AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Isabelle Glasberg (Traducteur)
EAN : 9782266056946
317 pages
Pocket (11/02/1994)
3.45/5   29 notes
Résumé :
Quand la peur s'empare des vampires, les mortels ont toute raison d'être terrifiés. Londres à la fin du siècle dernier. Qui donc s'attaque aux vampires ? Qui donc fracasse leurs cercueils pour que la lumière du soleil les réduise en cendres ? Ne pouvant traquer le meurtrier en plein jour, ceux-ci n'ont d'autre choix que de demander l'aide d'un mortel. C'est ainsi que James Asher, ancien espion de sa Gracieuse Majesté,se voit soumis à un odieux chantage sur la vie de... >Voir plus
Que lire après Le sang d'immortalitéVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,45

sur 29 notes
5
1 avis
4
5 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis
Dans ce roman, Barbara Hambly nous plonge à la fin de l'époque Victorienne, et nous fait voyager d'Oxford à Paris, en passant par Londres où se déroule une grande partie de l'intrigue. Là où beaucoup de romans laissent les choses s'installer avant de nous montrons des créatures de la nuit, notre héros du Sang d'immortalité en fait la rencontre dès la septième page du récit, mais il est confronté aux pouvoirs du vampire dès la première page. Ce vampire, c'est Ysidro, et il souhaite l'aide de Asher pour retrouver qui assassine les vampires, et ainsi mettre fin à ses méfaits.

[...]
Ce que j'ai apprécié, c'est l'approche quelque peu différente du mythe du vampire ; bien sûr, nous retrouvons les pieux, l'argent… parmi leurs faiblesses, une forme d'emprise psychique, les canines démesurées, etc. pour ce qui est de leurs pouvoirs et aspects physiques. Mais il est un élément très intéressant dont je ne peux malheureusement pas vous parler, puisque cela serait vous révéler toute l'intrigue. Or, il s'avère que la réponse au problème n'apparaît qu'à la fin du roman…
Tout au long du récit, nous apprenons de plus en plus de choses sur les vampires, nous plongeons dans un mystère des plus obscurs… Alors que l'enquête devrait faire la lumière sur toute cette histoire, Asher et Ysidro sont de plus en plus perplexes, et le lecteur aussi. Et cela m'a plu, car il n'y a pas de réponse facile ou évidente.
Pour ce qui est des personnages, les principaux sont donc Asher et Ysidro ; on fait aussi la rencontre de Lydia, la femme de Asher, ainsi que de nombreux vampires tels que Grippen, Anthea, Anthony, etc. Bien qu'on voit peu Lydia, elle est quand même la motivation du héros, mais c'est aussi une femme très intelligente. Quant aux vampires, ils nous permettent d'entrevoir les enjeux de pouvoir, les différentes capacités des uns et des autres, mais surtout ils ont peur de cet ennemi inconnu : ces redoutables prédateurs redoutent quelqu'un qu'ils ne connaissent pas. Et s'ils sont terrifiés, pourquoi ne le serions-nous pas ?
Un petit mot concernant l'ambiance générale de l'histoire : si vous avez vu Sweeney Todd de Tim Burton, sachez que c'est exactement cette vision de Londres que j'avais en tête en lisant ce roman ! Sombre, brumeux, plus ou moins malfamé, entretenu… A noter que, peu importe si vous connaissez déjà ou non la ville, l'auteure en fait une description suffisamment bonne pour vous y plonger en plein coeur.
Si j'ai apprécié le sang d'immortalité, je dois toutefois vous parler de quelque chose qui m'a un peu dérangée dans ma lecture : les phrases sont parfois très longues. Cela n'est pas très dérangeant, si ce n'est lors d'une conversation : parfois, Hambly insère un texte de plusieurs lignes entre parenthèses en plein milieu d'une phrase. J'étais alors obligée de revenir au début de ce que racontait le personnage et de sauter la parenthèse pour bien comprendre ce qu'il ou elle disait.
Quant au rythme de la narration, je l'ai trouvé vraiment très bien : on ne s'ennuie pas une seconde, et surtout on a à peine le temps d'échafauder des théories qu'elles sont déjà balayées ! L'enquête est palpitante, on craint pour les personnages auxquels on s'attache… Fantastique ou non, je ne vois pas ce qu'on peut demander de plus à un thriller !

J'ai très peu lu de littérature vampirique, mais je dois bien avouer que, malgré la narration, j'ai bien aimé le sang d'immortalité, tant par ces personnages que par le rythme du récit, et la vision que Barbara Hambly nous propose du mythe du vampire. Je vous invite donc à lire ce live si vous appréciez le fantastique, les romans d'enquête, et/ou les récits qui prennent place au début du XXème siècle.

[...]
Lien : https://malecturotheque.word..
Commenter  J’apprécie          40
James Asher, un des personnages principaux, est un professeur de langue à Oxford. Mais c'est est aussi un ancien agent-secret au service de sa Majesté (une sorte de James Bond sans les gadgets livré avec, même s'il porte son prénom).

James doit être fort connu dans sa profession, parce que ses exploits sont arrivés à l'oreille, non pas du Spectre, mais à celles de Ysidro, un vampire et blond (oui, c'est possible) qui souhaite l'embaucher pour enquêter sur une série de meurtres commis sur des vampires (Van Helsing est innocent, il avait un alibi). Pour cela, le vampire se servira de la femme d'Asher comme moyen de pression… Une fois de plus, la femme perdra l'homme.

L'histoire se passe en 1906, sous l'époque Edwardienne, qui n'est pas trop éloigné de l'époque victorienne pour le niveau visuel et elle s'accorde forcement bien à ce coté vampirique. J'aime lire un roman de vampire sous cette époque que j'adore.

Les vampires décrits ici sont assez classiques : comme tous les vampires de l'époque littéraire, ils ne sortent pas la journée et dorment dans un cercueil. On pourrait se croire dans un roman de Anne Rice, avec tous les problèmes que l'était vampirique peut causer car certains ont du mal à s'accommoder à leur nature de suceur de sang. le suicide ou la folie ne sont jamais bien loin de ces êtres immortels.Oui, comme dans la saga vampirique de la reine Rice.

L'auteur semble être calée dans de nombreux domaines, et cela se voit dans la lecture. N'oublions pas que James Bond,... heu, Asher, est spécialisé dans la linguistique, et l'évolution de la langue, c'est original comme métier, pour un héros. Par contre, malheureusement, il est un peu fade, sans de trait de caractère fort. de plus son passé d'espion ne sert vraiment pas à grand chose.

Ysidro, lui, c'est une sorte de vampire plus minouche que dark, un blondin, avec un sens moral arrêté. Sympa le vampire, mais ça ne révolutionne pas grand chose. Un peu de cruauté, que diable !

Pour la femme de Asher, elle est tout ce qu'on peut attendre d'un stéréotype marysuesque : indépendante, très intelligente et qui n'aime pas rester à l'écart . Bref, elle est rousse, elle a des connaissances médicales et pour peu, on verrait bien Dana Scully (sans Mulder).

Le roman se veut "enquête policière", mais le dénouement est un peu décevant, un peu tiré par les cheveux et un peu trop gros, même pour un roman fantastique.Comme si le livre n'était qu'un prétexte pour entrer dans le monde des vampires et pour l'auteur avoir la chance de nous donner sa version des faits sur la créature.

En soit, cette plongée dans le monde de la bête à croc est agréable. Les personnages rencontrés sont tous assez différents, et les vampires pareils, on en croise de toutes sortes (des verts et des pas mûrs). Si j'étais mauvaise langue, je dirais même que les personnages secondaires ont plus de relief que les héros. C'est bête, hein ?

Attention, certaines phrases sont très alambiquées,tournées de manière tellement étrange qu'il est nécessaire de lire trois paragraphes plus loin pour comprendre qu'en fait, on avait rien compris.

Au final, c'est un roman à la cotation mitigée à cause de ces quelques petits défauts.

L'histoire et le monde sont sympathiques, mais le style est assez gênant et les personnages m'apparaissent un peu creux.

Ce n'est pas désagréable, ça se lit et je le recommande si vous êtes en quête de livres de vampires, sans chercher à lire un chef d'oeuvre de bit-lit, mais il ne sera jamais mon roman vampirique préféré.

Lien : http://the-cannibal-lecteur...
Commenter  J’apprécie          30
- Pas de spoilers -

Barbara Hambly est un auteur touche-à-tout : fantasy, polar, S-F, fantastique, horreur etc. elle a écrit dans bien des styles au cours de sa longue carrière. N'étant pas une spécialiste d'un genre en particulier, elle est souvent oubliée ou carrément inconnue du grand public alors qu'elle est une figure respectée parmi ses pairs en Amérique du Nord.

Le sang d'immortalité est un roman visant le divertissement. Pas de pensées profondes ici sur la condition des vampires ni un aspect horrifique très travaillé (on est loin de Tanith Lee), mais beaucoup d'action, d'aventures et un zeste d'enquête.
Ce livre est aussi le premier épisode d'une série avec un protagoniste récurrent.

Pour les lecteurs qui aiment lire ce qui se fait dans le thème du vampire, il serait dommage de passer à côté de ce roman.
Commenter  J’apprécie          70
Premier tome de la série James Asher, lancée en 1988, arrivée à son huitième volume en 2019 et dont six jamais parus en France, autant dire que si vous voulez en voir le bout, la maîtrise de l'américain est de rigueur.
James Asher semble être le fils caché d'Indiana Jones et James Bond, mi-professeur comme l'un, mi-espion au service de sa majesté comme l'autre, et doté d'une faculté phénoménale à s'attirer des ennuis comme les deux. Un vampire amateur de plans alambiqués menace la femme de James pour obliger ce dernier à enquêter sur un meurtre. James est un peu bête, il obéit. Perso, plutôt que de me coltiner des brouettes de vampires pendant une enquête, j'aurais affronté celui qui s'en prend à ma dulcinée. Un seul adversaire, c'est toujours plus simple et moins gourmand en énergie. Passons…
On appréciera dans ce titre le mélange polar-thriller-fantastique-aventure-action-espionnage, ainsi que l'époque edwardienne où se déroule l'intrigue, plus originale que la période victorienne qui la précède.
Sinon, c'est le type même de bouquin pour lequel on a inventé l'adjectif passe-partout “sympa”. Divertissant sur le moment mais quelque temps plus tard, il ne reste que “ouais, bof, sans plus” ou pas de souvenirs du tout. Rien n'est creusé, tout reste en surface, même Asher manque de relief et de charisme, loin du 007 en haut-de-forme attendu. Seul élément à avoir du poids, le style, bien lourdingue. Classique chez les auteurs qui pondent du texte au kilomètre et sortent deux, trois titres par an : le rythme frénétique ne laisse pas le temps d'approfondir ni de finasser tant le fond que la forme. La qualité s'en ressent.
Lien : https://unkapart.fr/terreur-..
Commenter  J’apprécie          70
Alitée, j'ai pris ce livre pour me désennuyer. Cela faisait un bout de temps, déjà, que le Sang d'Immortalité (et son tome 2) trainait dans ma PAL.
Bien que le théme me séduisait, je n'avais pas encore osé « sauter le pas », ayant quelques réserves sur l ‘autrice qui avait massacré plusieurs romans de l'UEL SW.
Je m'adresse içi à celleux qui sont tout autant que moi catastrophé.e.s par ces quelques romans, au point de considérer qu'il faudrait légalement lui interdire à tout jamais de taper le mot « jedi » :
«  j'ai absolument bien fait de lui laisser une chance ! N'ayez aucune crainte, cette autrice n'est pas faite pour SW mais les enquêtes et les vampires : elle maitrise! »
Aussitôt, donc, le roman ouvert, j'ai été embarquée dans l'intrigue, mêlant mes pas à ceux d'Asher et de Don Simon Isidro, dans leur quête d'un assassin de vampires.
Et je n'en suis ressortie que par la force impérieuse du point final !
Vraiment : impossible de lâcher ce bouquin ! On s'attache aux personnages, on se perd en conjecture sur l'identité de notre assassin en série… on tremble pour la vie des humain.e.s, on s'égare dans cet univers en découvrant détail par détail, ce que sont les vampires… pour finalement s'attacher à elleux- alors même qu'on sait pertinement que ce n'est pas tout à fait la meilleure des idées , pour conserver la santé.
Je ne dirais pas que ce roman m'a envoutée. Cependant, il m'a positivement charmée. J'ai plus que hâte de découvrir Voyage avec les morts !
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
- Vous n'auriez pas pu. [...] Selon les vampires eux-mêmes, ces pouvoirs s'acquièrent en s'abreuvant psychiquement de la mort de leurs victimes humaines. C'est l'absorption mentale de la mort qui leur apporte ces mêmes pouvoirs, et sans cela, ils les perdent.
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : vampiresVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (79) Voir plus



Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
982 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre

{* *}