AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782843378089
315 pages
Éditeur : La Belle colère (27/10/2016)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 76 notes)
Résumé :
Lia et Cassie étaient meilleures amies depuis l’école primaire. Chacune a développé son propre trouble alimentaire qui ne les mène nulle part si ce n’est au désastre. Les "filles de l’hiver", prisonnières de glace dans des corps fragiles, et concurrentes dans la course mortelle à la minceur.
Maintenant qu’elles ont 18 ans, elle se sont éloignées l’une de l’autre. Malgré ça, Cassie a appelé Lia 33 fois la nuit de sa mort. Celle-ci n’a jamais répondu. Lia se re... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
babounette
  03 septembre 2019
Je suis une fille de l'hiver - Laurie Halse Anderson - Lu en septembre 2019.
L'anorexie, sujet percutant pour celles qui vivent cette maladie et pour l'entourage de celles-ci, car c'est presque exclusivement une maladie de jeunes filles.
Le monde s'arrête pour ces jeunes filles, elles n'ont qu'une seule obsession, maigrir à n'importe quel prix, et le prix à payer est très lourd parfois.
Elles ont 18 ans. La fleur de l'âge, l'âge de tous les possibles, l'âge des découvertes, l'âge de la vie. Mais la vie ne les intéresse plus.

C'est ainsi que Lia qui a été l'amie de Cassie pendant des années, souffrant toutes les deux de cette terrible maladie, apprend qu'elle est morte seule dans une chambre de motel. Lia n'avait plus de nouvelles de Cassie depuis plusieurs mois suite à une dispute. Cassie l'a appelée 33 fois sans que Lia daigne lui répondre cette nuit-là. Lia s'en veut, elle a des hallucinations. Lia va mal. Lia est bourrée de regrets mais fait semblant de rien. Elle vit chez son père et sa belle-mère, puis chez sa mère, puis de nouveau chez son père, mais ne se sent bien nulle part. Lia a fait déjà deux séjours en hôpital. Lia connaît le nombre de calories de tous les aliments. Lia triche pour peser plus sur la balance lors des contrôles. Lia se mutile. Elle se mutile avec un couteau une fois de trop, sa petite soeur Emma la découvre dans la salle-de-bain. Et cette fois, la colère gronde chez les parents. Lia va devoir retourner à l'hôpital. Lia se rend compte du mal qu'elle a fait à Emma. Va-t-elle s'en sortir ?
L'auteure écrit des romans pour la jeunesse et celui-ci en fait partie, la narratrice principale est Lia, c'est Lia qui raconte, qui se raconte, qui nous livre le délabrement de son cerveau et de son corps. Lia souffre mais se sent incapable de sortir de cette souffrance, le monde autour d'elle n'existe plus. L'écriture est celle d'une adolescente passant de la provocation à la tristesse, de la tristesse à la détresse.
J'ai lu ce livre car j'ai dans mon entourage une jeune fille de 16 ans qui est anorexique. Je voulais savoir ce qu'il se passe dans la tête de ces ados qui passent du soleil à l'hiver, de la joie de vivre et de la beauté à l'obsession de maigrir de plus en plus et à l'horreur de leur corps squelettique qu'elles trouvent toujours trop gros, comme si elles se voyaient dans un miroir déformant. Ce ne sont pas elles qui sont malades, ce sont les autres disent-elles, c'est nous.
Je souhaite beaucoup de courage aux familles confrontées à ce grave problème qu'est l'anorexie. Je souhaite aussi tout le courage du monde à celles et ceux atteints par des troubles comportementaux alimentaires pour s'en sortir et profiter de la vie et de ses beautés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          13018
marina53
  09 juillet 2018
Elles étaient les meilleures amies depuis l'enfance. Elles s'étaient promis des choses, s'étaient avoué des secrets. Mais, au fil des années, les deux adolescentes, bientôt âgées de 18 ans, se sont éloignées l'une de l'autre. Voilà six mois que Lia n'a plus de nouvelle de Cassie, depuis sa sortie de l'hôpital, après son deuxième séjour là-bas. Et pourtant, la nuit de sa mort, c'est elle qu'elle appelle. Trente trois coups de fil qui résonneront dans le vide. le lendemain, Lia ne laisse rien paraître, pourtant hébétée d'apprendre la mort de Cassie. Seule, dans une modeste chambre d'hôtel. Hantée par le souvenir de sa meilleure amie, rongée par la culpabilité, amère et perturbée, Lia se retrouve seule face ses propres démons : obsédée, tout comme Cassie, par son corps et par son besoin d'être mince...
Laurie Halse Anderson dépeint avec finesse et intelligence la lente et inexorable descente aux enfers de Lia, jeune adolescente anorexique. Cherchant à trouver sa place, aussi bien dans le vaste monde que dans sa propre famille recomposée, elle n'aura de cesse de donner un sens à sa vie. Dans ce long monologue empreint de sincérité, d'intensité et d'émotions, Lia remonte le fil de ses souvenirs, évoquant son amitié et son passé avec Cassie, mais aussi ses démons intérieurs, son obsession de la minceur, son long et dur combat contre la maladie et l'espoir, toujours, tapi dans l'ombre. Pour ce roman, l'auteure s'est renseignée auprès de médecins et de personnes atteintes d'anorexie, cela s'en ressent tant elle traite avec justesse de cette maladie et réussit à retranscrire les pensées de Lia. Autour de l'adolescente, une famille démunie et désarmée qui tente, tant bien que mal, de l'aider et de la comprendre, pour peu que cela soit possible. Un roman émouvant et juste...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          675
iris29
  27 mai 2018
C'est Gaoulette et sa critique enthousiaste qui m'ont donné envie d'aller voir du coté de cette auteure aux prix littéraires mérités… Je la remercie de tout mon coeur parce que … coup de foudre !:-))
Coup de foudre pour l'écriture, le style, l'originalité, , l'inventivité , la poésie, la vérité, la documentation, l'écoute, l'émotion…
Lia connait Cassie depuis toute petite. Meilleures amies, puis divergences et séparation.
Oui, mais c'est à Lia que Cassie a choisi de téléphoner , la nuit de sa mort.
Et pas qu'un peu. 33 fois…
Trente trois raisons pour culpabiliser, voir des fantômes, vouloir la rejoindre de l'autre côté. Lia et Cassie n'étaient pas seulement des amies inséparables, elles étaient des" filles de l'hiver". Des anorexiques.
Et Lia n'avait pas besoin de cela pour aller mal, pour descendre toujours plus bas . Plus bas, c'est en dessous des " 40,3 kilos.
Je pourrais dire que je suis extatique, mais ce serait mentir. le chiffre n'a pas d'importance. Si j'étais à trente, je voudrais descendre à vingt-huit. Si je pesais cinq, je ne serais contente qu'une fois arrivée à deux. Seul le zéro me satisferait. Zéro kilo, zéro vie, (…) "
Comment suivre une scolarité normale quand le seul souci est de résister ? Résister à la faim. Délires, chiffres, compter les calories, fantômes, froid, vertiges , scarification , mensonges .
Mais aussi dissimulation, cuisiner , manger, s'occuper de sa nouvelle demi soeur, faire croire qu'on va bien…
Le portrait de cette adolescente qui va mal est poignant, criant de vérité. Laurie Halse Anderson s'est appuyé sur des témoignages, a fait relire son manuscrit par un médecin. La vérité, brute….
Parce qu'elle pense que ses parents sont trop occupés à réussir leurs vies professionnelles, parce qu'ils avaient calqué un parcours idéal pour elle, une petite fille idéale, l'adolescente qu'elle est devenue, a voulu tout contrôler .Se contrôler. Elle a voulu disparaitre.
Ça fait mal… mais l'on voit aussi dans ce roman, tout ce que le dialogue, l'attention peut faire comme bien.
C'est un roman choc, que devraient lire toutes les personnes qui s'occupent d'adolescent(e)s en difficulté , mais pas que...
C'est un roman pour adolescents qui dépasse , qui déborde de ce cadre, tellement l'auteur est douée, tellement sa voix est puissante et poétique, originale et intelligente .
" La nourriture, c'est la vie."
Oui, ça a l'air simple et évident, mais pour certain(e)s , ça ne l'est pas .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          593
lemillefeuilles
  18 août 2019
Une de mes amies ayant particulièrement apprécié ce livre - que je lui avais offert -, j'étais curieuse de découvrir pourquoi, d'autant plus que le sujet m'intriguait. L'anorexie mentale, ce symptôme psychologique qui reste encore un grand tabou.
Dans ce roman, Laurie Halse Anderson parle de Lia, une jeune femme de dix-huit ans anorexique, dont la meilleure amie, Cassie, vient de mourir. Cassie était elle aussi une "fille de l'hiver", le nom qu'elles s'étaient donné. Bien qu'elles s'étaient éloignées depuis quelques mois, c'est Lia que Cassie a appelé la nuit de sa mort. Trente-trois fois.
Au fur et à mesure de la lecture, nous prenons la mesure de jusqu'où Lia est entrée dans l'anorexie. Refusant de voir qu'elle est malade, elle rejette sa famille (surtout sa mère, mais aussi son père et sa belle-mère) qui tente - très maladroitement, il est vrai - de l'aider à s'en sortir. Après la mort de Cassie, la santé mentale de la jeune femme ne va faire qu'empirer.
Ce roman raconte l'histoire d'une adolescente mal dans sa peau, lancée dans une course effrénée de la maigreur. Pour y parvenir, elle a arrêté de manger. Plus elle perd du poids, plus elle veut continuer à en perdre. Il n'est pas évident de comprendre les troubles du comportement alimentaire si nous ne les vivons pas, et il me semble que Laurie Halse Anderson a plutôt bien abordé le sujet.
Nous sommes en effet plongé·e·s à l'intérieur de la tête de cette jeune femme qui se trouve toujours trop grosse, le seul chiffre acceptable à ses yeux étant le zéro. L'autrice met des mots sur ce mal-être qui ronge de l'intérieur, grignotant chaque parcelle de l'être qui en souffre. Je n'ai pas eu de TCA, mais j'ai des proches qui en ont, et ce livre me permet de mieux appréhender ce qu'elles vivent.
Encore une fois, je voudrais apporter tout mon soutien à cette personne si chère à mon coeur, qui se bat chaque jour contre elle-même. Elle résiste, elle s'accroche. Elle fait preuve d'un courage et d'une volonté à toute épreuve, et je sais qu'elle va s'en sortir. Je suis sûre que tu vas lire cet article, alors je voudrais te dire que je t'aime et que je vais faire mon possible pour continuer à t'aider.
Dévoré en moins de vingt-quatre heures, c'est un livre qui m'a beaucoup plus. Les différents protagonistes sont intéressants et le style d'écriture est plaisant, bien que j'étais déroutée par ces mots rayés.
Cet ouvrage est poignant, bouleversant, criant de vérité. Je le recommande vraiment à toutes les personnes qui ont un·e proche anorexique, et à celles qui aimeraient comprendre. Je suis sûre que ce roman peut aider des gens qui souffrent de ce symptôme, et j'espère de tout mon coeur qu'elles iront mieux.
Lien : http://anais-lemillefeuilles..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3810
livrevie
  17 avril 2017
Lia et Cassie ont toujours été amies, elles ont tout partagé, leurs joies, leurs peines, leurs émois, leurs secrets les plus profonds, tout, jusqu'à ce que leurs routes ne se séparent.
Mais pourtant, Cassie a appelé Lia trente-trois fois avant de mourir. Pas une fois. Trente-trois. Qu'est-ce qu'elle avait à lui dire ? Pourquoi pas avant ? Pourquoi à ce moment précis, celui où la vie quittait son corps ? Il est trop tard pour se poser la question, maintenant, Cassie n'est plus et Lia doit vivre avec son fantôme alors qu'elle-même n'est qu'une ombre qui cherche à disparaître.
Les troubles alimentaires sont un sujet dont on entend régulièrement parler. On les côtoie dans la presse, à la télévision sans toutefois jamais les comprendre vraiment.
.
En plongeant dans l'esprit de Lia, Laurie Halse Anderson met des mots sur ce mal qui ronge de l'intérieur.
Lia vit chez son père et sa belle-mère, elle adore sa petite soeur. Elle pourrait être une jeune fille comme les autres, avec pour seul écueil dans sa vie la séparation de ses parents, mais ce n'est pas le cas. Elle n'est pas comme les autres. Lia a entamé une véritable course à la minceur, toujours plus mince, toujours plus fine. Jusqu'à vouloir s'effacer complètement.
Le récit la suit, nous immerge au coeur de ses pensées, dans sa lutte quotidienne, nous la voyons d'abord tromper son monde pour continuer à perdre du poids alors que tous s'inquiètent, puis chercher à échapper à ses fantômes. C'est le récit d'une lutte constante, bien que Lia ne soit pas consciente de qui est son véritable ennemi.
Le réalisme des mots de « Vous parler de ça » m'avait déjà saisie à la gorge et j'ai renouvelé l'expérience avec « Je suis une fille de l'hiver ». Je connais peu d'auteurs capables de captiver autant sur des sujets aussi graves. Déni, esquive, conflit, angoisse, rien ne nous est épargné, et quand la définition de "la fille de l'hiver" a pris tout son sens, j'ai eu la sensation de recevoir un uppercut dans le coeur. Lia m'a prise aux tripes, j'ai eu envie de la secouer, j'ai eu envie de la prendre dans mes bras, j'ai eu envie de lui donner de moi pour compenser sa descente aux enfers, pour soulager la détresse de sa famille. La justesse des mots ne peut qu'émouvoir, la fin ne peut que bouleverser, on ne peut sortir indemne de cette souffrance dans laquelle subsiste malgré tout une lueur d'espoir.
Je fais partie des gens qui pensent la littérature a un sens, un rôle à jouer dans la prise de conscience. C'est indéniablement le cas de ce roman, ne serait-ce que pour corriger le regard que l'on peut porter sur les gens atteints de troubles alimentaires. Rien n'est simple, c'est un mal profond, qui dévore de l'intérieur, et cette société de l'image dans laquelle nous vivons n'y est pas étrangère.
Un roman que tout le monde devrait lire, parce que comprendre est déjà faire une partie du chemin.
Lien : http://lelivrevie.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360

Citations et extraits (51) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   09 juillet 2018
"Voilà le sac d’os", murmurent les garçons dans les couloirs.
"Donne-nous ton secret", chuchotent les filles depuis la cabine voisine, aux toilettes.
Je suis cette fille-là.
Je suis l’espace entre mes cuisses, là où la lumière passe.
Je suis l’assistante bibliothécaire qui se planque au rayon fantasy.
Je suis le monstre de foire figé dans la cire. Je suis les os qu'ils convoitent, suspendus à un montant en porcelaine.
Dès que je m’approche, ils reculent. Les caméras dans leurs orbites enregistrent le bouton sur mon menton, la pluie dans mes yeux, l’eau bleue qui coule sous ma peau. Ils captent le moindre son avec leurs micros-cravates. Ils veulent m’attirer à l’intérieur d’eaux, mais ils ont peur.
Je suis contagieuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
iris29iris29   27 mai 2018
Je me suis fait choper.
Papa et Maman ont déboulé, côte à côte pour une fois, soulagés que je ne sois pas morte. Une infirmière a tendu mon dossier à ma mère. Elle l'a lu tout en expliquant le désastre à mon père, suite à quoi ils se sont disputés , genre coulée de boue se déversant sur les draps antiseptiques jusque dans le couloir. J'étais stressée/surmenée/folle /non - en manque d'attention/non - en manque de discipline/en manque de repos/ta faute/ta faute/faute/faute… Ce corps minuscule et squelettique est devenu l'otage de leur guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
marina53marina53   09 juillet 2018
La fille dont la vitrine me renvoie le reflet a des poinsettias qui lui sortent du ventre et de la tête. Elle a l'air d'une saucisse boudinée avec des manches à balai en guise de jambes, des bras en brindilles et un visage effacé à la gomme. Je sais que c'est moi, pourtant ce n'est pas moi, pas la vraie moi. Je ne sais pas à quoi je ressemble. J'ai perdu la faculté de me voir.
Commenter  J’apprécie          271
marina53marina53   09 juillet 2018
Je file les brins de soie de mon histoire, je tisse la trame de mon monde. La minuscule danseuse elfe s'était changée en poupée de bois dont les ficelles étaient tirées par des gens qui ne faisaient pas attention à elle. Alors je suis partie en vrille. Manger était dur. Respirer était dur. Mais le pire, c'était de vivre.
Je voulais avaler les graines amères de l'oubli.
Commenter  J’apprécie          223
marina53marina53   10 juillet 2018
Je ne me polluerai pas les intestins de Myrtille-Pops, de muffins ou de morceaux râpeux de pain grillé. Saletés et erreurs d'hier ont été éliminées. A l'intérieur, je suis rose et brillante, propre. Le vide, c'est bien. Le vide, c'est une force.
Commenter  J’apprécie          300

Videos de Laurie Halse Anderson (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurie Halse Anderson
Laurie Halse Anderson ""The Impossible Knife of Memory"
autres livres classés : anorexieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

°~Speak the quiz~°

Comment s'appelle l'auteur ?

Emilie Carrol
Emily Carroll
Emili Caroll
Emily Carrole

11 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Speak (BD) de Laurie Halse AndersonCréer un quiz sur ce livre

.. ..