AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234057345
Éditeur : Stock (06/10/2004)

Note moyenne : 3.17/5 (sur 3 notes)
Résumé :

" Ma mère. Sa manière unique de. Se mettre sur le pas de la porte pour profiter jusqu'au dernier moment de ses visiteurs, comme si elle risquait de ne plus les revoir.

Pouffer de rire telle une enfant. Aller faire ses courses de bon matin, de sa démarche dynamique et volontaire. Ronfler devant la télé, allongée sur le canapé, les pieds protégés par de grosses chaussettes.

S'habiller de vêtements plus confortables qu'élégan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
54cartes
  14 octobre 2019
C'est mon troisième livre d'Eric Halpen ; et je suis déçu.
L'auteur écrit bien certes, il nous parle de sa mère (décédée d'une maladie de Creutzfeld-Jacob), de la vie de cette femme... Egalement un peu de son frère Guillaume, qui visiblement souffre de schizophrénie.
Les pbs sont que :
- Eric Halphen s'avance sur des sujets médicaux qu'il ne maîtrise absolument pas, en en tirant certaines conclusions (à propos de son frère en particulier) qui sont sujettes à caution.
- L'auteur ne parle pratiquement absolument jamais de son père. On se demande vraiment pourquoi, alors que lui aussi a été touché par cette agonie et cette mort...
- Enfin et surtout, c'est terriblement lassant : une sorte de longue complainte, pimentée de réflexions plus que pessimistes sur la vie, la justice...
Au final, l'auteur dresse un portrait certainement très idéalisé, de sa mère, et on se demande vraiment en quoi tout cela peut bien être intéressant pour un lecteur quelconque. Qu'il ait fait un roman sur sa mère, pourquoi pas, mais pourquoi le publier ???
Bref : très très décevant et sans grand intérêt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   16 janvier 2018
Des gens y entrent, certains jours, de vieilles dames serrant fort contre leur poitrine le livre qu'elles viennent d'emprunter à la bibliothèque de la clinique, Amélie Nothomb ou Stephen King, des couples mettant en berne un instant les dissensions qui les ont soudés, en cet endroit ce serait sacrilège, des hommes seuls, tendus, perdus, des gens en blouse blanche, graves ou concentrés, pour rappeler où l'on est. Personne ne se regarde. Tout le monde, y compris le personnel médical, exhale une tristesse communicative. C'est comme le rire ou le bâillement, la tristesse, il suffit d'un pour que tout le monde s'y mette.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 janvier 2018
J'ai toujours eu du mal, avec le mensonge. Travestir la vérité, cacher, tromper, dire l'inverse de ce qu'on pense, je sais faire, bien sûr, n'étant ni plus idiot ni plus incapable que la moyenne ; mais cela me révulse, me répugne bien au-delà du supportable. C'est pourquoi il ne m'a pas été facile de me plier à la discipline fixée par les médecins et la famille face à la confusion, ne pas contredire, approuver, quoi qu'il en coûte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 janvier 2018
Mon père a refusé de se faire opérer, trouvant je ne sais quel prétexte, une crainte de ne pas se réveiller, une méfiance vis-à-vis du corps médical, le fait que dans une situation similaire un de ses amis ne s'en était pas remis. Bref, il avait peur.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 janvier 2018
Si des gens disent conserver des réminiscences de leur venue au monde, des contractions de leur mère et de l'expulsion, la mienne a toujours gardé le souvenir de cette histoire de jeu fraternel, cette plongée manquée vers un utérus funèbre.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 janvier 2018
Le foot n'est pas toujours l'école de la générosité. J'écoute d'une oreille distraite, depuis que ma mère est malade tout me semble sans intérêt, inadapté, méprisable.
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Eric Halphen (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eric Halphen
Entretien avec Eric Halphen, romancier (1/2)
autres livres classés : schizophrénieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
846 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre