AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782749935485
537 pages
Éditeur : Michel Lafon (11/10/2018)

Note moyenne : 4.46/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Le 21 juillet 1969, 600 millions de personnes à travers le monde retiennent leur souffle quand elles entendent Neil Armstrong prononcer ces mots désormais éternels : " C'est un petit pas pour l'homme, mais un bond de géant pour l'humanité. " Les images floues en noir et blanc de l'astronaute sautillant sur la surface lunaire, ou encore piquant sur le sol sablonneux le fameux drapeau américain viennent d'entrer dans l'Histoire.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Horizon_du_plomb
  03 novembre 2018
« Elle est là l'Amérique que nous aimons, et elle est si différente de celle qui combat au Vietnam. »  
« un sondage publié par un quotidien national anglais en 2016 montrait que « 52 % des Britanniques ne croient pas que cela soit vraiment arrivé  » »
Au moment où la Maison-Blanche hésite à privatiser l'ISS (elle le fait déjà pour le fret), la traduction française de la seule authentique biographie de Neil Armstrong vient remettre les pendules de l'actualité mondiale à l'heure historique, celle qui va entre 2018 et 2022 commémorer non seulement le premier atterrissage lunaire, mais également les dix missions incroyables du programme Apollo.
Saviez vous que parmi les messages des différents chefs d'état laissés sur la Lune par Apollo 11, Neil Armstrong a particulièrement retenu celui de l'ancien roi belge Baudouin ? Ou encore que Neil avait amené des pièces du Wright Flyer sur la Lune ? Voilà des étranges faits qu'on peut apprendre dans ce livre écrit par un historien universitaire spécialiste de l'histoire de la Nasa mais le bouquin dépasse les faits anecdotiques pour aller bien plus loin, y compris dans la révision des mythes et croyances associés au programme spatial.
« Voilà comment Neil Armstrong et ses camarades de la NASA, à Edwards, effectuèrent les premiers vols américains à la frontière de l'espace, dans un long jet pointu qu'on avait surnommé « The missile with a man ». Ces vols de recherche durèrent plus de six mois avant que le commandant Alan B. Shepard ne devienne le premier astronaute américain à voler dans l'espace.  Pourtant cette réalité des faits ne correspond pas à la croyance populaire. Après L'Étoffe des héros, le best-seller de Tom Wolfe publié en 1979 – et son adaptation cinématographique en 1983 –, la plupart des gens croyaient que le pilote d'essai Chuck Yeager était le premier homme à avoir piloté un avion à la frontière de l'espace. Mais beaucoup de ce qu'on a écrit sur Yeager et l'école américaine des pilotes d'essai de l'armée de l'air est faux. Plus important encore, Yeager et ses camarades d'Edwards ne sont pas à l'origine « du développement des premières techniques de manoeuvres dans l'espace », comme le prétendent certaines publications de l'armée de l'air. »
« Ce n'est sans doute pas une beauté que verront les futurs observateurs non plus, continua Cronkite. Ces premiers hommes sur la Lune ont pu voir quelque chose qui échappera à tous ceux qui suivront. »
Certaines personnes seront assommées par le souci du détail du livre ou sa lenteur mais j'ai adoré, cela met en situation vraiment d'une façon plus convaincante que toute reconstitution à base d'images ou toute fiction sur l'exploration spatiale. J'ai même appris des éléments que je ne connaissais pas comme les réplétions (mascons) de la Lune. En fait, c'est un bouquin qui, par beaucoup d'aspects, m'a fait penser à la bio de Churchill de Kersaudy et à l'autobiographie de William Finnegan. Ce sont des livres où il faut savoir surfer sur les détails sous peine de s'enliser.
« De l'avis des sept, c'est leur éducation commune qui faisait « l'étoffe des héros » qu'ils étaient. John Glenn, le premier astronaute américain a avoir été mis en orbite, le confirme : « Grandir dans une petite ville confère un avantage particulier aux enfants. » Ils peuvent « prendre eux-mêmes leurs décisions » et « ce n'est probablement pas un hasard si les participants de ce programme spatial viennent pour beaucoup de petites villes  »
Je n'ai pas trouvé que le livre faisait trop de propagande. Tout en honorant ces héros, on sent que l'auteur ose aborder les faces obscures des personnes dont ils parlent (il faut savoir que Neil a pu relire plusieurs fois le livre et que Buzz a sorti une autobiographie en 1973). le point clé d'Armstrong est celui qu'on devine intuitivement quand on voit John Glenn dans l'Etoffe de héros relatant le programme Mercury. Armstrong était une personne digne de confiance car il gardait son calme, acceptait et apprenait des erreurs, ne faisait que faire des progrès systématiques et réguliers dans un milieu donné. Il était aussi un subtil mélange entre conformité aux ordres et prises d'initiative individuelle, autonomie dans un cadre collectif. On ne connaîtra pas dans ce livre toutefois l'influence qu'ont pu avoir les pulps et la SF sur les astronautes (on connait l'influence qu'a pu avoir la radio sur pas mal d'anciens physiciens). Parmi plein d'éléments, j'ai été très surpris par la participation importante de Neil à la guerre de Corée alors qu'il n'avait même pas 23 ans. Comme pour Marie Curie, on se rend compte qu'au-delà du concours de circonstances et de « l'air du temps » (certains cyniques pourraient voir le programme spatial américain comme un dérivé du programme de missiles transcontinentaux), c'étaient des humains exceptionnels dont les deux principales qualités étaient d'être passionnés et intègres.
« Neil faisait du covoiturage avec des collègues qui habitaient les villes voisines. En tant que pilote d'essai, faire du covoiturage avec lui était terrible. « Il n'était pas très fiable », se souvint Betty Scott Love, l'un des « ordinateurs humains » de la base qui, avec d'autres femmes, eut la lourde tâche de s'occuper des calculs mathématiques qui permettraient au NACA de transformer toutes les données de vol en unités d'ingénierie rationnelles. »
Dans le livre, on trouve plus d'explications sur la chaleur humaine des pilotes envers les calculateurs vivants des « Figures de l'ombre ». Ils les côtoyaient tout simplement dés le départ en tant que « pilotes-chercheurs ». Par contre, on ne parle pas de Margaret Hamilton que l'on a célébré récemment. Concernant les programmes des pilotes d'essai, je me suis demandé quelle était la contrepartie du coté des Russes qu'on pourrait étudier maintenant.
« Pourtant, aujourd'hui encore, une recherche internet des termes « Neil Armstrong + Islam » donne 573 000 résultats… »
La fin du livre m'a fait penser à « Everest 1953 », elle s'appesantit fort sur les conséquences médiatiques, peut-être un peu trop, mais on se devait d'en parler pour appréhender la totalité du phénomène et accessoirement illustrer les « platitudes » de notre Terre.
« Hélas, à cause de l'accident tragique du 28 janvier 1986, les recommandations de la commission furent largement ignorées.  »
Pas grand chose pour expliquer pourquoi tout s'est arrêté, nous n'avons pas continué sur notre lancée. Même Challenger (17 ans après) ou l'arrêt des subsides des vols supersoniques par le Sénat américain et enfin l'arrêt de la guerre des étoiles ne sont pas des explications en soi. Peut-être que les recherches sur la station spatiale ont montré les difficultés réelles d'un long séjour mais cela n'explique en rien pourquoi on n'a pas installé une base sur la Lune (rien que l'avantage de la face cachée en radioastronomie en valait le coup). À un moment, selon des scientifiques, on la « connaissait » or on a encore découvert récemment de l'eau au fond de cratères alors qu'on ne s'en doutait pas, ainsi qu'une caverne géante.
Quand on finit un tel livre, on n'a qu'une chose à dire: get me back my Moon and go for Mars.
«  Des hommes qui sont allés dans un autre monde et en sont revenus, et l'on sent bien qu'ils détiennent des secrets que nous ne connaîtrons jamais entièrement, et qu'ils ne pourront jamais totalement expliquer. »
«  Nous avons eu le grand privilège de laisser sur la Lune une plaque commémorative à votre initiative, Monsieur le Président, sur laquelle on pouvait lire “Pour toute l'humanité”. Peut-être qu'au troisième millénaire, un inconnu entêté lira cette plaque sur la base de la Tranquillité. L'histoire se souviendra que c'est à notre époque que tout cela est devenu réalité. J'ai été touché en plein coeur ce matin à New York par une banderole brandie fièrement, sur laquelle quelqu'un avait écrit : “À travers vous, nous avons touché la Lune.”  »
« Nous avons accepté de relever ce défi, celui de se rendre sur la Lune, car il était inévitable. La facilité relative avec laquelle nous avons accompli notre mission est, je crois, un hommage à l'intemporalité de cette acceptation. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
Elanoraev
  24 avril 2019
Neil Armstrong c'est pour beaucoup l'astronaute, ce héros premier homme à marcher sur la Lune, appellation qu'il n'appréciait d'ailleurs guère. Mais pas seulement... C'est aussi un brillant ingénieur, un pilote talentueux, un ancien combattant de la Guerre de Corée, un professeur et homme d'affaires. C'est également un homme discret, réservé et complexe.
James R. Hansen est le seul à avoir eu l'accord d'Armstrong pour écrire sa biographie et, après des heures d'entretien avec lui, son entourage et tous ceux qui l'ont côtoyé, nous propose une plongée dans la vie passionnante de l'homme, de son enfance dans l'Ohio et à sa renommée internationale, mais aussi au coeur de la conquête spatiale avec comme point d'orgue Apollo 11 et ce fameux petit pas pour l'Homme. Cette célèbre mission est d'ailleurs largement abordée du choix de l'équipage (et la délicate question de qui doit sortir en premier...) aux retombées en passant bien sûr par la mission en elle-même racontée presque minute par minute de façon tellement vivante qu'on s'y croirait.

En résulte un récit passionnant qui permet de découvrir ce qui se cache derrière l'image de héros-astronaute, les anecdotes tour à tour drôles et émouvantes, les parts d'ombres parfois cachées sous la lumière des projecteurs. de découvrir surtout un homme incroyable, et pas seulement parce qu'il fut le premier à marcher sur la Lune...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
beauscoop
  16 décembre 2018
Biographie bien détaillée, sa vie dans le privé et le détail des différentes missions dont Gemini et Apollo. Certainement l'un des hommes qui a le plus marqué le XXe siècle.
Commenter  J’apprécie          90
Cyrlight
  04 octobre 2020
Dans First Man, James R. Hansen livre une biographie minutieuse et détaillée de Neil Armstrong, le « Premier Homme » à avoir marché sur la Lune. C'est pour cet exploit qu'il est connu de tous, mais cet ouvrage dévoile de nombreux autres aspects de sa personnalité.
Les biographies ne m'attirent pas particulièrement, et je serais sans doute passée à côté de celle-ci sans mon penchant pour les couvertures qui reprennent des affiches de film. Ç'aurait été une erreur monumentale !
Le commencement ne fut pourtant pas heureux. Pour être parfaitement honnête, je me suis beaucoup ennuyée durant les premières parties. L'aviation, les longues listes détaillées des appareils pilotés par Neil et les autres, l'armée… J'avais l'impression que cela ne finirait jamais.
La suite est (heureusement !) devenue beaucoup plus intéressante à mes yeux, sans doute parce que je m'intéresse davantage à l'astronomie. Dès qu'il a été question de la NASA, de l'exploration spatiale, j'ai tout de suite été plus captivée. Alors, il y a tout de même des longueurs, mais quelqu'un de plus passionné que moi se satisfera probablement de l'incroyable travail accompli par l'auteur pour reconstituer avec forces détails et anecdotes la vie de Neil Armstrong, mais aussi l'avancée de l'ingénierie au XXème siècle.
Quant à l'homme en lui-même, j'ai apprécié de le découvrir. Tout le monde le connaît de nom, pour son célèbre « petit pas », mais au-delà de ça ? Pas moi, en tout cas, du moins pas avant d'avoir lu ce livre. À présent, je sais que Neil Armstrong était un homme modeste, calme, réservé (parfois si réservé que cela pouvait en devenir agaçant) et surtout toujours soucieux d'agir pour le mieux. Mais c'est aussi un homme qui, jusqu'au bout de sa vie et de la dernière page de cette biographie, a su garder pour lui certains de ses secrets.
Je recommande vivement cette lecture à tous ceux qui souhaiteraient en apprendre davantage sur cette figure (malgré lui) du XXème siècle et de l'exploration spatiale, ainsi que sur les avancées techniques réalisées au cours des dernières décennies. Malgré son côté pavé parfois un peu rebutant, ce livre est vraiment très enrichissant !
Lien : https://leslecturesdecyrligh..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
ecritureamoureuseecritureamoureuse   04 août 2019
La première chose que l'on remarque c'est le contraste vif entre la Terre et la Lune. Il faut voir la seconde de près pour apprécier la première. Je suis sûre que pour un géologue, la Lune est un endroit fascinant, mais cette pile de roches monotones, ce noyau de pêche atrophié, brûlé par le Soleil que je voyais de mon hublot n'avait aucun intérêt comparé aux joyaux qui l'entouraient. Ah, la Terre, avec ses vallées verdoyantes et ses cascades brumeuses. Je voulais simplement finir le boulot et rentrer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
wellan62wellan62   27 novembre 2018
Neil Armstrong n'a jamais voulu être un monument de son vivant, pourtant, pour des générations du monde entier, son courage héroïque et son humilité resterons le meilleur exemple à suivre.
Commenter  J’apprécie          10

Video de James R. Hansen (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James R. Hansen
FIRST MAN le premier homme sur la Lune (2018) Trailer
autres livres classés : nasaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1048 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre