AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de Marmara


Marmara
  14 novembre 2020
Aspirer à voir disparaitre du dictionnaire le mot "guerre", serait non seulement un voeu pieux, mais l'expression d'une grande naiveté. C'est pourtant cette prière, qu'en refermant cet ouvrage, en d'autres temps j'aurais adressée au Ciel ; qu'il efface ce mot de la mémoire de l'Homme.

L'auteure, Kristin Hannah, dépeint l'inexorable métamorphose d'un homme en proie aux affres de la guerre, mais également l'incidence que l'attitude d'un être meurtri peut avoir sur d'autres vies que la sienne.

Ernt est un homme jeune. Époux amoureux et père aimant, tout permettait de croire en des lendemains qui chantent. Mais c'était sans compter avec la guerre du Vietnam...

À la fin de ce conflit, c'est un homme dévasté, violent et paranoïaque que son épouse retrouve. Un homme hanté par un passé qui ne le quittera plus.

Alors pourquoi ne pas s'en aller ? Laisser derrière soi les souvenirs douloureux, accepter la masure héritée du père de son ami mort dans ses bras sur le champ de bataille, et embrasser l'Alaska !

Pauvre Ernt ! Qui veut encore y croire. Pauvre Cora ! Dont le coeur bat encore plus fort pour l'homme qu'elle aime. Mais n'est-ce pas ça, l'Amour ? Aimer encore plus fort lorsque le ciel s'assombrit ? Et la jeune Leni ; treize ans, qui elle aussi "se porte au chevet" de ce père à la dérive. Leni ; qui à l'instar de sa mère, s'efforce de croire que tout peut être comme Avant.

Mais "Avant" est une chimère ; Il porte d'ailleurs si bien son nom, et les souffrances ne s'incrivent pas dans les murs qui nous abritent, mais bel et bien dans notre âme.

Pendant plus de six cents pages, c'est le coeur tantôt plein d'espoir et tantôt en berne, tantôt révolté et tantôt enclin à l'empathie, que j'ai accompagné cette famille dans sa tentative de reconquête du bonheur.

Dans cet Alaska merveilleux et hostile, où tout se gagne à la force du poignet, où les hivers sans fin ne font nulle concession au moindre rai de lumière, où les esprits déjà sombres sombrent dans les ténèbres, il est pourtant une chose d'une valeur inestimable, la chaleur humaine.

L'auteure brosse avec tant de rigueur ses personnages, tous ces voisins Alaskains qui, le coeur et les bras grand ouverts, accueillent ces nouveaux arrivants, que le lecteur se prend à les aimer comme on aime ses amis.

Cet ouvrage nous raconte la descente aux enfers, la violence, la haine, mais aussi l'amitié et l'amour. de ces Amitiés et de ces Amours si sincères, qu'elles devraient pouvoir extirper et expulser les vieux démons, si ce n'était que ces derniers savent si bien s'agripper aux lambeaux des âmes déjà endolories...

Un fort bel ouvrage, qui fait le lecteur passer par une multiplicité de sentiments, qui fait palpiter le coeur, et qui, par instants, prend des allures de thriller.

Les huit premiers chapitres m'ont semblé un peu longs, mais j'ai persisté, et c'est à regret que je quitte Cora, Leni, Large Marge, Tom Walker et toutes ces belles personnes que, grâce au talent de l'auteure, je me suis si bien figurées.

Mais toi aussi ; Ernt. Je t'ai haï en même temps que tu me brisais le coeur. Comment rester de marbre face aux violences infligées à Cora, ton épouse ? Mais comment rester insensible face à ton incommensurable souffrance ? Tu es, dans cet ouvrage, celui qui a ébranlé mes convictions, car tu n'es qu'une victime de la folie de l'Homme. Victime de ceux qui, de manière tout à fait arbitraire, détournent le destin de milliers de jeunes hommes comme toi, de jeunes hommes qui avaient juste envie de vivre.

Merci à toi, Isa, (Siabelle), d'avoir eu la gentillesse de m'offrir ce très beau roman🌺



Commenter  J’apprécie          9439



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (91)voir plus