité, les deux sexes. L'histoire a déjà - dans le refus à la femme de droits politiques - souligné clairement le contraire. On sait d'autre part combien l'abstraction que l'on voudrait universaliste (en disant Homme, on dit hommes ET femmes) est calquée sur un modèle qui, en définitive, est culturellement masculin, et non pas neutre. Dénégation, car affirmer l'universalisme des droits c'est nier l'existence de discriminations sexuelles. C'est dire que loi et pratique coïncident pour la pus parfaite égalité entre les sexes. En cela, l'universalisme des droits n'engendre qu'une universalité trompeuse. L'humanisme, qui a phagocyté la femme sous le prétexte de la fondre dans l'individu -masculin- constitue le piège le plus redoutable de nos démocraties modernes."
--> Citation d'actualité quand à sa mort, le président a déclaré "Gisèle Halimi était une féministe humaniste"... Juste NON.
"La mixité, c'est pour les mouvements politiques traditionnels. Les femmes, en militant dans leur
mouvement de femmes, pourront alors et en même temps, formées "à l'intérieur" s'intégrer à d'autres formations mixtes. Mais l'élaboration de la théorie féministe moderne, comme le choix de ses luttes, cela ne peut revenir qu'aux femmes."
--> Citation d'actualité quand au débat sur la non-mixité de certaines associations.
Seulement trois étoiles parce que j'ai l'impression qu'il s'agit d'une succession de pamphlets, pas vraiment d'un ouvrage pensé dans son ensemble (contrairement au "Deuxième sexe" de Simone de Beauvoir), avec certains passages un peu longs. Je suis quand même reconnaissante d'avoir découvert par moi-même, à travers ses mots, cette grande oratrice et féministe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MathildeLitteraire
  09 juillet 2022
Je m'intéresse de plus en plus au féminisme et au fil de mes lectures, j'ai découvert la figure féministe de Gisèle Halimi. J'ai eu envie de découvrir ses livres.
Gisèle Halimi est née en 1927, en Tunisie et est une avocate, militante féministe et femme politique tunisienne naturalisée française. Dans La Cause des Femmes, Gisèle Halimi parle de l'avortement, notamment dans les années 70' ; dans la première partie de son livre, l'autrice parle de son enfance jusqu'à son départ en France pour ses études supérieures. Elle y parle ensuite du Procès de Bobigny, tenu en 1972 : l'histoire de Marie-Claire, 16 ans, qui a avorté après avoir été violée par un camarade de classe et défendue par Gisèle Halimi. Ce projet contribua à l'évolution vers la dépénalisation de l'IVG en France.
C'est un essai sociologique sur fond autobiographie hyper intéressant, fort et engagé ! J'y ai appris beaucoup de choses et je perçois tout le chemin parcouru et qu'il reste à parcourir pour qu'on puisse disposer de notre corps comme on veut. 50 ans après, ses mots résonnent encore très justement et sont toujours actuels ! C'est un livre à (re)lire, (re)découvrir et à partager !
La Cause des Femmes est un livre écrit dans les années 70', qui raconte les luttes féministes des années 70' et démontre que ces luttes sont encore très actuelles, malgré qu'on y parle que des femmes, nées femmes. le seul petit reproche que je pourrais lui donner est qu'il est hétéronormé et reflète l'époque des années 70'.
Je vous met ici en photos quelques passages qui m'ont fortement marqué ! Et je vous invite vraiment à lire ce livre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (49) Voir plus Ajouter une citation
DerfuchsDerfuchs   03 novembre 2020
En hommage à Gisèle Halimi : fin de sa plaidoirie au procès de Bobigny, la cause des femmes.

"J’en ai terminé et je pris le tribunal d’excuser la longueur de mes explications. Je vous dirai seulement encore deux mots : a-t-on encore, aujourd’hui, le droit, en France, dans un pays que l’on dit "civilisé", de condamner des femmes pour avoir disposé d’elles-mêmes ou pour avoir aidé l’une d’entre elles à disposer d’elle-même ? Ce jugement, Messieurs, vous le savez – je ne fuis pas la difficulté, et c’est pour cela que je parle de courage – ce jugement de relaxe sera irréversible, et à votre suite, le législateur s’en préoccupera. Nous vous le disons, il faut le prononcer, parce que nous, les femmes, nous, la moitié de l’humanité, nous sommes mises en marche.
Je crois que nous n’accepterons plus que se perpétue cette oppression.

Messieurs, il vous appartient aujourd’hui de dire que l’ère d’un monde fini commence."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
LesperanzaLesperanza   07 juin 2022
Elle [Lucette Duboucheix] dit que, personnellement, elle préférerait « mourir plutôt que d’avorter ». Mais elle ajoute aussitôt :
- Seulement, je n’arrive pas à comprendre… Quand Mme Chavelier est venue me voir, mon devoir était de l’aider, puisqu’elle avait choisi de faire avorter sa fille ou que Marie-Claire avait choisi d’avorter… Au nom de quoi, et au nom de qui, j’imposerais mes convictions aux autres femmes ? Je suis pour que chaque femme choisisse librement et par conséquent, si pour moi, il est clair que je n’aurais jamais avorté, je trouve tout à fait normal que celle qui a fait un choix contraire puisse le faire, sans vivre ce drame que j’ai vécu et partagé avec Mme Chevalier, ma collègue de métro…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
LesperanzaLesperanza   13 juin 2022
Alors pour ceux qui ne sont pas croyants et qui, comme moi, estiment ne pas avoir à discourir sur l’existence ou la non-existence de l’âme, je dirai que la véritable « âme » pour le fœtus c’est de naitre, de progresser et d’évoluer dans le désir de l’autre, dans l’amour de la mère. Un être humain, ce n’est pas seulement une créature biologique. Être un être humain, c’est aussi être accueilli. C’est vrai pour les adultes. C’est encore plus vrai pour l’enfant qui nait. Avoir sa place avant de naitre c’est cela la dimension nécessaire de l’humain et c’est à cet aspect humain là, que j’attache le « respect » dont on parle tant. Donner la vie sans la joie de l’amour, sans que ce soit une réponse de la mère, consciente ou non, à l’appel de la vie, ce n’est plus donner la vie ; c’est précipiter l’enfant que l’on porte dans un désert affectif. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
LesperanzaLesperanza   18 avril 2022
Les mots ne sont pas innocents. Ils traduisent exactement une idéologie, une mentalité, un état d’esprit. Laisser passer un mot, c’est le tolérer. Et de la tolérance à la complicité, il n’y a qu’un pas. Mes confrères ont fini par se faire une raison. Mais là encore, quel effort ! Quelle attention de tous les instants. Pendant des années et avant chaque procès, je savais qu’il faudrait me battre doublement. Pour gagner ma cause, je devais vaincre deux fois mes adversaires. Parce que j’étais une femme d’abord. En tant qu’avocat ensuite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
LesperanzaLesperanza   20 avril 2022
La conception traditionnelle de la sexualité a toujours nié le droit au plaisir de la femme. On reconnaît à l’homme le droit de faire l’amour pour le plaisir. Cela fait même partie d’une imagerie d’Épinal : un homme coureur n’est jamais très mal vu, il est viril, et, comme disait ma mère : « C’est un homme, ma fille, il peut tout faire. »
Mais une femme qui revendiquerait le plaisir, quel scandale !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Gisèle Halimi (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gisèle Halimi
Gisèle Halimi : "J'avais le sentiment d'une injustice" - On n'est pas couché 7 mai 2011 #ONPC
On n'est pas couché 7 mai 2011 Laurent Ruquier avec Eric Zemmour & Eric Naulleau France 2 #ONPC
Retrouvez les meilleurs moments de l'émission culte des samedis soirs de France 2 : entretiens toujours plus vifs et mordants, révélations, clashs ! Présentée par Laurent Ruquier.
Un programme produit par Tout sur l'Ecran Productions Une chaîne pilotée par boketto pour France Télévisions Distribution
Dans la catégorie : Role social de la femmeVoir plus
>Groupes sociaux>Femmes>Role social de la femme (109)
autres livres classés : avortementVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
680 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre