AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Essai sur le Lieu Tranquille (8)

nadejda
nadejda   02 août 2014
Ce n’est que ce matin-là, quand je pénétrai dans les toilettes du temple de Nara, que je me sentis chez moi au Japon ; que j’arrivai vraiment sur l’île ; que le pays, tout entier, m’accueillit. Tanizaki, dans son éloge des toilettes du temple japonais, insiste sur les murs de bois aux fines veinures et, surtout, sur leur porte coulissante, dont le treillage de bois, tendu de papier clair et perméable à l’air, ne laisse filtrer du dehors qu’un reflet amorti : je mentirais, si je disais que j’ai maintenant sous les yeux tous ces détails. Je sais seulement qu’il y régnait ce demi-jour qu’évoque Tanizaki et que c’est lui qui, sur-le-champ, m’enveloppant de la plus délicate et de la plus matérielle des façons, m’accueillit, me rendit par ses sortilèges, après toutes les semaines d’errance, à l’existence, à la vie, au séjour ici-bas.
Commenter  J’apprécie          160
nadejda
nadejda   02 août 2014
Et pourquoi faut-il que je repense maintenant à cette anecdote villageoise que m’avait racontée ma mère, à cet enfant qui apportait au curé du village un plein panier de belles poires luisantes en lui faisant observer : « Monsieur le curé, mes parents vous font l’hommage de ces poires qui ont poussé dans l’arbre de la cabane des chiottes ! » ?
Commenter  J’apprécie          130
nadejda
nadejda   02 août 2014
L’air était presque chaud, un temps encore, après tout c’était l’été. Sauf que les nuits d’été, en ce temps-là du moins, ne tardaient généralement pas à fraîchir ; une nuit parfaitement tiède : dans ma mémoire, une grande rareté, quelque chose de tout à fait exceptionnel — alors pour rien au monde on ne serait rentré chez soi, on préférait rester assis dehors, ensemble, oui, avec les autres, en silence, même les quelques paroles échangées ici et les bruits de la nature là-bas se confondant au silence, et même si aucun parfum de chèvrefeuille ne s’exhalait dans ces nuits-là, rien que le vent léger de la nuit, celui-ci était aussi précieux que le chèvrefeuille des États-du-Sud-et-du-Mississippi dans les livres de William Faulkner.
Commenter  J’apprécie          60
hupomnemata
hupomnemata   21 avril 2014
Il était plus singulier encore que, sans même qu'on en eût le projet ou seulement l'intention, on pût créer de soi-même les lieux tranquilles, au cas par cas, au milieu d'un tumulte (justement dans le tumulte), au milieu de ce babil qui pouvait se révéler incomparablement plus mortifère encore. Il suffisait, pour que s'érige l'un de ces lieux protecteurs, qu'on lise, pendant tel et tel cours magistral, les textes, grands et moins grands, de la littérature, oui, de la littérature. Il arrivait du reste que cela se produisît non pas par la lecture, mais par la pure réminiscence de celle-ci, même au restaurant universitaire, qui, surpeuplé jusqu'aux heures du soir, était souvent le seul séjour qui me fût accessible.
Commenter  J’apprécie          51
hupomnemata
hupomnemata   21 avril 2014
Je me trouvais voici quelques semaines à Casacais, au Portugal, au bord de l'Océan, assis sur le banc d'un parc, au bord d'un chemin qui conduisait au toilettes publiques, pour les besoins de mon étude, si l'on veut, mais surtout pour m'imprégner du lieu et de ses environs. Peu à peu, et ma contemplation n'y était sans doute pas étrangère, les quelques passants qui allaient et venaient formèrent un cortège, l'une de ces processions comme je n'en avais plus vu depuis longtemps dans les rues et ailleurs, et qui m'avaient douloureusement manqué. Car j'ai besoin, moi, en tant que tel et tel, ou tel que je suis simplement, de ce cortège, de cette procession d'êtres humains, et si maintenant, écrivant ces mots, il me vient à l'esprit qu'il n'y a qu'à l'église, peut-être, que j'ai vu un cortège comparable, quand le peuple des fidèles, pendant la sainte messe, va communier, recevoir le corps du Seigneur, et revient, chacun sur son banc ou je ne sais où, n'y voyez pas un blasphème.
Commenter  J’apprécie          31
deuxquatredeux
deuxquatredeux   14 septembre 2014
Ce qu'il m'est arrivé de me demander parfois en secret, tandis que j'écrivais ces lignes, je me le demande maintenant par écrit : si je n'ai cessé tout au long de ma vie, aux quatre coins du monde en somme, de fréquenter, sans nécessité particulière, les Lieux Tranquilles, n'est-ce pas l'expression, sinon d'une fuite de la société, du moins d'un dégoût de celle-ci, d'une répugnance envers toute vie en société? Si, parmi mes semblables, je me levais soudain sans un mot et m'éloignais, le plus loin possible, bien au-delà des neuf-fois-trente-neuf marche, n'était-ce pas là une attitude asociale - antisociale? Si, c'était et c'est le cas, parfois incontestablement. Mais en règle générale ce n'était vrai là encore que dans les premiers instants. Dès le passage vers le Lieu Tranquille - avec des détours, tant qu'à faire, et en même temps : "Droit vers lui!" -, il pouvait en être autrement; l'univocité pouvait se transformer en plurivoricité. Et il est vrai cependant que le verrouillage de la porte des toilettes s'accompagnait d'un grand soupir de soulagement : "Enfin seul!"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
deuxquatredeux
deuxquatredeux   14 septembre 2014
Quoi qu'il en soit : depuis ce matin-là, dans les toilettes du jardin du temple de Nara - il y a plus de vingt ans désormais -, le Lieu Tranquille, au-delà de lui-même et de son emplacement, m'accompagne comme idée. En d'autres termes : il est devenu un pro-jet,ou, retraduit en grec ancien, un problème, attirant - dans sa première acception, une "péninsule", quelque chose à contourner, un cap à passer, et, dans ce cas précis, le bateau, ou la barque, ou la nacelle, est le langage, celui du récit qui esquisse ou circonscrit.
Commenter  J’apprécie          10
deuxquatredeux
deuxquatredeux   14 septembre 2014
Et je m'aperçois qu'à présent, longtemps après coup, que j'ai oublié de raconter ce qui fut la raison principale, la plus puissante, qui m'a poussé à écrire cet Essai sur le Lieu Tranquille : ces transitions, inopinées, du mutisme, des instants où j'étais frappé de mutisme, au retour de la parole et du langage - sans cesse vécus, et avec toujours plus de force dans le cours de ma vie, au moment où je refermais et verrouillais derrière moi la porte en question, seul avec le lieu et sa géométrie, loin des autres.
Commenter  J’apprécie          00


    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Quiz: l'Allemagne et la Littérature

    Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

    Hoffmann
    Gordon
    Grimm
    Marx

    10 questions
    253 lecteurs ont répondu
    Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre