AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791025603826
Éditeur : Editions Thélème (31/05/2018)
Édition audio (Voir tous les livres audio)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 11 notes)
Résumé :
À travers le récit des épreuves qui ont jalonné sa vie, de son exil forcé du Vietnam, son pays natal, à son combat aux côtés de Martin Luther King pour les droits civiques, Thich Nhât Hanh, le grand maître du bouddhisme, nous révèle son parcours d'artisan de la paix et nous livre un récit très émouvant et plein d'espérance. Comment, lorsqu'on a vécu l'exil, se sentir chez soi quelque part ? Pour Thich Nhat Hanh, la réponse est simple : le vrai chez-soi ne dépend ni ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  18 juillet 2019
🙏 Thich Nhat Hanh nous propose dans ce livre, La Terre est ma demeure une autobiographie humble et humaine sur son parcours lui ayant permis d'atteindre cet apaisement de l'âme et son désir de propager la paix dans le monde.

Au travers de courtes anecdotes de la vie de tous les jours comme faire la vaisselle, passer une porte, Thich Nhat Hanh nous livre sa conception de la vie basée sur la méditation et la prise de conscience de tout.

Cet autoportrait d'un homme de paix est également assez révélateur. En effet, on penserait facilement que sa vocation de devenir moine bouddhiste était ancrée en lui. Eh bien non. En rébellion contre le parti communiste, Thich Nhat Hanh a fait le choix d'entrer chez les moines. C'est là qu'il décide de démocratiser le bouddhisme au plus grand nombre via la traduction de poèmes bouddhiste, de la création d'un journal. Cela le conduit à s'attirer les foudres du parti communiste d'une part, de la sphère directoriale des bouddhistes et le conduise en exil. Ne pouvant plus rentrer chez lui, c'est là qu'il prend conscience de ne pas être un simple exilé, mais un habitant de la Terre. Que le lieu physique importe peu au final du moment qu'on est pleinement conscient de ce que l'on est.

Pour conclure, je connaissais Thich Nhat Hanh au travers des médias. Cette autobiographie douce permet de découvrir les phases ayant conduit un adolescent banal à devenir un ambassadeur de la paix. Malgré les vicissitudes, les aléas de la vie, Thich Nhat Hanh prône toujours la paix et le bonheur. À découvrir.🙏
Un grand merci aux Editions Thélème pour l'envoi du livre audio.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1070
candlemas
  07 août 2019
A la suite de mon amie Souri7, et en retard sur mon engagement masse critique de le commenter sous un mois, je m'essaie à mon tour au commentaire de la Terre est ma Demeure.
Merci tout d'abord à Babelio et aux éditions Thélème pour l'envoi de ce CD MP3 audio de 5 h.
J'ai su tout de suite en le recevant que ce choix de lecture -ou d'écoute plutôt- allait remettre en question mes habitudes. Pour une première fois, allais je adhérer au support audio, privé du contact papier sous mes doigts et du fractionnement maîtrisé, contrôlé, de tourner la page quand bon me semble ?
Et effectivement, durant les deux premières heures d'écoute, je ne me suis pas senti à l'aise. Thich Nhat Hanh, lu sur ce CD par Guillaume Costanza avec une grande neutralité de ton, livre des fragments de sa vie, évoque la guerre du vietnam, son engagement pour la paix, son exil, son installation au village des pruniers, d'une manière simple et dépouillée.
Durant cette première heure d'écoute, mon esprit rationnel était sur un mode critique : je me voyais déjà écrire sur Babelio : "intéressant mais pas transcendant : au travers de son expérience personnelle, Thich Nhat Hanh délivre des enseignements bouddhistes de base sur l'éveil de la compassion et de l'équanimité, grâce aux différentes techniques de la méditation assise, debout ou marchée." Je me voyais déjà comparant ses mérites à ceux du Loh Djong de Shamar Rimpoché, lu juste avant, et distribuer les bons points... insensé !!
Heureusement, la chaleur de l'été était là pour me ramener à un peu plus de modestie. Bercé par la litanie de la voix de Guillaume Costanza, je me suis endormi...

Je me suis endormi et, dans une douce torpeur, je commençai à visualiser comme dans un rêve petit père-moine faisant la vaisselle, ratissant les feuilles, préparant le thé au lotus, plantant les pins parasols, ou simplement fermant une porte en pleine conscience. Je riais silencieusement avec lui de ses maladresses, lorsqu'il aborde un G.I. ou plante des milliers de pruniers sans rien connaître à l'arboriculture ; je me souvenais avec lui de sa jeunesse engagée, de ses coups de force pour sauver les boat people, et de ses rencontres avec le Président Indien ou Martin Luther King. J'ETAIS Thich Nhat Hanh.
Cette dernière affirmation peut paraître osée, mais en écoutant Thich Nhat Hanh on comprend que ce JE n'a plus à voir avec l'ego : JE entre en relation avec chaque être, et donc pourquoi pas avec un grand maître. Ce maître n'enseigne pas par des mots mais il nous invite à marcher avec lui. Sa simplicité même, et son témoignage en action, permettent à chacun -quel privilège !- d'entrer en résonance avec lui comme il le fait de son côté avec le criminel, la victime, l'étranger.
C'est donc dans un état quasi comateux que les 3 h d'écoute suivantes me furent délivrées. Je pensais dormir... je méditais. Sans effort, inconscient... ainsi, ma raison débranchée, je me trouvai connecté aux simples messages audio, débarrassé du filtre analytique, ouvert à l'expérience d'un chant d'oiseau ou d'un coucher de soleil, en pleine conscience.
Comme l'explique Thich Nhat Hanh, et bien que cela nous rapproche du bouddha un instant, il n'y a rien de magique à entrer en pleine conscience. Il y a juste à lâcher prise, et cela se fait parfois sans effort. J'avais lâché prise, comme le pèlerin marcheur, ayant épuisé sur le chemin son sac à dos de pensées et de fausses raisons, comme mes chers parents faisant chaque jour leur vaisselle à la main, jouissant secrètement de ce moment de bonheur à deux, tandis que leurs enfants, aveugles, les enjoignent d'acquérir un lave-vaisselle.
Je me réveillais de temps à autres, captant quelques mots, quelques phrases, et sombrais de nouveau. Il me semblait que les morceaux de vie contées par la voix de Guillaume Costanza s'évanouissaient en "un bouquet de fines herbes" grillé par la canicule... qu'allais je bien pouvoir écrire en commentaire de ce livre audio gracieusement offert ?
Quelques heures plus tard, j'ai ouvert les yeux, me suis étiré, et j'ai senti dans la voix du comédien que l'épilogue était proche. Thich Nhat Hanh interrogeait l'auditeur sur la notion de "chez-soi" : où se trouve votre chez-soi, votre demeure , votre refuge ? Bien sûr, sans être expatrié comme lui, mais ayant déménagé une quinzaine de fois dans ma vie, ayant même réussi l'an dernier à disperser une partie de ma chère bibliothèque à la rencontre d'autres lecteurs, je savais que ce "chez-soi" n'est pas un lieu physique. Les hypnothérapeutes ericksoniens les savent aussi, qui invitent leur patient à prendre refuge dans leur jardin intérieur.
Ce "chez-soi" est un en soi précieux, nécessairement ouvert sur les autres aussi. Et c'est sans doute pourquoi Thich Nhat Hanh n'est pas, comme beaucoup de maîtres bouddhistes, un simple moine contemplatif, il est dans l'action terrestre, ici et maintenant.
Il nous raconte sa vie terrestre, et non ses expériences méditatives, parce que ces dernières ne se transmettent pas mais relèvent du chemin intérieur de chacun, alors que le son de la cloche, la marche ou le repas d'enfant serré dans les feuilles de bananier, eux, peuvent se partager. Et aussi parce que la Terre -il faut donc garder nos pieds en contact avec la glaise, comme le lotus- , et notre Vie -en action-, sont notre demeure.
Au terme de l'écoute, je me suis levé, un formidable sentiment de bien-être et de force dans le coeur, et je suis parti marcher...
Ce matin, je me suis assis. J'ai ouvert le boîtier du cd, et passé en revue l'index pour vérifier combien d'heures d'écoute j'avais manqué durant mon sommeil... stupeur... chaque mot, chaque phrase, m'avait imprégné comme un papier buvard, et ce commentaire a coulé comme la rivière après une pluie d'été. Quand le papier buvard sera sec, je réécouterai Thich Nhat Hanh.
En attendant, je suis heureux de partager ici cette expérience. Conscient que mes images ne sont qu'un plagiat grotesque du récit du maître, j'espère néanmoins témoigner ainsi de la grâce simple qui se dégage de cette écoute. Ce n'est pas de la littérature, ce n'est pas une autobiographie habile et structurée, ce n'est pas un enseignement religieux ou philosophique approfondi ; c'est juste basique... et fondamental... tout juste bon à écouter en dormant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          345
Floccus
  24 juillet 2019

J'avoue n'avoir jusqu'ici jamais beaucoup accroché avec les livres de Thich Nhat Hanh. Leur simplicité d'expression ne résonnaient pas avec ma vie. Celui-ci a fait mouche à différents niveaux. Peut-être parce que c'est une forme d'autoportrait. Ou peut-être parce que je l'ai lu à un tournant de ma vie où la pratique de la pleine conscience prenait une nouvelle dimension.
"L'instant présent renferme le passé et, si vous vivez profondément dans le moment présent, vous pouvez guérir le passé. Vous n'avez pas besoin d'attendre quoi que ce soit." (113)
C'est un récit autobiographique qui sort de l'ordinaire, où le passé existe ici et maintenant. L'homme Thich Nhat Hanh se mêle à sa communauté et à ses actions tout en restant présent avec force. Il livre le témoignage d'une foi totalement incarnée dans l'action, d'une quête intrépide de paix et de réalité.
Certaines histoires paraissent banales puis cheminent soudain vers des profondeurs qui font vibrer des cordes. Certaines autres tiennent du conte et font montre d'une naïveté qui me laisse sinon dubitative, du moins sans résonance. le chapitre sur la fausse couche m'a paru digne des plus mauvais sermons bouddhistes sur le karma. Celle du professeur de mathématique, dont la vie devient soudain merveilleuse parce qu'il a découvert la pratique de la pleine conscience, sirupeuse et édifiante.
"Ses cours devinrent un des plus populaires et des plus agréables de l'école. Très vite, toutes les classes adoptèrent ses techniques. Lorsqu'il atteignit l'âge de la retraite, il était tellement apprécié qu'on lui demanda de rester encore quelques années." (161)
Quant à la vision d'une Terre divinisée qui se préoccuperait personnellement de notre sort, je ne le suis pas une seconde sur ce terrain-là…
"Quand nous aimons la Terre de cet amour-là, il s'agit d'un amour réciproque. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour la Terre et la Terre fera tout ce qui est en son pouvoir pour notre bien-être." (165)
Cette tendance asiatique à la poétisation pieuse ne froisse cependant pas la force d'inspiration spirituelle de ce livre.

Lien : http://versautrechose.fr/blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Shambala
  02 mars 2018
Thich Nhat Hanh est un moine zen bouddhiste, vietnamien. Toute sa vie, il a oeuvré pour la paix, et la réconciliation. Agé aujourd'hui de 91 ans, il vit à présent dans le Village des Pruniers, un centre bouddhique qu'il a fondé.
Dans cet ouvrage qui est en quelque sorte sa biographie, il relate dans des chapitres courts des anecdotes, des morceaux de sa vie, ses rencontres, avec Martin Luther King, mais aussi des anonymes, des vétérans de la guerre du Vietnam. A ces hommes brisés, et qui ont brisé aussi tant de vies, il tente d'apporter le réconfort et l'espoir d'une guérison.
Cet ouvrage est une parenthèse dans notre vie. Nul besoin de le lire d'une traite, il faut au contraire le savourer, et s'imprégner de la bonté de ce personnage qui fait l'éloge de la résilience et du pardon.
C'est un petit moment de repos. Même si notre manière de vivre est souvent en contradiction avec la pleine conscience et la compassion qu'il essaime au fil des pages, Thich Nhat Hanh nous offre un moment de répit, et la vision qu'un autre comportement est possible. Il nous montre qu'avec des moyens très simples, de la patience, on peut modifier des attitudes agressives et retrouver également un peu de sérénité.
N'hésitez pas à aller sur son site, très beau, à l'image de ce personnage hors du commun.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LeCombatOculaire
  26 juin 2017
A travers des expériences très dures, insupportables, sanglantes et terribles, il nous fait voir ce qu'est la pleine conscience engagée. Si l'on a du bouddhisme une vision qui le sépare souvent du monde réel, pratiqué par des ermites qui méditent dans un temple ou une grotte, on en voit ici une forme engagée, pragmatique, mêlée au monde, authentique, généreuse et humaine.
On retrouve toute l'expression du zen, de la contemplation, de l'humilité propre au bouddhisme, et plus généralement à la culture asiatique. Chaque chapitre du livre s'ouvre aussi légèrement que possible, et laisse transparaître toute la beauté de la nature, la bonté des âmes éclairées, la transmutation des émotions, la sagesse de la spiritualité. Chaque chose racontée tente de renvoyer le lecteur à lui-même, en esquissant des questionnements sur la pratique de la pleine conscience, de l'amour inconditionnel, de l'empathie, sans jamais être moralisatrice. le tout parsemé de poésie et d'illustrations oniriques.
C'est un excellent livre pour rencontrer l'homme qui a tant apporté au bouddhisme, à la pratique de la méditation, de la pleine conscience, qui a fondé une communauté en France pour accueillir ceux qui souhaitent vivre plus simplement, plus tendrement, dans l'émerveillement quotidien de ce que la nature a à leur offrir. Pour ceux qui se demandent encore si la paix peut être gagnée sans prendre les armes, pour ceux qui ont besoin d'apprendre à garder le contrôle dans la tempête, pour ceux qui ne se sentent jamais chez eux.
(voir la critique intégrale sur le blog)
Lien : http://lecombatoculaire.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Souri7Souri7   11 juillet 2019
En chinois, "prendre le temps" s'écrit avec le caractère qui désigne la porte ou la fenêtre. A l'intérieur de cette porte ou fenêtre, il y a le caractère de la lune. Cela signifie qu'il faut vraiment être libre pour prendre le temps de voir la lune et de l'apprécier. Aujourd'hui, la plupart d'entre nous ne dispose pas d'un tel luxe. Nous avons plus d'argent et de confort matériel mais nous ne sommes pas vraiment plus heureux, parce que nous n'avons simplement pas le temps d'apprécier la compagnie de ce qui nous entoure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          620
Souri7Souri7   13 juillet 2019
Quand vous aimez quelqu'un, vous voulez son bonheur. Si cette personne n'est pas heureuse, vous ne pouvez pas être heureux. Le bonheur n'est pas une affaire individuelle. L'amour véritable implique une compréhension profonde. En fait, l'amour est l'autre nom de la compréhension. Si vous ne comprenez pas, vous ne pouvez pas aimer. Sans compréhension votre amour ne pourra que faire souffrir celui ou celle que vous aimez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
LeCombatOculaireLeCombatOculaire   23 juin 2017
Quand vous plantez vos laitues, vous ne les grondez pas si elles ne poussent pas bien. Vous essayez de comprendre ce qui ne va pas. Peut-être ont-elles besoin d'engrais, d'un arrosage plus fréquent ou de moins de soleil. Vous ne faites jamais de reproches aux laitues. Pourtant, quand nous avons des problèmes avec nos amis ou notre famille, nous avons tendance à faire des reproches. Mais quand nous avons prendre soin des autres correctement, ils se développent bien, à l'instar des laitues. Cela n'apporte rien de positif de faire des reproches, ni même d'essayer de persuader l'autre de changer en le raisonnant ou en se disputant. C'est mon expérience. Pas de reproches, pas de raisonnement, pas de disputes ; juste de la compréhension.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Souri7Souri7   06 juillet 2019
Nous n'enseignons pas que la parole. Nous enseignons par notre façon de vivre. Ma vie est mon enseignement. Ma vie est mon message.
Commenter  J’apprécie          550
LeCombatOculaireLeCombatOculaire   23 juin 2017
Il y a des jours où on a l'impression que ce n'est vraiment pas son jour et que tout va de travers. Plus on fait d'efforts, plus la situation empire. Tout le monde connaît cela. Dans ces moments-là, il vaut mieux tout arrêter, rentrer chez soi, fermer toutes les fenêtres et prendre refuge en soi-même. Les yeux, les oreilles, le nez, la langue, le corps et l'esprit sont vos six fenêtres, que vous fermez quand vous vous sentez sens dessus dessous. Fermez-les pour empêcher les rafales de vent de s'y engouffrer et de vous rendre malheureux.

Fermez les fenêtres, fermez la porte et allumez un feu. Créez une sensation de chaleur, de confort et de bien-être en pratiquant la respiration en pleine conscience. Remettez en place tout ce qui s'est dispersé en tout sens : vos sensations, vos perceptions, vos émotions ; c'est une vraie pagaille à l'intérieur de vous. Reconnaissez et embrassez chaque émotion. Rassemblez-les comme j'ai rassemblé toutes les feuilles de papier qui étaient dispersées dans l'ermitage. Pratiquez la pleine conscience et la concentration et rangez tout ce qui est en vous. Cela vous aidera à rétablir le calme et la paix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Thich Nhat Hanh (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thich Nhat Hanh
L'art de vivre, de Thich Nhât Hanh
autres livres classés : bouddhismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
832 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre