AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246812291
Éditeur : Grasset (17/01/2018)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Une grande ville au bord de la guerre civile, quelque part au Moyen-Orient. Saïd y rencontre Nadia, une jeune femme indépendante, sensuelle et déterminée. Jour après jour, les explosions, les échanges de tirs et les points de contrôle sauvages transforment un peu plus la vie des habitants en enfer. Nadia et Saïd doivent se cacher pour vivre leur passion naissante, mais l’escalade de la violence finit de les transformer en prisonniers et les pousse à tout tenter pour... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Horizon_du_plomb
  11 juillet 2018
« Ils improvisent une sorte de conversation ponctuée de longues pauses qui leur semblent éminemment agréables, qu'ils ne remarquent presque pas en fait, comme deux vieux arbres ne seraient pas sensibles à quelques minutes ou quelques heures sans brise. »
Je suis devenu fan de Mohsin Hamid depuis que ma mère m'a fait découvrir « L'intégriste malgré lui » et «  Comment s'en mettre plein les poches en Asie mutante ». Bref, quand j'ai eu l'occasion de lire le petit dernier (disponible à la dernière MC littérature générale d'ailleurs), je n'ai pas hésité.
« (…) car en ces temps de migrations et de déracinement les récits d'indigènes exercent une fascination particulière, et apportent un réconfort nécessaire. »
Un livre où l'auteur développe une fugue poétique sur des voix étrangères. Un livre qui parle de ces itinéraires secrets que l'on s'échange au cours des migrations qui accompagnent les saisons d'une vie. Un livre qui parle de ces filières clandestines où l'on s'improvise acrobate sans filet. L'auteur nous parle aussi de ces personnes qui se résument trop souvent à de simples images à l'ère du village planétaire.
« « Je n'ai pas pu trouver de fleurs », dit-il.
Elle sourit, finalement, à demi, et elle lui demande:
« Tu as une arme ? » »
Le livre commence sur l'amour entre les deux protagonistes principaux, une relation qui sera finement menée tout au long du livre. Cupidon est un sniper embusqué et l'amour est un attentat au quotidien, il embrase le temps et repousse l'odeur de la mort.
J'ai tout retrouvé de l'auteur. Mohsin, c'est l'art du sentiment subtil en une phrase, une observation pertinente qu'on savoure sous les bons mots. L'écriture d'Hamid semble sans effort, amusée mais non moqueuse, mais on se doute des marathons silencieux qu'elle cache.
« La situation lui donne l'impression d'être à cheval sur le passé et l'avenir, parce qu'au début de sa carrière il a expérimenté la même disproportion entre travail manuel et travail automatisé, et parce que, en contemplant l'ampleur de l'entreprise à laquelle ils se sont attelés, il se dit qu'ils sont en train de remodeler la planète entière. »
Comme toujours, Hamid mélange avec subtilité modernité et ancienneté, son texte porte cet amour du développement que recèle la vie en soi. Parfois, Hamid fait du teasing dans ses jeux de temps et de séquences détachées, il ébauche ce qui s'amorce parfois à l'horizon et deviendra tempête de sable. Les portes qui restent noires sont multiples dans ce livre; aux lecteurs de s'en occuper, d'y apporter sa lumière.
«  Toutes ces portes restent obstinément banales, simple interrupteurs de la circulation entre deux espaces communicants, ouvertes ou fermées, mais il suffit de les observer avec un soupçon d'attente irrationnelle, et elles semblent s'animer d'une vie secrète, acquérir le subtil pouvoir de tourner en dérision les désirs de ceux qui aimeraient tant partir, chuchoter en silence sur les gonds que seuls les fous peuvent nourrir de tels rêves. »
« « L'emplacement c'est la clé de tout » proclament les agents immobiliers, ce à quoi les historiens répondent: « La géographie est votre destin. » »
Beaucoup parlent de fantastique mais, sans trop dévoiler, je pense que les parallèles avec la SF sont plus qu'évidents voire même plus pertinents. C'est ce propos général et social des conséquences d'un élément ad hoc sur l'humanité (qu'on retrouve souvent en SF) qui m'a fait coter ce livre 4 étoiles plutôt que 3,5 car il prouve une fois de plus à quel point nos capacités et notre milieu conditionnent nos pensées, idéologies et forcément nos amours.

« Le vieil homme se demande où il pourrait aller, et c'est alors qu'il se rend compte qu'il est incapable de penser à un seul endroit. »

« Dans ce rassemblement, chacun est un étranger, de sorte qu'au final plus personne ne l'est. »
PS: le dessin de la croix qui indique le lieu et la signature d'une personne ne maîtrisant pas le langage (écrit) est une idée brillante pour la couverture (ce même X qui fait frontière entre le « [s](h)E » et le « It »).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Ikebukuro
  21 février 2018
Beaucoup de surprises et beaucoup d'émotions aussi avec ce roman d'un auteur que je ne connaissais pas mais que je souhaitais découvrir depuis un petit moment. Je savais ce roman présent dans les listes de nominations de nombreux prix dont celle du Man Booker Prize que j'attends toujours avec une certaine impatience mais je ne souhaitais pas en savoir davantage. Je préfère découvrir un roman par moi-même plutôt qu'à travers le regard des autres lecteurs et j'évite généralement les chroniques des blogueurs ou des youtubers tant que je n'ai pas lu le livre en question. Pour Exit West je savais simplement que c'était une histoire d'amour dans un pays en guerre quelque part au Moyen-Orient mais en réalité c'est bien plus que ça.
L'auteur a su, par la construction de son récit et de ses personnages, en faire une histoire totalement universelle et hors du temps. Exit West pourrait se passer dans n'importe quel pays en guerre, entre un homme et une femme que tout semble séparer au départ. Alors oui on pense à la Syrie, à l'Irak ou aux révolutions du printemps arabe, à tous les bouleversements qui ont eu lieu ces dernières années dans ces parties du monde, on pense à la montée de l'intolérance et des intégrismes de tout bord mais ce court roman met en lumière bien plus que cela. Il amène le lecteur à revoir ses perspectives, à se questionner sur ses propres priorités… Est-ce que je pourrai prendre de tels risques pour quelqu'un que je viens de rencontrer, est-ce que je serai prêt à quitter mon pays et à laisser des gens que j'aime derrière moi, est-ce que l'inconnu vaut mieux que la lutte au quotidien et la résistance passive auprès de son peuple ? C'est un livre qui développe de nombreux thèmes : l'amour, l'exil, la fuite, les migrants, l'abandon, le deuil, la séparation, la religion, l'intégration dans un autre pays… Comment faire le deuil d'une vie qui semblait toute tracée, le deuil d'un parent, le deuil d'une relation ? Comment réussir à se sentir chez soi dans un pays qui n'est pas le nôtre ?
J'ai beaucoup aimé l'intensité de ce récit et cette écriture magnifique où chaque mot est à sa place et d'une justesse incroyable. Cela donne de l'ampleur à l'histoire alors que le roman n'est pas très long. Les personnages sont attachants et j'ai apprécié qu'ils ne deviennent pas des clichés ou des catalyseurs de tout ce qui peut être véhiculé sur les migrants et l'exode. D'ailleurs dans ce livre, pas de traversée sur des bateaux de fortune ou de périples interminables sur les routes, mais une odyssée magique à travers des portes qui vous mènent d'un lieu à un autre sans que vous connaissiez votre destination. Et pour tous les candidats au départ il y aura une part de hasard, un soupçon de chance, une dose d'inconscience et de courage. Finalement cela reste très universel, peu importe le moyen de transport ; le risque, la peur, les mauvaises rencontres, la mort pour certains et la renaissance pour d'autres font partie de l'histoire…
Lire sur le blog :
Lien : http://bidules16.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Killing79
  03 juillet 2018
En 2014, en librairie, j'avais remarqué la couverture de « Comment s'en mettre plein les poches en Asie mutante », le troisième livre traduit de Mohsin Hamid. Mon libraire me l'avait conseillé en appuyant sur le côté exotique et farceur du livre. Faute de temps, je n'avais pas pu suivre ses conseils. Aujourd'hui, j'ai pu enfin rattraper mon retard avec son dernier né.
Ce roman n'est pas comique et traite plutôt d'un thème grave. Il nous fait vivre la crise migratoire sous la forme d'un conte. le lecteur est aux côtés des protagonistes et il suit leur quotidien. le récit est concentré sur l'histoire d'amour de Nadia et Saïd, mais en fond, on comprend aussi le monde qui les entoure. Avec le prétexte du destin de deux êtres, l'auteur s'intéresse à une situation globale. Il nous raconte l'exil que ces personnes, nées au mauvais endroit à la mauvaise époque, vont devoir entreprendre pour pouvoir seulement survivre.
Toute la magie de ce texte repose sur la poésie dégagée. A aucun moment, l'auteur ne condamne ou ne prend parti. Il préfère mettre en lumière des petits acteurs de ce drame afin de mieux rendre compte de la situation de ces migrants. L'innocence du couple permet une critique sous-jacente d'un système qui bouleverse le cours des vies. On voit ainsi comment les destinées peuvent être détournées au fil des évènements subis. Les différentes étapes de leur voyage vont jouer un rôle important dans leurs sentiments amoureux qui vont s'effriter sous le poids de l'Histoire. La lecture est à l'image de cette relation : tour à tour passionnée, triste, optimiste, désespérée… mais toujours avec une petite touche d'humour et de fantastique.
Avec délicatesse et bienveillance, Mohsin Hamid nous offre une belle et poignante fable sur l'exode des peuples, qui résonnera dans mon esprit pendant longtemps. Il a su trouver le bon ton pour aborder ce sujet d'actualité pourtant délicat. Ce n'est ni déprimant, ni édulcoré, juste réel !
Lien : https://leslivresdek79.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
traversay
  01 mars 2018
Mohsin Hamid, auteur notamment de L'intégriste malgré lui et de Comment s'en mettre plein les poches en Asie mutante, se définit lui-même comme un "écrivain globalisé" et un "étranger partout." Un écrivain à la plume plutôt acide et cinglante qui, avec Exil West, change un peu de ton, choisissant celui de la douceur, empreinte tout de même d'une soupçon d'ironie. le livre raconte la rencontre puis la vie commune, sans mariage, de Saïd et de Nadia, d'abord dans une ville du Moyen-Orient peu à peu livrée aux exactions de bandes d'extrémistes. Puis c'est l'exil, de Mykonos à San Francisco, en passant par Londres. Témoignage réaliste de la vie précaire de migrants, le roman n'est pas que cela, ajoutant une touche de fantastique, les "voyages" d'un point à un autre s'effectuant à l'aide de portes magiques. Les deux aspects -l'histoire d'amour avec ses hauts et ses bas, la violence anti-migratoire qui atteint son paroxysme dans les passages londoniens- se marient le plus souvent avec bonheur dans cette fable humaniste qui a le mérite de nous faire vivre de l'intérieur l'existence de gens qui ne sont, à l'instar de l'auteur, chez eux nulle part. Et semblables, selon Hamid, à une grande partie des habitants d'un monde où ces mouvements migratoires ne pourront que s'accentuer à l'avenir. Et avec ceux-ci, milite Mohsin Hamid, la nécessité que le regard des citoyens dits de "souche" change radicalement pour aller vers l'acceptation et la solidarité.
Lien : https://cin-phile-m-----tait..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
LeaTouchBook
  03 mars 2018
J'étais très intriguée par ce livre qui a remporté un vif succès outre-Atlantique, je me suis donc plongée dans cette lecture avec beaucoup de curiosité.
Exit West me permet de découvrir un très bon auteur, j'ai aimé immédiatement la plume de Mohsin Hamid et j'en profite pour saluer le travail de traduction de Bernard Cohen. Je me suis aussi très vite attachée aux deux personnages principaux : Saïd et Nadia, deux personnages touchants et charismatiques.
Exit West est une belle histoire d'amour permettant aussi de traiter la thématique de la migration, des réfugiés, de l'exil. Si j'ai eu un peu de mal avec l'aspect fantastique de l'oeuvre, j'ai apprécié ma lecture, les émotions qu'elle suscitait ainsi que les réflexions qu'elle engendre.
En définitive, ce livre est une fable contemporaine qui permet de dépeindre des problématiques propres à notre époque.
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (2)
LePoint   23 avril 2018
Le romancier britannique né au Pakistan publie « Exit West » (Grasset), puissant roman d'amour autour de l'exil.
Lire la critique sur le site : LePoint
LeMonde   22 février 2018
Mohsin Hamid a commencé « Exit West » au début de la crise des réfugiés. La littérature jeunesse lui a donné les clés pour écrire ce roman d’exil et d’amour.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
tantquilyauradeslivrestantquilyauradeslivres   17 février 2018
"Tout autour de la planète, des gens s'échappent de là où ils ont vécu, fuyant des plaines jadis fertiles mais maintenant craquelées par la sécheresse, des villages côtiers asphyxiés par les marées montantes, des villes surpeuplées et des champs de bataille sanglants, et ils s'éloignent aussi de leurs semblables même si l'amour les avait auparavant liés, comme dans le cas de Nadia qui prend ses distances avec Saïd, et lui avec elle."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
laurannslauranns   02 juin 2018
Le premier vendredi suivant l'instauration du couvre-feu, Saïd va prier avec son père. Il prie pour la paix, son père prie pour Saïd et dans son sermon le prédicateur exhorte tous les fidèles à prier pour que les Justes obtiennent la victoire dans cette guerre, tout en s'abstenant soigneusement de préciser dans quel camp il estime que ces Justes se situent.
Commenter  J’apprécie          00
laurannslauranns   29 mai 2018
Ils sont en plein dans la phase initiale de leur histoire d'amour, affamés l'un de l'autre, se touchant et se caressant mais sans proximité physique, sans assouvissement. Ils ont commencé à se sentir pénétrés, l'un et l'autre, alors qu'ils ne sont pas encore embrassés.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : littérature pakistanaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Il y a des mots bien singuliers !

Sorte d'ermite retiré de la vie

anachorète
anabaptiste

20 questions
231 lecteurs ont répondu
Thèmes : mots , définitions , vocabulaire , Français (langue)Créer un quiz sur ce livre