AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749935490
Éditeur : Michel Lafon (04/10/2018)

Note moyenne : 4.64/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Quand Ernt rentre du Vietnam, Leni, dix ans, ne reconnaît pas son père. Poursuivi par de terribles cauchemars, il se montre violent envers sa femme Cora. Un jour, il reçoit une lettre du père d'un de ses amis, mort dans ses bras durant cet enfer, qui lui lègue une masure en Alaska. Ernt pense qu'il pourra s'y reconstruire. Avant la guerre, ils étaient si heureux...
« Quelqu'un m'a dit un jour que l'Alaska ne forgeait pas le caractère, elle le révélait. La tr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
kateginger63
  07 mars 2019
COUP DE COEUR
Habiter en Alaska: amour ou destruction
*
Oui, je peux vous dire que ce roman a chamboulé mes quelques jours de lecture. Complètement! Une plongée vertigineuse dans un bain de sensations fortes : joie, peur, tristesse, colère, ébahissement, curiosité....
Cela fait très longtemps (environ 6 mois) que je n'ai pas eu cette impression de sublimation pour un livre. J'étais complètement hypnotisée, reprenant le roman à chaque temps libre avec une fébrilité que je ne m'expliquais pas.
*
L'histoire est simple. En fait elle est belle et tragique, douce et rêche, sauvage et mystérieuse. J'ai plutôt du mal à vous expliquer ce que j'ai ressenti. Pour cela, il faudra que vous le découvriez par vous-mêmes. Vous ne serez pas déçus si vous aimez la nature âpre de cette région attirante , les descriptions tellement imagées du quotidien d'un Alaskain en plein hiver, un imbroglio familial d'une violence sans nom, une maladie qui ne peut pas se soigner et surtout une belle histoire d'amour. L'amour entre parents, avec son enfant, pour un ami cher, pour l'entraide entre voisins, pour un lieu....
*
L'isolement et la dureté de cette vie en Alaska révèle des troubles mentaux mais aussi la capacité ou non à survivre.
L'auteure fait ressortir les parties les plus noires de ses personnages. La beauté sauvage de ces paysages retient les êtres robustes en son sein. le titre en VO (The Great Alone) illustre parfaitement la vie rude. "le Grand Seul".
*
Une histoire magnifique, dure, sombre, racontée par une héroine au coeur pur (dont l'identification a été immédiate et profonde) qui aura marqué mon hiver 2018/19.
Juste une précision: j'ai pleuré. (arrive très rarement pour un roman fictionnel).
Une expérience exceptionnelle. Je voudrais remercier cette auteure pour les émotions qu'elle a fait provoquer en moi.
*
Merci à Netgalley
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5710
sylvaine
  10 janvier 2019
Le Paradis Blanc de Kristin Hannah, Mathieu Farcot, publié chez Michel Lafon Octobre 2018
#LeParadisBlanc #NetGalleyFrance
Le SPT , syndrome post traumatique domine ce roman. Depuis son retour du Vietnam , Ernt Alwright n'est plus le même. La guerre, la captivité, ont détruit cet homme riant, aimant, goutant pleinement la vie. le retour à la vie normale semble plus que problématique malgré l'amour inconditionnel que lui porte son épouse Cora et l'admiration de Lenora sa fille. Alors lorsque l'occasion se présente il embarque ses femmes pour l'Alaska, persuadé que ce changement de vie leur sera bénéfique et que ce sera la fin du et des cauchemars . Mais la vie y est dure et l'hiver si long et les nuits interminables. le cauchemar reprend le dessus et la calvaire recommence ...
Un roman dur, douloureux où les protagonistes m'ont semblé englués dans une toile d'araignée , aveugles par amour, violent par amour, jusqu'où la cécité affective peut elle vous conduire? , jusqu'où peut on tout accepter parce que l'on aime celui qui vous fait du mal?
Et puis au milieu de toute cette noirceur la lumière vient de ce cadre féérique, difficile à apprivoiser où seuls les plus forts , les plus robustes peuvent s'adapter et trouver leur place. Alaka , Alaska... La plume de Kristin Hannah trouve les mots , les images pour nous peindre ses paysages, la dureté du climat, la solidarité de ses habitants, la fascination exercée sur les alaskains.
Un roman prenant, asphyxiant par moment enchâssé dans un écrin alaskain. Une belle décoiverte.
Un grand merci aux éditions Michel Lafon pour ce partage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
coquinnette1974
  03 décembre 2018
Le paradis blanc de Kristin Hannah est un roman reçu par les éditions Michel Lafon via net galley.
Quand Ernt rentre du Vietnam, Leni, dix ans, ne reconnaît pas son père. Poursuivi par de terribles cauchemars, il se montre violent envers sa femme Cora. Un jour, il reçoit une lettre du père d'un de ses amis, mort dans ses bras durant cet enfer, qui lui lègue une masure en Alaska. Ernt pense qu'il pourra s'y reconstruire. Avant la guerre, ils étaient si heureux...
"Quelqu'un m'a dit un jour que l'Alaska ne forgeait pas le caractère, elle le révélait. La triste vérité, c'est que l'obscurité qui peut régner en Alaska a révélé le côté obscur de mon père. Il était vétéran du Vietnam, ancien prisonnier de guerre. Nous ne savions pas alors tout ce que cela signifiait. Maintenant, nous le savons."
Le paradis blanc est un magnifique roman, que j'ai aimé de la première à la dernière page.
J'ai été très touchée par les personnages, par Leni évidemment mais aussi par sa maman ou Matthew, son ami. Ils sont attachants, touchants, et j'ai vibré avec eux tout au long de ma lecture.
Dans ce coin reculé d'Alaska, la vie est difficile et le fait d'y venir va se révéler plus dur que prévu pour notre petite famille. Ernt est une bombe à retardement, dès le début je me demandais si un jour ou l'autre il allait finir par exploser !
Leni et sa maman sont courageuses, mais elles se posent des questions sur leur chance de survie dans cette région et surtout, elles comprennent très vite que Ernt peut péter un câble à tout moment !
J'ai aimé l'ambiance de ce roman, les personnages, l'histoire. Les paysages sont magnifiques et donnent envie d'y aller malgré les conditions météorologiques.
Le paradis blanc est un livre magnifique, que je vous invite vraiment à découvrir. Je l'ai trouvé excellent et je mets un énorme cinq étoiles, il les mérite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Beli_LivreSaVie
  28 janvier 2019
J'ai lu Kristin Hannah pour la première fois avec son roman le chant du rossignol, lecture choisie à l'époque car le sujet de la seconde guerre mondiale me passionne et j'aime le lire en littérature. Si j'ai choisit de la lire de nouveau ici, ce n'est pas pour le sujet, cette fois-ci, mais pour sa plume que j'ai beaucoup aimé. Au début de ma lecture, rien ne laissait prédestiné ce roman à devenir un coup de coeur. Peut être était-ce la narration à la troisième personne qui provoquait cela, instaurant une certaine distance entre nous et les personnages. Ou encore le fait que se soit le point de vue d'une jeune héroïne qui allait nous dicter sa vision de choses, point de vue auquel je ne m'attendais pas. Je ne sais pas, j'ai commencé cette lecture en me disant qu'en accompagnant ses personnages si loin en Alaska, il allait s'en passer des choses. Et c'est ainsi que j'ai plongé au coeur de ce récit d'aventures qui nous conte non pas une histoire mais celles de plusieurs personnages.
Un roman qui vous plonge au coeur même de la vie en Alaska, cette contrée lointaine indomptée. le récit de Kristin Hannah est criant de vérités, en lisant son histoire, on ressent chaque émotion éprouvée par ses personnages qui découvrent ce qu'est la vie dans ce pays atypique, où l'on ne s'accommode pas d'un mode de vie, mais où on s'apprête à l'affronter !
C'est le premier sujet qui vous transporte déjà dans cette merveilleuse aventure qu'est l'Alaska. Kristin Hannah aborde aussi d'autres thèmes forts à l'histoire : la guerre du Vietnam et les retombées que celle-ci a eu sur les soldats qui en sont revenus mais n'ont jamais eu de suivi psychologique sur ce qu'ils ont vécu là-bas. le fossé que cette guerre a créé dans les convictions des américains face aux choix de leur pays ont engendré bien des actes et des mécontentements. Kristin Hannah nous les raconte ici, à travers cette famille qui quitte les Etats-Unis pour vivre une nouvelle vie ailleurs.
C'est à travers le regard d'une jeune fille de treize ans, dans les années 70 que nous allons suivre cette histoire. C'est un personnage discret, qui a vécu quelques années sans attaches, à part celle de sa mère. Son père est revenu du Vietnam et souffre d'un trouble post-traumatique et il cherche le moyen d'être de nouveau en pleine possession de ses moyens et de sa vie, qui semble lui échapper petit à petit. En revenant de cette guerre, il ressent cette colère propre aux anciens combattants qui se demandent pourquoi leur pays s'est lancé dans cette guerre, ainsi que des bien fondés de toutes les actions de l'état, engendrant parfois une certaine marginalité vis à vis de leur pays. La colère, la haine dictent ses actes et il semble être toujours sur le fil du rasoir. C'est alors qu'il continue de sombrer, perdant tous les jobs qu'il trouve, qu'une offre inattendue lui tombe dessus. Son "compagnon" d'arme, décédé au Vietnam lui a légué un terrain et une habitation en Alaska.
Leni, cette jeune fille qui n'a eu qu'une vie dépourvue d'attaches amicales, n'a jamais pu se poser à un endroit pour avoir une vie stable. Cette opportunité l'effraie mais l'idée même que son père puisse trouver enfin un moyen d'être de nouveau lui même, l'aide à accepter cette ultime changement de vie. Sa mère qui ne désespère pas de retrouver l'homme qu'elle aime tant, pense un peu comme elle mais se doit de l'épauler dans ses choix et se montre très enthousiasme à l'idée que tout puisse redevenir comme avant. Même si pour cela, il faut s'exiler dans ce pays froid. Il ne leur faudra que quelques jours pour tout plaquer pour partir, voilà Leni de nouveau qui va changer d'école, alors que l'année n'est pas finie. Leni est une jeune adolescente très discrète, qui vit sa vie sans pouvoir réellement s'y investir comme elle le voudrait, pour l'instant elle vit un peu par procuration par rapport à son père.
Cette nouvelle vie démarre au printemps, durant les beaux jours. Ils découvrent ainsi un pays magnifique où la nature prime et où tout ce qui est superficiel n'a plus lieu d'être. Mais s'ils sont bien accueillis, personne ne leur cache que l'hiver arrivera vite et qu'il faut se préparer à l'affronter, tant dans la préparation physique, dans les denrées alimentaires qu'il faut stocker que psychologiquement. Beaucoup sont arrivés en Alaska, croyant vivre une aventure extraordinaire et ont vite déchanté avec l'isolation qu'engendre cette dure saison dans cette région reculée de toute civilisation. Ce changement est bon pour eux, son père s'épanouit, semble enfin heureux, se sentant enfin utile à quelque chose car ils ne doivent jamais s'arrêter de stocker, et d'améliorer leur quotidien. Leni et sa mère vont elles aussi commencer à s'accoutumer à cette vie, se faire des amis et apprécier ce renouveau qui leur est permis de vivre. L'argent leur a toujours manqué et ce n'est pas ici qu'ils en auront plus, mais ils savent se contenter de peu.
Mais le comportement de son père change au fil des saisons qui passent, l'hiver est rude et l'homme mal dans sa peau et dans sa tête refait surface. L'isolement le pousse à être de plus en plus violent. Leni vit cette obscurité en lui de plein fouet, livrée à elle même avec sa mère au sein de leur chalet et si plusieurs tentatives pour fuir sont restées veines, c'est parce que l'amour qui unit son père et sa mère est trop fort pour que cette dernière réussisse à le fuir et lui faire du mal. Leni grandit donc au sein de cette famille, qui vit dans la peur de l'hiver, hiver qui dure tant de mois en Alaska. La peur de cette rudesse de vie qui risque de mettre à mal la maitrise que son père a de ses réactions et son comportement pourrait alors prendre des chemins qui pourraient causer bien des dégâts. Alors qu'elle pensait avoir trouver un équilibre, des amis, elle reste confrontée à ce mal qui ronge son père et régit leur vie.
Au delà de l'histoire de cette famille, nous découvrons les habitants qui les ont si bien accueillis en Alaska. La plupart ont fuit la civilisation alors qu'ils y tenaient une place importante dans la société, par envie de vivre autrement, plus proche de la nature. Ce qui au départ c'était l'argument principale de son père, quand ils ont déménagé. Nous faisons la connaissance, d'hommes et de femmes très ouverts les uns aux autres, très affectifs et en phase avec la réalité, qui n'hésitent pas à leur dire ce qu'ils vont devoir endurer, et de quelles façons s'en sortir. Nous apprenons qu'elle a été leur vie à chacun jusque là, certains viennent donc des Etats-Unis, d'autres sont natifs du lieu même, leur famille étant implanté ici depuis des générations. Suivre tous ces personnages est passionnant, ils ont tous des personnalités différentes et cette vie les a changé. le récit de toutes ces histoires se croisent et se regroupent pour former un noyau dur qui leur permette à tous de survivre au coeur même de l'Alaska. Tout ceci est fragilisé par la venue de cet homme, le père de Leni, qui sème la zizanie. Cet homme qui se transformera au fil du temps quand l'obscurité prend le pas sur la lumière, anéantissant tout espoir de Leni de vivre heureuse en famille.
Ce roman est un récit d'aventures totalement prenant, qui vous capture d'u début à la fin, c'est passionnant de découvrir cette contrée lointaine, ces paysages, sa nature et sa dangerosité. L'auteure profite de cet isolement pour nous conter l'impact de la guerre du Vietnam sur les hommes et leurs familles. A travers chacun des personnages, nous nous rendons compte des conséquences qu'une guerre peut avoir sur la psychologie des personnages, quand ceux-là n'ont pas de suivi à leur retour. Leni devra vivre auprès de cette menace, prête à exploser à n'importe quel moment, avec une mère qui aime tant cet homme qui leur fait tant de mal. Nous accompagnons Leni au fil des années, alors qu'elle s'épanouit en tant que jeune femme et qu'elle fait sa place au sein d'une communauté soudée et aimante. Mais toujours en faisant attention à ce que son père pourrait penser de ceux qu'elle côtoie, car il voit le mal partout : la jalousie, la rancoeur, la colère le rongent et il interdit à ses femmes de vivre trop près des autres. Un récit qui vous fera frémir de peur, de ce que ces deux femmes vont subir auprès de cet homme, un récit qui vous fera pleurer de voir que leur destin est bien triste à cause de lui. L'Alaska sera-t-elle cette contrée qui leur permettra d'être heureuse ou au contraire, les enfermera-t-elle dans une prison dont il est difficile de sortir ? On le découvre à travers des années de récits, toutes aussi passionnantes les unes que les autres, avec tous ces personnages que l'on a appris à connaitre et auxquels on s'est tellement attaché, que l'on ne peut pas se sentir autrement que concerné par ce qui leur arrive.
Au delà de suivre le destin de cette jeune fille, c'est l'histoire de plusieurs générations que nous découvrons, au fil des années et des événements qui font l'histoire d'un pays. J'ai été complètement happée par cette lecture, j'ai pleuré à de nombreuses reprises car le destin n'est pas tendre avec les personnages de cette histoire, nous rappelant à chaque instant l'endroit où ils vivent et leurs conditions de vie. J'ai adoré l'Alaska, fascinée par ce pays et la simplicité de la vie qu'elle offre, j'ai aussi eu très peur de l'Alaska, face aux dangers qu'elle occasionne et je l'ai donc détesté pour ce qu'elle provoque. Pour ces choses qu'elle arrache à ses habitants qui l'aiment et vivent des moments bien difficiles en son coeur. Mais en lisant ce roman, on vit l'Alaska, comme si on y était et ce fut une lecture passionnante à bien des titres. J'ai adoré lire Leni au fil des années qui passent, cette jeune femme si solitaire mais si solidaire et si aimante, qui s'est épanouie malgré l'adversité. Un roman qui m'a encore profondément touchée, confirmant que la plume de Kristin Hannah sublime ses histoires.
Lien : http://www.livresavie.com/le..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Sourisetdeslivres
  04 décembre 2018
Ils n'ont jamais le temps de se lier.
Leni voudrait juste pouvoir terminer au moins une année scolaire dans le même établissement.
Tu comprends assez vite que Ernst souffre de syndrome de stress post-traumatiques.
C'est un homme changé, souffrant de nuits blanches, de flashbacks, de cauchemars et de comportements instables.
Le SSPT était une maladie non diagnostiquée à l'époque, une maladie qui bouleverse la vie d'Ernt et celle de son épouse Cora et de sa fille de 13 ans, Leni.
Lorsque Ernt hérite d'une cabane et d'un terrain en Alaska d'un soldat décédé, ils décident d'y partir.
En héritant de ce bout de terre il en est certain, il le promet c'est un nouveau départ pour lui et sa famille.
L'occasion rêvée de recommencer à zéro, loin de la ville, loin de tout ce qui lui rappelle ce qu'il a fait, ce qu'il a subit.
Les Allbrights arrivent dans la région éloignée de Kaneq, en Alaska. Ils sont choqués par l'état de la minuscule cabane délabrée et décontenancés par tout ce qui doit être fait et confrontés à leurs limites.
Sans la petite communauté qui se rassemble pour aider la famille, ils ne pourraient pas survivre à l'hiver rigoureux, rude et sans pitié de l'Alaska.
Cependant, l'état de santé de Ernt se détériore plus l'hiver arrive, un comportement exacerbé par l'alcool.
Dans ce pays froid loin de toute civilisation tout n'est qu'une question de survie.
Les descriptions nombreuses sont loin de noyer le récit.
Au contraire, elle t'immisce au plus profond du texte. 
On y parle syndrome de stress post-traumatique, survivalisme, mais on aborde aussi surtout l'adolescence et ses questionnements à travers Leni, l'héroïne du livre
Leni est une héroïne des plus attachante ; je me suis sentie très proche d'elle j'avais qu'une envie  : la protéger
Une jeune fille pleine de bon sens, on dirait que c'est elle l'adulte alors qu'elle n'a que 13 ans
Obligée de grandir très vite dans cette région du Nord des USA où tout oubli, négligence peut être fatale.
La nature et les températures glaciales, le peu d'heures de luminosité ne permettent pas la moindre erreur. 
Tout se mérite. Tout doit être pensé : des choses élémentaires comme l'eau, le bois pour le feu ou simplement les toilettes. 
La peur, l'angoisse et l'inquiétude de Leni se transmettent à toi, lecteur.
Son père la prépare à survivre, mais survivre à quoi  ? 
Cet homme m'a fait peur autant qu'à sa femme et sa fille qu'ils aiment pourtant on le sent.
C'est dramatique.
Tu sens cette tension qui monte quand les jours d'hiver s'accumulent,  son père est une véritable bombe à retardement.
La pression monte en même temps que la neige s'accumule.
Que faire quand le danger n'est pas seulement à l'extérieur, mais se trouve entre les 4 murs censés te protéger ? 
Leni fait au fil du temps le constat amer que jamais plus son père ne sera celui qu'il était avant.
Outre les thèmes dont je t'ai parlé au début Kristin Hannah aborde aussi la violence conjugale, le deuil, l'entraide, l'amitié entre Matthew et Leni, l'alcoolisme, l'amour fort, mais destructeur, la mélancolie, l'espoir et la ténacité de ces gens reculés de tout.
Leni est une jeune fille qui porte un regard très lucide sur le comportement des adultes qui refusent de voir la réalité, qui ne voient que ce qu'ils ont envie de voir.
Au fur et à mesure de ses observations elle se pose des questions comme les faits et le vécu ne signifient-ils rien ?
Peut-on tout oublier et recommencer ?
Une nouvelle vie est-elle vraiment possible ? 

Pour la seconde partie, nous sommes en 1978. Leni a 17 ans. 
L'animosité entre Tom Walker et Ernt le père de Leni s'accroît encore au fil des années.
Tu sens cette tension très forte entre les 2 hommes. 
Tu vas retrouver Matthew parti pour la ville de Fairbanks.
Kristin Hannah te fait réfléchir sur la famille et ses liens immuables, sur la fragilité de la vie à travers notamment Matthew et sa soeur Aly
Elle y a parle aussi dépression, mais avec énormément de pudeur et sans jamais basculer dans le trop-plein de sentiments.
Elle s'est mise au service de ses personnages en leur créant une psychologie fine et pointue.
Au service des personnages, mais aussi de la nature à laquelle elle rend un vibrant hommage. 
Avec ce suspens qui est constant et qui te force à tourner les pages Kristin Hannah en fait un pageturner.
Tu sens la colère de Ernt, un volcan sous le point de se mettre en éruption ; une corde tendue sous le point de rompre, un craquement qui va provoquer une avalanche, la goutte qui va faire sortir la rivière du ruisseau.
Tu ressens profondément cette colère sous-jacente, mais tu ne sais pas contre qui la foudre va s'abattre et c'est dur, car tous les personnages sont attachants même le vieux survivaliste alcoolique, Earl.
Tu sens autant la révolte qui gronde que la tristesse de Matthew et Leni.
Deux ados dont les pères sont ennemis.
Kristin Hannah pose des petites touches d'humour avec des jeux de mots, mais tu restes triste et sur tes gardes.
Non pas parce que le roman verse dans le pathos, mais tellement tu sens les émotions vives des personnages et surtout de Leni ; l'héroïne qui vit dans la peur de son père et qui veut protéger sa mère de cet amour toxique et néfaste pour elles deux.
Un amour qui étouffe même s'il est réel on ne peut vraiment pas nier que Ernt aime sa famille, mais il les aime de la mauvaise manière.
Pas de façon adéquate, aveugle qu'il est depuis son retour du Vietnam il ne voit plus la réalité telle qu'elle, mais telle qu'il l'a voit lui c'est-à-dire remplie de gens qui leur veulent du mal.
Il se sent en danger, il a des réactions extrêmes renforcées par l'alcool et cette peur de perdre sa femme et sa fille.
Elles sont à lui et à personne d'autre.
Il a exclu sa femme de tout.
De sa famille de ses amis et même de la ville. 

Bien que très différent du chant du rossignol Kristin Hannah prouve une fois encore son talent.
Une saga familiale qui aborde de nombreux thèmes, mais qui va surtout te montrer ce qu'est l'amour maternel.
C'est juste beau. Magnifique. Épatant à quel point elle te fait aimer chacune des parties qui composent ce roman.
C'est bouleversant et libérateur.
J'en suis venue à rêver de visiter cette partie de l'Alaska.
LE roman à lire cet hiver au coin du feu vraiment.
Tous tes sens vont être sollicités ; avant tout celui de la vue.
Un roman qui va plaire par ses descriptions de cet état nord-américain encore indompté à un grand nombre de personnes. Les Allbright, cette famille autant dysfonctionnelle qu'elle est s'aime profondément. Mal certes, mais réellement.
C'est en pionnier qu'ils vont débarquer de Seattle dans ce chalet délabré et construire leur chez eux. C'est là qu'ils vont se trouver et se révéler.
C'est un roman époustouflant par la beauté de l'écriture enchanteresse qui livre une véritable ode à la nature.
Tu la vois changer au fil des mois et des saisons, tu entres en communion avec elle, tu as le souffle coupé par le froid et ces vastes étendues glacées.
Tu observes grizzli, aigle, mouflon, morse, otarie, saumon, flétan.
Tu sens le vent fouetter ton visage, percer à travers tes vêtements puis tu lèves les yeux vers l'immensité du ciel velouté, tu y observes les étoiles et les aurores boréales.
En bref :
Tu veux visiter et apprendre un pays dont on ne traite pas souvent en littérature tout en ayant un suspens qui dure quasiment tout au long ? Prends ce livre, cale-toi dans un fauteuil avec un plaid et un bon chocolat chaud et savoure le tout.
Ferme les yeux et imagine.
Kristin Hannah te livre une fresque familiale effectivement qui court sur plus de 30 années, mais elle te donne aussi en main la beauté de la nature. Comment une nature aussi magnifique peut être dangereuse ?
Sans grande surprise j'ai adoré ce roman, je l'ai lu sans rien lire auparavant, en occultant totalement le premier roman que j'ai lu d'elle pour éviter de comparer et j'ai bien fait, car c'est incomparable sauf par la beauté des mots et tout ce que l'on peut faire par amour.
C'est là les seuls points communs, mais j'inscris directement Kristin Hannah au rang des auteurs dont je veux tout lire et découvrir.
Bien que très descriptif et immersif tu ne te sens à aucun moment écrasé par le trop-plein de détail.
C'est écrit d'une façon tellement poétique que cela en devient presque un conte.
C'est fantastique, car elle t'immerge en quelques lignes au coeur de son intrigue et qu'elle déploie peu à peu toute l'étendue de sa magie.
Un roman tout en lenteur, ne t'attends pas à énormément d'action. C'est vraiment un roman qui te plonge en immersion. Un livre introspectif.


Lien : http://unesourisetdeslivres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
LuxiLuxi   30 octobre 2018
– Ce qui compte en Alaska, ce n’est pas qui vous étiez quand vous y êtes venus. C’est qui vous êtes devenus. Vous êtes dans une région sauvage ici, les filles. Il ne s’agit pas d’une fable ou d’un conte de fées. C’est la réalité. Une réalité dure. L’hiver va bientôt arriver et, croyez-moi, il ne ressemble à aucun hiver que vous avez connu. Il va éliminer les faibles, et rapidement. Vous devez savoir comment survivre. Vous devez savoir tirer et tuer pour vous nourrir, et vous protéger du danger. Vous n’êtes pas au sommet de la chaîne alimentaire ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MarieLovesBooksMarieLovesBooks   18 janvier 2019
"Je sais que vous voyez l'Alaska comme une région froide et inhospitalière, un endroit où nous étions perdues. Mais la vérité c'est que nous nous y sommes aussi trouvé. Cet endroit fait partie de moi Grand-mère. C'est chez moi là-bas."
Commenter  J’apprécie          50
LuxiLuxi   30 octobre 2018
C’était un endroit d’une immensité surnaturelle, magique, un paysage sans pareil de montagnes élancées blanches et tapissées de glaciers qui couvraient l’horizon, de pointes affûtées qui s’élevaient dans un ciel bleu vif dégagé. La baie de Kachemak semblait une feuille d’argent martelée dans la lumière du soleil. Des bateaux la constellaient. L’air avait une intense odeur de mer. Des oiseaux marins flottaient dans le vent, plongeaient et s’élevaient sans effort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Aa2liiineeAa2liiinee   29 octobre 2018
" Ici vous pouvez commettre une erreur, la deuxième vous tuera"
Commenter  J’apprécie          10
Aa2liiineeAa2liiinee   29 octobre 2018
" Avoir peur c'est du bon sens ici "
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Kristin Hannah (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kristin Hannah
Plus d'infos ci-dessous mes pirates ! :) ________________________
Livres mentionnés :
- Nos âmes jumelles #1 de Samantha Bailly : https://www.goodreads.com/book/show/25525517-nos-mes-jumelles
- D'un monde à l'autre (La quête d'Ewilan #1) de Pierre Bottero : https://www.goodreads.com/book/show/16457402-d-un-monde-l-autre
- L'année solitaire de Alice Oseman : https://www.goodreads.com/book/show/25509843-l-ann-e-solitaire
- L'énigme du sceau de jade (Le Tangram magique #3) de Florence Lamy : http://www.babelio.com/livres/Lamy-Le-Tangram-magique-Tome-3--LEnigme-du-sceau-de-j/712680
- In the End (In the After #2) de Demitria Lunetta : https://www.goodreads.com/book/show/25200874-in-the-end
- Hopeless de Colleen Hoover : https://www.goodreads.com/book/show/22452950-hopeless
- Levana (Chroniques Lunaires #3.5) de Marissa Meyer : https://www.goodreads.com/book/show/25357346-levana
- Risque Zéro de Pete Hautman : https://www.goodreads.com/book/show/8764044-risque-z-ro
- le coeur entre les pages de Shelly King : https://www.goodreads.com/book/show/25061974-le-coeur-entre-les-pages
- La fille flûte et autres fragments de futurs brisés de Paolo Bacigalupi : http://www.amazon.fr/fille-autres-fragments-futurs-bris%C3%A9s/dp/2846267987
- Zombie Ball de Paolo Bacigalupi : http://www.amazon.fr/Zombie-Ball-Paolo-Bacigalupi/dp/2846268053/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1431760721&sr=1-1&keywords=zombie+ball
- Les cités englouties (Ship Breaker #2) de Paolo Bacigalupi : https://www.goodreads.com/book/show/20085474-les-cit-s-englouties
- L'océan au bout du chemin de Neil Gaiman : https://www.goodreads.com/book/show/23344600-l-oc-an-au-bout-du-chemin
- le jour où la guerre s'arrêta de Pierre Bordage : https://www.goodreads.com/book/show/23257833-le-jour-o-la-guerre-s-arr-ta
- Petit-Cuivre et le secret de l'arche d'alliance de Ménéas Marphil : http://www.amazon.fr/Petit-Cuivre-secret-larche-dAlliance-Marphil/dp/2846267758
- Paradise Lost #2 de Rina Yagami : https://www.goodreads.com/book/show/25525006-paradise-lost
- L'héritière (La Sélection #4) de Kiera Cass : https://www.goodreads.com/book/show/25357350-l-h-riti-re
- Premier voyage de Gulliver, Voyage à Liliput de Jonathan Swift : https://www.goodreads.com/book/show/3351865-premier-voyage-de-gulliver
- le Magicien d'Oz de Frank L. Baum : https://www.goodreads.com/book/show/548257.Le_Magicien_d_Oz Mon édition : https://www.goodreads.com/book/show/16101078-the-wizard-of-oz
- Plus en
+ Lire la suite
autres livres classés : alaskaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





.. ..