AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

P. J. Herr (Traducteur)Henri Robillot (Traducteur)
ISBN : 2070407934
Éditeur : Gallimard (13/07/1999)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 152 notes)
Résumé :
Depuis quarante ans, Elihu Willsson règne en maître absolu sur Personville, petite cité minière du Montana. Pour contrer l'agitation syndicale, il a fait appel à des gangsters qui ont pris le contrôle de la ville. Scandalisé par cette situation, son fils Donald engage un détective, le Continental Op, mais est assassiné peu avant l'arrivée du privé. Celui-ci, après avoir démasqué le meurtrier, décide par loyauté envers son client, de "nettoyer" la ville.

>Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
31 janvier 2013
J'ai pris un franc et généreux plaisir à la lecture de cette Moisson Rouge. J'avais entendu parler de Dashiell Hammett depuis fort longtemps, mais hormis le souvenir de l'accent nasillard d'Humphrey Bogart dans le Faucon Maltais, ma connaissance de l'auteur s'arrêtait là.
Et bien très bonne surprise pour moi. C'est très cinématographique, très tonique et sans temps morts, avec une tension qui ne cesse d'être soutenue tout au long de l'ouvrage à la faveur de rebondissements nombreux et variés.
Dans l'Amérique des années 1920 (C'est-à-dire à l'époque même où a été écrit le livre, précision importante, car depuis Ellroy, le polar " historique " qui fait plus vrai que nature est devenu légion or ici, l'auteur parle bien du temps présent qu'il côtoie car il écrit en 1929.), gangrenée par la prohibition, au creux d'un petite ville minière de triste allure, un détective privé travaillant pour le compte d'une agence de détective arrive en mission.
Le problème, c'est qu'avant même d'avoir pu rencontrer son mandataire, Donald Willson, celui-ci s'est fait descendre. le détective privé en question (je ne me souviens pas avoir vu son nom mentionné) flaire une situation bien pourrie et un micmac pas possible et c'est lui qui va nous servir de guide dans cette ville gangrenée jusqu'au trognon, police comprise.
Notre brave détective, va être obligé d'employer souvent les grands moyens et sa vie ne tient à jamais guère plus qu'un fil dès lors qu'il entre en scène. Comme le titre du roman l'indique, ce cadavre ne restera pas seul et nombreux sont ceux qui tombent sous les feux croisés de Pete le Finn, Whisper, Reno, Lew Yard ou le chef de la police Noonan.
Le détective ne tarde pas à découvrir un vaste réseau aux multiples entrées et où le père de la première victime, Elihu Willson joue un rôle non négligeable. Parmi les figures de premier ordre, la belle Dinah Brand a également son mot à dire, mais je crois qu'il serait inconvenant de vous en dire d'avantage et je préfère vous abandonner au milieu de ce noeud de serpents si l'aventure vous en tente.
Pour le reste, sans conteste, Dashiell Hammett est l'inventeur du roman noir tel qu'on le conçoit de nos jours. Il nourrit son histoire de son propre passé de détective privé et l'immersion dans les milieux de malfrats sent beaucoup plus l'authenticité que les enquêtes minutieuses mais théoriques des spécialistes du roman policier d'alors.
Voie nouvelle et accessit accordé à MONSIEUR Dashiell Hammett, dont certains éléments de la biographie, notamment ses démêlés avec les autorités au plein MacCarthysme sont tout à son honneur. Chapeau donc, et aiguisez votre faux si vous voulez entamer votre moisson rouge, un bon cru assurément, mais ce n'est là que mon avis, c'est-à-dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          710
Eric75
28 décembre 2012
Bénéficiant d'une nouvelle traduction intégrale, les oeuvres du pionnier du roman noir américain, chef de file de la « Hard-boiled School », inventeur du célèbre dur-à- cuire-à-chapeau-mou-gabardine-couleur-mastic (immortalisé à l'écran par Humphrey Bogart), j'ai nommé Dashiell Hammett, sont maintenant disponibles en poche chez folio policier, chouette alors.
Pour le présent roman, notre dur-à-cuire bogartien figure en bonne place sur la couverture dans une belle tonalité rouge, et la différence de traduction est visible jusque dans le titre : « La Moisson rouge » qui devient « Moisson rouge », n'évoque plus un reportage en milieu rural destiné à promouvoir les kolkhozes, mais bien une hécatombe sanglante chez les gangsters américains qui, eux aussi, avaient pris pour habitude de tout arroser à la sulfateuse.
Nous sommes à l'époque de la prohibition, l'Amérique règle ses comptes à coup de grèves réprimées dans le sang et de luttes entre syndicats, patronat, hommes de main, notables, truands, flics, bookmakers, bootleggers, trafiquants et escrocs de tout bord, que j'énumère dans le désordre car tout est ici interchangeable. En effet, personne ne semble être ni du bon ni du mauvais côté, sauf, peut-être, le narrateur (dont on ne connaitra jamais le nom), un détective privé travaillant pour la branche San Francisco de la Continental Detective Agency, et qui semble s'être donné pour objectif d'assainir le climat délétère de Personville, charmante bourgade gangrénée par la pègre, les flics ripoux et les politiciens véreux, malgré l'assassinat prématuré de son client (ils n'ont même pas eu le temps de se rencontrer !).
Notre privé à peine débarqué dans la ville se transforme en Monsieur Propre et entreprend le grand nettoyage des écuries d'Augias, par tous les moyens mis à sa disposition (et avec une roublardise parfois borderline). Sa capacité de manipulation, de persuasion et de compromission avec les truands de tout poil est sans limite, la fin justifiant les moyens est son seul crédo.
Les scènes de bagarres entre clans et de massacres style « Saint-Valentin » qui s'enchaînent sont heureusement adoucies par un début de romance qui semble s'esquisser entre notre détective hard-boiled et la seule femme de l'histoire, Dinah Brand, présentée comme une coupable, puis comme une victime, et le plus souvent comme une garce manipulatrice et avide. Parviendra-t-elle à faire transparaître chez notre détective quelques sentiments bienveillants (sans aller jusqu'à la tendresse ou la compassion, il ne faut rien exagérer) ? A moins que l'histoire ne rebondisse dans une direction inattendue…
Ce roman a bien entendu donné lieu à une adaptation hollywoodienne, mais, pour le coup, pas avec Humphrey Bogart, qui aurait pourtant été parfait pour le rôle, mais avec Jimmy Durante (Roadhouse Nights, 1930). On évitera ce dernier même par curiosité pour se plonger plutôt dans l'ambiance de Miller's Crossing (1990) des frères Coen, dont Moisson Rouge serait l'une des sources d'inspiration.
Pour conclure, Moisson Rouge donne à voir une image extrêmement brutale de l'Amérique des années 20, nécessairement datée, mais tout à fait éclairante sur les fondamentaux de la culture américaine qui ne cessent encore aujourd'hui de nous fasciner : le culte du dollar et de la violence (droit à l'auto-justice, règlements de compte, légitime défense), sous couvert d'une bien hypocrite moralisation des moeurs, qui trouva son paroxysme à l'époque de la prohibition.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Renod
16 mai 2016
Personville est « une ville laide de quarante mille habitants, nichée dans une gorge laide, entre deux montagnes laides entièrement souillées par l'exploitation de la mine. » Après ces quelques mots de description, vous comprendrez facilement qu'elle soit surnommée Poisonville. La ville est tenue par le vieil Elihu Willsson qui possède des parts dans tous les secteurs économiques : industrie, mines, banque, presse, etc. Les responsables politiques locaux lui mangent dans la main. Après la Première Guerre mondiale, Willsson a fait appel à des briseurs de grève pour mettre un terme aux actions syndicales de l'Internationale ouvrière. La grève fut brisée avec succès mais le problème, c'est que les voyous engagés décidèrent de rester sur place et d'y installer leurs activités criminelles. Il règne une corruption généralise à Personville, les gangs tenant le maire et copinant avec Noonan, le chef de la police.
Donald, le fils de Elihu Willsson, a été nommé par son père responsable du principal journal de la ville. Il s'acharne à dénoncer la criminalité dans ses tribunes. Il fait appel à un détective d'une grande agence : la Continental. Mais le jour où le détective et le rédacteur en chef doivent se rencontrer, ce dernier reçoit quatre coups de revolver de calibre 32. le rendez-vous est compromis… le détective va d'abord chercher à identifier l'auteur de cet assassinat. Au cours de son enquête, il va se faire beaucoup d'ennemis et être victime d'une tentative d'assassinat. Échaudé, il décide nettoyer la ville en usant de sa perspicacité et de son bagout. Son objectif ? Monter une guerre de gangs entre les factions locales. La moisson peut commencer.
Amateur de littérature policière, je n'avais encore jamais lu Dashiell Hammet. J'ai découvert son importance et son influence pour ce genre littéraire grâce à l'émission «la Compagnie des auteurs » sur France Culture. « Moisson rouge » est un pur roman de gangsters. J'ai été gêné par certains aspects de ce classique. Il y a une accumulation de personnages. Il faut être parfois très attentif pour suivre le fil du récit, pour se souvenir de qui est qui est, et de qui a tué qui et pour quelle raison. Les scènes violentes se succèdent sans avoir de réelles incidences sur l'histoire. Ca défouraille dans tous les sens et ça va vite, trop vite. Seul le détective de la Continental semble suivre le fil des événements grâce à son don d'ubiquité qui lui permet de résoudre les énigmes avec une facilité déconcertante.
Dans « Moisson rouge », Hammett dénonce la collusion entre le banditisme et la politique qui régnait dans certaines villes américaines au temps de la Prohibition. le roman a donc un sens politique. L'auteur s'attarde peu sur les détails, le récit est par exemple mené par un détective dont on connaît très peu de choses. Tout est question de calcul, de stratégie ; la ruse est plus importante que la force. Les alliances de circonstances durent le temps d'une trahison et les personnages jouent pour plusieurs camps en fonction de leurs intérêts. J'ai trouvé certaines scènes très modernes, celle du laudanum par exemple et j'ai aimé retrouver des seconds rôles typiques de la littérature policière : la femme vénale, le chef de police bedonnant et pourri jusqu'à la moelle, le flic déchu, le boxeur en cavale, etc. Les dialogues sont percutants et souvent drôles.
Courses-poursuites, braquages, combat truqué, fusillades, assassinats... la « Grande Faucheuse » est débordée à Poisonville. J'ai lu « Moisson rouge » par curiosité pour un classique du genre sans prendre toutefois plaisir à sa lecture. J'espère que les autres romans de Dashiell Hammett me feront changer d'avis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
belette2911
14 juillet 2013
"La Moisson rouge" ? Une nouvelle méthode pour vendanger ? Non, nous sommes dans la mythique "Série Noire", faut du crime... à moins qu'on n'ait moissonné les vendangeurs dans la foulée. Oh, j'y suis : le livre parle un carnage lors d'une réunion des caciques du parti socialiste Belge ! Non ? Alors, qu'est-ce que c'est que cette moisson rouge ?
Oh, ça y est ! le Standard de Liège qui a raflé toutes les compétitions de foot ? Oups, impossible, la "Série Noire" ne s'occupe pas de science-fiction... (seuls les Belges comprendront la blague mais je peux l'expliquer par MP).
Alors, quoi-t'est-ce ?
C'est l'histoire démente d'un détective privé qui est appelé dans la charmante et plaisante Poisonville, gangrénée par la pègre parce que Elihu Wilsson, qui détenait, entre autre, les industries minières et une banque, a engagé des briseurs de grève pour faire rentrer son personnel dans le rang.
Hélas pour lui, il n'était plus le chef, les gunmen régnaient sur la ville, l'ayant dépouillé de son titre de calife. le fils étant scandalisé par le comportement de son géniteur, a fait venir un privé. Pas de chance, le fiston est refroidi.
Alors notre détective de l'agence Continental de San-Fransisco va quand même jouer au Monsieur Propre et tenter de nettoyer les écuries d'Augias en montant, non pas les chevaux, mais les truands les uns contre les autres.
Faut les aspirines, parce que les ramifications sont nombreuses, vu que tout le monde mange à tous les râteliers et que chacun retourne sa veste. La police ? Tous des vendus ! Notre privé à du pain sur la planche et va devoir ruser, manipuler, mentir, jouer avec les égos afin que tout le monde s'entretue. Sans qu'il ne s'en émeuve, en plus.
Cette immersion dans les États-Unis des années vingt où les bootleggers sont les rois (suite à la prohibition de l'alcool) ne vous laissera pas indifférent. Jusqu'où peut-on aller pour faire régner la justice ? Peut-on utiliser ce genre de méthode un peu borderline pour liquider les truands ?
La violence est omniprésente, bien que sans trop de détails, mais on termine la lecture avec sacré un tas de cadavres. C'est le moment d'acheter des actions dans les pompes funèbres. le seul secteur qui ne dépérit pas...
Et comment fait-on le nettoyage ? On commence avec un prélavage et les premières saletés tombent comme des mouches, on injecte le produit de lavage qui commence à effacer un bon nombre de taches, le rinçage n'est pas triste, le sang coule à flot... Pour ce qui est de l'essorage, la sulfateuse entre en action et ça dézingue de partout.
Un truc de fou ! Allez, je vais compter les cadavres... Un, deux, trois, oh, arrêtez de bouger,... seize ! Non, l'empilement est trop important, on ne s'y retrouve plus. Il doit y en avoir beaucoup plus.
Notre privé, c'était lui aussi le fiston de Machiavel, "divisez-les pour les séparer afin qu'ils s'annihilent eux-mêmes", par contre, il devait avoir un sacré bon ange gardien pour s'en sortir sans une égratignure.
A découvrir...

Lien : http://the-cannibal-lecteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Myriam3
16 mars 2017
C'est au précurseur du polar que nous avons affaire ici! Après quelques années d'expérience en tant que détective et ayant découvert le monde de la corruption, Dashiell Hammett publie son premier roman en pleine prohibition.
Le narrateur, dont on sait bien peu de choses à part son âge, nous emmène au coeur de l'affaire: Personville, alias Poisonville, est maintenant contrôlée par une sorte de mafia que le vieux et puissant Elihu Willson avait à l'origine commanditée pour briser les grèves des mineurs dans l'oeuf.
Mais les truands se sont emparés de la ville et Donald, le fils prodigue de Willson, fraîchement revenu, vient d'être assassiné. C'est à notre narrateur de rétablir l'ordre.
Sauf que ce narrateur, qui ne nous laisse pas d'autre choix que de le suivre et de l'écouter, est à peine moins pourri que ceux qu'il veut nettoyer. Maître de lui, ironique, impassible, un brin magouilleur et de plus en plus en proie à un besoin de violence, il nous manipule comme il manipule la ville entière pour arriver à son objectif ultime: nettoyer Personville de la pègre.
j'ai aimé l'écriture sèche, sarcastique et les personnages flegmatiques du narrateur et de Dinah Brand, belle et forte jeune femme cupide. J'ai aussi apprécié de me faire trimballer d'un bout à l'autre de la ville.
En revanche, je me suis ennuyée dans les dernières pages dans lesquelles Hammett s'est lâché en tirs et représailles, fusillades et embuscades sans réels intérêts pour moi.
Néanmoins, un bon premier roman très réussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Citations & extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B04 février 2013
Un vieux bonhomme à l'aspect inoffensif, bomba le torse et nous raconta :
- Au début, c'était pas possible de rien faire. Y sont arrivés avant que personne s'est rendu compte de rien. Sûrement qu'ils auraient pu aller plus vite, même. Ils ont tout raflé, bien comme il faut. Pas une chance de rien faire, là. Mais moi, je me dis : " Profitez-en bien, les p'tits gars, c'est vous qu'avez le dessus, là, mais attendez un peu le moment que vous voudrez partir." Et j'ai tenu parole, vous pouvez me croire. J'ai couru après eux et j'ai canardé avec mon vieux flingue. Çui qu'est là, je l'ai descendu quand y grimpait dans la voiture. Vous pouvez me croire que j'en aurais dégommé plus si j'aurais eu plus de cartouches, parce que c'est pas facile de tirer d'en haut comme ça quand c'est que...
Noonan interrompit le monologue. Il lui appliqua des tapes d'encouragement dans le dos jusqu'à ce que ses poumons se vident tout en lui disant :
- C'est une excellente chose. Une excellente chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Nastasia-BNastasia-B03 février 2013
Elle se prononça pour le King George. Nous en bûmes un chacun, sec, et je dis :
- Assieds-toi et sers-t'en pendant que je me chante.
Quand je ressortis de la salle de bains, vingt-cinq minutes plus tard, elle était installée devant le secrétaire. Elle fumait une cigarette en étudiant un carnet où je notais diverses choses et que je rangeais dans une des poches latérales de mon sac de voyage. (...)
- Où as-tu été élevée ? Fouiller comme ça dans mes bagages !
- J'ai été élevée au couvent. Chaque année sans exception j'ai décroché le prix de conduite. J'étais persuadée que les filles qui rajoutaient une cuillerée de sucre dans leur chocolat allaient en enfer pour péché de gourmandise. Avant l'âge de dix-huit ans, je ne savais même pas que les jurons existaient. La première fois que j'en ai entendu un, j'ai failli tourner de l’œil, bon sang.
Elle cracha sur le tapis devant elle, fit basculer sa chaise en arrière, posa ses pieds croisés aux chevilles sur mon lit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Nastasia-BNastasia-B26 janvier 2013
La ville n'était pas jolie. Ses bâtisseurs, pour la plupart, avaient choisi le tape-à-l’œil. Peut-être avec un certain succès au début. Le temps passant, les hauts fourneaux, dont les cheminées de brique se dressaient au sud, devant une montagne morne, avaient tout rendu uniformément crasseux en le recouvrant d'une suie jaunâtre. Le résultat était une ville laide de quarante mille habitants, nichée dans une gorge laide, entre deux montagnes laides entièrement souillées par l'exploitation de la mine. Tendu au-dessus de la ville, un ciel brouillé semblait monter des hauts fourneaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Nastasia-BNastasia-B01 février 2013
C'est très bien pour l'agence d'avoir des règles et d'appliquer des procédures, mais quand tu es en mission sur le terrain, tu dois faire au mieux avec les moyens du bord. Celui qui débarque à Poisonville avec des principes moraux risque de les voir rouiller très vite.
Commenter  J’apprécie          310
Nastasia-BNastasia-B31 janvier 2013
- C'était juste un test... pour voir ce qui allait se passer.
- Alors c'est comme ça que vous travaillez, les détectives, avec vos méthodes modernes ! (...)
- Les plans, parfois, ça fonctionne. Et parfois, il suffit juste de remuer la fange... si on est assez coriace pour survivre, et si on est assez attentif pour repérer ce qu'on cherche quand ça affleure à la surface.
Commenter  J’apprécie          190
Videos de Dashiell Hammett (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dashiell Hammett
Chronique animée par Fabien Delorme, consacrée aux grands noms de la littérature policière, dans le cadre de l'émission La Vie des Livres (Radio Plus - Douvrin). Pour sa septième chronique, le 16 novembre 2016, Fabien aborde l??uvre de Dashiell Hammett. Fabien Delorme est aussi conteur. N'hésitez pas à vous rendre sur son site : http://www.fabiendelorme.fr/ La page Facebook de l'émission La Vie des Livres : https://www.facebook.com/laviedeslivres62/
autres livres classés : prohibitionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1064 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre
. .