AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2820512623
Éditeur : Les Intégrales Bragelonne (02/10/2013)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 14 notes)
Résumé :
En 2380, l’humanité a colonisé six cents planètes, toutes reliées entre elles par de trous de ver. Le Commonwealth Intersolaire s’est développé en une société tranquille et prospère, dans laquelle la « réjuvénation » permet à chaque citoyen de vivre pendant des siècles. C’est alors qu’un astronome est témoin d’un incroyable événement cosmique : la disparition d’une étoile à un millier d’années-lumière de là, emprisonnée dans un champ de force d’une taille gigantesqu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
fnitter
  05 novembre 2013
Quatre tomes en un :
Pandore abusée :
Nous voilà reparti, après l'aube de la nuit, dans une histoire de près de 3.000 pages dont voici le premier tome (sur 4 en français).
Le Commonwealth, un univers complexe mais finalement très bien décrit, où près de 600 planètes sont déjà colonisées par l'homme, communiquent et commercent entre elles par l'intermédiaire de trous de ver (pas de vaisseaux spatiaux interstellaires, au début en tout cas).
D'énigmatiques extraterrestres, les silfens, l'Ange des hauteurs, qui co-existent avec les hommes et font partie du décor.
Une organisation terroriste : Les gardiens de l'individualité.
Des humains potentiellement immortels grâce à une technique de rajeunissement et la possibilité de télécharger ses souvenirs dans un clone en cas de mort (comme dans Takeshi Kovacs).
Et une multitude de personnages qui gravitent dans cet univers dont, pour ne citer que les plus importants : Paula Myo, inspecteur principal du CICG, un super flic; Ozzie, co-inventeur de la technologie des trous de vers; Bradley Johansson, fondateur des gardiens de l'individualité; Wilson Kime ancien capitaine de la nasa et futur capitaine de seconde chance.
(on notera un petit lexique des 43 personnages principaux salvateur en début de roman, bien que tous ne soient pas abordés dans cette première partie).
Quand une étoile, hors de la sphère d'influence du commonwealth, disparait subitement, emprisonnée dans un champ de force gigantesque, laissant supposer une technologie très avancée, ce dernier décide de la fabrication du premier vaisseau interstellaire pour aller voir ce qu'il se passe.
Nous n'échapperons pas à l'éternel commentaire (reproche ?) de l'oeuvre de Hamilton : Les longueurs. Oui, il y en a. Plusieurs petites histoires, à priori sans rapport entre elles, une enquête policière, une recherche de chemins alternatifs aux trous de ver chez les extraterrestres, la fabrication de seconde chance (...), dont la lecture reste assez facile, grâce au style très clair de l'auteur.
Hamilton ne construit pas son univers, il nous plonge dedans et il faut avouer qu'il faut vite apprendre à nager pour éviter de couler.
Mais cet univers, très riche, reste très cohérent, scientifiquement crédible et l'histoire s'accélère progressivement, jusqu'à l'évident clifhanger final qui nous laisse sur notre fin pour ce premier tome avant d'attaquer le second :
Ne vous laissez pas abuser par un départ un peu aride, cette introduction (de 700 pages tout de même) vous laissera un petit goût de reviens-y tout à fait délicieux en fin de repas.
suivi de Pandore menacée.
Dans le premier tome, nous avions fait connaissance avec quelques personnages principaux que nous retrouvons bien évidemment ici.
Ozzie sur la trace des chemins silfens, Paula Myo, l'enquêtrice toujours aux trousses des terroristes, Mellanie Rescorai, que nous pensions être un personnage secondaire et qui prend de l'importance, Mark Vernon un quidam ? et Wilson Kime, futur amiral des forces humaines.
Dans cet épisode, les différentes trames narratives se poursuivent et se rejoignent pour certaines. D'une guerre possible on passe à une guerre certaine (avec l'invasion des ET voire le quatrième de couv). Les soupçons se font plus précis sur un vaste complot dans le monde humain, en relation avec Dyson ?
Ce second tome tient toutes ses promesses. Dans un mélange de polar et de space opera de toute splendeur, on ne regrettera pas la longue introduction du tome 1. La lecture est moins aride, car on connait désormais l'univers et surtout les personnages qui gagnent en profondeur. L'invasion des ET, inévitable, est spectaculaire.
Action, suspense, intrigues, tout concourt pour faire de cet épisode un excellent moment de distraction.
suivi de : Judas déchaîné.
L'existence de l'Arpenteur ne fait désormais plus aucun doute. Pour preuve, Paula Myo y croit.
Suite à l'invasion des Primiens, 13 planètes sont désormais perdues pour le commonwealth.
Ozzie est toujours paumé sur les chemins de traverse et on se demande, encore après 3 livres ce que vient faire son histoire là-dedans. Gageons que nous aurons la réponse dans le tome 4.
Nous sommes désormais réellement familiers des personnages que l'on retrouve avec plaisir, la chasse aux ennemis de l'humanité se précise et l'on a hâte qu'elle trouve un heureux aboutissement. Après les 100 premières pages un peu arides, basées uniquement sur l'enquête en cours de Myo, le rythme s'accélère et c'est tant mieux. On ne lâche plus le bouquin.
Sans rien révéler d'essentiel, vous aurez compris qu'on laisse l'humanité à la fin de ce tome 3 dans une belle panade.
Et enfin : Judas démasqué
MatinLumièreMontagne a annexé plusieurs planètes du Commonwealth et s'apprête à en envahir 48 autres. Mais ce dernier prépare sa riposte à coup de super-arme. L'existence de l'Arpenteur est désormais une réalité et le pouvoir politique et commercial s'attache à le débusquer et l'éradiquer ainsi que ses espions humains.
Ce tome est indéniablement le plus nerveux des quatre. L'action ne faiblit pas et on aura enfin la réponse à toutes nos questions.
Mais hélas, trois fois hélas, j'ai trouvé que l'on passait beaucoup trop rapidement sur certains aspects de l'histoire (que je ne peux dévoiler ici sans spoiler outrageusement). Et c'est sans compter une fin précipitée très deus ex machina tant sur Far Away que sur Prime.
Contrairement à beaucoup, je ne me suis pas ennuyé pendant cette lecture, je lui est même trouvé un goût de trop peu, et pour la conclusion d'une histoire de près de 2000 pages, c'est tout de même un comble...
Pour les nostalgiques, on pourra retrouver certains personnages dans une nouvelle série de romans, la trilogie du vide initiée par Vide Qui Songe, située 1200 ans après la fin de ce tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          632
finitysend
  14 novembre 2013
1-Dans ce premier tome P F Hamilton met en place de façon soignée un nouvel univers : le Commonwealth .
600 planètes colonisées .. une foule de personnages .Cette mise en place est très soignée et une mystérieuse menace pointe déjà à l'horizon.
Cet univers est aussi riche en détails qu'il est crédible .
Le résultat , c'est un récit d'une grande cohérence. Je ne ferais pas à l'auteur le reproche de supposées longueurs .
Personnellement cela me convient très bien et je note que ce n'est jamais un défaut avec P F Hamilton .
Avec le recul je suis convaincu que la longueur de ces textes contribuent grandement au charme de ses romans .
Les différences entre le Commonwealth et la confédération (de L'aube de la nuit ) sont intéressantes et la longueur des textes , est nécessaire car ces deux sociétés sont de vrais sujets et pas seulement des décors ..
Mais bon ...certains préfèrent la concision ... Des longueurs peut être donc ... mais pas de délayages ....
2-Ce tome est peut être meilleur que le tome un ?
Il possède toutes les qualités du premier : ampleur , finesse des personnages ( principaux et secondaires ) , sens du détail ...
Le plus tient dans le fait que l'on entre dans le vif du sujet ...
Le Commonwealth se mobilise : exploration , création de moyens militaires , combats spectaculaires , conséquence de cette mobilisation sur la société et apparition d'extraterrestres qui entre dans la danse ....
C'est une vraie immersion ! que ce livre nous permet de faire grâce à un très grand sens du détail et à une longueur suffisante .
Peter F Hamilton accomplis tout cela sans se prendre au sérieux ... avec légèreté et CONSISTANCE.
3-Ce tome est peut-être mon préféré dans ce cycle que je trouve excessivement sympathique .
Une fois encore nous avons une foule de personnages excessivement bien brossés , très fonctionnels et qui dégagent beaucoup de présence . Ils habitent cet univers d'une force , tout en lui conférant un réalisme sans failles et en l'animant littéralement .
Ce tome est marqué par l'ampleur , en effet tout s'emballe et les tensions sont portées à leur paroxysme d'intensité et de spectaculaire et j'avoue que c'est gratifiant pour le lecteur , parce que les effets spéciaux sont bien au rendez-vous ( sourires ) et que le récit foisonne de détails pertinents , qui rendent ces textes distrayants au plus haut point .
Mais surtout , ce sont des pages pleines de vie , qui offrent des occasions nombreuses pour loger des visualisations puissantes ainsi que très immersives , qui offrent de même des opportunités pour s'impliquer affectivement dans ce maelstrom de destinées malmenées par les évènements .
Pour résumer l'intrigue , signalons que ce texte s'ouvre sur un désastre militaire d'une envergure phénoménale , ensuite le récit porte sur l'effort de guerre qui est difficile à mettre en oeuvre alors que des forces semblent travailler contre la civilisation humaine à l'intérieur et que le facteur vie artificielle semble avoir du mal à se prononcer ...
Plusieurs intrigues cohabitent dans ces pages , il y a des touches de hard science , du rythme et c'est difficile de ne pas s'impliquer dans la lecture de cette distraction fabuleusement vivante qui fourmille également de situations édifiantes qui élèvent le débats au-dessus du simple merveilleux fonctionnel .
Peter H Hamilton écrit généralement des textes très longs , mais plus particulièrement il préfère dans l'ensemble une narration assez particulière .
Tous ses cycles sont en effet et le plus souvent de véritables longs romans.
C'est le cas pour Pandore , ces quatre volumes ne font finalement qu'un seul long et énorme roman . Je pense qu'il est difficile de se dispenser de les lire dans l'ordre du fait de cette structure , par contre le lecteur peut sans trop de dommages envisager d'interrompre sa lecture à la fin d'un volume , car les fins de volumes sont le plus souvent soignées .
A chaque fois que je tente la relecture d'un volume de l'auteur , j'ai souvent l'impression de lire un autre texte que celui qui est pourtant bien l'objet d'une relecture et non l'objet d'une première lecture et cela vient de la richesse de ces textes .
4-Voici donc le dénouement du cycle de Pandore .
Difficile de commenter la fin sans "spoiler" . Je me contenterais donc de dire qu'elle est crédible et bien insérée dans le récit (qu'elle convienne ou non à tel ou tel lecteur et à moi-même en particulier).
Personnellement j'apprécie beaucoup le style de P F Hamilton (très scénique) .
Il développe ses thématiques sur un grand nombres de pages (sans délayages) .il crée des personnages réels en deux coups de plume et il soigne toujours les univers qu'il matérialise ...
l'étoile de pandore est un " bon" cycle , beaucoup de plaisir à la lecture et une fois de plus un grand voyage . Ce n'est pas Dragon Déchu mais bon !
Il y a malgré tout un quelque chose de solide ,de sans prétention mais de terriblement efficace , dans ce dernier tome et dans tous les textes de P F Hamilton .
Des moments de distractions souvent édifiants et pertinents !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          382
yogo
  01 février 2016
Space opera grandiose à la découverte du Commonwealth de Peter Hamilton. Univers complexe où les hommes côtoient des extraterrestres aussi divers que variés, où de nombreuses planètes sont colonisées et où le transport se fait par trou de vers. Sans oublier une puissante Intelligence Artificiel créée par l'Homme mais qui le dépasse largement. Tout ce petit monde vit en osmose quand une planète vient de disparaître, englobée par un champ de force. Et c'est là que tout commence...
Le début peut sembler confus, la diversité des personnages, des lieux, des actions sans rapport les uns avec les autres peuvent rebuter. Mais Hamilton sait où il veut aller et tout prend forme le long de l'oeuvre. On n'évite pas les longueurs (en particulier l'interminable voyage d'Ozzie !!) mais l'ensemble reste cohérent, fluide et très agréable à lire. Un classique du Space Opéra...
Lien : http://les-lectures-du-maki...
Commenter  J’apprécie          30
Christian2009
  07 juin 2016
Absolument génial, surprenant, à lire absolument. du Space-Opéra de qualité
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
fnitterfnitter   10 novembre 2013
Un jour, Jan Covitz avait posé ses doigts sur ses lèvres et avait suivi leur contour.
Tu vois ? Quand on sourit, les lèvres forment une coupe, dans laquelle on peut recueillir la chance. Mais quand on est maussade... (son doigt avait tiré ses lèvres vers le bas) la chance s'éloigne, en coulant le long du menton !
Commenter  J’apprécie          521
fnitterfnitter   17 novembre 2013
Ouais, cela fait du bien de rentrer. Vraiment. Quelle joie cela a été pour moi de retrouver enfin du papier toilette après des mois de privation. Vous n'avez pas idée. Je pense que c'est une des réussites principales de la civilisation humaine. Oui, ce truc qui nous sert à nous torcher le cul. Les feuilles d'arbre, croyez-moi, ça ne déchire pas vraiment. Enfin, si justement. Trop même. Prenez des notes, si vous voulez – ce sera mon épitaphe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
fnitterfnitter   09 novembre 2013
Aux Primiens, je dirais ceci : quelle que soit votre détermination à nous nuire, quelle que soit la force de votre avidité, vous ne nous vaincrez pas. Les humains sont faibles et plein de défauts, mais ils ont aussi un courage à toute épreuve. Étudiez notre histoire et vous comprendrez. Nous savons que nous avons la volonté, nous savons que nous avons le droit pour nous, nous savons que nous avons la détermination. Les agents du mal et de la tyrannie ne nous font pas peur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
fnitterfnitter   11 novembre 2013
Rammy, concentre-toi, je t'en prie. M'aideras-tu si je t'apporte des preuves ?
Je préférerais les voir avant de répondre à cette question. Et je veux des preuves absolues, parfaitement irréfutables. Je veux voir cet Arpenteur trousser la fille mineure et illégitime du pape. Et en 3D, s'il te plait ! C'est un minimum, sinon je ne garantis rien.
Commenter  J’apprécie          250
fnitterfnitter   16 novembre 2013
Je sais. Il y aurait un énorme travail à faire en amont.
Mais... nous n'avons même pas une semaine devant nous, bredouilla Toniea Gall.
Comme l'a dit Einstein, il y a bien longtemps, le temps dépend de la position relative de l'observateur.
Commenter  J’apprécie          350
Videos de Peter F. Hamilton (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter F. Hamilton
Vidéo de Peter F. Hamilton
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2916 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre