AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2714436803
Éditeur : Belfond (30/06/2000)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Récit à la première personne d'un soldat britannique, engagé volontaire dans la sanglante guerre de 14-18, ce roman n'est pas seulement une formidable évocation du quotidien des tranchées ou de l'horreur de la bataille de la Somme.

Dans une écriture mêlant harmonieusement souci de détail, échappées poétiques, réalisme impitoyable et vertige onirique, Xavier Hanotte nous livre une réflexion poignante sur la destinée, l'identité, l'amour déçu et cette G... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
argali
  21 février 2014
Que l'écriture de Xavier Hanotte est belle ! Généreuse, pure, poétique.
Il nous plonge ici au coeur de la Première Guerre mondiale, retraçant le parcours de deux Anglais, deux amis, engagés volontaires dans ce qui aurait dû n'être qu'une guerre courte et joyeuse.
En nous donnant de découvrir ses personnages, Nigel et William, au coeur de l'intime, en cernant leurs fêlures, leurs rêves, ce qui les anime secrètement, Xavier Hanotte choisit de nous plonger peu à peu dans le conflit. de nous y faire entrer par la traverse. Violent, sanglant, parce que cette guerre le fut, ce récit éclaire d'une lumière différente, de biais, un conflit qu'on pourrait croire connu, déjà vu. Une force onirique enveloppe ses descriptions les plus crues de la bataille de la Somme. Bataille qui fit en un seul premier jour, 58000 victimes du côté anglais. C'était le 1er juillet 1916.
Au fil des chapitres, on suit en parallèle l'histoire principale et la journée, en 1948, d'un jardinier chargé d'entretenir les cimetières militaires où reposent ses amis tombés vingt ans plus tôt. Les deux récits se complètent et s'éclairent mêlant habilement le suspens et l'intrigue.
Ce chassé-croisé nous permet d'appréhender les deux héros, sous des angles divers et de nous rendre compte de la force de leur amitié. Des frères, des alter egos, deux facettes d'un même personnage, se répondant comme le reflet dans le miroir. le survivant entretient pieusement le souvenir de son presque jumeau, les morts le soutenant plus quelquefois que les vivants.
Ce roman au réalisme sans demi-mesure et aux descriptions soigneusement détaillées donne à l'histoire et à ses personnages, une densité et une humanité remarquables.
On ne sort pas indifférent de cette lecture ; elle marque indubitablement tant la réalité fut atroce et les sentiments éprouvés en la lisant profonds. Belle opportunité que ce centenaire pour rééditer ce roman que j'aurais vraisemblablement manqué sans elle. Cela aurait été dommage, vraiment. Je découvre ici un grand écrivain.
Grand merci à Babelio et à Masse critique de m'avoir envoyé le livre que j'avais choisi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
Lekarr
  07 mars 2014
Enfant, j'ai passé une bonne partie de mes vacances en Picardie, dans un petit village de l'Aisne où se trouvait un cimetière de soldats britanniques. Je me souviens très bien de la petite nécropole avec ses alignements de pierres blanches et ses pelouses impeccables. Je me rappelle aussi y avoir lu les noms de ces anglais venus mourir en France et de l'étonnement que j'éprouvais quand, comparant la date de naissance à celle du décès, je découvrais que des gamins de dix-huit ou dix-neuf ans pouvaient mourir à la guerre. Ce roman m'a fait éprouver un sentiment similaire. Il m'a fait ressentir à nouveau l'immense tristesse de ce gâchis sans nom et réaliser l'incroyable tragédie que représentent ces jeunes vies fauchées avant que d'avoir pu s'accomplir pleinement.
Xavier Hanotte met des visages sur ces noms gravés dans la pierre. Il nous invite à partager l'existence de plusieurs de ces jeunes britanniques qui ne furent pas que des soldats mais des hommes avec une famille, des espoirs et des peines. Nous découvrons grâce à lui la lucidité teintée d'amertume du lieutenant Burrell, la gouaille de Frank- putain de wombat-Bates ou l'amour sans faille qu'Evans porte à son épouse. Nous découvrons surtout la formidable amitié qui unit Nigel et William, leur rencontre à Londres et leur engagement dans un de ces « bataillons de copains » composés d'amis, de collègues ou de voisins.
Nous les suivons tous dans les environs de Thiepval où se prépare la terrible offensive qui verra la mort de la plupart d'entre eux et nous les côtoyons au quotidien, à l'arrière ou dans les tranchées. Dès lors, le destin de tous ces hommes ne peut plus nous laisser indifférent. Les sentiments qu'ils éprouvent avant l'assaut, leur peur, leur impatience, sont un peu les notre, tout comme le sera le désarroi des survivants.
Même s'il illustre les premières heures de la bataille de la Somme, « Derrière la colline » n'est pas un roman guerrier. Les combats n'y occupent pas une grande place, tout juste une grosse cinquantaine de pages sur les 400 que compte le livre. Mais elles sont intenses et montrent parfaitement leur âpreté ainsi que la soudaineté de la mort sur un champ de bataille : « L'obus qui me faucha ne me cherchait pas davantage que les dizaines, les centaines, les milliers de projectiles qui éclataient au même moment sur le front de Somme. le ciel vint à ma rencontre tel le fond d'un puits. J'y plongeait la tête la première, dans les eaux noires d'un sommeil sans rêves où je sombrai bientôt, oublieux d'un monde qui, probablement, ne méritait rien d'autre ». Elles reflètent aussi le sentiment d'impuissance et d'abandon de ces soldats déboussolés, abrutis de peur et de douleur et qui ne souhaitent plus qu'une chose : en finir au plus vite.
Quant à la description de ce no man's land où ils souffrent et meurent, elle est proprement hallucinante. Une vision d'enfer digne de Dante : « Aussi loin que portait le regard, une vérole d'entonnoirs défigurait le paysage retourné par la charrue folle d'un géant ».
On en ressort complètement ahuri. Dégouté aussi par l'ampleur du carnage. Près de 60000 tués et blessés en une seule journée, tel est le bilan de cette attaque mal pensée ou mal préparée. En tout cas inutile. Dans ces conditions, difficile pour les survivants de trouver une justification au sacrifice de leurs compagnons. Difficile aussi de comprendre pourquoi ils ont survécus et d'imaginer quoi faire du supplément de vie qui leur est accordé.
Le héros de Xavier hanotte est de ceux-là. Un rescapé qui, à défaut d'avoir trouvé un sens à la mort de ses amis, essaye d'en donner un à sa vie. Un homme qui n'est certes pas mort en même temps que ses camarades mais dont l'existence n'en est pas moins restée bloquée au 1er juillet 1916. Depuis, il perpétue le souvenir des défunts en veillant sur leurs sépultures. Une façon de rester près d'eux et d'éviter que leur souvenir ne disparaisse trop tôt : «  Un mort qu'il me fallait sauver coûte que coûte de l'oubli, de la dissolution, du grand plongeon dans le noir absolu de l'anonymat ». Plus qu'un roman sur la guerre, Derrière la colline est donc un roman sur l'amitié, la vraie, capable de survivre à la honte et au remord. Capable même de survivre à la mort. C'est aussi un livre remarquablement écrit, souvent poétique et parfois même onirique. D'ailleurs, quitte à spoiler un peu, je ne résiste pas à la tentation de citer l'un des derniers paragraphes qui est aussi l'un des plus beaux : « Quand le moment sera venu, je vous retrouverai tous. Toi d'abord, papa, que je pourrai enfin serrer entre mes bras. Toi qui, j'en suis sûr, comprendras. Vous aussi, mon lieutenant, vous qui savez déjà ce qu'il y a derrière la colline, alors que moi, j'ai pris peur sur le seuil. Et vous, mes amis d'avant, dont la fidélité fut si mal récompensée. Peut-être même toi, Béatrice, que je ne puis ni haïr, ni pardonner. Et puis toi, William, mon frère, qui m'a offert bien plus que tu ne le sauras jamais ».
Un grand merci à Babelio et aux éditions Belfond pour m'avoir fait découvrir ce très beau livre.
Lien : http://sfemoi.canalblog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
TRIEB
  23 février 2014
« Derrière la colline » est un roman de Xavier Hanotte, écrit en 2000, et réédité fort à propos par les éditions Belfond. Cette réédition s'inscrit dans l'ensemble des commémorations du centenaire de la première guerre mondiale.
Nigel Parsons et William Salter, les deux principaux personnages de ce roman , vont être engagés en cette année 1916 dans les opérations de la bataille de la Somme, événements des plus meurtriers de cette guerre .Pour Nigel Parsons, le rapport au père , et plus exactement le besoin de voir l'estime de ce dernier confirmée , le conduit à s'engager , tout autant que l'échec de sa relation avec Béatrice, femme à l'égard de laquelle ses sentiments se sont taris .Au cours de sa phase de préparation, pendant laquelle il rencontre William Salter , jardinier de son état , Nigel Parsons éprouve le besoin de lire les vers d' un poète Nicholas Parry, pour se délecter des descriptions de la nature contenues dans les vers de ce poète .Pourtant, c'est sur la nature des sentiments de ses frères d'armes que s'interroge Nigel Parsons : « Ils ont signé, ils ont choisi. Mais en fin de compte, le but leur importe peu .Même allongée d'alcool, ils ont la foi. Et surtout l'élan. Cela seul compte. »
Les circonstances de la guerre sont bien sûr évoquées avec une grande justesse. L'auteur pointe avec une grande pertinence la fragilité des vies exposées au combat, l'absurdité de la guerre, l'absence de justification convaincante à ces tueries à grande échelle :
« Nous autres Britanniques étions là parce que nous l'avions voulu, point. Les justifications abondaient, certes. Mais confrontées à la sordide réalité des tranchées, toutes se mettaient vite à sonner creux, souffraient soudain de leur cruel manque de chair. (….) Nous étions devenus la chair de cette guerre. »
D'autres aspects de la guerre sont évoqués , parmi lesquels la vision des Britanniques engagés sur le sol de France et dont on découvre au passage l'importance du sacrifice humain consenti par les ressortissants de ce pays .pourtant, Nigel Parsons, blessé au combat ne voit pas de grandeur , ni l'occasion d'une quelconque élévation morale : « Je redeviendrais ce que j'avais toujours été, un intellectuel frileux, incapable de se dépasser parce qu'incapable de croire en lui .Un être inutile dont personne ne voulait . »
Roman à découvrir en raison de son écriture, admirablement maîtrisée, et des thématiques abordées, s'ajoutant ainsi à la littérature de cette guerre avec une touche très personnelle à l'auteur Xavier Hanotte, excellent écrivain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
adtraviata
  06 février 2016
J'avais envie de vous parler de ce livre de Xavier Hanotte, son troisième roman publié, mais le premier titre que j'ai découvert de lui. Une lecture qui m'avait touchée, captivée, et quand je reprends le livre en main, certaines pages s'ouvrent presque d'elle-mêmes, je relis et l'émotion monte toujours autant… C'est impossible de raconter ce qui se passe vraiment entre ces deux hommes que l'engagement dans le 2d Pal's de Salford fait se rencontrer, eux qui étaient d'univers et de sensibilité tellement différentes et qui nouent une amitié aussi forte qu'improbable.
Lors de la guerre 14-18, plusieurs Britanniques ont constitué des unités à partir de bureaux, d'ateliers, les « Pal's », c'étaient des régiments de copains qui se sont bravement engagés en croyant, comme les supérieurs le leur disaient, que la guerre serait réglée en trois semaines.
Nicholas et William vont participer à la bataille de la Somme qui commence le 1e juillet 1916. Les Alliés donnent l'assaut à la colline de Thiepval, croyant conquérir facilement ce terrain sur les Allemands. Mais ces derniers se sont enfoncés dans la colline, bien à l'abri dans les galeries qu'ils avaient creusées. Quand les Anglais sortiront de leurs tranchées, ils se feront réduire en bouillie par les tirs allemands, bien plus efficaces. La bataille durera plusieurs jours. 20 000 hommes murent rien que le 1er juillet.
Le Monstre dont il est question dans Derrière la colline, c'est le monument commémoratif édifié après la guerre sur la colline de Thiepval et inauguré en 1932. 70 000 noms y sont gravés, ceux des soldats dont on n'a jamais retrouvé le corps sur les champs de bataille alentour. C'est un lieu de mémoire très émouvant : fascinée par l'univers, les personnages, le contexte de cete guerre, et tellement fan de Xavier Hanotte qui a écrit beaucoup de choses en lien avec cette période, je suis allée visiter le coin, le village d'Authuille où l'un des deux héros vit encore après la guerre, les tranchées de Beaumont-Hamel, et le mémorial de Thiepval. C'est comme si William et Nicholas venaient me chuchoter à l'oreille à travers les pages du livre.
Ce roman parle d'amitié, d'amour, de fidélité, d'identité, de violence et de mort. Faut-il trahir pour vivre ? se demande l'un d'eux. Xavier Hanotte a répondu à cette question de façon bouleversante dans c très beau roman. Où il réussit, clin d'oeil touchant, à mettre un peu en scène le poète Wilfred Owen qu'il aime tant.
Lien : http://desmotsetdesnotes.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
tesdichiti
  14 novembre 2014
1914. Nigel Parsons se sent « poète maudit ». Ses textes sont appréciés d'un trop petit monde d'intellectuels, sa fiancée l'a abandonné et personne ne veut de lui dans sa quête d'un emploi.
Il décide de s'engager dans le bourbier que n'est pas encore la guerre de 14-18… Pas pour y trouver la gloire mais plutôt pour que la mort le rattrape.
Ses études lui permettraient de s'enrolert comme officier mais, non, il sera simple soldat.
Il a rencontré William, jardinier de son état qui en échange de la lecture de ses poèmes lui explique les fleurs, leur vie, leur culture.
Ensemble, ils arrivent au front…très vite, trop vite en première ligne, dans les tranchées, éclaboussés de boue, de restes humains et puis… «à l'assaut», et les hommes qui tombent broyés par les obus, traversés par la mitraille, noyés dans la boue. Nos deux comparses s'abritent dans un trou d'obus, Nigel, sous le feu de l'ennemi, tente de sauver des compagnons blessés, William lui attire l'attention des tranchées adverses pour détourner les tirs de son ami qui court inlassablement après la mort. Salement blessé dans un trou d'obus, Nigel voit venir la fin, une énorme explosion puis un poids qui le recouvre, le protège…William en recouvrant son ami l'a sauvé mais à perdu la vie.
A sa façon, Nigel, va, sa vie durant, rendre hommage à William et à ses compagnons décédés.

Un livre fort, un rejet total de la boucherie de 14-18, quelques longueurs mais quel hommage.
J'ai adoré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
London16London16   04 septembre 2015
Je repense à certains soirs de Coupe, près de Queen's Park. les guerres alors duraient quatre-vingt-dix minutes et se déroulaient sur une pelouse rectangulaire. Les civières n'emmenaient que des gars en short, cheville foulée ou muscle froissé. Pour être différents, les drapeaux, les écharpes et les fanions ressemblaient fort à ceux-ci. Mais cette fois, tout le monde peut monter sur le terrain, les entraîneurs engagent. Ca rapporte un shilling par jour avec, en prime, l'aventure, le voyage. Pour ces jeunes ouvriers, la première et la dernière fois qu'ils traverseront le Channel - dans un sens en tout cas. Ils marchent dans la nuit tombante vers un but qu'ils croient connaître, pour des raisons qu'ils croient comprendre. Ils ont signé, ils ont choisi. Mais en fin de compte le but leur importe peu. Même allongée d'alcool, ils ont la foi. Et surtout, l'élan. Cela seul compte. Et puis, de toute façon, ils n'auront peut-être pas le temps de la connaître, cette guerre.
"A Noël, cette guerre devrait être terminée."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
London16London16   06 septembre 2015
Il m'a fallu du temps pour le comprendre, mais tu fais partie de ces gens qui veulent "vivre beaucoup" parce qu'ils ne savent pas enchanter le quotidien. L'ennui est leur pire ennemi. Souvent, ce sont donc ceux-là qui veulent "aimer beaucoup" parce qu'ils ont moins de coeur qu'ils ne le voudraient. mais à force d'effleurer le monde et les gens, ils changent en toc tout ce qu'ils touchent. La profondeur les effraie, ils ont peur de s'y perdre. Ce sont les rois Midas de la légèreté. Ils confondent amour et désir de plaire. Toute fidélité leur paraît une cage; la passion de l'autre, une volonté de possession. Quand ils aiment, c'est sur convocation.

On les plaindrait volontiers s'ils pouvaient souffrir seuls de leur malédiction. Tel n'est pas le cas. Bien au contraire, ils ne gagnent ou ne perdent leurs combats contre eux-mêmes qu'aux dépens de ceux qui, imprudemment, les ont aimés - les seuls sans doute qui ne peuvent leur en vouloir, quand ce les sauverait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ValleerieValleerie   20 mars 2019
On ne connaît jamais les morts, Nickie. Jamais. Ils s'en vont avec les clefs des coffres qu'on n'a pas pris la peine d'ouvrir. C'est peut-être pour ça qu'on les regrette le plus ? Pour ça aussi qu'on se sent un peu coupable, un peu floué quand ils nous laissent tomber ?
Commenter  J’apprécie          90
London16London16   06 septembre 2015
"Tu le connaissais bien, Street?"
Il me considéra d'un regard à la fois las et étonné.
"Si je le connaissais?"
Un peu de terre lui collait au front. Il l'essuya.
"Drôle, que tu me poses cette question... A vrai dire, je ne sais pas trop. Difficile de répondre. Les vivants, on croit les connaître, bien ou mal. Les morts? On ne connaît jamais les morts, Nickie. Jamais. Ils s'en vont avec les clefs des coffres qu'on n'a pas pris la peine d'ouvrir. C'est peut-être pour ça qu'on les regrette le plus? Pour ça aussi qu'on se sent un peu coupable, un peu floué quand ils nous laissent tomber? Mais oui, en un sens je le connaissais... Plutôt bien même. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Nostradamus27Nostradamus27   02 août 2018
Au milieu du front, entre le sourcil gris de boue séchée, le trou rond percé par le schrapnell dessinait un troisième œil, le seul qui fut ouvert. En se couchant sur moi, William m’avait sauvé.
Commenter  J’apprécie          90
Video de Xavier Hanotte (1) Voir plusAjouter une vidéo

Xavier Hanotte : De secrètes injustices
Olivier BARROT se trouve au musée HORTA à Bruxelles (en ill, quelques images de la ville) afin de présenter le livre de Xavier HANOTTE, "De secrètes injustices".
autres livres classés : première guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
895 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre
.. ..