AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266289870
672 pages
Éditeur : Pocket (03/01/2019)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 421 notes)
Résumé :
À New York, Caroline Ferriday travaille au consulat français. Mais lorsque les armées hitlériennes envahissent la Pologne en septembre 1939, c'est tout son quotidien qui va être bouleversé.
De l'autre côté de l'océan, Kasia Kuzmerick, une adolescente polonaise, renonce à son enfance pour rejoindre la Résistance. Mais la moindre erreur peut être fatale.
Quant à l'ambitieuse Herta Oberheuser, médecin allemand, la proposition que lui fait le gouvernement ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (154) Voir plus Ajouter une critique
Roggy
  06 octobre 2019
Trois visions d'une même horreur, trois destins exposés à la plus grande catastrophe humaine de tous les temps.
Ce roman choral bouleversant présente trois prismes différents pour une seule souffrance, car il faut forcément plusieurs voix pour raconter l'irracontable, il faut plusieurs cerveaux pour tenter de comprendre l'inimaginable, il faut plusieurs vies pour rappeler ce que nous ne pouvons pas oublier.
Dans ce récit d'une force exceptionnelle, Martha Hall Kelly nous présente les êtres humains dans toute leur nature, profonde, présente, instantanée, héroïque et fulgurante.
Entre la dimension réelle d'une guerre et le mélodrame, l'auteure fait le bon choix et c'est ce qui fait le charme du récit.
L'auteure ne se contente pas de faire tournoyer un carrousel des horreurs, elle met en exergue la capacité de résilience et le courage chez certaines victimes qui ne se sont pas laissées anéantir et ont réussi à se battre et à conjurer le sort.
Il est des écrivains et des livres qui semblent happés par l'Histoire dans laquelle ils sont ancrés. Celui-ci en est un.
Comme de nombreux auteurs avant elle Martha Hall Kelly écrit pour que ces témoignages marquent les esprits et réveillent les mémoires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          720
calypso
  01 mars 2018
C'est un roman si dense que je ne sais même pas par où commencer… Peut-être que le plus simple est de vous parler de la structure : l'auteure a fait le choix d'une alternance de points de vue. Trois narratrices se partagent ainsi le récit. La première se nomme Caroline Ferriday, nous la découvrons en 1939, elle est issue d'une famille aisée et est employée au consulat français. Elle partage son temps libre entre des soirées auprès de New-Yorkais qui ont des préoccupations bien différentes des siennes et les oeuvres de bienfaisance pour lesquelles elle se bat. Côté coeur, elle mène également son propre combat : nier l'attirance qu'elle éprouve pour Paul Rodière, un célèbre acteur français (et marié) séjournant à New-York. La deuxième narratrice est Kasia Kuzmerick, c'est une jeune polonaise vivant à Lublin auprès de sa soeur, Zuzanna, de son père et de sa mère qui est l'être qu'elle aime le plus au monde. Elle apprécie la compagnie de Pietrik, un de ses camarades engagé dans la résistance. Pour la petite anecdote, c'est à Lublin qu'un des premiers ghettos a été établi par les nazis. Enfin, la troisième narratrice est Herta Oberheuser. C'est une jeune femme allemande qui se destine à devenir médecin et rêve en particulier d'exercer la chirurgie. Aucune femme ne se voyant confier cette spécialité à l'époque et pensant pouvoir enfin toucher du doigt son rêve, elle accepte sans hésiter un poste qu'on lui propose dans un camp de travail pour femmes, à Ravensbrück.
Je vais le dire tout de suite : à mon avis, le seul point faible du roman est la liaison entre Caroline et Paul. On y croit, on n'y croit plus, c'est incessant et assez peu utile. Je n'ai pu me défaire de l'idée que l'auteure avait délibérément choisi d'offrir aux lecteurs une histoire d'amour contrarié mais je n'ai pas compris pourquoi. De l'amour, il y en a à revendre dans ce roman, ce n'était pas la peine d'en ajouter. D'ailleurs, c'est un élément inventé comme nous le révèle l'auteure à la fin de son texte. Pour le reste, rien à dire. C'est incroyablement bien maîtrisé et bien documenté. J'imagine toutes les recherches qu'il a fallu faire pour écrire un tel roman. Il est intéressant de voir comment la situation était perçue à des milliers de kilomètres, d'autant plus que le personnage de Caroline n'a pas été inventé : son histoire, son dévouement, ses qualités humaines en font un véritable personnage romanesque qui aurait pu faire l'objet d'un roman à part entière. Cependant, les passages que j'ai préférés sont ceux mettant en scène Kasia et plus largement la vie des Polonaises au camp de Ravensbrück et, dans une moindre mesure, les passages nous permettant de découvrir l'évolution de Herta. « Dans une moindre mesure » car ce personnage ambigu est particulièrement détestable. J'ai déjà lu beaucoup de romans traitant de cette triste période mais je n'arrive pas à me souvenir d'un roman abordant précisément le même sujet. Il y a bien Kinderzimmer de Valentine Goby qui se déroule dans le même camp de concentration, mais je ne crois pas qu'il y soit question des « Lapins » comme c'est le cas dans Le Lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux. Les « Lapins » sont ces jeunes filles sautillant à travers le camp – quand elles n'étaient pas alitées des mois durant – et sauvagement blessées, voire mutilées aux jambes, objets d'expériences scientifiques menées par le professeur Gebhardt qui cherchait à se réhabiliter aux yeux d'Hitler, lui qui n'avait pu sauver Heydrich, mortellement blessé lors de l'attentat de Prague. Un sujet effroyable mais qu'il faut connaître. En outre, c'est une magnifique leçon de force, de courage, de solidarité et d'amour. Je termine en ajoutant qu'il s'agit d'un premier roman, et ça, c'est assez incroyable…
Un grand merci à Babelio et aux Editions Charleston qui m'ont permis de découvrir cette histoire émouvante et instructive !

Lien : http://aperto.libro.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          634
Annette55
  28 décembre 2019
Comment ne pas s'attacher à ce long récit : 657 pages à dimension historique , inspiré de faits réels, qui dépeint à l'aide d'une très belle plume le destin croisé de trois femmes très différentes, de 1939 à 1959:
Caroline , ancienne actrice américaine pétrie de générosité, envoyant des colis pour aider les français durant la seconde guerre mondiale ..
Kasia, jeune polonaise déportée au camp de Ravensbrück, ( et sa soeur Zuzanna médecin, ) entrée en résistance au péril de sa vie ....
Herta , médecin —-bourreau—-cruel, ambitieuse chirurgienne allemande , pratiquant des expériences médicales atroces sur les déportées...?
Ce premier roman remarquable , dense, très bien documenté , dévoile avec force, le combat de Kasia , victime —- elle tentera de survivre à l'indicible ——
Souffrance , joie et espoir —- humanité et inhumanité, Cruauté, horreurs , angoisse ——quête de l'amour, de la liberté, des secondes chances ——devoir de mémoire ——pouvoir méconnu des femmes à changer l'Histoire :
Caroline, à l'humanité sans faille et bien d'autres , une émotion puissante nous submerge à la lecture de cette histoire vraie , à travers témoignages de survivantes , procès de Nuremberg, «  lapins de Ravensbrück, » ( vous saurez pourquoi en lisant cet ouvrage ) lectures de lettres éclairantes , recherches inlassables fructueuses ou non, de Lublin à Ravensbrück, de Nuremberg au Connecticut, à Paris et Nanterre, de Berlin au Mémorial Muséum à Washington ....
Puissant et poignant, bien construit , simplement et efficacement , sans pathos ni sensiblerie, il fait venir les larmes aux yeux .
Impossible à lâcher comme l'écrit Tatiana de Rosnay. .
«  Le lilas ne refleurit qu'au printemps ....après un hiver rigoureux. » ....
Acheté au «  Hall du livre à Nancy , » il y a plusieurs mois . ....

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          507
coquinnette1974
  29 mars 2019
Pour le voyage du retour, il me restait à dévorer : le lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux de Martha Hall Kelly. Je suis ravie d'avoir choisi qu'il m'accompagne pour les onze heures d'avion.
Nous découvrons trois femmes, pendant la seconde guerre mondiale puis jusqu'en 1959. Nous les accompagnons pendant les périodes les plus importantes de leur vie..
Trois femmes, trois destins différents mais quelque chose va les relier à un moment ou un autre... Ravensbrück, le tristement célèbre camp de concentration pour femmes...
À New York, Caroline Ferriday travaille au consulat français. Mais lorsque les armées hitlériennes envahissent la Pologne en septembre 1939, c'est tout son quotidien qui va être bouleversé...
De l'autre côté de l'océan, Kasia Kuzmerick, une adolescente polonaise, renonce à son enfance pour rejoindre la Résistance. Mais la moindre erreur peut être fatale...
Quant à l'ambitieuse Herta Oberheuser, médecin allemand, la proposition que lui fait le gouvernement SS va lui permettre de montrer enfin toutes ses capacités. Mais une fois embauchée, elle va se retrouver sous la domination des hommes...
Le lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux de Martha Hall Kelly est un roman absolument magnifique, poignant, dont la lecture m'a captivé du premier au dernier mot.
Petite précision : même s'il s'agit d'un roman, il est basé sur des faits réels et sur des personnages réels. Pas tous, mais dans ce roman ont existés : Caroline Ferriday, ses parents ; Herta Oberheuser et ses parents ; ainsi que tous les employés du camp de concentration.
Par contre, les dialogues ont tous été inventés, ils sortent de l'imagination de l'auteure. Kasia et sa soeur sont des personnages inventés toutefois l'auteure s'est inspirée de personnages réels.
Il y a vraiment eu des expérimentations sur les prisonnières dans ce camp, et elles étaient surnommées les lapins pour deux raisons : elles se déplaçaient dans le camp en sautillant après leurs opérations et aussi car elles étaient les lapins de laboratoire des nazis.
J'ai lu énormément d'ouvrages (romancés ou non) sur la seconde guerre mondiale, je savais que les nazis avaient fait des expérimentations sur les prisonniers mais j'ignorais que c'était à ce point là. C'est aberrant de faire un truc pareil !
Martha Hall Kelly a fait un énorme travail de recherche, on sent qu'elle connait son sujet et j'ai trouvé ce roman captivant. Il m'a appris énormément de choses.
J'ai trouvé ça très intéressant de suivre trois femmes totalement différentes sur la même période. Elles vont vivre la seconde guerre mondiale de manière totalement opposée.
Elles sont touchantes chacune à leur manière même si j'ai évidemment eu énormément de difficultés à apprécier Herta. Elle est médecin et elle choisit de servir son camp d'un façon totalement atroce, c'est incompréhensible. Alors certes, elle était allemande, croyait faire des choses "justes" mais les parties sur cette femme m'ont mis parfois très mal à l'aise. Pourtant, je suis ravie que l'auteure ai choisi de nous la faire découvrir car ça apporte une autre dimension à ce roman, il fait froid dans le dos, est très crédible et on s'y croirait. Et ça permet aussi de se poser des questions sur les motivations de ses médecins, sur ce qu'ils ont fait, et sur comment ils s'en sont sortis.
Au début, j'avais du mal à comprendre comment Caroline pouvait être rattachée au camp de concentration, je me doutais bien qu'elle n'irait pas.. Et le lien est en fait hyper bien trouvé, elle n'y va certes pas mais elle va faire beaucoup pour ses femmes... après...
Le lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux est un excellent roman, qui m'a touché du début à la fin. C'est le premier roman de Martha Hall Kelly mais j'espère que ce ne sera pas le dernier car j'adorerais la relire.
Ma note : cinq étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Valmyvoyou_lit
  09 février 2018
Je viens de finir ce livre et je suis bouleversée.
Le lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux est un livre à trois voix. Celle de Caroline, une Américaine qui se bat pour envoyer des colis aux orphelins de France, celle de Kasia, une jeune polonaise qui est arrêtée par les nazis et envoyée, avec une partie de sa famille, au camp de Ravensbrück et celle de Herta, une jeune médecin allemande qui exerce dans le camp. Nous suivons les destins de ces trois jeunes femmes qui vont finir par se croiser.
Ce livre est criant de vérité. le travail de recherche effectué par l'auteur est exceptionnel. Certains des personnages qui ont vraiment existé. Bien que racontés de façon romancée, les faits décrits dans ce livre sont vrais.
Le lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux débute en septembre 1939 et s'achève en 1959. le fait de suivre les héroïnes sur deux décennies apporte de la puissance à l'histoire. Nous découvrons de quelle manière, chacune des trois femmes s'est retrouvée à la place qui fut la sienne pendant la guerre, ce qu'elles ont fait et vécu pendant cette période, et les conséquences sur leur vie.
Kasia est le personnage qui m'a le plus touchée. L'auteure ne nous épargne pas lorsqu'elle nous raconte ce que cette jeune polonaise a vécu. Kasia a été une "lapin", les nazis ont fait des expérimentations insoutenables sur elle. Quel travail de mémoire, Martha Hall Kelly, a effectué !
Caroline Ferriday est un personnage réel. La découverte de sa générosité a été, pour l'auteure, le déclencheur de l'écriture de ce roman.
Herta a, elle aussi, existé. C'est osé de la part de l'auteure d'en faire un personnage central de ce livre. de quelle manière, l'idéologie allemande a transformé cette femme ?
L'auteure nous livre les pensées de chacun des protagonistes, leurs actions, le ton est juste.
J'ai souffert dans ma chair et j'ai pleuré, en lisant ce livre magnifique. Il est bouleversant, révoltant, émouvant, c'est un choc nécessaire. Il m'a fait passer par une palette incroyable d'émotions, allant de la compassion à la haine. C'est un vrai coup de poing.
Je pense que je resterais marquée longtemps par cette poignante fresque historique. Je n'arrive pas à lui rendre hommage, je ne sais que vous dire ce que je ne dis pas souvent : "lisez-le !". le bandeau sur la couverture cite Tatiana de Rosnay : "Un premier roman époustouflant, absolument impossible à lâcher". Elle a tout dit !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          417
Citations et extraits (59) Voir plus Ajouter une citation
calypsocalypso   28 février 2018
- Qu'est-ce que tu apporterais, toi, chuchota Zuzanna, en riant encore, à Matka.
Matka réfléchit un long moment, les yeux baissés sur ses mains, si longtemps que je pensai qu'elle ne voulait finalement pas jouer à notre jeu. Quand elle prit enfin la parole, elle avait une expression étrange.
- J'apporterais un bouquet de fleurs, des roses et des lilas.
- Oh, j'adore le lilas, dit Luiza.
- Je marcherais la tête haute et, en chemin, je donnerais ce bouquet aux gardiennes et je leur dirais de ne pas s'en vouloir de ce qu'elles ont fait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
gouelangouelan   13 avril 2020
- Il faut que tu dormes maintenant.
- Oui, mais pas avant que tu me répondes : est-ce que rompre une promesse est un péché ?
- Cela dépend de la promesse.
Luiza tourna la tête vers moi. Le moindre mouvement semblait la faire souffrir atrocement.
- Mais j'ai juré sur la Bible. Est-ce que Dieu désapprouvera ?
- Dieu aura beaucoup à faire pour que nous le pardonnions de nous avoir mises ici.
- Tu blasphèmes !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
ladesiderienneladesiderienne   21 avril 2018
Je pris le "Journal "médical" et remarquai une petite annonce pour un médecin dans un camp de rééducation pour femmes, à quatre-vingt-dix kilomètres au nord de Berlin, près du centre de villégiature de Fürstenberg, au bord du lac Schwedt. Ce type de camps se multipliait, destinés essentiellement aux tire-au-flanc et aux petits délinquants. L'idée d'un changement de décor m'attira. Un centre de villégiature ? Mutti me manquerait, mais pas Heinz.
La seule chose que je savais sur ce camp était que mon ancien camarade de faculté, Fritz Fisher, y travaillait. Le nom me plaisait.
Ravensbrück.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
RoggyRoggy   07 octobre 2019
Les Français étaient mon talon d'Achille, je ne devais surtout pas perdre la tête. En fait, si Achille avait été français, je l'aurais probablement porté dans mes bras jusqu'à ce que son tendon guérisse.
Commenter  J’apprécie          200
gouelangouelan   12 avril 2020
Vous auriez du voir les étoiles cette nuit-là, jetées dans le ciel en grosses grappes. On aurait dit qu'elles regardaient tout ce qui se passait là, tristes de leur impuissance.
Commenter  J’apprécie          210
Videos de Martha Hall Kelly (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Martha Hall Kelly
A l'occasion de la 11ème édition du salon international du livre en format livre de poche Saint-Maur En Poche, le journaliste David Medioni (ernestmag.fr) recevait sur la scène de la Griffe Noire Marc Lévy et l'auteur britannique Martha Hall Kelly...
Le lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux de Martha Hall Kelly aux éditions Charleston https://www.lagriffenoire.com/104224-romans-lilas-ne-refleurit-qu-apres-un-hiver-rigoureux-le.html
Ghost in Love de Marc Lévy aux éditions Robert Laffont/Versilio https://www.lagriffenoire.com/1003102-romans--ghost-in-love.html
Une fille comme elle de Marc Lévy aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/1001026-divers-litterature-une-fille-comme-elle.html
Les Enfants de la liberté de Marc Lévy aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/21430-poche-les-enfants-de-la-liberte.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : camps de concentrationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





.. ..