AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782207165355
Denoël (04/05/2022)
3.56/5   24 notes
Résumé :
Steven Smith, condamné pour braquage, vient de terminer une longue peine de prison. Ne sachant ni bien lire ni écrire, il enregistre ses pensées sur un téléphone portable afin de progresser dans sa quête.
Sa quête ? Déchiffrer le code Twyford, inventé par une écrivaine de littérature jeunesse des années quarante, Edith Twyford. C’est un besoin impérieux, presque vital. Pour l’aider, Steven peut compter sur quatre amis avec qui il a partagé à l’époque du collè... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,56

sur 24 notes
5
3 avis
4
8 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

gruz
  17 mai 2022
Voir le fond se fondre dans la forme, la forme épouser le fond, ce n'est pas si courant dans un livre.
Le code Twyford est un jeu, mais qui n'oublie jamais qu'il est avant tout un roman. le genre d'expérience ludique qui développe suffisamment de matière pour qu'on s'y attache le temps de 450 pages.
Imaginez une autrice ayant écrit une kyrielle de livres pour enfants durant la seconde guerre mondiale. le genre de bouquins qui ressemble au Club des 5, mais largement critiqués pour leur pauvreté voire leur idéologie discutable.
Imaginez que ces livres se révèlent d'une toute autre utilité et que, de nos jours, la vérité devienne une véritable quête.
Imaginez que ces textes cachent un code qui pourrait receler un secret extraordinaire.
Voilà un roman qui surprend dès le début par son approche stylistique. Loin d'une narration classique, il se compose des transcriptions audios d'un ex-taulard. Entré en prison sans presque savoir ni lire ni écrire, il en ressort après avoir réussi à dépasser en partie son handicap de dyslexie grâce à des bénévoles. Mais pas au point d'oser se lancer dans l'écriture.
D'où l'idée d'enregistrer ses pensées, et de relater les événements, sur le vieil iPhone offert par son fils.
Voilà l'une des formidables idées de ce roman. le langage parlé, entre monologues et discussions, apporte une dynamique différente au récit. Et est l'une des clés de ce qui se cache derrière cette histoire.
Janice Hallett vous invite donc à venir jouer avec elle et ses personnages, Steven et ses anciens camarades de collège en tête. Parce que cette étrange affaire a débuté pour lui à ce moment-là.
Cette intrigue se veut ludique, et elle l'est bel et bien. Mais, là où nombre d'auteurs se seraient contentés de cet aspect-là, l'écrivaine anglaise lui a insufflé davantage. Une âme à travers les passages introspectifs où Steven évoque son enfance. Cet inattendu coté social donne une autre profondeur au récit. Même s'il souffre de quelques longueurs sur cet aspect, à mon sens.
Le livre est aussi, surtout, un véritable cri d'amour à la langue, au langage. Et au pouvoir des mots, au sens propre comme au figuré. Au passage, vous découvrirez peut-être ce qu'est un acrostiche, par exemple.
Le roman renferme nombre de secrets, qui vont se révéler peu à peu, certains comme fausses pistes, d'autres en révélations incroyables. Jusqu'à un final que vous avez peu de chance d'anticiper !
Le code Twyford est un roman à nul autre pareil, très original dans sa forme, mais qui n‘oublie pas de remettre le jeu en perspective pour apporter une autre dimension à l'aspect joliment ludique de l'intrigue.
Janice Hallett se révèle comme une écrivaine sacrément ingénieuse, et sans aucun doute profondément amoureuse des mots, de leur puissance et de leurs significations.
Lien : https://gruznamur.com/2022/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
dedanso
  11 novembre 2022
Quel étonnant bouquin que ce Code Twyford de Janice Hallett ! Je remercie vraiment les éditions Denoël et Babelio pour me l'avoir envoyé car j'ai pris beaucoup de plaisir à cette lecture, même si elle ne fut pas toujours aisée.
La forme est audacieuse et peut déstabiliser au départ, mais on s'y habitue vite finalement. L'inspecteur Darius envoie des fichiers audios, de longueurs et de qualités inégales, à Max, un professeur de mathématiques, afin de recueillir son avis sur le mystère entourant les fichiers.
Et ce sont les fichiers audios que nous lisons et à partir desquels nous essayons de résoudre le mystère du code Twyford, code caché par la dame du même nom dans une série de livres pour enfants qu'elle a écrit pendant la seconde guerre mondiale.
Mieux vaut partir à l'aventure munis d'un papier et d'un crayon si vous voulez jouer le jeu des acrostiches jusqu'au bout !
Et puis il y a deux autres énigmes qui s'entremêlent à celle-ci. Des énigmes plus intimes qui concernent le passé du narrateur, Steeve Smith. Ce dyslexique, qui a appris à lire en prison, s'enregistre sur le téléphone de son fils.
Parmi les enregistrements qui concernent le code Twyford, se trouvent aussi des enregistrements grâce auxquels Steeve explique son enfance bouleversante. Il tente ainsi d'expliquer à son fils comment il est devenu l'un des membres les plus actifs de la bande à Harrison, groupe de mafieux ayant commis l'un des plus gros casses de l'histoire de la Grande Bretagne. Et cette enfance est notamment marquée par une professeure mystérieuse, Miss Iles, qui, la première, lui a donné le goût des histoires bien écrites.
Je vous laisse découvrir la suite par vous-mêmes, et comment ces différents éléments s'imbriquent les uns aux autres pour ne dévoiler en fait qu'une seule histoire, la plus belle, celle de l'amour qu'un père porte à son fils.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
Borntobealivre
  27 novembre 2022
Quand Steven Smith sort de prison après avoir purgé une longue peine pour braquage, il n'a qu'une obsession : déchiffrer ce code dont son institutrice, Miss Ile, lui avait révélé l'existence avant de se volatiliser, un après-midi de sortie de classe. Ce code a été inventé par Edith Twyford, autrice prolifique de romans jeunesse pendant la Seconde Guerre Mondiale, comme cette célèbre série de « La Clique des Six ». Autour d'elle circulent les plus étranges, les plus loufoques et les plus intrigantes rumeurs, à commencer par celle-ci : ses romans écrits dans une langue simpliste n'auraient rien d'anodin, certains mots auraient été choisis avec soin, afin de faire passer des messages secrets...
Steven va tour à tour interroger celles et ceux qui pourraient l'aider à y voir plus clair sur ce code et sur la disparition inexpliquée de Miss Ile - deux choses inextricablement liées pour lui -, à commencer par ses amis d'enfance comme Miche et Donna, son frère Colin, une spécialiste de Twyford, le propriétaire de son ancienne maison... Son acharnement à vouloir trouver des réponses attirera l'attention de Lucy, une bibliothécaire aussi émerveillée par les chiffres, les symboles et les acrostiches que lui. C'est à ses côtés que l'enquête va prendre un véritable tournant. de révélations en révélations, de zones d'ombre en « eurêka », ce surprenant duo d'enquêteurs, plein d'imagination et d'astuces, avancera dans cette quête jusqu'au grandiose dénouement final.
Vous aimez les romans à suspense ? Les jeux de (fausses) pistes ? Les intrigues à tiroir ? Foncez sur ce roman ô combien étonnant de Janice Hallett, véritable escape game livresque dont, pour le coup, vous n'aurez aucune envie de sortir tant c'est amusant d'être coincé•e entre ses pages. J'ai passé un formidable moment en sa compagnie, me prenant au(x) jeu(x), m'improvisant moi aussi détective, cherchant à traquer le moindre indice dissimulé entre les lignes, à décrypter l'acrostiche caché dans un paragraphe, à trouver la clé d'énigmes dont la plus difficile n'est par celle à laquelle vous auriez a priori pensé...
Pour ajouter à son originalité, le roman ne nous offre pas de récit linéaire, classique, mais nous fait lire des retranscriptions de contenus audio enregistrés par Steven sur le smartphone de son fils, Max. Des messages qu'il dictait, étant incapable de les écrire, ou des entretiens qu'il enregistrait - parfois à l'insu des personnes qu'il interrogeait. L'autrice a poussé l'idée jusqu'au bout, écrivant certains mots comme ils se prononcent, en censurant d'autres, traduisant certains bruits comme celui d'une respiration haletante. La forme épouse ainsi le fond de manière incroyablement habile. Vous dire que cela rend l'ensemble d'autant plus intrigant serait un euphémisme... J'aime ce genre de livre qui capte toute notre attention, nous donnant envie de nous arrêter au moindre détail et nous donnant à penser que chaque mot, chaque chose a sa fonction (un véritable escape game, vous dis-je !).
J'achèverai cette chronique par cet autre élément majeur qui a définitivement fait chavirer mon coeur, à savoir, Steven, lui-même. Je me suis tout de suite attachée à cet homme un peu perdu, qui n'a pas eu une enfance heureuse et qui a enchaîné les mauvais choix pour tenter de survivre. J'étais touchée par tout le coeur qu'il mettait dans sa quête. Et mon attachement est allé crescendo, jusqu'à la révélation finale, en apothéose, que je n'avais bien sûr aucunement vu venir...
J'aimerais relire ce livre à l'aune de ces révélations en pagaille dont je connais à présent la teneur. Mais en regardant l'état de ma PAL, je n'ai d'autre choix que de remettre cette envie à plus tard... Un grand merci aux éditions Denoël et à Babelio pour ce formidable moment de lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar
  09 juin 2022
Les missive de Fanny H pour Collectif Polar
L'inspecteur Darius demande de l'aide au professeur Mansfield au sujet de fichiers cryptés découverts dans un iPhone. Une fois décodés en utilisant le logiciel LeDéchiffreur, il a absolument besoin de son avis pour comprendre les informations en sa possession.
Pendant sa détention de onze ans en prison, Steve a appris enfin à lire, lui l'enfant rejeté, exclu du système scolaire classique pour cause de dyslexie.  Cet apprentissage va l'aider dans sa quête : percer le secret d'un livre qu'il avait trouvé dans un bus scolaire lorsqu'il était collégien.
Maintenant qu'il a enfin purgé sa peine, il va s'employer activement à retrouver sa bande de copains de l'époque : Nathan, Michelle, Donna, Paul et tenter de résoudre ce qui le tracasse depuis si longtemps.
Son fils, désormais adulte, lui offre un téléphone afin qu'ils puissent communiquer occasionnellement. Il s'en servira pour enregistrer cette aventure en une multitude de fichiers audios adressés à Maxine, sa contrôleuse judiciaire.
Mais ses anciens amis seront-ils tous au rendez-vous ?
Tant d'années après, l'amitié et la confiance sont-ils encore possible ? Qui se souviendra réellement de ce qui s'est passé au cours de cette sortie soi-disant scolaire improvisée par leur professeure disparue ensuite ?
Le code Twyford est traduit de l'anglais par Cécile Leclère. Sa couverture rouge et le titre écrit en gros caractères noirs m'a fait penser d'emblée à un manuel type top secret, un manuel que je n'avais pas à avoir entre les mains.
Ce thriller est une succession de fichiers audios retranscrits sur papier et j'ai eu un peu de mal à me faire à ce format au tout début. J'ai également trouvé quelques petites longueurs parfois ou était-ce tout simplement mon envie de lectrice de savoir au plus vite ? Car Janice Hallett a su piquer ma curiosité et m'a donné l'envie d'aller plus loin dans Le code Twyford. Les pages ont ensuite défilé par dizaines sans que je m'en rende compte.
Je me suis rappelée avec bonheur Les six compagnons ainsi que mes propres expériences. J'ai pensé à ÇA également, ces enfants qui vivent une aventure, reprennent le cours de leurs vies et se retrouvent à l'âge adulte sur fond de mystère.
J'ai aimé le personnage de Steve, un gamin à qui la vie n'a pas fait de cadeau aussi bien côté familial que scolaire. Un personnage intéressant, atypique, qui a fait de la taule et qui picole en prime. Mais rien, absolument rien ne pourra entacher ni lui retirer sa détermination.
L'auteure met aussi l'accent sur les problèmes rencontrés par les personnes atteintes de dyslexie.
Janice Hallett nous parle également du code Enigma (machine utilisée par les Allemands pour crypter leurs messages pendant la Seconde Guerre mondiale). Et donc, pendant ma lecture, je me suis demandée si, au final, il n'y avait pas un code caché au sein du Code Twyford ?
J'ai deviné un élèment, mais pour le reste impossible et bien heureusement. A la fin, j'ai évidemment fait le parralèle avec Franck Thilliez mais je ne vous dirai pas pourquoi, à vous de le découvrir.
Et vous, arriverez-vous à déchiffrer Le code Twyford ? Ferez-vous mieux que moi ? Je vous lance le défi !
Janice Hallett, une auteure que je ne manquerai pas de lire et si vous aimez les énigmes, je vous conseille donc Le code Twyford.
Lien : https://collectifpolar.fr/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
micetmac
  07 mai 2022
ACROSTICHE ET PERMUTATION
« Les âmes mauvaises ôteraient un rêve, briseraient, ruineraient impunément. Légitime, l'espoir porte les utopistes, sûrs qu'une étoile les orientera. Résolus, motivés, appâtés, impliqués. Sans implication, le plan est sans émotion. Pour livrer un secret, l'oeuvre, unique, ruse, distille. »
« Je veux que ce soit bien écrit », cette demande, que l'on m'adresse en librairie, m'interroge. C'est quoi, bien écrit ? le plus souvent on me répond : sans trop de dialogues et beaucoup de descriptions. Les dialogues seraient donc littérairement pauvres alors que la lente représentation d'un brin d'herbe relèverait des plus hautes et belles lettres.
Si l'on s'en tient à cet enfermement qualificatif... le code Twyford est mal écrit. le code Twyford repose en effet sur des transcriptions audios d'un ex-détenu récemment libéré, qui a appris à lire en prison et dont le niveau de lecture ne peut se hisser au niveau d'exigence de la Pléiade en papier bible. Un style direct, parlé, quasi phonétique par moment. Miss Îles, par exemple, devient missile.
Et pourtant... le code Twyford est l'un des livres les enthousiasmants que j'ai lus sur le pouvoir du langage, l'ensorcellement des mots. Imaginons...
Et si Enid Blyton, l'écrivaine quelque peu rancie du Club des cinq, avait glissé un code dans ses livres désuets voire moisis. Et si le Club des cinq était une porte d'entrée vers... Quelque chose d'énorme !
C'est le coeur du roman de Janice Hallet. Mais pas seulement, car au-delà du thriller haletant d'une roublardise démoniaque, c'est également un livre hautement social. Quand Steven, avec ses mots simples et crus, relate la faim de son enfance, le déclassement, la colère qui émane de ces quelques pages étreint le coeur plus que ne le ferait un texte classique digne des grandes heures de L'Académie Française.
Et si bien écrit signifiait juste le style qui convient, la plume parfaitement idoine, calibrée, au service d'une intrigue haletante ? le code Twyford est superbement écrit !
Le fond et la forme en totale symbiose, ce n'est pas si courant... Génialissime.
L'acrostiche est une figure de style, chaque première lettre de chaque mot forme une phrase cachée dans le texte. La citation initiale de mon post est un acrostiche tiré du Code Twyford
Lien : https://micmacbibliotheque.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (1)
LePoint   29 juillet 2022
Ce livre, à la croisée du thriller et du Club des cinq, signé par une journaliste qui fut aussi une plume du pouvoir politique, s'impose autant par l'originalité de sa forme – basée sur des enregistrements audio – que par le modèle qu'il propose d'une plongée dans la littérature à ceux qui n'y ont pas accès.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
dedansodedanso   11 novembre 2022
Fichier audio 69
Date : 21/05/19 00:55
Qualité audio : Bonne

Des mignonnettes vides. Comme des rangées de petits soldats. Je jouais avec celles de mon père quand j'étais môme. Après avoir fini les fonds de bouteille. Marrant. Il les jetait jamais lui-même. Il comptait sur Colin et LUI faisait pas ça régulièrement. Je les trouvais planquées derrière les lits, en haut des placards, sous les chaises. Grâce aux groupes de paroles qu'on avait en taule, je sais pourquoi maintenant. L'aveu. Si c'est pas toi qui jettes tu peux faire comme si tu ne les avais pas bues (...) Quand mon père est parti, je me demandais si sa nouvelle nana ramasserait ses cadavres pour les balancer à la poubelle. J'aurais dû m'en charger plus souvent, il serait peut-être resté avec nous (...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
collectifpolarcollectifpolar   26 mai 2022
Cher Professeur Mansfield, 

J'enquête sur une affaire mystérieuse au sujet de laquelle vous devriez pouvoir m'aider. Je vous explique.
Un iPhone 4 a été découvert parmi un certain nombre d'objets appartenant à une personne récemment portée disparue. Il n'est lié à aucun réseau de téléphonie mobile et a d'abord semblé vide, sans historique d'appels, sans musique, e-mails, SMS et photographies. Un examen plus approfondi a révélé qu'il contenait une série de fichiers audio effacés : des messages vocaux en divers formats cryptés, datant de 2019, enregistrés sur une période de douze semaines. Ces fichiers ont été récupérés et déchiffrés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
faracha33faracha33   17 novembre 2022
Nous sommes tous ici assez intelligents pour comprendre que ce livre appartient à un autre monde. A une époque et un lieu différents. Là, avec un trémolo dans la voix elle a ajouté : Le passé est un pays étranger. On y fait les choses autrement qu'ici. Qui a dit ça? Elle nous a regardés, l air d 'attendre une réponse.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : énigmesVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2500 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre