AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782764624463
Boréal (19/01/2017)
3.77/5   11 notes
Résumé :
Après avoir vécu dix ans à Montréal, Éva revient s’installer dans sa ville natale, à Maldoror, en Abitibi, plus précisément dans le chalet de son père, au bord du lac Kaganoma.
Ce qu’elle vient y chercher? Le silence, la paix. Mais il s’avère que ce silence, cette paix, sont des denrées rares et que, comme toujours quand il y a des denrées rares, il se trouve un petit malin pour se les approprier et les revendre, avec profit, aux Américains. Mais qui dit comm... >Voir plus
Que lire après Autour d'EvaVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Un drôle de roman, un mélange de caricatures et d'amour de la nature québécoise.

Si l'héroïne peut être attachante, les autres personnages sont des clichés : l'idole tombeur de femmes, le politicien corrompu, le p'tit gars du coin devenu un riche et avide promoteur, l'activiste écologiste professionnel, etc.

Le décor est aussi une caricature : une petite ville d'Abitibi qui s'appelle Maldoror (!!!), avec un journal local dont le seul rédacteur signe d'un nom différent toutes les chroniques, un lac avec des chalets, des animaux et surtout beaucoup de moustiques.

C'est en général assez amusant, mais connaissant la région, j'ai parfois eu envie de dire « Pousse, mais pousse égal! ». À coup de gelées tardives et d'insectes piqueurs, de citoyens naïfs et de village incestueux, on a parfois du mal à imaginer les bonheurs et les tragédies de réalité à travers les envolées humoristiques.

Un roman à lire pour un brin d'émotion face à la nature, pour les amours et les désillusions des protagonistes, et pour un bain de langue québécoise.
Commenter  J’apprécie          260
Autant j'avais aimé son précédent roman, La Constellation du lynx (2011),
autant je n'ai pas aimé celui-ci de 2016. Que c'est-il passé? de facture bien plus légère que La Constellation du lynx, vous détesterez tous les personnages, sans aucune exception. Ils sont différents que selon où ils se trouve dans la « chaîne alimentaire animale ». Car la vision de l'humain dans ce livre y est vu comme tel, juste un peu plus crosseur ou individualiste qu'un autre… ouf! qu'elle vision réductionniste.
La meilleure critique de ce livre, qui le décrit le mieux, je l'ai retrouvé dans le Blogspot de Yvon Paré (https://yvonpare.blogspot.com/2016/12/hamelin-dresse-un-portrait-sombre-de-la.html), qui m'était inconnu.
Bon, à moins que ce soi dans le cadre d'une analyse littéraire, dans un contexte de Lettres, je vous inviterais à vous diriger (lire) vers son roman de 2011 au lieu de celui d'Autour d'Éva.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (3)
LaPresse
21 novembre 2016
J'ai été éblouie. Par les images que ces mots suscitent, par leur justesse, par la recherche presque scientifique derrière toute cette poésie inspirée par la nature.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeJournaldeQuebec
21 novembre 2016
Louis Hamelin fait vivre la folle aventure d’une femme qui revient s’installer dans sa ville natale de l’Abitibi, après avoir vécu dix ans à Montréal.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LaPresse
09 novembre 2016
Une fable écologiste et politique aussi brillante que jouissive qui n'épargne personne.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Cent trente-cinq mille kilomètres carrés de forêt publique où je suis libre comme l’air d’aller. Un autre 130 000 kilomètres carré d’eau douce avec tous les dorés et les brochets qu’il y a dedans. Cinquante mille orignaux et 800 000 caribous pour remplir mon congélateur. Trois millions de perdrix pour mon souper. Des millions de framboises et de bleuets pour mettre dans mes céréales. Assez de pleines lunes et de couchers de soleil pour économiser 500 paires de billets de spectacle et l’abonnement au câble. Et si j’ajoute à ça tout le ciel qui s’étend entre le pôle Nord et la frontière des États-Unis, et les vols d’outardes et d’oies blanches qui vont avec, oui, monsieur. Je calcule que je suis riche.

(p. 105)
Commenter  J’apprécie          160
Dans l’imaginaire de la classe moyenne (bungalow profile, comme dirait le père d’Éva), le client type du Loup Blanc est un vivoteur, un songe-creux et un pelleteux de ouate-the-fuck, le genre d’écrivaillon arrosé d’obscures bourses de création censées l’encourager à triturer ses méninges encroûtées par l’abus de cannabis.

(p. 46)
Commenter  J’apprécie          100
Et n’oubliez jamais que, si vous abordez chaque journée comme si c’était la dernière de votre vie, vous allez avoir raison un jour.

(p. 151)
Commenter  J’apprécie          140
La construction, c’est temporaire. La destruction, c’est pour toujours.
Commenter  J’apprécie          00
Ne rien faire est plus facile à dire qu’à faire.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Louis Hamelin (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Louis Hamelin
Louis Hamelin, romancier, publie « Un lac le matin » (LE CULTUREL 2.0 avec Winston McQuade)
autres livres classés : satire socialeVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (28) Voir plus



Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
254 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre

{* *}