AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253078401
168 pages
Le Livre de Poche (08/09/2021)
  Existe en édition audio
4.49/5   632 notes
Résumé :
Gisèle Halimi : Soixante-dix ans de combats, d’engagement au service de la justice et de la cause des femmes. Et la volonté, aujourd’hui, de transmettre ce qui a construit cet activisme indéfectible, afin de dire aux nouvelles générations que l’injustice demeure, qu’elle est plus que jamais intolérable. Gisèle Halimi revient avec son amie, Annick Cojean, qui partage ses convictions féministes, sur certains épisodes marquants de son parcours rebelle pour retracer ce... >Voir plus
Que lire après Une farouche libertéVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (129) Voir plus Ajouter une critique
4,49

sur 632 notes
5
88 avis
4
36 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
1 avis
Une farouche liberté est un livre autobiographique sur cette femme exceptionnelle, avocate, militante féministe et femme politique franco-tunisienne qui nous a quittés le 28 juillet 2020, Gisèle Halimi.
Avec son amie Annick Cojean, l'avocate la plus célèbre de France et grande figure du féminisme revient sur les épisodes marquants de son parcours rebelle, résumant ainsi soixante-dix ans de combats.
Son enfance décidera « tout », sa révolte, sa soif éperdue de justice, son refus de l'ordre établi et évidemment de son féminisme.
Dès son plus jeune âge, elle est indignée par ce coup du sort qui, en la faisant naître fille, en lui attribuant le mauvais genre, la prive de liberté et lui assigne un destin.
Dès l'enfance, elle ressent une profonde indignation à devoir lessiver le sol, faire la vaisselle, laver et ranger le linge de ses frères, les servir à table, des tâches réservées aux filles, s'entêtant à lui dire sa mère. Pas question pour elle d'accepter cette injustice criante et, n'étant pas écoutée, elle choisit « l'arme ultime : une grève de la faim ». Ce sera sa première victoire féministe.
Elle obtient sa première part de liberté en s'affranchissant de la religion et comprend tout de suite que l'autre part, elle l'acquerra par l'éducation, et que les livres lui donneront confiance et force.
Devenue avocate en 1948, ayant acquis sa liberté, elle n'aura de cesse de servir celle des autres. Pour elle, défendre a tout de suite signifié s'engager. Elle assurera une défense indéfectible des militants des indépendances tunisiennes et algériennes soumis à la torture, étant même considérée parfois comme « une traîtresse à la France ». En acceptant la défense de la jeune militante indépendantiste Djamila Boupacha, elle dénonce la torture par le viol et brise ce tabou qui voulait que le viol fût un acte de fascisme ordinaire.
Autre étape essentielle de sa vie d'engagement est la fondation, avec Simone de Beauvoir du mouvement Choisir la cause des femmes, association créée peu après le fameux « manifeste des 343 », dont elle sera la seule avocate à le signer.
Elle revient également sur son engagement politique, rédigeant et déposant, durant son mandat de députée, une dizaine de propositions de loi pour accroître les droits des femmes et améliorer leur vie.
Dès 1979, lors de la première élection du Parlement européen au suffrage universel, elle avait proposé le principe de la « clause de l'Européenne la plus favorisée » visant l'harmonisation des législations européennes concernant les droits des femmes, la meilleure loi en vigueur dans un pays de la communauté devrait s'appliquer à tous les autres.
Bien évidemment, ces combats et d'autres encore, sont relatés avec, parfois, des détails ahurissants, montrant combien nous vivons dans une société patriarcale et que le combat est loin d'être terminé.
D'ailleurs, en fin d'ouvrage, Gisèle Halimi nous encourage, nous les femmes avec force arguments, à nous unir pour conquérir de nouveaux droits sans attendre qu'on nous les « concède », concluant « On ne naît pas féministe, on le devient ».
N'oublions pas que l'égalité entre hommes et femmes est loin d'être acquise et que naître femme est encore une malédiction dans de nombreux pays du monde.
C'est aussi sa vie de famille qu'elle nous confie, ce second mari avec qui elle a tout partagé, ses trois garçons, sa déception de ne pas avoir eu de fille… Et puis, il y a ses amis. Simone de Beauvoir, celle qui dans « le deuxième sexe » a universalisé la condition des femmes, cette femme qui l'émerveillait tant mais l'a troublée cependant par sa froideur et son absence d'émotions. Jean-Paul Sartre qu'elle aimait comme un père et avec qui elle a eu beaucoup plus d'intimité. Et surtout ce frère choisi, « son petit frère », Guy Bedos
Elle n'hésite pas à s'adresser à nous, avec ce « Deux vies ! Deux vies sauvées ! Vous vous rendez compte ? », pour témoigner de son offuscation lorsqu'elle est obligée de recourir au président pour demander la grâce de deux condamnés à mort, ce président doté d'un droit régalien hérité de l'Ancien Régime, qui n'a aucune explication à donner et qui agit selon son bon plaisir de monarque !
Je connaissais en partie les actions menées par cette brillante avocate, ses engagements et prises de position féministes et c'est avec un réel plaisir que je les ai retrouvés, condensés dans ce livre ô combien dense et puissant. J'ai découvert à sa lecture les qualités de cette femme hors-norme dont le courage et la ténacité m'ont stupéfaite et éblouie. Moquée, menacée, elle n'a jamais reculé, a toujours fait l'impossible pour faire triompher les valeurs qu'elle défendait.
Je garde espoir comme beaucoup, que Gisèle Halimi, cette femme de tous les combats, qui s'est opposée à toute oppression et qui a changé et change encore la vie de millions de femmes puisse être panthéonisée.
Par chance, nous sommes nombreuses et nombreux à saluer l'action de cette emblématique combattante féministe et anticolonialiste qui a consacré sa vie pour l'égalité entre les femmes et les hommes et à vouloir que son souvenir demeure présent dans les mémoires.
Pour exemple, Pierre Jouvet, le maire de Saint-Vallier-sur-Rhône dans la Drôme, commune voisine de celle où je réside, a, le 20 novembre 2021, inauguré l'école Gisèle-Halimi, en présence de son fils Emmanuel Faux, hélas, décédé depuis. À cette occasion, l'artiste C215 a réalisé une fresque la représentant à l'entrée de l'établissement !
Je remercie les Éditions Grasset qui m'ont adressé ce livre accompagné de la BD adaptée de ce dernier et dans laquelle je me plonge immédiatement !

Lien : https://notre-jardin-des-liv..
Commenter  J’apprécie          984
Honte à moi, j'avais à peine entendu parler de Gisèle Halimi avant son décès il y a quelques semaines. A ma décharge (pour ce que ça vaut), j'étais à peine née lorsqu'elle plaidait en 1978 aux Assises d'Aix-en-Provence dans l'affaire de deux jeunes femmes victimes d'un viol collectif.
Une lacune béante un brin colmatée grâce à la lecture de ce petit livre, transcrivant un entretien de Gisèle Halimi avec la journaliste (entre autres) Annick Cojean. Dans lequel j'ai découvert le parcours impressionnant de cette grande dame, avocate de la cause des femmes, révoltée quasiment de naissance par l'injustice dont celles-ci sont victimes et par la malédiction de naître femme, de n'être "que" femme. Comprenant très vite que sa libération passera par l'école, elle s'obstine à poursuivre ses études, à être la meilleure et à entrer au barreau. Elle n'hésitera pas à faire médiatiser les grands procès dans lesquels se jouent les causes qu'elle défend avec acharnement : les militants de l'indépendance algérienne, les victimes de viol, le droit à l'avortement. Malgré d'éclatantes victoires, elle réalise que, mieux qu'une affaire judiciaire, c'est le législateur qui peut faire évoluer le Code pénal. Elle entre alors en politique à l'époque de Mitterrand, mais déçue, et par ce dernier et par les manoeuvres politiciennes en général, elle n'y fera pas long feu.
A travers ce texte, on découvre donc la femme publique, mais aussi l'épouse, la fille, l'amoureuse, la mère, l'amie. Portrait d'une féministe engagée et passionnée, sincère et "cash", ce livre se termine par une sorte de testament, comme un flambeau à reprendre par les jeunes femmes d'aujourd'hui, qui les adjure d'être indépendantes économiquement, d'être libres de choisir de ne pas être mères, de poursuivre un combat loin d'être achevé.
Merci Madame.

En partenariat avec les Editions Grasset via Netgalley.
#unefaroucheliberté #NetGalleyFrance
Lien : https://voyagesaufildespages..
Commenter  J’apprécie          722
Il est des livres, comme celui-ci que l'on a du mal à refermer, pour continuer à voyager avec l'auteure, ici, ce serait plutôt l'héroïne…

J'ai choisi ce livre témoignage car deux femmes ont vraiment compté, dans ma vie, m'ont servi d'exemple à suivre, dans mon quotidien et mes combats de femme : il s'agit de Simone Veil qui était une véritable mère de substitution pour moi, du moins de mère idéale, (désolée, Maman, mais je sais que cela ne te surprend pas ! tu connais mon admiration pour Elle et tu l'aimais bien aussi !et en plus vous aviez à peu près le même âge) et Gisèle Halimi, pour ses combats acharnés pour les droits des femmes.

Il s'agit d'un livre d'entretien avec Annick CojeanGisèle Halimi revient sur son enfance en Tunisie, avec une mère peu aimante (doux euphémismes) qui n'avait d'yeux que pour son fils aîné adoré. Gisèle était obligée d'être la bonne de ses frères, les servir à table, nettoyer leurs chambres, leur linge… ils étaient quatre enfants, deux garçons et deux filles !

Jusqu'au jour où elle a décidé d'entamer une grève de la faim pour protester.

Elle obtiendra en quelque sorte gain de cause et n'aura plus qu'une idée : faire des études ce qui pour une fille à l'époque était déjà un combat. Pour un garçon, on veut bien payer même si ses résultats scolaires sont nettement en dessous, mais pour une fille, seule compte mariage et dot… une injustice qui conditionnera tout son combat futur.

Elle travaille d'arrache-pied pour obtenir une bourse et ne rien coûter à ses parents et pourra imposer son choix de faire des études supérieures et devenir avocate avec un E majuscule tant elle tient à la féminisation du titre. Lorsque, plus tard le Général de Gaulle lui demandera s'il doit l'appeler Mademoiselle ou Madame, elle répondra : Maître !

Ce livre revient sur ses combats : la manière dont elle a défendu les personnes torturées pendant la guerre d'Algérie, alors qu'elle se faisait insulter, traiter de « pute à bicot » par les partisans de l'Algérie Française entre autres et recevait des cercueils pour tenter de la faire taire, ce qu'elle n'a jamais fait.

Gisèle Halimi revient sur le dossier de Djamila Boupacha, jeune militante indépendantiste, torturée :

"La première fois que je l'ai vue dans la prison de Barberousse à Alger, elle boitait, elle avait les côtes cassées, les seins et la cuisse brûlés par des cigarettes. On l'avait atrocement torturée pendant trente-trois jours, on l'avait violée en utilisant une bouteille, en lui faisant perdre sa virginité à laquelle cette musulmane de 22 ans, très pratiquante, tenait plus qu'à sa vie."

Elle s'est battue pour obtenir des grâces présidentielles, dans son combat contre la peine de mort. Elle a pris position sur le viol, pour le faire reconnaître comme un crime, sur l'avortement pour modifier la législation en cours, dans une assemblée composée d'hommes évidemment. Les femmes ne peuvent pas décider de faire ce qu'elles veulent de leur corps, c'est aux hommes de décider pour elles ! vive la démocratie au pays De Voltaire et Hugo quand on sait que le droit de vote pour les femmes remonte seulement à 1945 soit un retard important par rapport à d'autres pays.

Le procès d'Aix-en Provence, en 1978 (deux jeunes touristes belges qui campaient ont été agressées en 1974 par trois hommes ont dû prouver qu'elles avaient été agressées pendant des heures, et qu'elles n'étaient pas consentantes, ce fameux consentement qui fait encore couler beaucoup d'encre aujourd'hui, qui a permis de faire avancer la cause des femmes a été spectaculaire à sa manière, le juge ne voulant pas en faire le procès du viol.

Gisèle Halimi a compris, très vite, qu'il fallait faire fi du serment d'avocate qui lui hérissait le poil, et médiatiser les affaires, tel le procès d'une jeune femme violée à seize ans et contre laquelle son violeur a porté plainte car elle avait décidé de se faire avorter, on marche sur la tête, mais c'était la justice à l'époque…

Elle s'est battue d'arrache-pied pour la loi sur l'avortement défendue par Simone Veil, et elle raconte avec beaucoup de tendresse ses rencontres avec cette grande Dame qui s'est fait traitée de nazie par les députés de droite, ne l'oublions pas !

Un grand merci à NetGalley et aux éditions Grasset qui m'ont permis de découvrir ce livre et de passer du temps avec deux auteures de talent. Quand on a l'impression, je parle pour moi bien sûr, de bien connaître une personnalité telle que Gisèle Halimi on a tendance à ne retenir que ses combats, ses apparitions dans les médias sans se donner la peine de lire ses livres et cela finit par laisser des regrets. Mais, on ne peut pas tout lire, il faudrait vivre jusqu'à mille ans comme les Patriarches et ce serait probablement sinistre surtout pour l'entourage !

Mes hommages, Madame, pour ce que vous avez accompli pour la cause des femmes, et je suis plutôt d'accord, hélas, avec vos conclusions. (Petit aperçu dans les extraits ci-dessous).

#unefaroucheliberté #NetGalleyFrance
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
Commenter  J’apprécie          568
Gisèle Halimi et Simone Veil font partie des femmes qui ont marqué notre époque. le décès le 28 juillet de Gisèle Halimi m'a donné envie d'en connaître plus sur cette femme admirable dans son combat permanent pour la cause des femmes et contre l'injustice. Autant dire que le livre écrit en collaboration avec la journaliste Annick Cojean tombait à point nommé.

Ce livre d'entretiens a parfaitement répondu à mes attentes. Annick Cojean pose les bonnes questions, elles permettent à Gisèle Halimi de revenir sur les étapes essentielles de sa vie et surtout de transmettre un message à la génération de sa petit-fille.

Tout est parti de son enfance en Tunisie et des son indignation ressentie dès son plus jeune âge que c'était une malédiction de naître femme. Gisèle va rapidement être persuadée que l'école sera sa libération. le choix du métier d'avocate ensuite, pour combattre l'injustice et essayer de changer le monde si mal fait. Adepte des procès-débats, des procès-tribunes pour faire reconnaître le droit des femmes à disposer de leur corps. Au fil des pages Gisèle évoque le douloureux procès de Marie-Claire violée à 16 ans et dénoncée par son violeur à la police pour s'être fait avorter ; la guerre d'Algérie avec les tortures, les exactions, la peine de mort et la sinistre guillotine ; la fondation de Choisir son association militante

Mais bientôt Gisèle prend conscience que le vrai pouvoir est entre les mains du législateur, elle entre donc en politique avec l'illusion de pouvoir changer l'avenir de tous les opprimés, l'occasion pour elle de dresser un portrait sans concession de François Mitterrand.
Ce livre est surtout un testament adressé aux jeunes femmes de demain : soyez indépendantes économiquement, soyez égoïstes, refusez l'injonction millénaire de faire à tout prix des enfants, les femmes ne sont pas réduites à des ventres. N'ayez pas peur de dire que vous êtes féministes.

La voix de Gisèle Halimi est sincère, elle n'élude aucun sujet, comme la difficulté d'être mère à part entière quand on a un métier si prenant. C'est un livre à faire lire dans tous les lycées afin de susciter les débats et la prise de conscience qu'aujourd'hui encore cela reste une malédiction de naître femme dans la plupart des pays du monde. Ce qui fait la force de ce récit c'est que le combat n'est en aucun cas dirigé contre les hommes, ce n'est pas cela être féministe.

Mais ce livre restera pour moi un formidable roman d'amour.
L'amour pour un métier, celui d'avocate, son oxygène, sa façon d'exister, l'amour de la plaidoirie, une nouvelle aventure à chaque fois.

L'amour pour ses amis, Sartre « son doux ami », qui préférait la compagnie des femmes « le castor », Simone de Beauvoir, irréductible combattante, Simone Veil, éloignée par leurs opinions politiques, mais du même bord, c'est-à-dire du côté des femmes et Guy Bedos « son petit frère », ils avaient tant de choses en commun, le déracinement, le rejet de tout esprit colonisateur, le refus du racisme, la vision de la religion comme un enfermement, surtout vis-à-vis des femmes.

Et surtout, l'amour pour Claude, l'homme qui a partagé sa vie, ses combats pendant soixante ans. Il l'a soutenue, l'a épaulée, ils ont tout fait ensemble, ils étaient partenaires.

Je remercie infiniment les éditions Grasset de m'avoir offert l'opportunité de lire ce roman.
#unefaroucheliberté #NetGalleyFrance
Commenter  J’apprécie          420
Magnifique, émouvant !

Je n'avais encore lu aucun des textes ou récits de Gisèle Halimi. Cette lacune vient d'être réparée. Et quelle lecture !
Dans une farouche liberté, Gisèle Halimi partage son témoignage, son enfance, sa volonté de sortir du carcan que son genre lui imposait (naître fille en Tunisie à son époque c'est surtout servir ses frères et attendre d'avoir l'âge d'être mariée - tout autre désir, objectif ne peut exister).
Elle partage son combat pour acquérir sa liberté de choix, sa place dans une société pensée par et pour les hommes. Elle évoque sa conviction que les femmes méritent partout dans le monde d'obtenir justice, liberté et égalité.
Elle a été à l'origine - aux côtés de Simone de Beauvoir - de la création de l'association Choisir la cause des femmes.
Elle a défendu toute sa vie cette conviction, son engagement lui a valu d'être méprisée, injuriée et malgré les difficultés elle n'a jamais renoncé.
Elle s'est engagée en politique pour pouvoir faire changer les lois de l'intérieur et faire évoluer les institutions. Etre avocate ne suffit pas. Elle a été bafouée et trompée. Elle a su puiser une force supplémentaire dans ces désillusions.
Elle a oeuvré et contribué à faire évoluer la législation sur l'avortement, le regard porté sur les femmes violées.

C'est une femme remarquable et courageuse.
Je garderai longtemps en mémoire ce texte et j'ajoute dans ma PAL d'autres livres de cette grande dame.

Commenter  J’apprécie          322


critiques presse (1)
Culturebox
26 août 2020
C’est un dernier coup de gueule en forme de passage aux jeunes générations. Peu avant son décès, Gisèle Halimi a répondu aux questions de notre consœur Annick Cojean du journal "Le Monde" dans un livre paru le 19 août, trois semaines après sa mort. A 93 ans, elle n’avait rien perdu ni de sa verve ni de son enthousiasme combatif.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (131) Voir plus Ajouter une citation
Peut-on encore accepter qu’en Europe, aujourd’hui, toutes les femmes n’aient pas accès à l’avortement, au péril de leur santé et parfois de leur vie ? Peut-on tolérer qu’en Europe, une femme sur trois soit victime de violences physiques ou sexuelles ? Doit-on admettre comme une fatalité que les travailleurs pauvres – qui sont surtout des travailleuses pauvres – soient abandonnées à la misère ? À toutes ces questions, je réponds non. Au contraire ! Il faut revendiquer le meilleur pour toutes.
Commenter  J’apprécie          390
Et deux jours plus tard, à 8 heures du matin, un coup de fil m’a appris que nos deux clients étaient graciés.
Deux vies ! Deux vies sauvées ! Vous vous rendez compte ? Et cela tenait à la grâce d’un président doté d’un droit régalien hérité de l’Ancien Régime. Il n’avait aucune explication à donner. C’était son bon plaisir de monarque…
Commenter  J’apprécie          470
Quoi de plus normal que de s’approprier le corps des femmes ? N’a t-il pas toujours été un butin, en temps de guerre, de paix, en vacances, au travail ? La culture, l’éducation, la religion n’ont-elles pas sécrété, comme une normalité, la domination de l’homme sur la femme ? Et le viol n’est-il pas, pour beaucoup, une drague un peu poussée ? C’est ce que pensait le policier de garde au palais de justice d’Aix lorsqu’il a lancé à la cantonade : «  Eh ! Matteo, tu fais l’amour et tu te retrouves aux assises. Tu te rends compte?
Commenter  J’apprécie          295
C'est ce qui me fascine chez Gisèle Halimi. Son incroyable liberté. Elle abhorre les clichés, elle réfute les diktats, elle n'entre dans aucun moule. Elle questionne et remet tout en cause. Aucune autorité ne trouve grâce à ses yeux. Et quand on lui oppose une "tradition", elle dégaine son flingue. Comment se résigner à un ordre établi quand on le trouve néfaste? Un jour, alors qu'elle n'était qu'avocat stagiaire à Tunis, elle a bondi vers le bureau d'un Magistrat : "Monsieur le Président, l'injustice m'est physiquement intolérable." Il suffit, soixante-dix ans plus tard, de l'observer lire Le Monde qu'elle décortique chaque jour avec minutie, pour comprendre à quel point la phrase était sincère. L'indignation affleure à chaque page, la colère n'est jamais loin. "Mais enfin Annick, il faut faire quelque chose ! Vous n'êtes pas avocate, mais vous êtes journaliste! Agissez!"
Je souris... Simone de Beauvoir aurait dit la même chose. Et Simone Veil aussi, moins provocante sans doute, tout aussi indignée. Même message. Même indépendance. Même intégrité. Se battre est un devoir; tendre la main aux autres femmes une responsabilité; convaincre les hommes de la justesse de la cause une nécessité.
Commenter  J’apprécie          90
J’étais déterminée à aller mon chemin, que ça plaise ou non. Et mon chemin passait d’abord par cet appétit démesuré de connaissances. Et par les livres pour lesquels j’avais une passion. C’était ça, la vraie nourriture ! Je les regardais, les palpais, les humais longuement avant de leur arracher leur secret. Je savais qu’ils m’aideraient à être moi-même.
Commenter  J’apprécie          290

Videos de Gisèle Halimi (40) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gisèle Halimi
*Rediffusion du live du 26 janvier 2024 sur la chaîne Twitch de Glénat et de Ultia*
Du mercredi 24 au samedi 27 janvier 2024, Ultia vous fait vivre le Festival International de la BD d'Angoulême en direct sur Twitch. Présentation du stand, interview d'auteurs.ices et de dessinateurs.rices, visites d'expositions, tutos dessins...
Au programme de cette vidéo : Rencontre avec Marie Bardiaux-Vaïente et Carole Maurel pour la BD Bobigny 1972.
Découvre Bobigny 1972 : https://www.glenat.com/hors-collection-glenat-bd/bobigny-1972-9782344045664 En 1972, Marie-Claire Chevalier, enceinte à la suite d'un viol, est dénoncée pour avortement clandestin par son propre agresseur. L'avortement est encore, à cette époque pas si lointaine, un délit passible d'une très forte amende et même d'incarcération. Sa mère qui a tout mis en oeuvre pour lui venir en aide, ainsi que des femmes ayant pris part aux événements, comparaissent elles aussi devant la justice, pour complicité. Cette affaire dramatique tristement banale devient l'un des grands procès historiques par le concours de Gisèle Halimi, avocate de toutes les grandes causes féministes et antiracistes. Elle s'empare de l'histoire de Marie-Claire et de sa mère, pour créer un électrochoc médiatique, public et sociétal. Elle ne défend plus une jeune femme « coupable » d'avortement, elle attaque les lois et politiques anti-abortives qui sévissent en France. Forte du soutien de grandes stars françaises, actrices, intellectuelles, journalistes mais aussi personnalités politiques, Maître Halimi a pour objectif de provoquer une jurisprudence dont le tribunal de Bobigny devient le théâtre. Traitant d'un sujet qui aurait pu rester un fait divers, ce roman graphique, développé avec force et réalisme par Marie Bardiaux-Vaïente et magnifié par Carole Maurel, revient sur l'histoire de celles qui ont préparé le terrain pour la loi Veil, promulguée en 1975. Un album puissant, poignant, et nécessaire dans le contexte actuel. Marie-Claire fut le symbole de toute une génération, portée littéralement par sa mère et son avocate, mais aussi par toutes celles qui vivent l'intolérable injustice de centaines de milliers de femmes chaque année, dont les plus précaires sont les victimes les plus criantes. Un édifiant plaidoyer pour la liberté et l'émancipation, à lire absolument.
LA CHAÎNE TWITCH DE GLÉNAT : https://www.twitch.tv/glenatlive LA CHAÎNE TWITCH D'ULTIA : https://www.twitch.tv/ultia
*********************
Nos réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/GlenatBD/ Instagram : https://www.instagram.com/Glenatbd/ Twitter : https://twitter.com/GlenatBD TikTok : https://www.tiktok.com/@glenatbd
+ Lire la suite
autres livres classés : biographieVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (1404) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1674 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..