AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782714439390
220 pages
Éditeur : Belfond (05/09/2002)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 20 notes)
Résumé :

Dans la campagne yproise, deux bus roulent vers le domaine de Bellewaerde. L'un transporte une joyeuse bande d'employés bruxellois qu'accompagnent Serge, un petit garçon de huit ans, et sa tante Bérénice ; l'autre emmène un contingent de soldats canadiens. Parmi eux, Pierre, qui rentre au pays après une longue absence. Là où la fête attend les uns, l'horreur guette les autres : aujourd'hui transformé en pa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
mariech
  25 novembre 2012
Après avoir lu ce livre , je ne verrai plus jamais le parc d'attraction de ' Bellewaerde ' de la même façon , je savais que Bellewaerde était tout près d' Ypres , célèbre pour sa bataille de la grande guerre mais je n'avais jamais fait le rapprochement !
Rien que pour ça je remercie l'auteur , quelle évolution , ce parc d'attraction a été construit sur les lieux même de la bataille . L'intrigue du roman est originale , comme toujours chez cet auteur ,nous suivons Pierre un jeune soldat belfo-canadien en route vers la bataille de Bellewaerde , et presqu'un siècle plus tard , Serge , petit garçon de 8 ans qui se rend en car avec sa tante dans ce lieu devenu parc d'attractions .
Chaque première phrase des différents chapitres se rejoignent se répondent , le passé et le présent , le petit garçon et le soldat , ressemblances et différences entre les époques sont finement analysés .
Car oui , s'il y a ' Des lieux communs ' , il y a aussi des choses qui ne changent pas , les chagrins d'amour sont de toutes les époques .
Pierre a décidé de venir se battre , en désespoir de cause , sa fiancée l'a quitté un peu avant le mariage . Serge le petit garçon qui fait le voyage avec sa tante pressent certaines choses , il est intelligent , fin observateur et se rend compte que les collègues de sa tante se moquent d'elle derrière son dos , il découvre l'hypocrisie des rapports sociaux .
Par contre , en temps de guerre , on ne triche pas , les amitiés sont trop précieuses où moment où la vie humaine est si fragile .
Ce roman est mon préféré de l'auteur , celui-ci est passionné par ' la Grande guerre ' et réussit à nous faire partager sa passion .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Syl
  08 avril 2014
Serge est un petit garçon heureux. En compagnie de sa tante préférée, la belle Bérénice, il va passer la journée au parc d'attractions de Bellewaerde. Parti de Bruxelles, le car, conduit la compagnie vers Ypres. Ça commence à faire long… Serge ponctue le voyage par ses fréquents "C'est encore loin ?", et se plonge dans ses pensées qu'il nous fait partager. Il y a les tracteurs qui le passionnent, la ferme, et toutes ces petites choses glanées dans le monde des adultes qu'il n'arrivent pas à comprendre.
En parallèle, en 1915, notre lecture nous mène également en direction d'Ypres ; province de Flandre-Occidentale. le caporal Pierre Lambert du bataillon canadien se dirige en renfort avec ses hommes de la 1ère division vers un "sale coin". La région est pilonnée par une pluie d'obus. Explosions, secousses, les vibrations sont des lames de fond qui pénètrent les corps et déchirent les entrailles. Les lignes essaient de repousser l'armée allemande et les assauts sont les limbes de l'enfer. Corps éparpillés, tympans éclatés, épouvante.
Une page se tourne, le souffle est court, et on se retrouve avec Serge face aux pirates…
Cette animation est drôlement bien ! Mais ce qui le chagrine c'est de voir sa tante soucieuse. Manèges et spectacles perdent alors leurs attraits car la sensibilité de Serge le pousse à se montrer vigilant et protecteur envers elle. Qu'a-t-elle ?
Dans le parc du château,…
Serge rencontre un homme qui fait des trous avec une pelle. Peu farouche, il demande à ce jardinier ce qu'il fait. La réponse le laisse perplexe. Il n'est pas jardinier, il est en quête de quelque chose, un trésor peut-être… Il a un devoir à accomplir, et une promesse est une promesse.
"- Un trésor ?
D'abord étonné, il se met à rire.
- Un trésor ? Ma foi, ce n'est pas si bête, ce que tu dis là. Il y a de ça. Mais alors un trésor pas comme les autres."
Pierre épaule le fusil et les salves sont tirées. Il ne veut pas mourir. On l'appelle… "Caporal ! Caporal !"… Il faut rester en position, il hurle l'ordre… "Restez en position !"… Ils ont un trou rouge à leur vareuse, Ed, Johnnie et les autres.
Les deux récits se confondent et se répondent à Bellewaerde ; "Les lieux communs". La mémoire n'a pas laissé que des traces dans les cimetières militaires. le charnier fut partout.
Le fil conducteur qui relie les deux histoires, entre passé et présent, fait le rapprochement des histoires d'amours malheureux de Pierre et Bérénice. de plus, j'ai imaginé que Pierre transmettait à Serge un relais virtuel. Juste quelques mots, un regard, c'est une alchimie étonnante, immatérielle. le parc, sa kermesse, les joies, tout ce décorum est une grimace à l'enfer des batailles menées en ces lieux.
Pour un enfant de huit ans, encore candide et heureux, Serge est intuitif et perçoit le malaise de sa tante et la méchanceté des adultes qui les accompagnent. Il retient également la gravité de cet homme qui fouille la terre à la recherche de "son trésor". Cette journée l'a grandi.
"Tu sais, ce qui compte, quand on fait une promesse…"
Il se lève, secoue les longs pans de son pardessus.
"C'est d'abord d'y croire… "
Deux boutons ont sauté, on voit les fils qui pendent. Il y a aussi une poche qui troue, celle de droite.
"Et ensuite, de tenir parole."
Triste, cruelle et belle histoire sur les souvenirs de la Première Guerre mondiale, l'auteur emploie pour son témoignage un style simple mais implacable. L'impact fait mouche, l'émotion étreint le coeur. Dans la haine de la guerre, il y a la fraternité des soldats, les promesses, les voeux, et toujours de l'espoir. Ces liens sont essentiels à leur survie.
Je vous recommande cette histoire dont la postface de Joseph Duhamel, qui analyse ces récits parallèles et les lieux communs, est très intéressante. Il y a une forme d'effet miroir et une part de fantastique, ce qui expliquerait la présence encore vaillante de Pierre dans le temps de Serge. Serait-il un fantôme ?.
Cette édition est suivie de trois autres nouvelles, toutes sur le thème de la guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
angeselphie
  04 avril 2014
Dans ce livre, Xavier Hanotte nous emmène à Ypres et plus particulièrement à Bellewaerde... Parc bien connu des enfants et adolescents. Ce qu'ils savent moins, c'est l'histoire qui se rattache à ce lieu si commun... En effet, sous les attractions, qui amusent petits et grands, se trouvent des corps de soldats qui n'ont jamais été retrouvés et qui n'ont donc pas pu être enterrés dignement. Car oui, Bellewaerde a une histoire! C'est là que s'est déroulé une partie de la Grande Guerre en 1915!

Ce livre mêle habilement le passé et le présent. En effet, un chapitre sur deux, nous suivons Serge, 8 ans, se rendant à Bellewaerde avec sa tante et le suivant, nous sommes face à Pierre, un officier belgo-canadien qui se bat en 1915 sur le front de Bellewaerde. Il s'agit de deux mondes qui s'opposent littéralement par ses valeurs. Dans le monde de Pierre, c'est la loyauté qui domine. Tandis qu'à l'heure actuelle, le monde est davantage guidé par l'argent! Pourtant, même si ces mondes sont opposés, l'auteur, lui, ne les oppose pas. Il en parle en toute simplicité et en les rapprochant sur de nombreux aspects! Deux histoires n'ayant pour lien, au départ, que le lieu mais qui par la suite, se rejoindront sur bien des points... La transition que fait l'auteur entre ces deux histoires et juste parfaite! On ne s'en lasse pas! La première phrase de chapitre suivant répond à la dernière phrase du chapitre précédent. Un procédé intelligent que l'on ne voit pas souvent! Quant à la superposition des deux parcours, elle est très intéressante. En effet, le lieu "Bellewaerde" point commun de départ des deux histoires est vu à la fois par les yeux innocent et curieux de Serge mais aussi par les yeux remplis d'horreur de Pierre. Les deux manières de voir apportent un plus à cette histoire, elle l'accentue davantage!

Parlons maintenant, un peu plus, des personnages mais surtout de Serge. C'est un personnage terriblement attachant de par son innocence, sa malice et ses questions d'enfants auxquelles le lecteur sourit car il en connaît bien évidemment les réponses. L'auteur, quant à lui, donne à ce jeune garçon, une place prépondérante dans cette histoire. J'ai eu l'impression, à plusieurs reprises, qu'il nous faisait comprendre que seul un jeune garçon avec son regard d'enfant peut comprendre les véritables enjeux car il n'a pas encore d'oeillère. Une impression que les adultes ne peuvent plus comprendre cela! Quant à Pierre, réalité ou fantôme? Je me suis souvent posée la question. Seul Serge peut le voir avec ses yeux purs d'enfant... C'est ce point qui nous plonge dans cet univers à la fois réel mais irréel également. Enfin, quand les deux personnages se rencontrent, c'est un pur bonheur! Leurs échanges sont incroyables et véritables!

Passons au style de l'auteur. Il est simple! Il ne s'attache pas aux détails superflus; il va à l'essentiel. C'est le point fort de ce roman! Quant à l'écriture, elle est sobre et légère. Les thèmes évoqués dans ce livre sont forts et poignants. Il en parle avec brio! Parmi ceux-ci: la guerre, la place du passé dans le présent, les blessures de guerre et de l'amour, la mémoire et la fidélité!

Enfin, l'auteur nous fait passer un message... Un triste constat! A l'heure d'aujourd'hui, on ne pense plus tellement au passé! Quand quelqu'un se rend à Bellewaerde, il pense à l'amusement, à ce merveilleux parc d'attractions qu'il est. A aucun moment, il ne pense aux événements qui se sont déroulés au même endroit, quelques années auparavant! Ce parc semble avoir effacé une trace du passé!

En épilogue, l'auteur nous propose une coupure de presse nous racontant un fait divers! Je ne vous en dis pas plus sur celui-ci car c'est lui qui éclaire toute l'histoire!

Bref, vous l'avez compris... J'ai adoré ce livre! L'auteur a réussi à me toucher au plus profond de mon coeur! Il a réussi à me bouleverser et à me donner l'envie de me rendre sur les lieux pour découvrir une autre facette de cette histoire. Plus jamais je ne regarderais ce parc de la même façon!

Tout petit bémol... le démarrage de l'histoire a été un peu lent...
http://amis-lecteurs.blog4ever.com/hanotte-xavier-les-lieux-communs#message_1932552655
Lien : http://amis-lecteurs.blog4ev..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
tesdichiti
  02 octobre 2014
Dans l'autobus, c'est la fête... Tante Bérénice a organisé une journée festive au parc d'attraction de Bellewaerde, près de Ypres. Son neveu, Serge est aux anges.
Dans un autre bus, à une autre époque, de jeunes soldats se dirigent vers Ypres, ils montent au front, les allemands attaquent en nombre et les pertes sont énormes des deux côtés. Pierre, un peu plus âgé que la bleusaille s'est promis de protéger les jeunes recrues. Mais en première ligne, les bombardements sont intenses, les hommes tombent. Pierre est étourdi par une explosion et se réveille groggy dans un abri auprès d' Edouard qui a un besoin urgent de soins.
Pierre part chercher du secours. Un obus dévaste la zone qu'il vient de quitter, Edouard est enseveli. Alors, armé de sa pelle, il gratte la terre, la retourne, la fouille, cherche son compagnon écrasé.

Serge, un peu esseulé dans la parc, aperçoit un drôle de bonhomme vêtu d'une capote souillée, armé d'une pelle qui fouille la terre à gauche à droite, qui « cherche un trésor ».
"Tante Bérénice, regarde le drôle d'homme, là bas"...mais elle ne le voit pas.
La fête est finie, l'autobus reprend sa route. L'enfant aperçoit un bus très ancien, à son bord un homme lui sourit en le saluant..."Tante Béré....." à quoi bon, elle ne le verra pas.
Le lendemain, la presse signale que le corps d'un combattant de la Grande Guerre a été retrouvé sur le site de Bellewaerde....une pelle à ses côtés.


.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
GribouilleChat
  29 septembre 2010
Bellewaerde est un parc d'attractions bien connu, proche d'Ypres, en Flandre. Mais qui sait que c'est aussi le lieu d'une bataille meurtrière de la première guerre mondiale ? Dans ce roman, alternent deux récits.
D'une part, Serge, un jeune garçon, que sa tante Bérénice a emmené avec elle et ses collègues de bureau, passe une journée de divertissement dans ce parc. le jeune narrateur s'intéresse de près à la vie sentimentale de sa tante et profite d'un moment de liberté pour visiter le parc à sa guise. Il y fait une rencontre étonnante.
D'autre part quelques jours de la vie de Pierre, belge émigré au Canada et qui s'est engagé comme sous-officier pour venir se battre sur l'Yser. Avec une poignée d'hommes, il tente, sans illusion, de résister aux coups de boutoir de l'armée allemande. Dans ces instants qu'il croit les derniers, il médite sur le chagrin d'amour qui a déterminé son départ et sur son retour au pays.
La première guerre mondiale est une vraie passion pour Xavier Hanotte. Outre ses traductions des poèmes de W.Owen, il a consacré des passages de ses premiers romans et la totalité de Derrière la colline à ce thème. Par ailleurs, Hanotte est traducteur d'oeuvres flamandes, spécialement du romancier Hubert Lampo, un maître du « réalisme fantastique ».
On peut considérer que, dans ce roman à la structure limpide, il parvient à unir ces deux éléments : guerre et réalisme fantastique. Et derrière cette simplicité apparente, les jeux de miroirs se multiplient. Pierre Lambert est ce soldat belgo-canadien mais c'est aussi le prénom du compagnon (ou de l'ex-compagnon ?) de Bérénice ; celle-ci n'est-elle pas une nouvelle Berthe ?
Par ailleurs, plus on avance dans le roman , plus les transitions entre chapitres et époques deviennent ténues. « Maintenant ce sont les murs qui penchent. Et là, pour de bon, je commence à avoir le tournis. » dit le jeune Serge dans la Maison du Magicien. Et à la page suivante : « N'étaient les traits de lumière blanche qui filigranent le fond noir, insondable et sans consistance de mon rêve, cela pourrait ressembler à un plancher mangé d'ombres floues, mouvantes. J'ai la tête qui tourne. » pense Pierre qui reprend connaissance après subi le souffle d'un obus.
C'est ainsi que, peu à peu, l'auteur nous amène à l'improbable rencontre. Quant aux clés, aux relations éventuelles entre personnages, à travers les décennies, au lecteur de les imaginer…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
kielosakielosa   10 janvier 2018
" Nous mettons du temps à croire
Ce qui fait mal à croire. "

Ovide

(page 7)
Commenter  J’apprécie          332
tesdichititesdichiti   02 octobre 2014
La maison, ce n’est ni un tas de briques, ni les murs accueillants d'une chambre. Mais un lieu ou quelqu’un vous attend, espère votre retour.
Je n’ai plus de maison. Page 43
Commenter  J’apprécie          120
London16London16   02 octobre 2015
Je pense aux parcs, aux maisons que je ne construirai jamais. A commencer par la nôtre. [...] Je prie aussi, peut-être... Sans espérer aucune réponse, car si Dieu est un grand silence, l'homme ne Lui laisse aucune chance de se faire entendre.
Commenter  J’apprécie          50
SylSyl   08 avril 2014
"Tu sais, ce qui compte, quand on fait une promesse…"
Il se lève, secoue les longs pans de son pardessus.
"C’est d’abord d’y croire… "
Deux boutons ont sauté, on voit les fils qui pendent. Il y a aussi une poche qui troue, celle de droite.
"Et ensuite, de tenir parole."
Commenter  J’apprécie          20
tesdichititesdichiti   02 octobre 2014
Nous courons déjà. Mais les obus ont vite fait de nous rattraper. Ils crient dans notre dos, nous engueulent, nous crachent dessus. Page 109
Commenter  J’apprécie          40

Video de Xavier Hanotte (1) Voir plusAjouter une vidéo

Xavier Hanotte : De secrètes injustices
Olivier BARROT se trouve au musée HORTA à Bruxelles (en ill, quelques images de la ville) afin de présenter le livre de Xavier HANOTTE, "De secrètes injustices".
autres livres classés : première guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
973 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre

.. ..