AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266146157
Éditeur : Pocket (17/03/2005)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.83/5 (sur 165 notes)
Résumé :
4° de couverture :
(Edition source : Robert Laffont - 09/2003)


Il y a plus de trois mille ans, une enfant noire est recueillie au bord de la mer Rouge. On l'appelle Tsippora, l'« Oiseau ». La couleur de sa peau a déjà décidé de son avenir : nul ne la voudra pour épouse.

Un jour, pourtant, près d'un puits, un homme la regarde comme aucun autre. Il s'appelle Moïse et fuit l'Égypte. Amante passionnée, épouse généreuse, Tsipp... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Hamisoitil
  27 mai 2016
Vous connaissez Tsippora ?
L'épouse noire de Moïse, fille adoptive de Jethro, le sage.
Tsippora en 3 mots : forte, intelligente et amoureuse.
Dans ce roman, Marek Halter nous fait découvrir l'histoire d'amour mais compliquée bien avant le grand saut soit la libération des esclaves hébreux en Égypte. On connait tous l'histoire de Moïse qui fui l'Egypte, la mer rouge qui se divise en deux pour laisser passer les Hébreux, les dix commandements etc... Donc, pas besoin de revenir sur ça même si l'auteur l'intègre dans le livre ; il est juste impossible de passer outre de toute façon . Marek halter nous dévoile cette magnifique histoire bien romancée à la sauce Halter avec une pointe d'érotisme.
Du coup, on plonge dans cette intimité à la fois passionnante et en même temps presque surréaliste parce qu'on a du mal (bon, là, je parle pour moi) à imaginer Moïse en pleine séduction. Ça fait un peu bizarre, je le reconnais, et pourtant, avant d'être prophète et femme de, ils sont des êtres humains avec des sentiments, des envies et des faiblesses. Alors, oui, Moïse et Tsippora font des bêtises, houlala, et ils ont eu deux garçons, en plus.
Faut juste le prendre comme un roman historique avec des faits réels ou pas mais, que l'on connait tous par le biais de l'école, des films, l'église ou autre. On découvre une facette bien cachée de Moïse, son entêtement vis à vis de sa future femme à ce qu'elle le devienne ou dans ses périodes de réflexion, d'échappatoire voire d'isolement, pendant des jours, des mois, dans la montagne ou comme ça, dans son coin, pendant que madame, enceinte s'inquiète pour lui. Il était à vrai dire dans une phase assez spéciale, un peu normal en même temps ; quand tu apprends que tu n'es qu'un simple hébreux et pas un prince d'Egypte, donc pas le frère de Ramsès fils de Pharaon et que ta mère n'est pas ta mère et que l'autre est surement en vie et esclave, y a de quoi perdre la tête. Sans compter que Tsippora ne veut pas devenir sa femme tant qu'il n'aura pas réglé ses problèmes. Mais elle n'est jamais bien loin, veille sur lui comme une épouse qui ne l'est pas encore.
Et c'est là, toute la force de cette femme. On dit toujours que derrière chaque grand homme se trouve une femme et pour le coup, c'est bien vrai. Elle va tout simplement lui montrer la voie, même s'il ne comprend pas de suite, c'est parfois long à comprendre un homme et ce jusqu'à la moitié du livre voire les les 3/4. le livre est centré sur cette femme à la peau noire, adoptée à sa naissance par Jethro, le sage, et vit un peu mal cette différence qu'elle a avec le reste de la fratrie à cause de cette couleur de peau bien plus foncée que les autres. Pis un jour, elle est sauvée in extremis d'un viol. Moïse passe par là, et la sauve. Une sorte de coup de foudre mutuel va s'installer entre eux, bien plus visible chez elle que pour lui. Quoi qu'il en soit, cette fille est tenace et ne va pas lâcher le morceau comme ça, elle l'a tout simplement dans la peau, au point d'avoir rêvé de lui bien avant cette rencontre, ce qui va créer énormément de tensions avec sa soeur, Orma. Alors, on aura droit à de la jalousie, de la méchanceté gratuite, des disputes, et de l'incompréhension.
L'auteur imagine l'histoire romancée de ce couple mythique et je trouve ça vraiment beau et bien écrit. Totalement addictive, détaillée et instructive même si l'auteur prend une petite liberté à modifier certains passages. Pour quoi ?! ça, je ne le sais pas. Mais si vous connaissez l'histoire, vous comprendrez de quoi je parle.
Pour ma part, j'ai vraiment bien aimé ce roman et je vous le recommande sans hésitation. Celui-ci est le tome 2 de cette longue série. (Lilah, Sarah, Marie, Bethsabée, la reine de Saba...) Faut maintenant que je me lance dans le tome 1 avec Sarah.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Colombedelesperance
  03 août 2015
J'avais beaucoup aimé le tome 1 de la Bible au féminin et j'ai très vite plongé dans le deux, ayant la chance de posséder la saga au complet dans ma PAL !
Tsippora était la femme de sang de Moïse, une femme noire, ou Kouchite, comme on disait à l'époque. Elle a été adopté par Jethro, un sage de Madiân, et un jour, Moïse va fouler le sol de cette terre alors qu'il n'est rien… loin encore de celui qui fendra la mer pour libérer son peuple de l'esclavage. Il la sauvera d'une mort certaine, et ainsi commencera leur histoire. Jamais simple, toujours semée d'embûches, Tsippora est celle qui poussera Moïse dans ses retranchements pour l'aider à devenir celui qu'il doit être… au péril même de sa vie.
Je dois avouer quelque chose : je ne connaissais pas Tsippora. Mais alors pas du tout ! du coup, ce roman a été pour moi une double découverte : découvrir cette femme et découvrir un pan de l'histoire biblique. Autant je savais que Sarah était la femme d'Abraham, autant je me suis couchée moins bête pour Tsippora.
Et là aussi, le charme a opéré : Tsippora est une femme décidée, pleine de principes et possédant une foi qui vacille rarement. Elle doute d'elle-même, du fait de sa couleur de peau que les gens ont du mal à dépasser. de fait, les Kouchites, son peuple d'origine, ne font pas partie des Hébreux, et pourtant, Tsippora fera tellement pour eux. En soutenant Moïse ou au contraire en se dressant contre lui, elle le guidera sur ce chemin si difficile qui lui a été tracé.
Le lecteur croise donc des personnages assez connus, dont Moïse, mais aussi Aaron, Myriam, Pharaon… et j'avoue que tous ne sont pas rentrés dans mes grâces. Autant je savais comment pouvait être Aaron, vu comment il est décrit dans les textes, autant j'avoue que Myriam m'a énervée ! Je la comprenais parfois, elle m'est restée quasiment antipathique tout le long de ses apparitions. Quant à Moïse, j'ai réellement aimé que l'auteur le montre vraiment comme un humain élu, qui doute parfois, qui vacille aussi, soutenu souvent par Tsippora ou qui se laisse gagner par sa foi… et qui, une fois que la machine a été lancée, ne s'arrête pas, au contraire.
Marek Halter signe une nouvelle fois un roman fort, dans lequel la vie est loin d'être rose. Tsippora, de par son origine Kouchite, sait qu'elle pose problème. Elle possède aussi un caractère qui n'est pas évident, et le lecteur s'y attache pourtant. Ce qui est éprouvant, c'est le chemin que doit parcourir Moïse avant de partir en Égypte pour devenir celui qu'il sera. C'est aussi la lutte constante pour rester digne et avec cette femme, les douleurs ne sont pas moindres. L'attente est parfois longue, la peur nous paraît palpable, bref, c'est intense !
Le livre est un peu plus court que le tome 1, mais cela se sent seulement dans le fait que cela se dévore vite. Sinon, il n'y a pas de temps morts, pas trop de descriptions, seulement une tension qui est bien maîtrisée et qu'on soutient parfois avec peine, presque ! Les chapitres ne sont pas si longs, idem pour les parties, donc la cadence est bonne, comme pour le premier.
Là aussi, j'ai appris des choses sur le contexte de l'époque, sur ceux qui vivaient sous des tentes, sur la culture et les rites aussi. J'ai aussi appris comment vivait le peuple Hébreux en Égypte et ça fait mal au coeur… je ne m'étais jamais dit qu'ils pouvaient être aussi brimés, en fait. Tsippora est donc un roman qui nous permet d'ouvrir les yeux sur bien des points. Sur la discrimination aussi, même dans le peuple élu de Dieu… voire surtout dans le peuple élu de Dieu, par moments… c'est déroutant, humain, et ça fait mal au coeur, je peux vous dire !
La plume ? Très juste, poignante, parfois encore avec ces accents sages que confère le recul, et pourtant vous vous y sentez, dans cette histoire, vous avez l'impression d'y être, de pouvoir ressentir tout ce que ressent Tsippora, de trembler avec les personnages, quels qu'ils soient… ça coule.
Je crois que ce sera tout ce que j'aurai à dire, sur l'instant rien d'autre ne me revient… si ce n'est la fin qui m'a touchée, elle est très bien amenée, et elle est aussi douloureuse. Je crois que si ça avait été un simple ouvrage de fiction, j'aurais hurlé. Là, je me contente d'avoir mal, quelque part. Ce qui indique bien que du début à la fin, j'étais à fond !
En conclusion, ce deuxième tome est dans la digne lignée du premier, on y découvre une nouvelle femme assez mise dans l'ombre dans l'histoire originale mais qui semble avoir joué un rôle très important auprès de Moïse. C'est un de ces personnages que l'on a envie de prendre pour modèle, parce qu'elle traverse les épreuves non pas sans baisser la tête ni sans cicatrices, mais parce qu'elle semble en tirer une force incroyable. J'ai énormément apprécié cette plongée auprès de Tsippora et Moïse : c'était vivant, intense, parfois douloureux mais toujours très… pas envoûtant mais juste génial. Raison pour laquelle, à l'heure où je vous écris, j'ai déjà commencé le tome 3 de la saga, histoire de ne pas m'arrêter en si bon chemin !
Ce sera donc un 18/20 pour ce deuxième tome et je vous conseille la saga, elle vaut le détour !
Lien : http://leden-des-reves.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Mamzellegazelle
  23 février 2018
A Noël, on m'a offert la Trilogie "Bible au féminin" de Marek Halter : Sarah, Tsippora, Lilah.
Contente de recevoir des livres, car c'est toujours un grand plaisir, j'ai dû cacher ma déception quand au thème de la religion, qui n'est pas forcément ma tasse de thé !
Mais quelle grande découverte !! Non seulement l'écriture de l'auteur mais en plus cette magnifique histoire toute droite sortie des Contes des Milles et Une Nuit.
Ce n'est PAS un volet de la Bible, ni une lecture théologique ou religieuse c'est un superbe roman mettant en scène Moïse et Tsippora.
Tsippora vit heureuse avec avec son père Jethro, Roi de Madîan, ainsi qu'avec ses soeurs et son frère. Seulement, Tsippora est différente, elle est noire de peau, c'est une Kouchite, abandonnée bébé au bord du fleuve.
Jethro l'a adoptée et c'est sa fille chérie, sa préférée.
Un jour, Tsippora se fait agresser au puits à cause de sa différence, et ce, sous les yeux impuissants de ses soeurs.

Un étranger, beau et fort viendra à son secours, il est de passage, il est en fuite, c'est un criminel et s'appelle Moïse !
Tout deux tomberont fou amoureux avec la bénédiction de Jethro. Mais voilà, Moïse est Hébreux, il est en fuite d'Egypte où le recherche le Pharaon et sa mère adoptive Hatchepsout, qui est mourante. Les Juifs, son peuple, sont esclaves du Pharaon, qui est un tortionnaire.
Grâce à son épouse Tsippora, Moïse retrouvera la foi avec son Dieu et partira sauver son peuple en Egypte.
Il fera la connaissance de son frère et de sa soeur afin de mettre en oeuvre la révolte contre les Egyptiens et Pharaon.
Marek Halter nous brosse ici un portrait très féminisme, avec une belle histoire historique et romantique.
La plume de l'auteur nous transporte dans ce voyage avec grande grâce et sagesse.
Comblée par cette découverte littéraire, je suis en finalité ravie de posséder les deux autres tomes : Sarah et Lilah.
Quel beau cadeau de Noël !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Hillel
  23 août 2012
Au début j'ai trouvé cette lecture encore une fois très romancée, voire un peu légère. J'ai trouvé le début du roman bien "cucu", à mon goût. Tsippora, fille adoptive de Jithro, a la peau noire. Elle pense ne jamais trouver le bonheur d'être aimée, ne jamais avoir une vie normale, comme ses autres soeurs. Un jour un bel inconnu la sauve d'une attaque. Ce bel inconnu a tout l'air d'un prince, et pourtant il est humble et affiche une certaine maladresse. Il s'appelle Moïse et cache un passé douloureux. Il est encore loin de réaliser le grand destin qui l'attend, sa dimension héroïque, il n'est qu'un pauvre homme esseulé. Tsippora tombe de suite sous son charme mystérieux...mais ce n'est pas la seule, elle devra se disputer avec Orma, la plus belle de ses soeurs, les faveurs de Moïse. Et comme je le disais plus haut toute cette première partie, brodant sur la rivalité des soeurs, la conquête du coeur de Moïse m'a semblée bien mièvre.
Moïse n'hésitera pas à choisir cette belle à la peau noire, celle qui est la plus savante et la plus sage des filles de Jithro. Sauf que tout se complique, malgré ses sentiments pour ce dernier, Tsippora, va refuser d'épouser son amour tant qu'il ne retourne pas en Egypte accomplir son oeuvre, délivrer ses frères de l'esclavage…Elle se montrera plus que tétue, elle sera tenace , obstinée... J'ai eu du mal à m'identifier à cette femme si forte. moi je n'aurai pas autant réfléchi, j'aurai épousé le beau Moïse, ni une ni deux! Ainsi Marek Halter donne une certaine version très féminine à l'histoire biblique de l'exode, ce serait Tsippora qui aurait poussé Moïse à accomplir la volonté divine. Sans elle il n'aurait rien fait, aurait continué sa vie de petit berger.... C'est une idée... Est-ce la bonne? Je ne rentrerais pas dans ce débat, puisqu'il s'agit là, vous l'aurez compris, d'une romance et non pas d'un récit de "l'Ancien Testament".
L'auteur se permet certaines libertés romanesques, c'est certain.
Après la mièvrerie, on tombe dans les bons sentiments et les clichés. La femme inspiratrice de chaque grand homme, celle sans qui rien n'arrive !
Puis arrive un récit plus sombre, pour finir dans une fin tragique que j'ai trouvée très rapide, voire bâclée…Marek Halter se permet des libertés dramatiques sur la fin un peu étranges... Il fait des choix narratifs qui semblent bien éloignés du récit biblique. Pourquoi de tels choix, si ce n'est pour donner une version plus dramatique et faire pleurer son lecteur? Cela m'a laissée très perplexe...
En bref je n'ai pas retrouvé dans ce tome l'engouement du premier, la passion, le plaisir que j'ai pris à lire « Sarah ». de plus certains faits m'ont semblés trop brodés trop romancés…Et parfois je me suis ennuyée.
Si j'ai été déçue c'est que je n'ai pas retrouvé ici la force des autres romans de l'auteur. J'ai trouvé une force certaine mais elle sonnait faux, trop romancée à mon sens.
Je suis assez dure, car tout de même j'ai lu ce livre d'une traite, le style y est fluide, et le personnage de l'héroïne finalement très attachant. On y retrouve une grande histoire d'amour, les épisodes bibliques bien connus et surtout un message universel sur la différence et l'acceptation de l'autre…
Cela reste une lecture riche, dépaysante,qui d'après moi saura convaincre bon nombre de romantiques.
A vous de voir…
Lien : http://leslivresdalily.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
barjabulette
  21 décembre 2016
Toujours aucune déception quant à ce concept adopté par l'auteur de resituer la place des femmes dans la Bible. Je trouve que l'aventure de Tsippora la Kouchite, compagne de Moise est aussi passionnante et aussi bien écrite que celle de Sarai, épouse d'Abraham. L'idée du livre n'est pas, j'imagine, de "rétablir" une vérité, chacun à ses croyances. Je ne lis pas ces romans afin de savoir si oui ou non Moise a ouvert la Mer pour laisser passer son peuple. Chacun fait ce qu'il veut de ses conceptions religieuses. En ce qui me concerne, je découvre (ou dévore) cette série par curiosité de la vie de ces femmes (et derrière tout homme brillant se cache une femme étonnée c'est bien connu !) ainsi que parce que j'apprécie la plume de Marek Halter.
C'est donc, pour moi, toujours une lecture agréable.
Commenter  J’apprécie          111
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
PiertyMPiertyM   02 octobre 2013
Tsippora est la femme de Moïse. Le libérateur des enfants d'Israel de l'esclavage en Egypte. Tsippora est une noire. Une race qui déshonore les juifs. Alors que moïse découvre que c'est en cette femme que la parole de dieu se révèle et même la force de Dieu. C'est inévitable qu'il accomplisse sa mission sans elle.
A cause de sa peau noire cette femme spirituelle en qui Dieu reconnaissait la force la détermination et la pureté en qui sa parole se révélait , brave et courageuse qui relevait moïse lorsqu'il chutait, le guérissait lorsqu'il tombait malade, elle était la force lorsque Moïse faiblissait....
J'ai beaucoup aimé cette femme dont le destin a été de révéler, de sauver une race qui la reniait et la renierait toujours mais au nom de l'amour elle a accepté avec bravoure ce sacrifice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32
rkhettaouirkhettaoui   06 février 2015
Cet homme m’a sauvée de la souillure. Peut-être même m’a-t-il sauvé la vie, c’est vrai. Je sais ce que je lui dois aussi bien que toi. Mais je sais aussi qu’il ne veut pas de regard sur lui, pas de chatteries, pas de roucoulades. Il parle mal notre langue, il a peur des mots qu’il prononce. Il veut de l’ombre. N’as-tu pas remarqué la manière dont il a disparu tout à l’heure ? Il n’y a qu’une façon de le remercier de son aide, c’est de le laisser dans l’ombre autant qu’il le souhaite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   06 février 2015
Ô Tsippora, ne me regarde pas comme si j’étais un prince d’Égypte ! Ne sois pas comme ta sœur ! Je ne possède rien ! Un Hébreu sans dieu et sans famille à qui ton père a offert son premier chameau et ses premières têtes de bétail. Toi, tu es riche de tout, et moi je ne suis que ce reflet que je vois dans tes yeux. Tu es celle qui désire mon baiser, et moi, j’ai soif de toi.
Commenter  J’apprécie          20
HeureuseHeureuse   05 octobre 2014
Mais de Tsippora, la Noire, la Kouchite, qui s'en souviendra? Qui se souviendra de ce qu'elle a accompli et qui prononcera son nom?

Que ce livre soit pour elle un modeste tombeau
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   06 février 2015
Un homme qui a tué peut mentir pour dissimuler sa faute. Mais un homme qui avoue son meurtre sans qu’on le lui demande, pourquoi mentirait-il ? Son aveu prouve que son sens de la justice ne peut se satisfaire d’un mensonge.
Commenter  J’apprécie          11
Videos de Marek Halter (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marek Halter
Avec Ève, Marek Halter s'attache à la plus mystérieuse et à la plus calomniée des femmes de la Bible. Ève, mythe sans équivalent dans l'histoire humaine, conclut le cycle romanesque par lequel Marek Halter explore depuis plus de quinze ans l'existence des héroïnes des trois religions monothéistes.
Où nous trouver ? Facebook : https://www.facebook.com/rlaffont Twitter : https://twitter.com/robert_laffont Instagram : https://instagram.com/robert_laffont/ Pinterest : https://fr.pinterest.com/robertlaffont/
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1379 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
. .