AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Isabelle Glasberg (Traducteur)
ISBN : 2266056948
Éditeur : Pocket (11/02/1994)

Note moyenne : 3.12/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Londres, fin du XIXe siècle, quelqu'un - ou quelque chose - tue les vampires dans leur sommeil diurne. Ne pouvant traquer le meurtrier en plein jour, ceux-ci n'ont d'autre choix que de demander l'aide d'un mortel. C'est ainsi que James Asher, professeur à Oxford et ancien espion de sa Gracieuse Majesté, se voit soumis par Don Simon Ysidro, le plus vieux des vampires londoniens, à un odieux chantage : la vie de sa jeune épouse contre la tête de l'assassin.. Mais en p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
malecturotheque
  16 novembre 2015
Dans ce roman, Barbara Hambly nous plonge à la fin de l'époque Victorienne, et nous fait voyager d'Oxford à Paris, en passant par Londres où se déroule une grande partie de l'intrigue. Là où beaucoup de romans laissent les choses s'installer avant de nous montrons des créatures de la nuit, notre héros du Sang d'immortalité en fait la rencontre dès la septième page du récit, mais il est confronté aux pouvoirs du vampire dès la première page. Ce vampire, c'est Ysidro, et il souhaite l'aide de Asher pour retrouver qui assassine les vampires, et ainsi mettre fin à ses méfaits.
[...]
Ce que j'ai apprécié, c'est l'approche quelque peu différente du mythe du vampire ; bien sûr, nous retrouvons les pieux, l'argent… parmi leurs faiblesses, une forme d'emprise psychique, les canines démesurées, etc. pour ce qui est de leurs pouvoirs et aspects physiques. Mais il est un élément très intéressant dont je ne peux malheureusement pas vous parler, puisque cela serait vous révéler toute l'intrigue. Or, il s'avère que la réponse au problème n'apparaît qu'à la fin du roman…
Tout au long du récit, nous apprenons de plus en plus de choses sur les vampires, nous plongeons dans un mystère des plus obscurs… Alors que l'enquête devrait faire la lumière sur toute cette histoire, Asher et Ysidro sont de plus en plus perplexes, et le lecteur aussi. Et cela m'a plu, car il n'y a pas de réponse facile ou évidente.
Pour ce qui est des personnages, les principaux sont donc Asher et Ysidro ; on fait aussi la rencontre de Lydia, la femme de Asher, ainsi que de nombreux vampires tels que Grippen, Anthea, Anthony, etc. Bien qu'on voit peu Lydia, elle est quand même la motivation du héros, mais c'est aussi une femme très intelligente. Quant aux vampires, ils nous permettent d'entrevoir les enjeux de pouvoir, les différentes capacités des uns et des autres, mais surtout ils ont peur de cet ennemi inconnu : ces redoutables prédateurs redoutent quelqu'un qu'ils ne connaissent pas. Et s'ils sont terrifiés, pourquoi ne le serions-nous pas ?
Un petit mot concernant l'ambiance générale de l'histoire : si vous avez vu Sweeney Todd de Tim Burton, sachez que c'est exactement cette vision de Londres que j'avais en tête en lisant ce roman ! Sombre, brumeux, plus ou moins malfamé, entretenu… A noter que, peu importe si vous connaissez déjà ou non la ville, l'auteure en fait une description suffisamment bonne pour vous y plonger en plein coeur.
Si j'ai apprécié le sang d'immortalité, je dois toutefois vous parler de quelque chose qui m'a un peu dérangée dans ma lecture : les phrases sont parfois très longues. Cela n'est pas très dérangeant, si ce n'est lors d'une conversation : parfois, Hambly insère un texte de plusieurs lignes entre parenthèses en plein milieu d'une phrase. J'étais alors obligée de revenir au début de ce que racontait le personnage et de sauter la parenthèse pour bien comprendre ce qu'il ou elle disait.
Quant au rythme de la narration, je l'ai trouvé vraiment très bien : on ne s'ennuie pas une seconde, et surtout on a à peine le temps d'échafauder des théories qu'elles sont déjà balayées ! L'enquête est palpitante, on craint pour les personnages auxquels on s'attache… Fantastique ou non, je ne vois pas ce qu'on peut demander de plus à un thriller !
J'ai très peu lu de littérature vampirique, mais je dois bien avouer que, malgré la narration, j'ai bien aimé le sang d'immortalité, tant par ces personnages que par le rythme du récit, et la vision que Barbara Hambly nous propose du mythe du vampire. Je vous invite donc à lire ce live si vous appréciez le fantastique, les romans d'enquête, et/ou les récits qui prennent place au début du XXème siècle.
[...]
Lien : https://malecturotheque.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
belette2911
  10 avril 2012
James Asher, un des personnages principaux, est un professeur de langue à Oxford. Mais c'est est aussi un ancien agent-secret au service de sa Majesté (une sorte de James Bond sans les gadgets livré avec, même s'il porte son prénom).
James doit être fort connu dans sa profession, parce que ses exploits sont arrivés à l'oreille, non pas du Spectre, mais à celles de Ysidro, un vampire et blond (oui, c'est possible) qui souhaite l'embaucher pour enquêter sur une série de meurtres commis sur des vampires (Van Helsing est innocent, il avait un alibi). Pour cela, le vampire se servira de la femme d'Asher comme moyen de pression… Une fois de plus, la femme perdra l'homme.
L'histoire se passe en 1906, sous l'époque Edwardienne, qui n'est pas trop éloigné de l'époque victorienne pour le niveau visuel et elle s'accorde forcement bien à ce coté vampirique. J'aime lire un roman de vampire sous cette époque que j'adore.
Les vampires décrits ici sont assez classiques : comme tous les vampires de l'époque littéraire, ils ne sortent pas la journée et dorment dans un cercueil. On pourrait se croire dans un roman de Anne Rice, avec tous les problèmes que l'était vampirique peut causer car certains ont du mal à s'accommoder à leur nature de suceur de sang. le suicide ou la folie ne sont jamais bien loin de ces êtres immortels.Oui, comme dans la saga vampirique de la reine Rice.
L'auteur semble être calée dans de nombreux domaines, et cela se voit dans la lecture. N'oublions pas que James Bond,... heu, Asher, est spécialisé dans la linguistique, et l'évolution de la langue, c'est original comme métier, pour un héros. Par contre, malheureusement, il est un peu fade, sans de trait de caractère fort. de plus son passé d'espion ne sert vraiment pas à grand chose.
Ysidro, lui, c'est une sorte de vampire plus minouche que dark, un blondin, avec un sens moral arrêté. Sympa le vampire, mais ça ne révolutionne pas grand chose. Un peu de cruauté, que diable !
Pour la femme de Asher, elle est tout ce qu'on peut attendre d'un stéréotype marysuesque : indépendante, très intelligente et qui n'aime pas rester à l'écart . Bref, elle est rousse, elle a des connaissances médicales et pour peu, on verrait bien Dana Scully (sans Mulder).
Le roman se veut "enquête policière", mais le dénouement est un peu décevant, un peu tiré par les cheveux et un peu trop gros, même pour un roman fantastique.Comme si le livre n'était qu'un prétexte pour entrer dans le monde des vampires et pour l'auteur avoir la chance de nous donner sa version des faits sur la créature.
En soit, cette plongée dans le monde de la bête à croc est agréable. Les personnages rencontrés sont tous assez différents, et les vampires pareils, on en croise de toutes sortes (des verts et des pas mûrs). Si j'étais mauvaise langue, je dirais même que les personnages secondaires ont plus de relief que les héros. C'est bête, hein ?
Attention, certaines phrases sont très alambiquées,tournées de manière tellement étrange qu'il est nécessaire de lire trois paragraphes plus loin pour comprendre qu'en fait, on avait rien compris.
Au final, c'est un roman à la cotation mitigée à cause de ces quelques petits défauts.
L'histoire et le monde sont sympathiques, mais le style est assez gênant et les personnages m'apparaissent un peu creux.
Ce n'est pas désagréable, ça se lit et je le recommande si vous êtes en quête de livres de vampires, sans chercher à lire un chef d'oeuvre de bit-lit, mais il ne sera jamais mon roman vampirique préféré.

Lien : http://the-cannibal-lecteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Well-read-kid
  07 mars 2010
Un petit livre méconnu, et pourtant fort réussit, dont j'avais entendu beaucoup de bien sur mon forum sur les vampires. En effet, ce livre est une petite réussite. le début est un peu long, le temps, je suppose, de se faire au style de l'auteur, mais la suite est brillamment menée : suspense, histoire, un brin de science. Car le vampirisme est ici étudié de manière scientifique, même si les vampires gardent leur élégance surnaturelle et un peu lointaine. Ysidro en est l'exemple parfait : blond, aristocratique, un grand d'Espagne devenu vampire au XVIème siècle. Un personnage à la haute opinion de lui-même, puissant, implacable, mais qui a pourtant bon coeur.
L'histoire donc, est passionnante : de Londres à Paris, le mode de vie des vampires apparait au fil des mots : la difficulté de trouver un abri, le monde moderne et ses aléas (comme la construction du métro londonien qui a mis à jour certaines cachettes de vampires !), la nostalgie du temps passé. C'est une véritable plongée dans l'histoire : l'on parle des catacombes parisiennes et notamment du cimetière des Innocents, qui apparait déjà dans l'oeuvre d'Anne Rice. le cimetière des innocents avait très mauvaise réputation, celle d'un cloaque où trainaient prostituées, écrivains publics et où toute sorte de trafic avait lieu. Il datait de l'antiquité et fut détruit au XVIIIème siècle : certaines fosses restaient ouvertes jusqu'à ce qu'elles fussent pleines, imaginez un peu les lieux. Pas étonnant que les disciples d'Armand s'y soient réfugiés (bien que maintenant que j'y pense, Lestat monta à Paris en 1780, et le cimetière fut détruit en 1785 et des poussières...Il est très peu probable alors qu'il y ait trouvé Armand !).

Lien : http://witty-fool.cowblog.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Aranae
  13 novembre 2012
Les romans de vampires sont légion de nos jours. Ils mettent en scène des adolescentes éprises de jeunes hommes mystérieux, ou bien les déboires amoureux de tout aussi jeunes vampires richissimes. Ce n'est pas le cas de celui-ci. Rares aujourd'hui sont les romans à se dérouler à l'époque victorienne.
J'apprécie les mélanges de genre, lorsqu'ils sont bien faits. Dans le Sang d'immortalité, le polar nous entraîne parfois malgré nous. Les légères touches fantastiques sont élégamment distillées en suivant le ton donné par l'enquête.
Passons maintenant aux créatures phares de cette histoire: les vampires. Comme dit plus haut, il s'agit d'un réel « retour aux sources » du vampirisme, celui d'Anne Rice mais surtout de Bram Stocker. Rien à voir donc aux ténébreux jeunes adolescents de Twilight... Cela donne à l'histoire une patine d'authenticité littéraire très difficile à trouver de nos jours dans les romans vampiriques.
Je trouve l'idée de faire des vampires des proies très bonne : cela sort le lecteur de sa passivité d'esprit et de sa gangue intellectuelle dans laquelle la littérature fantastique depuis le XIXe siècle l'a enfermée. Cela m'a intriguée, certes cela peut être une bonne idée pour un roman à l'histoire totalement ratée par la suite, mais là, le pari est réussi.
C'est un roman fantastique qui s'inscrit dans la directe lignée de Bram Stocker et Anne Rice, de ceux qu'il faut avoir dans sa bibliothèque vampirique !
Attention ! Pour notre plus grand plaisir, le sang d'immortalité a été réédité aux éditions Mnemos !
Lien : http://laplume-ou-lavie.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
cecileterrestria
  05 janvier 2018
Ce roman a de grandes qualités, des idées nouvelles et originales très rafraîchissantes, loin des lieux convenus de ce qu'on a pu lire sur les vampires.
L'histoire se distingue vraiment de ce que j'ai pu lire jusqu'à maintenant et j'ai adoré me laisser emmener là où l'auteur le souhaitait.
Les personnages sont loin d'être des icônes de perfection, ils ont tous du sang sur les mains pour diverses raisons mais au fur et à mesure de l'histoire on apprend à les aimer dans leur imperfection, dans leur repentir parfois et même dans cette espèce de droiture et de code d'honneur qu'ils s'imposent à eux-mêmes tentant de garder le peu d'humanité qui demeurent en eux, et ce, qu'ils soient humains ou vampires.
Le côté « profiler » du héros Asher est un peu convenu mais c'est ce qui fait avancer l'intrigue. le côté glacial de Ysidro a quelque chose d'émouvant et d'attendrissant. le frère Anthony attire une empathie immédiate du lecteur autant que Grippen attire son antipathie.
Le seul personnage qui aurait peut-être mérité plus de profondeur est celui de Lydia qui est laissé toujours en périphérie, pourtant elle joue un rôle clé et creuser son profil aurait peut-être apporté un peu plus d'épaisseur dans les moments d'enquête et de recherche.
Le bémol de ce roman, c'est le rythme, lent, trop lent, à mon goût du moins, mais il est vrai que je ne suis pas très portée sur les histoires d'enquête et celle-ci en est une alors je ne suis peut-être pas objective. Néanmoins il faut attendre le chapitre 11 pour que l'intrigue s'accélère et nous tienne suffisamment en haleine pour ne plus lâcher le livre.
Globalement, c'est un bon roman qui mérite d'être connu par l'effort d'originalité de l'intrigue, la lenteur de rythme du début n'est pas insurmontable et les 11 derniers chapitres valent bien de faire l'effort de persévérer.
Lien : https://labougiedevinayaka.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
malecturothequemalecturotheque   16 novembre 2015
- Vous n'auriez pas pu. [...] Selon les vampires eux-mêmes, ces pouvoirs s'acquièrent en s'abreuvant psychiquement de la mort de leurs victimes humaines. C'est l'absorption mentale de la mort qui leur apporte ces mêmes pouvoirs, et sans cela, ils les perdent.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : vampiresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
558 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre