AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2710372894
Éditeur : La Table ronde (27/08/2015)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Enfant, le narrateur guettait le départ pour l'usine d'Adan, son père, et venait prendre sa place encore chaude au creux du lit conjugal. Là, sa mère Nahima, conteuse d'exception, lui transmettait des bribes de l'histoire familiale. Il traverse en esprit la Méditerranée pour mettre ses pas dans ceux de ses parents, voués à quitter leur terre natale. Le Pain de l'exil s'ouvre sur l'exécution en place publique du père de Nahima, bandit d'honneur, sous les yeux de la p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Fleitour
  30 août 2016
Très Belle découverte.
Le Pain de l'Exil de Zadig Hamroune, est porté par la grâce des personnages, de trois générations ainsi mises en lumière et racontées avec l'âpreté de la terre. Ce sont deux familles où se frôlent des êtres rudes, entiers, attachés à leur terre natale, restituant la Kabylie des années 50 avant les événements de Sétif en 1954.
Un texte que Albert Camus aurait pu adopter comme l'un des siens.
C'est le livre de Nahima, "le Livre de sa tribut, imprimé à même la peau", "écrit dans cette langue imprégnée de la terre et du sang, une langue archaïque et sacrée, cette langue qui charrie la lumière." p16.
C'est un livre d'une mélancolie farouche, primale, un cri d'espoir de retisser les liens avec le passé de sa mère Nahima et de son père Adan, comme un noeud de chagrin pour cette langue et ce pays perdus, une nostalgie qui vous étreint parfois, une lumière, une place, la mer, Béjaïa.
Comme dans un conte pour enfant, ce sont les récits des mères et des grands mères que le petit Zadig entend, leur musique et leur tonalité vont charpenter ses textes, les cheviller, faisant émerger cinq grandes figures, Ali Ouali le père de Nahima et Stssé sa grand mère, Mohand le frère ainé et Tannirt la soeur d' Adan, Adan le papa et son incroyable destin.
En Normandie après l'exil, les souvenirs qui remontent à la surface, quand Nahima fait à Zadig son câlin du matin, bien calé dans son lit après le départ d'Adan, ce sont les histoires de la grand mère, la mère de la maman de Nahima morte jeune.
Ce sont des récits charnels restitués avec une pudeur de vielle fille ou une pudeur caustique celle qui cache les affections les plus vives.
Le roman se divise en deux parties, le 1er temps, la terre et le sang, commence par l'exécution d' Ali Ouali le père de Nahima, le 2ème temps, la nuit répudiée, engage le mariage de Nahima, Stssé sa grand mère sentant venir sa fin veut la protéger de l'avenir.
Les événements entrecroisent la vie des deux familles celle de d'Adan et celle de Nahima.

La religion est présente mais on l'utilise pour soi on l'aménage à sa façon, les commandements de dieu s'ils vont dans le sens de la grand mère, deviennent des lignes divines et absolues.
Si la religion dérange on trouvera toujours un arrangement avec le ciel quitte à fuir et se faire oublier.
La violence imprègnent certaines pages, ce sont comme des pas qui se sont éteints dans la douleur, Mohand le frère ainé d'Adan, meurt en prison sans avoir avoué ni livré celui qui avait caché des armes dans l'étable de sa famille.
L'écriture, tel un métal grossier, est chauffée à blanc dans la forge de son père Alan, des mots forgés dans la sueur, il a fallu les limer et les patiner pour les insérer dans la montagne de Kabylie, trouver leur place, leur juste dimension restituant le monde de labeur de son père.
Les mots s' écoulent aussi limpides, fluides comme le sang versé de ses ancêtres dans les collines pierreuses, ou suintent de la blessure de l'exil encore mal cicatrisée.
Ce livre est plus qu'un livre de souvenirs, c'est un pain à partager, à donner à lire, un pain nourricier. Cet exil raconté par Zadig Hamroune est le fruit d'une greffe, la culture Kabyle donnant à ce récit dans la langue de Camus une tonalité littéraire poétique, et un authentique plaisir de lecture.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
MaminouG
  23 janvier 2016
La lecture est décidément une véritable belle aventure - oui, je sais, c'est un pléonasme - et chaque livre nous entraîne vers une destination différente. Après la drôlerie, le côté déjanté, les personnages loufoques de J.M. ERRE dans le Mystère Scherlock, le premier roman de Zadig HAMROUNE, le pain de l'exil, m'a plongée dans un tout autre monde.
A la manière d'un conte oriental, poétique, imagé, voire lyrique, l'auteur nous parle de ses origines, l'enfance de ses parents. Ces histoires, c'est sa mère qui les lui racontait quand, à 9 ans, il la rejoignait dans son lit après le départ de son père à l'usine. Elle n'a rien oublié du pays, son pays, qu'elle a quitté par nécessité. Et à son tour Zadig HAMROUNE assure cette transmission à l'image d'un passeur de vie. En transformant l'oralité de sa mère en écrit, il participe à la conservation des coutumes et de la mémoire des siens.
Ce livre est magnifique qui décrit à coup de petites phrases simples, de mots choisis et merveilleusement tricotés, ce pays lointain qu'il ne connaît pas : la Kabylie. La Kabylie d'où sont originaires ses parents qui pourtant ne se rencontreront vraiment qu'après avoir, chacun de son côté, traversé la Méditerranée. La réalité se mélange aux rêves, le plaisir (beauté des paysages) se mêle au malheur (les massacres de Sétif sont abordés), les épreuves s'enchevêtrent avec les réussites.
C'est lent, lancinant parfois, mais aussi beau qu'un chant berbère. Une très belle réussite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
FleitourFleitour   22 septembre 2016
Une figue rebondit sur son épaule et tomba au sol.
Il la ramassa, la rinça, l'ouvrit en deux, délicatement, et observa le fruit.
La pulpe avait la couleur intense des soirs d'été,
quand le soleil se couche sur la mer,
la couleur de son dernier soupir avant de se noyer dans le sommeil liquide.
p42
Commenter  J’apprécie          100
FleitourFleitour   31 août 2016
Des hommes à pied, savamment enturbannés, à la bedaine flasque, humaient l'air, flanqués de femmes chamarrées comme des pouliches de fête.
p95
Commenter  J’apprécie          80
FleitourFleitour   30 août 2016
J'ai pour lest une figue, pour voile le tissu de mes sensations, pour mousse le petit garçon que je fus.
P18
Commenter  J’apprécie          50
Lire un extrait
autres livres classés : exilVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

QUIZ FINAL - Défi Babelio Junior 2018-2019

Les enquêtes d’Alfred et Agatha : l’affaire des oiseaux Quel est le véritable nom de Snouty ?

Nathanaëlle Mireille Miller
Samantha Eléanor Fox Christie
Victoria Scarlett Jones Bohermer

30 questions
20 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre