AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782505014409
208 pages
Kana (27/04/2012)
3.45/5   93 notes
Résumé :
Hideo Suzuki, 35 ans, est un assistant de mangaka en manque de succès. Sa petite amie, Tetsuko, ne cesse de parler de son ex, un talentueux mangaka très en vue. Hideo est un homme craintif et souffre d'hallucinations: il parle avec un ami imaginaire... Cet homme est ce qu'on appelle un loser ! Tellement absorbé par sa médiocre vie, il ne remarque pas qu'il se passe des choses suspectes autour de lui... Tokyo va soudainement sombrer dans le chaos et être envahi d'hum... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
3,45

sur 93 notes

lonesloane
  10 mai 2012
Hideo Suzuki a 35 ans, après avoir passé de nombreuses années à vivre dans l'espoir de devenir un mangaka de renom, il ne peu que constater qu'il est plutôt loin d'y être parvenu, de projet foireux aux thématiques pas forcément porteuses, il vivote péniblement avec un poste d'assistant auprès d'un auteur à succès. Que dire de sa vie sentimentale, chaotique à souhait, un amour qui n'a pas vraiment de sens au final. Tokyo, la ville de tous les vices, de toutes les folies, semble engloutir irrémédiablement le pauvre Hideo. Pour couronner le tout, ce dernier souffre d'une anxiété maladive qui le pousse à avoir un comportement qui parfois laisse perplexe son entourage proche.
C'est englué dans cette drôle de vie qu'Hideo va être le témoin privilégié de l'impensable, de la catastrophe ultime que même les séries B les plus éclairées n'ont pas su prédire. Petit à petit, la population est touchée par une sorte de virus mortel qui transforme au passage les gens en des sortes de morts-vivants ultras-violents ayant pour seul objectif de se sustenter de la chaire des survivants… Tout un programme…
Le pauvre Hideo n'a d'autre solution que de subire de plein fouet cette apocalypse naissante et sans doute de devoir trouver rapidement les ressources qui lui permettront de surmonter le désastre… « I am a hero !! » Quelque chose de bien compliqué à appréhender lorsqu'on a passé sa vie dans l'ombre des autres, lorsque la moindre petite étincelle vous fait sursauter et vivre un cauchemar. C'est au plus profond de lui qu'Hideo va trouver les ressources nécessaires et se prendre ne main, affronter l'indicible. Armé d'une bonne dose de courage, mais aussi de son fusil de chasse, il va quitter Tokyo et chercher à prendre un train qui l'emmènera vers un nul part qui souhaitons le pour lui, sera moins sanguinaire et destructeur.
Je suis loin d'être spécialiste du genre, mais lorsque j'ai eu ce manga entre les mains, je me suis rapidement rendu compte que je tenais là un de ces perle dont il est vraiment dommage de passer à côté. Après un premier tome au rythme très particulier, (le lecteur se rendra compte que le monde bascule dans l'horreur, mais notre héros ne semble pas le remarquer le moins du monde) qui peu sembler lent pour certain, on plonge tête la première dans un monde atroce ou même la notion de survie semble désuète dès les premières pages du tome 2.
Kengo Hanazawa nous offre là un petit bijoux au graphisme super précis et réaliste qui a coup sur saura vous immerger dans un univers complètement déjanté et surréaliste. Que dire desdialogues qui eux aussi emmènent le lecteur loin, très loin dans des univers qui peuvent parfois nous sembler oniriques.
Bref, c'est une belle surprise que de découvrir ce « I am a Hero », une série qui devrait se boucler en un dizaine de tome pour la France, les tomes 1 & 2 sont dors et déjà disponibles dans toutes les bonnes crèmeries, le tome 3 est annoncé pour Juin et le tome 4 pour Août prochain, inutile de vous dire que j'attends avec fébrilité les prochaine sorties françaises de ce voyage enivrant aux confins de l'horreur, à suivre donc…

Lien : http://testivore.com/i-am-a-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
RosenDero
  16 avril 2017
Hideo Suzuki est jeune homme - plus tout à fait jeune, à vrai dire - employé dans une boite de création de mangas. Plutôt banal mais assez perturbé, il fait face à ses peurs en se répétant, comme un mantra, "I am a hero". Mais lorsque la réalité dépasse la fiction, comment être un héros ?
---
Entre le personnage principal au psychisme perturbé, le ton faussement naïf, le climat malsain instauré petit à petit et l'environnement qui vire apocalyptique, je n'ai pas pu lâcher ce bouquin. Les dernières doubles pages sont... non je n'en dirai pas plus. La 4e de couverture précise "pour public averti" et croyez-moi, ce n'est pas dû à la récurrence du mot "chatte" ou la présence d'un fusil qui ne servira d'ailleurs même pas dans ce tome... glauque, malsain, dérangeant et foutrement addictif, vivement la suite (et essayez de ne pas faire de cauchemars après ça...).
Commenter  J’apprécie          142
Natacha851
  19 février 2015
OLNI = Objet à Lire Non Identifié.
Étrange ce manga de zombies qui ne traite de ces créatures que de manière secondaire, en toile de fond ou plutôt même en fond sonore.
Au journal télévisé, il parle de plus en plus de cas où une personne en a mordu une autre mais c'est traité comme de faits divers.
Vite entendu, Vite oublié.
Finalement, l'auteur a choisi de centraliser l'histoire sur son personnage principal.
Hideo est un peu difficile d'accès au premier abord. Disons qu'il faut suivre le fil de ses névroses et rentrer petit à petit dans son monde intérieur. Une fois passé cette frontière, il devient un personnage très attachant et intéressant à suivre.
La forme n'est pas en reste en matière d'étrangeté.
Les expressions faciales m'ont surprise au départ car sont en décalage par rapport à ce que j'ai l'habitude de voir dans les mangas.
Mais finalement, c'est parce qu'elles sont très réalistes.
Il y a vraiment un gros travail notamment sur les mimiques que l'on peut faire sans y penser.
Cela donne encore plus d'épaisseur aux personnages en les rendant très expressifs, surtout Hideo.
Je ne peux pas dire que j'ai aimé ou pas.
Ce manga a été une telle surprise que je n'ai pas pu me faire une opinion.
Je peux juste dire que je suis curieuse de lire le deuxième...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Archessia
  14 mai 2012
Hideo est assistant de mangaka et a une imagination débordante.
Ce qui pourrait être une grande qualité le fait pourtant souffrir, car il imagine toujours le pire et le plus effrayant. Quand il rentre chez lui très tard après une journée de travail harassant, il s'imagine mille et un monstres et esprits l'entourant, et est alors assaillis de TOC visant à le protéger de toute intrusion maléfique.
A part ça, il a sa copine, ancienne assistante de mangaka également. Mais il est jaloux du fait qu'elle ai gardé des contacts avec son ex, devenu, lui, un très grand mangaka célèbre.
Il s'intéresse à beaucoup de choses à a des théorie sur tout. Il adore les omelettes et les concombres, ne supporte pas les tomates, il a un punching-ball à l'effigie du plus énervant de ses collègues, il est assez solitaire en général, n'aime pas les présentatrices à la télévision et les gens commencent à se mordre dehors. Mais ça, il ne l'a pas vraiment remarqué.

Je ne sais même pas pourquoi je me lance dans l'écriture de cette chronique, puisqu'il est tout simplement impossible de décrire avec exactitude l'ambiance et l'histoire de ce manga.
Je n'avais aucune idée de ce que j'allais lire. Un ami m'a tendu les deux premiers tomes en me disant qu'il fallait absolument que je les lise, et quand je lui ai demandé de quoi ça parlait, il m'a répondu avec un clin d'oeil et un "Tu verras". Connaissant mon ami qui adore se laisser aller aux bavardages, c'était assez étonnant pour titiller ma curiosité.
Voilà que je ferme à l'instant ce premier tome, un peu pantelante et la nuque encore humide de sueurs froides.

Ce que j'ai directement beaucoup aimé, ce sont les graphismes. Extrêmement réalistes et très fluides, ils accrochent le regard et captivent le lecteur.
Ce qui m'a accroché au récit et a rendu la moindre pause dans ma lecture impossible, c'est la narration.
Hideo est le seul narrateur, mais disons que c'est principalement son corps, ses actions qui parlent pour lui. Il n'y a pas énormément de dialogues, et beaucoup des pensées de notre héros transparaissent dans ses expressions faciales ou son langage corporel.
Ça rend le récit vivant et très crédible. Il y a par exemple de longues scènes où il est simplement chez lui, en train de monologuer ou de vivre son petit train-train bien particulier. Et bien, à aucun moment on ne trouve l'occasion de s'ennuyer. Il y a un attrait indéniable qui se dégage de ces pages, et on se sent happé par ce personnage pas très charismatique ni pas très intéressant.
On le suit facilement car on sait qu'il y a plus que ce que l'on nous montre au début. Et au fil des pages, le mangaka nous offre un indice par-ci, un clin d'oeil par-là.
Il faut être attentif aux détails, et si c'est le cas, on sent quelque chose d'énorme arriver. Quelque chose d'absolument terrifiant.

Cette angoisse savamment distillée est une grande force de ce tome, car à première vue, RIEN ne nous y prépare. Et c'est ça qui est tout simplement brillant.
On a une lecture tranquille, un récit contemporain mi-drôle, mi-dramatique, et de temps en temps, on a frisson. Quelque chose ne va pas. Puis ça passe, et on n'y fait plus attention. Jusqu'à ce que ça devienne de plus en plus gros et qu'on ne sache pas faire autrement que d'y faire face.
C'est là qu'interviennent les 5 dernières pages, qui m'ont réellement données des sueurs de terreur.

Ce premier tome est une grosse introduction, car c'est à la fin de celui-ci que se déclenche l'histoire, à proprement parler, que l'on va suivre et que va vivre Hideo.
J'en tremble d'excitation à l'idée de lire le deuxième volume. Tout ceci s'annonce délicieusement abominable.
Les deux premiers tomes sont sortis chez nous le 27 avril 2012, le troisième est attendu pour le 01 juin 2012, et la série est actuellement en cours au Japon avec 8 tomes.
Lien : http://archessia.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
PostTenebrasLire
  11 novembre 2014
Hideo Suzuki a 35 ans. Il est mangaka. Il mène une vie qu'il trouve lui même médiocre.
Je le cite :
> Je me fiche de ne pas être un héros ! Mais je veux au moins être le
> personnage principal de ma vie.
Il a des Tocs. Il a au moins un ami imaginaire. Il a des peurs.
Ses amis/collègues mangakas vivent eux aussi dans une misère relationnelle angoissante.
On peut découvrir le travail de mangaka (enfin assistant) : dur, aux délais courts, aux coups de bourre nocturnes, mal payés, mal considéré.
L'auteur en profite pour donner quelques coups de canifs au milieu du manga impitoyable pour ses ouvriers de l'ombre.
Commenter  J’apprécie          90


critiques presse (6)
Telerama   27 juin 2012
Variation nippone sur le thème très en vogue des zombies et clin d'oeil à Je suis une ­légende, le classique SF de Richard Matheson, cette série, qui plonge un ­parfait antihéros dans l'horreur, le suspense et l'humour absurde, se déguste crue et sans aucune modération.
Lire la critique sur le site : Telerama
ActuaBD   27 juin 2012
Le fil conducteur se met bien en place. Rapidement, le suspense est présent, on est agréablement surpris.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BullesEtOnomatopees   21 mai 2012
Sans préjuger de ce que donnera la suite du récit, désormais bien installé, cette entrée en matière est assez exceptionnelle par sa lenteur et la perte de repères qu’elle entraîne
Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
Du9   07 mai 2012
Inventif, ambitieux, I am a Hero surgit comme un incroyable mélange de fraicheur et d’exigence dans la plaine convenues et ennuyeuse des seinen récents.
Lire la critique sur le site : Du9
Sceneario   23 avril 2012
L’histoire de Hideo Suzuki débute pourtant très doucement. Rien, au départ, ne laisse à penser que le récit va, à un moment ou à un autre, basculer dans l’horreur.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BoDoi   23 avril 2012
Le surprenant et intrigant démarrage de I am a hero laisse le lecteur à la fois estomaqué et enthousiaste.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
EnkiEnki   31 octobre 2014
« Les manga désignent par définition, des images satiriques qui croquent les travers de la société, et se sont toujours situés dans un moment précis d’une certaine époque. Il faut les considérer comme un élément de la contre-culture, et je trouve un peu simpliste de ne retenir comme chef d’œuvre que ceux qui sont les plus lus pendant une longue période. Je n’aime pas cette expression, mais je me demande si l’essence du manga n’est pas d’être jetable. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
EnkiEnki   01 novembre 2014
« Je me demande … si la vraie rock attitude ne consiste pas à ne pas écouter du tout de musique. Parce que si le rock est l’expression du non conformisme qui ne flatte pas bassement la société… le fait même d’écouter de la musique revient à aduler la société, et ça c’est contraire à l’esprit du rock. »
Commenter  J’apprécie          240
EnkiEnki   31 octobre 2014
« Bien sûr, si l’on remonte aux origines des mangas, on trouve les comics américains, mais quand on voit avec quelle originalité le genre s’est développé… Existe-t-il en dehors du manga une pratique qui ait à ce point surpassé la culture dont elle est issue ? »
Commenter  J’apprécie          156
DarkHawkDarkHawk   21 mars 2013
Ce crétin de Mitami qui raconte des histoires effrayantes à propos du chemin que j'emprunte pour rentrer...
J'ai tellement la trouille que je me sens obligé de parler...
Dans ces conditions, il faut que je chante la "comptine des chattes" si je veux surmonter cette épreuve...
C'est parti !
Cha...
Cha...
Cha...
Une...
Une petite cramouille toute plissée...
Deux...
Où sont les deux minous hermaphrodites ?
Trois...
Regarde, regarde les trois foufounes !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
metymety   19 janvier 2013
"Qu'est ce que tu fais ?
- Un carré magique. Pour moi les mangas d'Isami Nakawaga appartiennent à un univers situé aux antipodes de la peur.
- Whouaou quelle interprétation personnelle !
- Les manuels scolaires aussi sont efficace, ils sont sérieux, ont un je-ne-sais-quoi d'humour, et sont inorganiques, ça aussi c'est très éloigné du monde de la peur. Et puis il y a les albums de fin d'études, ceux du collège et du lycée ne conviennent pas, mais dans celui de l'école primaire, on trouve du rêve et de l'espoir. C'est pourquoi je peux compter dessus. Je n'ai qu'à les disposer... A distance égale les uns des autres, et c'est fait. Puis il me reste ma dernière carte. (sort un fusil).
Je ne pose pas mon doigts sur la détente.
Oui. ça va. ça va aller. Je vais m'en sortir. I am a Hero."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Kengo Hanazawa (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kengo Hanazawa
0:00 Intro 1:03 Sommaire 1:22 Captain Tsubasa Next Dream 2:10 Les gouttes de dieu Live 3:45 Manga d'HANAZAWA Kengo 4:33 House of Brutes 5:17 Golgo Camp 5:52 Sondage 6:44 Conclusion
Comme chaque semaine, voici l'Hebdo Manga News. Pensez également au sondage !
La Bande Animée : https://labandeanimee.fr/ https://www.youtube.com/channel/UCIUDG8qPmRfXNXT5W0JO2zg/?sub_confirmation=1
Manga-News : https://www.manga-news.com/ https://www.youtube.com/channel/¤££¤21PmRfXNXT7Captain Tsubasa Next Dream19¤££¤6rmAqHIg/?sub_confirmation=1
#manga #anime #actu #news
autres livres classés : zombiesVoir plus
Notre sélection Manga Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
826 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre