AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
4,36

sur 580 notes
Tout a été dit déjà mais tant pis .....
Voici une saga historique et familiale sur fond de deuxième guerre mondiale , de près de 700 pages , l'histoire mouvementée , passionnante , de deux soeurs que tout oppose , Vianne et Isabelle Mauriac, qui ont perdu leur mère, à l'âge de 14 et 4 ans respectivement ......
En 1939, Vianne l'aînée , institutrice , mère de Sophie, qu'elle va protéger du mieux qu'elle le peut pendant toute la durée de la guerre, mariée à 17 ans à Antoine, lui fait ses adieux, dans le parfum exaltant du jasmin, au sein du jardin de sa propriété , où les roses poussaient le long de la haie de troènes ..car il part au front .......
Elle se souvenait d'avoir connu un peu la guerre, pas par le fracas , la fumée et le sang mais par ses conséquences ......
Elle se rappelait avoir eu faim et tout le temps froid lors de la grande guerre et surtout du retour de son père, il boitait, soupirait, restait silencieux, s'était même mis à boire ........
Isabelle , elle, têtue, rebelle, fougueuse, impétueuse , éprise de liberté , persuadée de ne jamais avoir été aimée mais abandonnée par son père, quittait par tous les moyens les pensionnats où il l'envoyait ........
Elle s'enfuit à Paris et s'y installe le jour .......de l'entrée des Allemands dans la ville....s'enrôle dans la Résistance sous le nom de code "Rossignol " et fait passer des pilotes Anglais jusqu'en Espagne !
De son côté , Vianne n'a pas le choix : elle est forcée d'accueillir un officier Allemand sous son toit .
Elle choisit de protéger sa fille à tout prix, quelqu'en soit le prix! N'en disons pas plus !
Deux destins deux soeurs qui vont se battre chacune à leur manière pour leur survie ,leur liberté, leur dignité , l'une impulsive , l'autre prudente, tour à tour agaçantes et touchantes, traversent la guerre avec un courage et une rage incroyables !
Malgré quelques invraisemblances parfois et des personnages attachants mais un peu caricaturaux, à l'américaine , l'auteur décrit d'une manière romancée, bien écrite , bien construite, humilité et sensibilité , les tourments et le courage des femmes pendant la guerre ! C'est un ouvrage poignant, surtout dans la deuxième partie, sur l'amour, la résilience, pétri d'humanité et d'une justesse inouïe , un hommage vibrant à la résistance et à ces héros ( héroïnes )anonymes qui risquaient chaque jour leur vie au nom de leurs convictions et de l'idée qu'ils se faisaient de la liberté !
Ouvrage dédié à l'amour filial et fraternel, aux idéaux, au rôle déterminant des femmes , malgré les non -dits , les manques et les regrets, au milieu des horreurs, de l'inhumanité des temps de conflits qui oblige chacun à sortir de soi pour le pire ou le meilleur .
J'ai passé une grande partie de la nuit dernière à finir ce beau livre !
Choisi à cause du titre et de la première de couverture( en poche ) , et de ma libraire Marie !
Mais ce n'est que mon avis , bien sûr !
Commenter  J’apprécie          604
« le Chant du Rossignol », c'est l'histoire de deux soeurs, à l'aube de la Seconde guerre mondiale. 1939. Vianne Mauriac (l'aînée) et Isabelle Rossignol (la cadette), issues d'une famille déchirée depuis la mort de leur mère, habitent une France occupée par l'ennemi. de prime abord, toutes deux ont des personnalités que tout oppose. Pourtant, elles désirent la même chose et chacune tente à sa manière de survivre comme elle le peut. Tandis que son mari est mobilisé, Vianne se voit dans l'obligation de partager son toit avec un officier allemand et n'ose dire quoi que ce soit de travers. Pour protéger sa fille Sophie, elle est prête à faire tous les sacrifices possibles, à se plier à toutes les exigences, malgré son aversion envers l'envahisseur.

De son côté, Isabelle, célibataire sans enfants, fille au tempérament de feu, langue acérée, peu encline à suivre les ordres, rebelle de nature, qui depuis toujours défie toute autorité, même dans des circonstances normales, refuse de coopérer. Pour ne pas mettre sa soeur et sa nièce en danger, elle sera donc contrainte de quitter leur village, Carriveau. Elle a de toute façon bien d'autres projets pour la France...

Le chemin des deux soeurs se séparera dès le début du conflit et chacune devra trouver le courage de continuer à avancer dans ce monde qui ne ressemble plus à celui qu'elles ont connu; à travers les peines, la douleur, la misère et la colère devant tout ce dont elles sont témoins…Tout cela, on le voit et on le ressent avec elles.

Le roman est écrit à la troisième personne, puis construit en alternance; chaque chapitre relatant à tour de rôle, en s'échelonnant sur plusieurs années, le quotidien de chaque soeur, pendant la guerre. Vianne (plus effacée) et Isabelle (la flamboyante), bien que très différentes, sont des personnages fort attachants et on aime leur bravoure, leur détermination, chacune à leur façon. On admire comment elles tentent d'apporter un peu de lumière dans tout ce gris.

C'est le deuxième roman que je lis de Kristin Hannah et comme la première fois, j'ai été émue. Cette auteure a de la magie au bout de sa plume, ses mots s'envolent, nous atteignent, nous font tout oublier. Elle a le don de rendre ses personnages vivants, humains, imparfaits, et surtout, elle a ce talent de nous garder accrochés du début à la fin, à travers sa si belle écriture. C'est le genre de roman qui frôle pour moi la perfection et qui contient tout ce que j'attends d'un bon livre; de la fluidité, un texte qui coule tout seul, des descriptions mais pas de façon abusive, des personnages bien décortiqués, crédibles, une bonne dose d'émotions contradictoires – lorsqu'on est déchirés entre des choix impossibles et que peu importe la direction que l'on prend, il n'y a pas de solution idéale. Kristin Hannah sait comment nous plonger dans son univers, comment nous imprégner, aussi. La facilité n'est jamais au rendez-vous et malgré le sérieux des sujets choisis, il reste une part de beauté et de bonté à travers ce que les personnages incarnent. Franchement, j'ai grandement apprécié chaque élément de cette lecture !

Mon seul regret est de ne pas avoir lu « le chant du rossignol » plus tôt !

Très hâte de voir le film, réalisé par Mélanie Laurent.

CHALLENGE PLUMES FÉMININES 2023
LC THÉMATIQUE DU MOIS D'AVRIL 2023: UN ROMAN HISTORIQUE
Commenter  J’apprécie          434
Voici le destin tragique de deux soeurs lors de la Seconde guerre mondiale.

La sage Vianne Mauriac se retrouve seule avec sa fille lorsque son mari part au front. Bientôt un officier allemand choisit sa maison pour y "cantonner". Elle l'accueille, impuissante et résignée, se rangeant ainsi du côté de Pétain, afin de protéger sa fille.
De son côté, sa soeur Isabelle, n'est pas prête à se soumettre. Au grand dam de sa soeur, son caractère enflammé la pousse à agir dangereusement. Elle s'installe à Paris et s'engage dans la Résistance française sous le nom de code : "Le Rossignol".

J'ai trouvé ce roman historique parfait pour un début de vacances, idéal pour paresser au chaud sous la couette. Malgré son épaisseur de plus de 500 pages (et un pavé de plus, un ! ! ), il se lit très facilement. Trop facilement, peut-être ? Il faut dire que les différents éléments historiques repris ici sont plutôt "bateau" et archi connus. Tout y passe : l'occupation allemande qui se durcit au fil du temps, les tickets de rationnement et l'attente interminable pour obtenir un malheureux jarret de porc, la répression contre les Juifs, la rafle du Vel d'Hiv, les bombardements anglais, les camps de concentration, les réseaux de résistance de plus en plus organisés et caetera..et caetaera...
Cet aperçu de la seconde guerre mondiale est intéressant, soit, même si on le connaît déjà par coeur mais l'auteure s'est trop souvent contentée de les évoquer sans entrer dans les détails. de plus, ce qui m'a le plus dérangée, c'est que tous ces éléments sont vécus par les deux héroïnes de l'histoire. Pour le coup, le mot"héroïne" prend tout son sens traditionnel ici. L'auteure américaine en a fait deux super women qui traversent la seconde guerre mondiale en accomplissant tout un tas d'actes héroïques ! C'est très romanesque mais peu crédible...

Maintenant, si le but de ce livre est de faire pleurer dans les chaumières, il remplit totalement sa mission. le lecteur (ou plutôt la lectrice), s'il joue le jeu, adhère totalement au caractère rebelle d'Isabelle, s'indigne de celui beaucoup plus prudent de Vianne, suit avec intérêt les malheurs de chacune d'elles, et ne manque pas de pleurer à la fin parce que tout de même c'est triste. Eh oui, la guerre n'est pas toute rose ! On s'en doutait un peu....
Commenter  J’apprécie          400
Poser ici ma critique va être compliqué car mon sentiment au sujet de ce livre est très mitigé.
Commençons par le positif : C'est un roman racontant l'histoire de 2 soeurs, durant la 2nde guerre mondiale, en France. Comment survivre en tant que femme durant cette période.
L'histoire est bien écrite, fluide. Cela se lit très facilement et on est happé par l'histoire de ces 2 héroÏnes. Ce livre m'a fait un peu pensé à "la bicyclette bleue" !
Ce qui m'a gênée : des détails m'ont perturbés et cela m'a vraiment empêcher d'apprécier l'histoire à 100 %. J'avoue, j'ai du mal à mettre le point sur ce qui me gêne.
L'auteur décrit des situations parfois sans intérêt.
D'autres périodes de la vie des 2 héroïnes mériteraient parfois d'être plus détaillées.
Des passages du livre m'ont perturbés : Isabelle, 19 ans, fait passer des aviateurs étrangers à travers les Pyrénées en espadrilles !!????
Après un passage accompagné d'un guide, elle effectue ensuite plus de 20 passages. Par le même chemin ??? Elle connaît déjà ce long trajet ? Chaque randonneur en montagne sait qu'il n'est pas évident de s'orienter dans une montagne inconnue. Comment cette jeune parisienne connait elle déjà le trajet, en plein hiver, en pleine nuit (car le passage se faisait de nuit !) ? Je suis et reste sceptique !
L'impression aussi, en lisant ce roman, que la France est un pays minuscule. Isabelle passe de Paris, à la région de la Loire, puis en Espagne aussi facilement en tant de guerre qu'à notre époque en TGV !
Pourquoi appeler le village central de l'histoire Carriveau ? Ce village n'existe pas. L'auteur décrit des évènements ayant eu lieu, site des villes sur le territoire français mais pose l'histoire dans une ville fictive ? Pourquoi ?
De même, les relations au sein de la résistance ont l'air tellement facile.
Bref, j'ai apprécié ce livre en tant que roman, mais je pense qu'au niveau historique, il y a des points faibles.
Pour conclure, sans avoir apprécié à 100 %, j'ai lu cette histoire facilement, et c'est un bel hommage au rôle que les femmes ont eu durant cette période.
La fin de l'histoire est poignante.
A lire, sans tenir compte des détails historiques...
Commenter  J’apprécie          393
Malgré une histoire quelque peu convenue , quelques prochronismes et anachronismes littéraires : tee shirt à la place de maillot de corps, saladerie , mot qui est entré dans le dictionnaire en 2011, utilisation d'un poste de radio par Isabelle au pensionnat comme un transistor, découverte postérieure à la fin de la guerre ... et dont l'auteur a conscience puisque, dans ses remerciements, elle évoque des « libertés créatives » , ce roman procure un bon et long moment de lecture (692 pages) . Les descriptions foisonnent, le style est agréable.
Ce récit fait, actuellement l'objet d'une adaptation cinématographique par Michelle MacLaren. Il est précisé dans le synopsis que ce récit s' inspire de l'histoire d'Andrée de Jongh, une résistante belge , une des très rares femmes à avoir été chef de réseau , le réseau Comète, filière d'évasion pour les soldats alliés ce qui ne se perçoit pas tout à fait dans cette lecture, mais peut- être est-ce là aussi une volonté créative de la réalisatrice et du scénariste que de mixer à cette fiction une réalité historique plus consistante. Une des protagonistes du roman, Isabelle Rossignol, alias Juliette Gervaise, qui est sensée incarnée cette résistante belge, a pour modèle une autre héroïne célébré, une britannique, Edith Cavell, une infirmière fusillée par les Allemands pour haute trahison, pour avoir permis l'évasion d'un grand nombre de soldats alliés de la Belgique alors sous occupation allemande, pendant la Première Guerre mondiale.
Commenter  J’apprécie          343
J'ai acheté ce livre suite aux nombreux coups de coeur qu'il a rencontré sur les réseaux sociaux que je suis.
Étant une passionnée de la Seconde Guerre Mondiale, sujet qu'il traite, je me suis empressée de l'acheter.

Je trouve la couverture superbe ! Elle illustre bien l'époque et le changement vestimentaire que certaines femmes adoptaient. le livre est très lourd et on s'attend à trouver bien plus que 520 pages !

L'histoire débute en 1939. On y découvre deux soeurs avec des caractères totalement différents. Leur mère est décédée lorsqu'elles étaient enfants et leur père les a délaissées. Vianne, l'aînée, s'est mariée très rapidement délaissant à son tour, et sans regret, sa très jeune soeur Isabelle qui fut ballotée d'école en école de savoir-vivre.
En 1941, Vianne est seule avec sa fille tandis que son mari est prisonnier de guerre. Sa soeur Isabelle fuit Paris durant l'exode rural en direction de Carriveau, chez Vianne.
Les retrouvailles sont froides, les soeurs ne s'entendant pas. Après l'appel du Général de Gaulle, les soeurs s'opposent. Vianne veut rester fidèle à Pétain, ne connaissant pas le Général. Isabelle, impétueuse et sauvage, veut prendre part au combat en le suivant. Elle s'enfuit de chez sa soeur et entre dans la Résistance.

Assez rapidement, des détails, des incohérences, des contradictions me chagrinent et cela sera tout au long du livre.
Historiquement parlant, on apprend qu'en 1939, Antoine, le mari de Vianne prend une douche pendant que Vianne surveille très attentivement que leur fille Sophie se brosse les dents. Dans tous les témoignages que j'ai lu, je n'ai jamais lu ce genre de détail ! (en faisant des recherches on apprend qu'en 1962 seulement 28.9% de la population française possède une baignoire ou une douche).
Lorsque Kristin Hannah évoque la rafle du Vél' d'Hiv', on peut lire que le peuple juif n'est pas au courant de ce qui va arriver. Or, dans les faits, la rumeur circule dans Paris depuis plusieurs jours et c'est pour cela que les hommes ne sont pas présents lors des rafles. En effet, on pensait que seuls les hommes seraient arrêtés. Dans le livre, s'ils ne sont pas là, c'est parce qu'ils sont prisonniers de guerre...
On peut noter également que les soldats allemands évoquent la Solution Finale. Seulement, seuls les soldats gardant les camps et le gouvernement nazis étaient au courant. de plus, concernant ces soldats, on les découvre peu impliqué : légère vérification de carte d'identité, recherche très tardive de résistant très actifs et opérant toujours au même endroit...
Chez les résistants, on constate qu'ils s'appellent non pas par leur pseudo, comme cela était le cas, mais par leur prénom, qu'ils discutent plan et réunion dans un café rempli de nazis....
Pour certains, ce ne sont que des détails, mais quand on fait un livre historique, on se doit de rester fidèle à L Histoire.

On découvre aussi beaucoup d'incohérence. L'autrice nous dit qu'ils ont l'eau courante, puis qu'ils doivent aller puiser l'eau pour se laver car pas d'eau courante avant de la récupérer. Isabelle se prend une seconde gifle sans en avoir reçu une première etc Chaque personne n'a jamais le même avis, se contredit perpétuellement et se répète sans cesse. Ce sont, pour le coup, des détails. Mais des détails qui s'ajoutent à des détails.
Kristin Hannah ne lésine pas sur les répétitions et les trop nombreux détails. Nous connaissons ainsi la batterie de cuisine complète de Vianne ainsi que quelques recettes, puis la garde-robe de Vianne mais aussi celle d'Isabelle...

En conclusion, je n'ai pas du tout apprécié cette lecture. Les nombreuses coquilles historiques m'ont gâchée la lecture. Les multiples incohérences et répétitions alourdissent la lecture. le caractère des personnages fait que l'on ne s'y attache pas du tout, bien au contraire, j'ai eu envie de les secouer.
Je cherche encore à comprendre le petit engouement que ce livre a reçu...
Commenter  J’apprécie          310
La Seconde Guerre Mondiale, un village de France, deux femmes engagées dans la Résistance à leur manière et les horreurs de cette époque : voici une tranche de vie qui illustre l'ouvrage le Chant du Rossignol de Kristin Hannah.

L'histoire est certes convenue et l'écriture reste simple ; cependant, nous nous laissons entrainer et éprouvons de l'empathie (voire un transfert) pour certains personnages.

Qui aurions-nous été ? Vianne, Isabelle, Rachel, Micheline ou Anouk ? Gaëtan, Antoine ou Julien ? Ari, Sophie ou Sarah ?
Commenter  J’apprécie          270
J'avais très envie de lire ce roman depuis longtemps... Je m'intéresse à cette période de l'histoire, la 2e guerre mondiale, depuis toute petite et j'aime beaucoup lire sur ce sujet... bien qu'il ne soit pas des plus glorieux. J'aime le souvenir et je considère qu'il est primordial de ne jamais oublier toutes la atrocités qui se sont faites pendant cette période. Ainsi, je partais forcément avec un apriori positif quant à ce bouquin...
Nous suivons l'histoire de deux soeurs, Isabelle et Vianne. Toutes deux écorchées dans l'enfance, par une mère disparue trop tôt et par un père qui n'a plus jamais été le même à son retour de la 1er guerre mondiale. Isabelle, impétueuse, impulsive, réactive... Vianne, rangée, mariée, mère, qui donnerait tout pour sa famille... Deux soeurs que la vie a éloignée, l'une ne supportant pas le caractère frivole de l'autre, et celle mise de côté qui en veut de l'avoir mise de côté... Mais dans l'adversité envers l'ennemi, elles scelleront un destin commun... Deux portraits de femmes hors du commun, que tout opposent, vivant chacune la guerre à leur façon. Isabelle qui résiste, risque sa vie à tous les instants pour sauver des vies... Vianne, dont la lutte est plus personnelle, guidée par la perte d'êtres qui lui sont chers... Les deux sont touchantes à leurs façons...
Un roman qui se veut historique, mais très romancé. Quelques coquilles au niveau de l'histoire ; un soldat qui parle ouvertement de la solution finale, alors que seuls les hauts dirigeants étaient au courant. Une scène où les résistants parlent de leur plan dans un café bondé de nazis. Il y a également beaucoup de répétitions qui n'apportent rien à l'histoire et des descriptions, notamment sur des éléments de la maison de Vianne, qui auraient pu être coupés, donnant ainsi un rythme plus soutenu à l'histoire...
Mais au final, c'est un livre qui se laisse très bien lire... J'ai beaucoup aimé ma lecture... Pas le coup de coeur espéré, mais une très bonne lecture quant même. Une lecture touchante, également... surtout la fin... Je commence l'année 2020 avec des larmes aux yeux en tournant la dernière page d'un roman... Je vous en conseille la lecture, parce que c'est tout de même un bon bouquin.
Commenter  J’apprécie          210
France, 1939. A Cariveau, un petit village de la Loire, Vianne Mauriac voit son mari partir à la guerre. Elle est désormais seule avec leur petite fille, Sophie. Dorénavant, son quotidien consiste à s'occuper d'elle tout en travaillant à l'école du village dans laquelle elle est institutrice.

Le jour où Pétain capitule, la France se trouve divisée en deux. Cariveau est en zone occupée. Les soldats français sont emprisonnés. Vianne est alors obligée d'accueillir un officier allemand à la maison.

Isabelle, sa soeur de dix-huit ans, vit à Paris. Fougueuse, rebelle et pleine de convictions, elle s'engage dans la Résistance. Désormais, elle s'appelle Juliette Gervaise et son nom de code est "le Rossignol".

Etats-Unis, 1995. Une vieille dame s'apprête à quitter son domicile pour s'installer en maison de retraite. Alors qu'elle déménage ses affaires, elle retrouve une boîte bien cachée qui contient tous ses souvenirs secrets. Lorsque son fils arrive chez elle, il trouve un document tombé de la boîte. Il s'agit d'une carte appartenant à une certaine Juliette Gervaise.

"Le Chant du Rossignol" raconte le destin de deux soeurs entre la France occupée et la Résistance.

Avec Vianne et Isabelle, on vit l'entrée en guerre de la France, le départ des hommes mobilisés et on suit toutes les étapes qui mènent à la libération du pays, de la direction des opérations de négociations avec l'ennemi, à la capitulation jusqu'à l'appel du Général de Gaulle que personne ne connaît encore.

A Cariveau, on suit la vie au village après le départ des hommes, puis l'arrivée des nazis cantonnés dans les maisons, en cohabitation avec les familles françaises. Auprès de Vianne, on découvre les stratagèmes mis en place pour filtrer des informations et mettre à l'abri des personnes.

A Paris, au sein de la Résistance, on se trouve aux côtés de Juliette qui participe au sauvetage des alliés et aide à freiner la montée du nazisme. On assiste alors aux arrestations, à la déportation et à l'évacuation des enfants juifs par la mise en place de réseaux bien organisés.

Ce livre évoque le destin des femmes durant la guerre. C'est un hommage à leur force et à leur courage. Si les hommes étaient au combat, les femmes ont contribué à sauver des gens et à participer aux actions de libération de la France.

Un grand coup de coeur pour cette lecture abordant l'amour, la liberté, la survie, le courage et la résilience durant la seconde Guerre Mondiale dans la France occupée. A travers cette histoire, Kristin Hannah met en lumière le rôle des femmes pendant la guerre de la plus belle des manières.

Lien : http://labibliothequedemarjo..
Commenter  J’apprécie          200

Ce roman a le mérite de mettre en avant le rôle des femmes durant la seconde guerre mondiale. Et pas seulement celles qui se sont ouvertement engagées dans la Résistance, mais aussi celles qui ont oeuvré avec plus de discrétion, dans d'autres registres.

Bref, ce roman avait tout pour me plaire mais n'a pas rempli toutes ses promesses.

La volonté de l'autrice d'avoir cristallisé sur deux seuls personnages féminins une multitude de rôles, situations et autres personnalités a fini par engendrer la caricature. On a perdu toutes les nuances que l'on pouvait pourtant pressentir au départ. En effet, on a deux soeurs, l'une impétueuse, l'autre sage et rangée des voitures qui abordent la survenance de la guerre chacune à leur manière. Si l'une éprouve rapidement de la colère et imagine tout de suite qu'elle a un rôle à jouer pour s'opposer, l'autre décide d'adopter une position plutôt neutre, passéiste, limite collaborante à l'insu de son plein gré. Mais l'autrice n'a pas tenu cette ligne pour faire évoluer ses personnages, nous sommes alors tombé dans un récit assez invraisemblable car chacune d'elle a au moins vécu mille vies.
Le contexte historique est sans surprise, l'autrice ne s'attarde que sur les grands points de repère connus de tous.

Et finalement, on a là un roman qui a pour objectif de drainer du lectorat à travers une lecture assez facile sur des thèmes forts. Pari réussi si on en croit la pastille imprimée sur la couvertures qui annonce 2 millions de lecteurs. Si ce type de roman permet à ce qu'encore aujourd'hui des milliers de gens lisent des récits sur ces événements, pourquoi pas, après tout? Par contre, pour ceux qui sont à la recherche de la réalité historique, de précisions sur certains événements, de points de vue divergents... ce roman n'est définitivement pas pour eux.

Il faut laisser à l'autrice le mérite de ne pas avoir cédé à la facilité dans le dénouement de l'intrigue et il est vrai que le dernier tiers est assez touchant dans son genre. C'est d'ailleurs ce dernier tiers qui m'a permis de mettre une étoile de plus que la moyenne.
Commenter  J’apprécie          180




Lecteurs (1447) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3104 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *}