AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266254267
224 pages
Éditeur : Pocket (16/04/2015)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 53 notes)
Résumé :

Qui ne porte pas en lui ses blessures d'enfant ? Le grand maître du bouddhisme nous guide pas à pas pour apaiser la colère, la peur, la tristesse qui hantent encore nos vies d'adulte, et les transformer en une force de réconciliation et de compassion.

Vous avez l'impression de ne pas avoir suffisamment confiance en vous ? De manquer parfois de recul face aux épreuves du quotidien ? D'être empêtré dans des angoisses dont vous n'identifiez pas l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Moglug
  30 septembre 2018
Cet ouvrage de développement personnel est structuré en trois partie : une présentation générale franchement vague de ce qu'est l'enfant intérieur, quelques retours d'expérience de personnes ayant suivis les conseils de l'auteur, quelques exercices pratiques.
Je suis assez déçue par cette lecture, l'auteur semble mélanger plusieurs notions psychanalytiques et religieuses en vogue : la pleine conscience, les thérapies basées sur l''écoute de l'enfant intérieur, la psychologie positive, le catholicisme, le bouddhisme... Les propos sont très généraux, parfois incohérents entre eux (pleine conscience des émotions douloureuses et psychologie positive), les exercices sont présentés de manière trop imprécise pour être mis en pratique. Une fâcheuse injonction à devenir un bodhisattva en mesure de sauver ses semblables de la dépression vient compléter l'escroquerie (on ne m'enlèvera pas de l'esprit que ne devient pas psychologue qui veut). Et pour finir, l'auteur se réfère bien plus facilement à une sorte de communauté néo-bouddhiste qu'à des psychologues dûment formés... Rien de très engageant à mon sens !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Laurent81
  26 janvier 2020
C'est ma première lecture de cet auteur, découvert par le biais d'un autre membre suite à ma critique de l'ouvrage d'Eckart Tolle : le pouvoir du moment présent. Même si la thèse est proche sur le fond, l'approche est ici celle du bouddhisme et j'avoue que j'ai été plus sensible à la plume d'Eckart Tolle ou à celle de Matthieu Ricard. Pourtant, ce texte fait réfléchir sur l'enfant intérieur qui est resté en nous, quelquefois inquiet, en colère, blessé, cet enfant intérieur mérite toute notre attention, sinon, il est refoulé et nous allons devoir combler un vide, souvent à travers notre consommation, notre rythme de vie, fuir plutôt que de reconnaitre et d'affronter nos souffrances de l'enfance. Ce texte a été assez déconcertant pour moi, pour une première lecture de cet auteur. Je pratique le yoga depuis plus de vingt ans et cette manière de porter attention à sa respiration, à sa posture, à ses pensées automatiques pour les dépasser et se reconnecter à l'instant présent grâce à la peine conscience est un sujet qui m'intéresse vivement. Je vais donc poursuivre dans cette voie car Thich Nhat Hahn semble faire référence dans les domaines tels que la méditation, la marche consciente, la communication et bien entendu le bouddhisme en France.
Lu dans le cadre du challenge multi défis 2020.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
marinepx
  07 juin 2016
Voici un ouvrage, qui je pense, va m'accompagner pendant un petit bout de chemin. Un livre à lire et à relire dont je souhaite m'imprégner. Une lecture qui fait du bien et qui nous donne des pistes pour travailler avec notre passé, nos souffrances et nos relations à nos proches. Une vraie mine que je n'aurais de cesse de conseiller pour toute personne qui cherche à aller de l'avant!
Commenter  J’apprécie          81
LeCombatOculaire
  23 janvier 2017
Les enseignements de Thich Nhat Hanh sont très simples, formulés comme des mantras, allant droit à l'essentiel. Comme on pourrait les apprendre à un enfant, à celui qui est à l'intérieur de nous, encore avide de réponses, de réconfort, d'écoute, et de pouvoir enfin relâcher toutes les émotions.
D'abord, qu'est-ce que la pleine conscience ? Ceux qui méditent le savent déjà : c'est prendre le temps d'être attentif à soi et au monde, garder son esprit ouvert, curieux, contemplatif, accepter les pensées et émotions qui surgissent et les assimiler pleinement, sans les rejeter, pour mieux les embrasser afin de ne pas créer de noeuds qui pourront ressurgir plus tard, plus fortement. C'est laisser tomber ses barrières, laisser l'espace aux choses de circuler, se relaxer profondément et prendre le temps pour soi.
Pour apaiser les souffrances anciennes, il faut commencer par remonter à ses ancêtres, renouer avec l'amour de la famille, comprendre comment les choses en sont arrivées là. C'est se réconcilier avec ses parents, avec soi, avec ceux qui nous ont fait souffrir, mais c'est aussi apprendre à dire quand il y a quelque chose qui ne va pas, quand un comportement n'est pas correct, et apprendre à le dire de la bonne façon afin de communiquer et non braquer. En cela, cette idée rejoint assez celle d'Alexandro Jodorowsky dans La famille, un trésor, un piège (utile pour ceux qui préfèrent la psychologie profonde).
Quelques exercices vous aideront à mettre en pratique ces concepts, de manière très simple, en accord avec les principes de la méditation et de la respiration consciente, pour se concentrer sur son corps, ses sensations, son esprit, ses perceptions. Tous les conseils donnés sont sages, éclairés et avisés, avec une vague de bienveillance chaleureuse et chaque chose est dite avec humilité et compassion. Même si vous n'êtes pas forcément adeptes du bouddhisme ou de la méditation, vous trouverez ici probablement assez de réponses afin de commencer à vous transformer de l'intérieur pour trouver une paix profonde et durable et être en bonne adéquation avec le monde qui vous entoure.
(voir la critique intégrale sur le blog)
Lien : http://lecombatoculaire.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Isistyle
  24 mars 2020
Le mot souffrance peut avoir une connotation négative, mais ici, à travers cette chronique, je vous invite à voir ce mot de manière neutre. La joie et la colère sont toutes deux des émotions, toutes aussi utiles l'une que l'autre. Soyons réalistes, on préfère tous la joie. Mais à juste mesure, la colère est elle aussi nécessaire sur notre chemin. Tout comme la souffrance.
Pour comprendre cela, voici quelques citations tirées du livre et qui permettent de guérir l'enfant intérieur. Ensuite je vous montre comment le livre a été structuré. Et enfin, je vous donne quelques points du livre qui me semblent percutant de vous présenter.


« J'accepte de souffrir, parce que je sais qu'en ressentant la douleur de cette façon je pourrai apprendre et, ensuite, obtenir de bonnes choses. » […]
Si nous n'accueillons pas cette souffrance et ne lui offrons pas notre tendresse, nous ne saurons pas de quoi il s'agit. Et nous ne saurons pas qu'elle peut nous apprendre tant de choses et même nous apporter joie et bonheur. Sans souffrance, sans compréhension de cette souffrance, le véritable bonheur est impossible.
Structure du livre
- Théorie, explication des concepts
- Témoignages
- Exercices pratiques de Pleine Conscience, de respiration, d'écriture, etc…
[Suite...]
Lien : https://www.isistyle.fr/chro..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
SarahSparkeuseSarahSparkeuse   26 août 2016
« Notre véritable héritage
 
Le cosmos est plein de précieux trésors
Je veux t’en offrir une poignée ce matin.
Chaque moment que tu vis est un joyau
Qui resplendit et contient la Terre et le ciel,
L’eau et les nuages.
 
Tu n’as qu’à respirer doucement
Pour que les miracles apparaissent.
Alors, tu entends l’oiseau chanter,
Les pins murmurer.
Et soudain, tu vois la fleur s’épanouir,
Les nuages blancs dans le ciel bleu,
Le sourire et le regard merveilleux de ton aimé(e).
 
Toi, la personne la plus riche sur Terre,
Tu erres depuis si longtemps,
Ne sois plus cet enfant pauvre,
Reviens et reçois ton héritage.
 
Savourons notre bonheur
Et offrons-le à chacun.
Chérissons ce moment présent.
Laissons partir le fleuve de nos détresses
Et choyons la vie présente au creux de nos mains.
 
Thich Nhat Hanh »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Biche_Biche_   12 décembre 2018
Le Bouddha nous a enseigné que la graine de la peur est en chacun de nous, mais que la plupart la refoulent et l'enferment dans les ténèbres. C'est pour nous aider à identifier, étreindre et examiner en profondeur ces graines de la peur qu'il nous a transmis la pratique des Cinq Remémorations.

1. Il est dans ma nature de vieillir. Je ne peux échapper à la vieillesse.
2. Il est dans ma nature d'être malade. Je ne peux échapper à la maladie.
3. Il est dans ma nature de mourir. Je ne peux échapper à la mort.
4. Tout ce qui m'est cher et tous ceux que j'aime, j'en serai séparé un jour. Je ne peux échapper au fait d'être un jour séparé d'eux. Je ne peux rien garder. Je suis venu ici les mains vides et je repartirai les mains vides.
5. J'hérite du fruit des actions de mon corps, de mes paroles et pensées. C'est la seule chose que je peux emmener avec moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
DanieljeanDanieljean   17 juillet 2016
En chacun de nous se trouve un enfant qui souffre. Nous avons tous connu des périodes difficiles et beaucoup d’entre nous ont été fortement perturbés durant l’enfance. Et pour nous protéger de toute cette souffrance, la seule solution que nous ayons trouvée a été d’oublier ces épisodes douloureux. Chaque fois que la douleur se réveille, cette sensation nous est si insupportable que nous refoulons nos sentiments et nos souvenirs au plus profond de notre inconscient. A tel point que nous pouvons passer des années et des années à négliger cet enfant blessé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
SophieAhSophieAh   19 mai 2019
La souffrance est faite de malentendus, de colère, de haine et d'ignorance. Et si je compte sur les autres pour dissiper ce genre de causes à ma place, je pourrai peut-être attendre une éternité. Nous devons donc élargir notre perception, et utiliser notre concentration et notre vision profonde pour discerner à quel point les personnes autour de nous souffrent en raison de leur façon de penser, de leur manière d'agir ou de parler. Or, si nous souffrons comme elles, nous n'aurons pas non plus les moyens de les aider. Il nous appartient donc d'y œuvrer, afin de transformer notre souffrance et de donner à notre compréhension et à notre compassion toutes les chances d'émerger. Par la suite, nous pourrons ainsi aider ces personnes. Si nous adoptons ce type d'attitude, cette forme de compréhension, nous ne souffrirons plus car nous disposons de bons outils, ceux de la compréhension et de la compassion. Et ce n'est qu'avec la pratique que nous pouvons les développer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
DanieljeanDanieljean   17 juillet 2016
La lampe de la pleine conscience est en nous, et nous pouvons décider de l’allumer à tout moment. Notre respiration, nos pas, notre sourire paisible en sont l’huile. Notre pratique consiste donc à allumer cette lampe pour que brille sa lumière et que se dissipent les ténèbres.
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Thich Nhat Hanh (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thich Nhat Hanh
L'art de vivre, de Thich Nhât Hanh
autres livres classés : enfant intérieurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
188 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre