AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2092541560
Éditeur : Nathan (16/10/2014)

Note moyenne : 3.28/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Où l'on retrouve la ville fantomatique de Salencres-sur-Mer (toujours sans mer en vue).
Où l'on retrouve le jeune Lemony Snicket, flanqué de son mentor S. Theodora Markson (toujours uassi échevelée, au propre comme au figuré).
Tous deux sont appelés à enquêter sur une disparition inquiétante : celle de Cleo Knight, seize ans, unique héritière de la firme Ink Inc. Theodora conclut à une fugue, mais son apprenti a des doutes...

Mais au fa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Laviniaa
  07 janvier 2015
Lemony Snicket et Theodora S. Markson sont appelés à enquêter sur la disparition de Cleo Knight, l'héritière de l'entreprise d'encre de Salencres-sur-Mer. Différentes pistes semblent se contredire mutuellement et Lemony devra compter sur ses nouveaux compères pour résoudre ce nouveau mystère..

Tout d'abord j'espère que vous avez bien profité des vacances. Je vous souhaite tout le bonheur du monde pour 2015, toussa toussa. J'ai profité des fêtes et d'un voyage en Alsace pour faire une petite pause lecture/écriture (pas totalement hein, j'ai lu un minimum sinon j'arrête de respirer) et mieux repartir pour cette nouvelle année qui commence.
Bref, retournons au sujet principal: Lemony Snickett et le deuxième tome de sa nouvelle saga, Les fausses bonnes questions. Mes réflexions d'aujourd'hui à son propos ressembleront pas mal à celles écrites à propos du premier tome car mon ressenti final est le même.. Plutôt positif, ce qui est étonnant car je crois être une des seules à vraiment apprécier cet univers!
Il faut avouer que les choses restent floues et hyper mystérieuses, on en apprend peu sur le monde en général, sur notre héros, son éducation bizarre ou encore sur l'organisation étrange pour laquelle il travaille. On retrouve certains personnages et on en découvre de nouveaux, tous toujours plus insolites les uns que les autres, très attachants également.
Le mystère du tome concerne la disparition d'une jeune fille, Cleo Knight , la fille des héritiers de l'ancienne entreprise d'encre de la ville. Les indices partent dans des directions très différentes et on ne sait très vite plus sur quel pied danser. On repart à la découverte de Salencres-sur-Mer et on en apprend un peu plus sur son Histoire et ses habitants importants, c'est d'ailleurs bien la seule chose qui s'éclaircit car malgré cette enquête, tout reste relativement calme et je ne dirai pas qu'on est dans des retournements haletants ou dans un suspense de dingue. On avance petit à petit et on se laisse bercer par les pérégrinations de notre héros, ses divagations soudaines, ses états d'âme à propos de sa soeur.. On est ballottés d'une pensée à l'autre et il est parfois difficile de s'y retrouver.
Je sais que tout ça pourrait croire que mon sentiment vis-à-vis de ce roman est hyper négatif.. mais pas du tout! Je sais que beaucoup de lecteurs ont énormément de mal avec cette lenteur, ce flou constant, etc etc. Moi je trouve ça délicieusement british! Il y a aussi ce surréalisme constant et cet esprit caustique que j'adore, j'ai été conquise dès le début et mon impression reste la même après ce deuxième tome. Ca ne plaira pas à tout le monde et je comprends, c'est très particulier comme ambiance et comme format. Je mentirais si je disais que je ne suis pas impatiente d'en savoir plus sur tout ça.. Mais pour ça, vivement la suite donc!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Ewylyn
  14 janvier 2016
Je suis très ravie d'avoir pu lire la suite, je sais que cette série est critiquée, mais personnellement, elle compte parmi mes préférées. J'adore l'ambiance, les personnages, ce côté atypique et décalé, cette série a du charme, une écriture recherchée, un style à part entière. Et ce second tome n'échappe pas à la règle, même si le premier restera au-dessus, pour l'aspect découverte.
Quand on commence cette aventure, il vaut mieux être concentré sur la lecture, le style de l'auteur peut paraître simple, mais en réalité, il est très fouillé. Il y a des jeux sur les mots, un aspect très ergoteur, de bonnes idées avec cette écriture recherchée, j'applaudis le travail de la traductrice pour retranscrire ces jeux. En tout cas, c'est agréable à lire, prenant, les pensées de Lemony sont claires et obscures, il reste des petites zones secrètes à comprendre autour de cet enfant. Néanmoins, c'est un plaisir d'avoir devant nous un héros curieux, vif d'esprit, intelligent, courageux, quoique parfois inconscient du danger. C'est un personnage plaisant à découvrir et à suivre.
Ce qui me plaît, c'est l'univers. J'ai l'impression avec le phrasé, les dessins ou l'ambiance que nous sommes au coeur des années 30 – 50. Pourtant, on se voit entouré d'objets plus contemporains, montrant ainsi que Salencres-sur-Mer vit entre deux âges. J'ai adoré en apprendre plus sur cette ville mystérieuse et sympathique. le fait qu'elle est perdue sa gloire d'autrefois, la tentative de Cleo Knight de trouver de l'encre invisible pour redorer le blason. L'univers c'est en premier lieu les illustrations, la couverture comme la quatrième de couverture et leurs intérieurs sont soignés, c'est un très bel objet. Les illustrations se poursuivent en début de chaque chapitre et sur quelques dessins en pleine page. le style est très graphique, la couleur dominante est le violet, c'est très sympathique à voir et l'on se rend compte de l'ambiance atypique que possède cette série. Cette ville a une forte identité et c'est intéressant de lire ces affaires policières.
L'intrigue policière est peut-être moins captivante que dans le premier, car une fois que l'on comprend la stratégie des fausses bonnes questions, on se doute des rebondissements futurs. Toutefois, il y a des événements que je n'avais pas prévu, notamment autour de Hangfire, qui reste un antagoniste de qualité, inquiétant et fascinant. J'ai apprécié ces nouvelles découvertes à son sujet et toutes ces révélations finales me rendent encore plus curieuse au sujet du troisième tome. L'enquête autour disparition de Cleo fut passionnante à lire, on retrouve des personnages connus au premier tome et l'on en découvre des nouveaux.
Les enfants sont mis à l'honneur, ces adolescents sont plus pertinents et curieux que les adultes ; cela se voit très bien avec Moxie ou Lemony. le père de la première se contente de vaquer à ses occupations, le journalisme ne le passionne pas vraiment, contrairement à Moxie, éveillée et déterminée à user de sa machine à écrire pour poursuivre le journal. le mentor de Lemony, Theodora Markson, a toujours son inimitable répartie et sa profonde capacité à partir sur les mauvaises pistes, mais si elle ne le faisait pas, notre héros ne découvrirait pas la vérité. Ces ados parlent souvent avec un ton adulte, dans d'autres cas, ça aurait pu être peu crédible, mais dans cette série, cela ne me choque pas. J'ai eu le même constat avec Les enfants de Timpelbach, il y a cette forme d'ironie vis-à-vis des adultes qui sont censés, parce qu'ils sont adultes, être des puits de science et sagesse. Ce qui est faux, certains enfants ou ados ont plus de jugeote que certains adultes et cette série le prouve parfaitement. J'ai adoré retrouver les deux enfants chauffeurs de taxi, ils sont toujours aussi drôles, le bibliothécaire Qwerty est une belle référence aux claviers d'ordinateurs anglais (chez nous, c'est Azerty, si, regardez votre clavier). Bref, ces protagonistes colorés et spéciaux rendent la lecture géniale.
En conclusion, en dépit des mauvais avis (ou avis mitigés) qui pleuvent sur cette série, je la défends prestement, car elle a potentiel imposant. Déjà l'ambiance, détective privé, dans cette ville perdue et fantôme, où les enfants s'expriment avec un phrasé particulier, les illustrations minimalistes de type années 30 – 50, avec une grande pointe de modernité, un décalage assumé et bien écrit. Je pourrais passer des heures à revendiquer l'originalité et la singularité des personnages, de l'expression et de style, de l'univers ou de la manière dont se décompose les enquêtes. C'est sincèrement intelligent de poser de fausses bonnes questions. C'est vrai, quand quelqu'un disparaît, la première question c'est « Quand l'avez-vous vu pour la dernière fois ? », dans ce cas, ce n'est pas la bonne question à se poser, et fort heureusement, Lemony Snicket est là.
Lien : http://la-citadelle-des-livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ninon16
  23 juin 2015
j'avais lu le premier tome il n'y a pas très longtemps et j'avais été déçue : j'avais rarement lu un livre aussi étrange, dont le style et les personnages m'horripilaient, peut-être bien trop jeunesse pour moi. J'ai quand même lu ce deuxième tome, en partie parce que j'avais envie d'avoir des réponses à mes questions, et des bonnes cette fois.
Cette fois, la façon qu'avait Lemony de poser des questions m'a moins agacée, elles m'ont paru plus réalistes et servir à faire progresser l'enquête. Parfois, le narrateur annonçait l'erreur que le personnage faisait mais dont il ne se rendrait compte que bien plus tard. Cependant, tout me paraissait bien fait et je ne vois pas quelles erreurs ont été faites, d'autant plus que le roman se termine plutôt bien. J'avoue être curieuse de lire le tome 3, peut-être qu'on saura enfin ce qui est arrivée à la soeur du héros, qui est Hangfire etc.
Par contre ce qui m'a agacée encore plus que dans le premier tome, c'est l'humour de l'auteur, soit encore plus accentué, soit c'est moi qui suis encore plus excédée par tout ce comique de répétition et clichés du sale gosse, Stew Mitchum, par exemple. Durant ma lecture, je levais donc fréquemment les yeux au ciel, geste accompagné de petits commentaires ! Peut-être que les enfants trouvent ça drôle, je n'en sais rien, mais ça n'a pas été mon cas.
Cette fois, Lemony nous montre enfin son potentiel de détective ! Certaines déductions, même si elles n'égalent pas celles de Sherlock Holmes évidemment, sont bien trouvée et on a enfin une idée du potentiel de ce personnage. Pour le moment je ne me suis pas attachée à lui ni aux autres personnages, mais peut-être cela viendra-t-il...
L'action est bien plus prenante ici que dans le tome 1, surtout à la clinique. Par contre, on ressort de cette lecture avec encore plus de questions qu'au départ ! J'espère vraiment qu'elles seront élucidées dans le tome 3, elles m'intriguent. J'ai trouvé ce roman-ci plus intéréssant également parce que ce qui se passe dans la clinique se réfère à des choses graves, donnant ainsi à ce roman un côté moins léger qu'il ne le laissait paraître avant. J'aime beaucoup l'objet-livre en lui même : que ce soit la couverture en une matière inhabituelle pour un livre, les rabats intérieurs avec des pieuvres violettes ou les illustrations, tout ça m'a beaucoup plus.
Pas grand chose à ajouter à propos du style d'écriture de l'auteur, puisque ce que j'ai à dire concerne surtout son humour. Une plume très jeunesse, ce roman se lit vraiment très vite.
Un tome un peu meilleur que le premier, bien que je lui mette la note car à l'inverse l'humour s'est "aggravé", je trouve. Plus qu'a voir ce que va donner le tome 3 !
Lien : http://livresdecoeur.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
espritlivres
  11 octobre 2014
Lemony et Théodora sont appelés à enquêter sur une disparition inquiétante : celle de Cleo Knight, seize ans, unique héritière de la firme Ink Inc. Théodora conclut à une fugue, mais son apprenti a des doutes…
Original et imaginatif, ce roman, au style vif et enlevé, se lit sourire au lèvres. Lemony Snicket démontre, une nouvelle fois, combien est grand son talent de conteur et son imagination débordante. Cette deuxième aventure nous entraîne dans un univers peuplé de personnages hauts en couleur, tous plus attachants les uns que les autres. La bonté, le courage et la détermination du narrateur le rendent d'emblée sympathique. L'enchaînement du récit, parfaitement maîtrisé par l'auteur, capte l'attention du lecteur, qui trouvera sans peine certaines analogies avec des situations qui lui sont familières.
Les illustrations que l'on doit à Rose-Marie Vassalo s'intègrent aisément dans cet univers pour le moins «décalé».
Mystère, fantaisie et humour sont les ingrédients de ce livre réussi qui séduira les lecteurs dès 12 ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Aveline
  16 septembre 2014
Ce roman commence déjà d'une manière qui m'agace par une triple répétition.
Ce genre de procédé?
Selon les personnes, ça passe ou ça casse. Soit vous prenez le récit et la manière de raconter au second degré et la légèreté de l'histoire vous embarquera dans un voyage distrayant. Soit vous aurez envie d'abandonner tellement la redondance vous semblera lourde.
Ou alors, vous attendez quelques chapitres et vous réussissez à faire abstraction de ces disques rayés, au risque de passer quelques morceaux de phrases.
Comme vous vous en doutez, c'est ce que j'ai fait. Je ne savais pas qu'il y avait un tome 1 et même si j'ai été gênée à de nombreuses reprises, j'ai toutefois pu suivre la trame sans problème.
Le héros, Lemony est un apprenti détective plus dégourdi que sa chef, Théodora. Une disparition, celle de Cléo Knight, affecte la ville mais il est le seul à véritablement enquêter alors que Théodora et la police pensent que Cléo a fugué pour rejoindre un cirque.
Raconté sur le ton des polars des années 50 qui n'est pas sans rappeler Sin City ou Blacksad, nous avons une galerie de personnages assez caricaturaux et nous intrigue sous-jacente à la saga en la personne de Hangfire, le gros méchant suprême, ennemi juré de Lemony.
Le ton est donné.
Comme je l'ai dit, on aime ou on n'aime pas.
J'ai réellement tenté de faire abstraction des points noirs soulevés précédemment mais même si l'histoire de ce tome était intéressante, je n'ai tout de même pas accroché avec le style de l'auteur.
En même temps, j'avais déjà eu un problème similaire avec son autre saga, Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire donc j'admets la triste vérité: cet auteur n'est pas pour moi.Dommage, en film, ce genre passe très bien et je ne parle pas de la prestation de Jim Carrey.
Malgré ça, ce roman plaira aux jeunes et aux adolescents et a du potentiel au niveau de sa trame conductrice.
Lien : http://lesentierdesmots.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
wentworth23wentworth23   12 octobre 2014
C'est l'histoire d'une ville, c'est l'histoire d'une statuette, c'est l'histoire d'un enlèvement. Je séjournais dans la ville, j'enquêtais sur l'enlèvement, j'étais persuadé que la statuette avait disparu à jamais. J'avais pas loin de treize ans et j'avais faux. Faux sur toute la ligne. J'aurais dû me demander : «Comment quelqu'un qui a disparu peut-il se trouver en deux lieux en même temps ?» Au lieu de quoi, je me suis posé la mauvaise question - quatre mauvaises questions au bas mot. Ce qui suit est le rapport détaillé de la deuxième.
Il faisait froid et c'était le matin et j'avais un besoin urgent d'une coupe de cheveux. Avoir besoin d'une coupe de cheveux donne à penser que personne n'est là pour veiller sur vous. En ce qui me concernait, c'était le cas. Il n'y avait personne pour veiller sur moi à L'Ostel Bramenthomb où je séjournais. Ma chambre s'appelait la suite Far East, sans être une suite le moins du monde, et je la partageais avec une femme nommée S. Théodora Markson, sans avoir la moindre idée de ce que signifiait ce S. Ce n'était pas une chambre accueillante et j'y passais le moins de temps possible, sauf pour dormir, essayer de dormir, faire semblant de dormir ou prendre mes repas.
Théodora préparait presque tous nos repas elle-même, mais «cuisiner» serait un grand mot pour ce qu'elle faisait. Elle achetait divers comestibles dans un commerce à moitié vide proche de notre hôtel, et les réchauffait sur une petite plaque électrique branchée à une prise murale. Ce matin-là, j'avais eu droit à un oeuf au plat, servi sur une serviette-éponge pliée en quatre tout droit sortie de la salle de bains. Théodora oubliait avec constance d'acheter des assiettes en carton, et me reprochait régulièrement de ne pas le lui avoir rappelé. L'essentiel de l'oeuf était resté accroché au tissu, si bien que j'avais mangé léger ; mais je m'étais déniché une pomme pas trop ridée, et j'étais à présent assis dans le hall d'entrée de l'hôtel, son trognon poisseux à la main.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
orbeorbe   29 juillet 2014
Tu cherches à élucider des énigmes, Snicket, mais tu en est une toi-même. Du jour où tu as mis les pieds ici. Je suis sûre qu'il y a un truc que tu ne me dis pas, comme un secret enfoui, souterrain et obscur.
Commenter  J’apprécie          50
wentworth23wentworth23   12 octobre 2014
“Tu cherches à élucider des énigmes, Snicket, mais tu en est une toi-même. Du jour où tu as mis les pieds ici. Je suis sûre qu'il y a un truc que tu ne me dis pas, comme un secret enfoui, souterrain et obscur. ”
Commenter  J’apprécie          30
orbeorbe   04 août 2014
Le titre de l'ouvrage ne me disait rien, mais il était d'un auteur que j'aimais bien.
« Intéressant, ce bouquin ?
- Pas mal, répondit-il sans lever le nez. Un dénommé Johnny se trompe de tramway et se retrouve à Constantinople en 1453. Mais les bouquins de ce gars-là sont toujours bien.
- Entièrement d'accord. Même si, en réalité, il y en a qui sont signés de lui sans qu'il en ait écrit une ligne. Et son nom est quand même sur la couverture. Il faut avoir l'oeil, bien vérifier qu'on est pas en train de s'en faire refiler un.
- Ah bon ? » Il posa le livre, emplit d'eau un grand verre et le le tendit, ainsi que sa main serrer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
orbeorbe   03 août 2014
- Mais si tu me fais confiance, s'entêta Moxie, pourquoi ai-je l'impression que tu ne me dis pas tout ?
- Toi non plus, tu ne me dis pas tout. Personne ne dit tout à tout le monde.
Et la conversation s'en tient là.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Daniel Handler (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Daniel Handler

Galaade Éditions - Lecture de L'AMOUR ADVERBE par Daniel Handler et Emmanuelle Collas (extrait 3)
Galaade Éditions - Lecture de L'AMOUR ADVERBE par Daniel Handler et Emmanuelle Collas, Paris, 23 septembre 2008. Pour en savoir plus sur Galaade : www.galaad...
autres livres classés : énigmesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr