AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Pierre Ricard (Traducteur)
ISBN : 208123145X
Éditeur : Flammarion (28/08/2010)

Note moyenne : 4.45/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Aucun conflit, dans l'Histoire, n'est aussi riche d'enseignements pour notre époque que la guerre du Péloponnèse : cette conviction est au cœur de l'enquête menée par l'historien Victor Davis Hanson sur la lutte qui opposa, il y a près de deux mille cinq cents ans, Sparte et Athènes. Car la guerre du Péloponnèse préfigure nombre de conflits modernes : ce fut un affrontement titanesque entre deux superpuissances et leurs alliés, une sorte de guerre mondiale à l'échel... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
BazaR
  13 août 2018
Non, je ne suis pas un monstre.
Je n'aime pas la guerre et les massacres. Pourtant, paradoxalement, j'aime les récits qui en parlent.
Et cette guerre du Péloponnèse là est, dans le genre, somptueux et extrêmement éclairant.
Victor Davis Hanson est un spécialiste de la période. Il connaît l'histoire grecque antique comme sa poche. S'appuyant avant tout sur Thucydide – ce livre pourrait presque en être une exégèse – mais aussi sur Xénophon, Diodore de Sicile et Plutarque, il nous propose non pas une chronique des événements mais une approche thématique de cette interminable guerre entre la puissance maritime Athènes et la puissance continentale Sparte qui eut lieu entre 431 et 404 av. J-C. Chaque chapitre attaque le sujet à partir d'un thème déterminé : la peste, les sièges, les batailles d'hoplites, la guerre en mer, etc. Se faisant les événements se mettent en place par touche, sont interprétés de plusieurs points de vue et finissent par former un tableau clair… et macabre.
Le procédé est contrôlé, pas aléatoire. Hanson, en plaçant astucieusement ses thèmes dans son récit, commence par le début de la guerre et termine par la fin, ce qui n'est pas forcément garanti dans une approche thématique.
Le résultat est éclairant, disais-je. Je ne savais pas cette guerre si longue et si complexe. Ce mélange de conflit idéologique et de realpolitik pourrait donner des complexes à la géopolitique moderne. Imaginez pour l'exemple qu'Athènes est le défenseur des régimes démocratiques tout en étant le maître d'un empire dont elle maintient les chaines souvent sans scrupules (Athènes détruira des cités « amies » qui risquaient de quitter sa ligue) alors que Sparte favorise les régimes oligarques forts tout étant considérée par beaucoup comme le libérateur de la Grèce.
Hanson nous montre rapidement que notre image d'Épinal de la bataille entre phalanges d'hoplites n'est pas le type de combat le plus meurtrier ni le plus répandu dans cette guerre. La cavalerie a un rôle important, les techniques de guérilla à la Laurence d'Arabie aussi, sans parler des combats en mer. On retient surtout l'importance des carnages, les milliers de prisonniers massacrés, les villes réduites en cendre, l'effroyable peste à Athènes. Mais aussi les incroyables retournements de situation, quand l'espoir change de camp.
Un autre aspect éclairant est la relecture que ce livre permet des tragédies de Sophocle et d'Euripide et des comédies d'Aristophane. Je ne connais pas encore l'oeuvre de ce dernier, mais j'ai déjà beaucoup lu les deux tragédiens, et j'ai toujours analysées leurs pièces selon un angle moral ou mythologique. Hanson nous dit qu'elles contiennent en fait beaucoup des événements terribles qui avaient lieu pendant qu'elles étaient représentées. Qu'on pense à Hécube qui raconte le sort de la famille royale de Troie assassinée ou réduite en esclavage, et qui se veut aussi un cri porté contre l'attitude d'Athènes à l'égard des cités alliées qu'elle détruit sans vergogne. Assurément, j'aurai cela à l'esprit lors de mes prochaines lectures de ces auteurs.
Difficile de résumer un livre aussi foisonnant. Je n'ai fait que l'effleurer jusqu'ici. Au lieu de vous endormir par des longueurs sans intérêt, je ne peux que vous conseiller de lire ce livre si la Grèce antique vous intéresse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
ChaK_
  22 octobre 2018
Livre Oh combien plus accessible que le livre éponyme de l'ami Thucydide, dont celui ci est bien sûr inspiré.
L'auteur tente ici une approche originale et inédite, celle d'approche le conflit non de manière chronologique, mais de manière thématique. C'est bien sûr plus compliqué d'avoir la vision que donne le livre original, mais on arrive malgré tout à dessiner les contours du conflit, situer les moments clefs et à avoir une vision de la guerre non exhaustive mais juste.
Il y a aborde donc les thèmes suivants :
Le feu : la guerre contre la terre. Aborde ici surtout la première partie de la guerre, dites "La guerre d'Archidamos", les invasions Laconienne en attiques, leurs difficultés à saccager les terres, le repli des fermiers vers Athènes etc...
. La maladie : la peste à Athènes. Titre plutôt clair, conséquence directe de la première partie. Une ville surchargée livrée à la peste (ou assimilé). Periclès n'y survivra pas. S'étend aussi sur les conséquences à plus ou moins long terme.
La terreur : la guerre de l'ombre. de la nature même de ce conflit, conplètement inédit au temps de la Grèce ancienne. Saccage horribles, villes réduites à néant, ambuscades, abandon des batailles rangées de Hoplites etc...
La cuirasse : les batailles d'hoplites. Rare donc, seulement deux grandes batailles. Mantinée et Délion, 2 catastrophes pour Athènes. Parle de l'évolution des moeurs guerrières. A noter une point de vue très viscéral de l'action, au plus près des hommes dans la poussière.
Les murs : les sièges. Ou plutôt l'incapacité des Grècs à maitriser la poliorcétique. Très intéressants, on sent les balbutiements de cet art.
Les chevaux : le désastre de Sicile. Autre catastrophé pour Athènes. Couvre l'évolution de conflit vers l'importance de la cavalerie, qui annonce les évolutions du IVeme siècle avec Phillipe et Alexandre. Les Syracusiens très cavaliers et la nouvelle importance des chevaux jusqu'alors dénigrés.
Les navires : la guerre en mer. Encore très interessant, éclaire beaucoup sur le combat de trière, les besoins, les financements etc..
Le paroxysme : combats de trières en mer Egée. La guerre d'Ionie de 10 ans, les dernières ressources jetée dans les batailles navales et la fin d'Athènes (très temporaire) à Aigos Potamos.
La ruine ?, Vainqueurs et vaincus. le bilan, les conséquences, le futur.
Vraiment un excellent livre, cette approche est non seulement très intéressantes et beaucoup moins rébarbative que Thucydide, mais c'est vraiment bourrés d'informations, non seulement sur cette guerre, mais sur l'évolution des moeurs, ce qui se faisait avant, après etc...
L'auteur à été assez décrié semblerait il, j'ai vu pas mal de critique concernant certains parrallèles qu'il fait. L'auteur illustre en effet parfois (c'est plutôt rare) une situation de passé avec une situation présente. Associant par exemple l'Athènes antique avec les US actuels, ou comparant la flotte Athénienne à la flotte anglaise de la grande époque.
Je dois dire que ça ne m'a en rien géné, je pense que certains ont un peu trop pris ça au premier dégré. J'ai plutôt pris ça comme une aide à la "visualisation", pour avoir une evènement actuel s'approchant (et non pas une copie carbone) pour aider à mieux cerner. Au pire ça ne gène en rien la lecture, et c'est vraiment un petit détail. Y'en a qu'un seul que j'ai pas bien compris, quand il compare les spartiates surveillant ses "alliés" à la Waffen-SS. Mais je n'y connait rien en SS, donc j'ignore.
J'ai aussi lu certains lui reprocher de considérer cette guerre comme une guerre civile. Ce fut en effet une guerre entre citées états, mais unis 50 ou 60 ans avant sous la même egide contre les perses, aux Thermopyles, à Marathon ou à Salamine. C'était malgré tout une "nation" hellène, preuve en est le terme "barbare" désignant l'étranger ne parlant pas grec. Bref ça ne m'a pas choqué comme certains, loin s'en faut.
On y suit le destin brisé d'hommes d'exceptions (Alcibialde, Brasidas, Lysandre, Periclès, Platon...), de cités états ruinés, du ridicule de cette guerre qui ne changea pour ainsi dire pas grand chose de manière immédiate, changeant juste l'ordre des puissance en place, Thèbes devenant bientôt la grande puissance sous Epimanondas, Athènes reconstruisant ses 2 murs etc...
Dans l'ensemble un EXCELLENT livre, à la lecture aisé, au rythme plaisant et bourré à ras bord d'information en tout genre. Avec de nombreuses sources, malheureusement beaucoup étant en anglais. J'ajoute volontier ses autres livres à ma liste à lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Birhacheim
  31 août 2009
La "Grande Guerre" des Grecs.
La Guerre du Péloponnèse est la grande affaire des grecs de l'Antiquité.
Elle se déroula sur plus de 30 ans entre 431 et 404 avant Jésus-Christ. Elle oppose l'Athénes impériale à une coalition du Péloponnèse et de Béotie menée par Sparte. Cette guerre mit définitivement fin à la puissance impériale d'Athènes. Elle n'en fit pas, pour autant, le succès de Sparte. Ce fut finalement la Thèbes d'Epaminondas et surtout la Macédoine d'Alexandre qui allaient gagner l'hégémonie sur la Grèce.
Victor Davis Hanson est un historien talentueux de l'histoire grecque antique. Son "Le Modèle occidental de la guerre : La bataille d'infanterie dans la Grèce classique " est désormais un grand classique (voir mon commentaire par ailleurs).
Ce texte, publié en 2005 sous le nom de "A war like no other" retrace l'histoire de la guerre du Péloponnèse d'une manière originale. Il faut rappeler que ce conflit nous est connue par l'ouvrage éponyme du général-historien Thucydide. D'ailleurs le commentaire d'Hanson sur le travail de Thucydide est passionnant !
L'angle d'attaque de Hanson est original car, au lieu de relater le conflit de manière chronologique, il va traiter son sujet à travers de faits saillants du conflit, à savoir: le feu : la guerre contre la terre, La maladie : la peste à Athènes, La terreur : la guerre de l'ombre, La cuirasse : les batailles d'hoplites, Les murs : les sièges
Les chevaux : le désastre de Sicile , Les navires : la guerre en mer
Le paroxysme : combats de trières en mer Egée, La ruine ?, Vainqueurs et vaincus.
Cela peut apparaître parfois déroutant mais c'est bien ce qui fait la qualité de cet ouvrage.
Cette approche par thème lui permet d'approfondir son analyse d'une manière à la fois originale et fine. Certains se plaisent à critiquer régulièrement Hanson pour sa manie de re situer certains événements antiques par rapport à l'histoire contemporaine voire à l'actualité. C'est oublier que cet historien, néo-conservateur affiché, est avant tout un spécialiste de l'histoire antique. J'ai particulièrement apprécié d'ailleurs les volumineuses notes commentées et sa bibliographie bien complète.
Avec cartes dans le texte, bibliographie, index des noms et des lieux, portraits des principaux acteurs.
Indispensable aux amateurs d'histoire antique.
Lien : http://www.bir-hacheim.com/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
pdbloti17730
  25 février 2014
Livre rare par son érudition son accessibilité à un non spécialiste, son parti pris de dépasser le strict cours chronologique et la technicité de la guerre à cett'e époque pour extraire de ce coflit l'universel de chaque guere et que déjà Thucydide avai tdéjà noté
1 on sait quand on commence un guerre jamais quand elle s'arrête
2 une guerre ne se passe jamais comme on l'avait prévue
3 le plus souvent quelque soit le talent c'est celui qui a le plus d'argent qui gagne
4 Et quelquefois c'est le plus con qui gagne
5 Pir le plus souvent une guerre m^me sanglante ne sert à rien
Commenter  J’apprécie          20
Birhacheim
  31 août 2010
Flammarion ressort dans la collection Champs Histoire, cette oeuvre essentielle de l'historien américain Victor D. Hanson sur la guerre du Péloponnèse qui opposa Sparte la royale et ses alliés à la démocratie Athénienne.
Je ne peux qu'inciter vivement ceux qui n'ont pas encore acquis cet ouvrage important de le faire sans délai.
Voici le commentaire que j'avais publié sur la version française éditée initialement par Flammarion.
La « Grande Guerre » des Grecs.
La Guerre du Péloponnèse est la grande affaire des grecs de l'Antiquité.
Elle se déroula sur plus de 30 ans entre 431 et 404 avant Jésus-Christ. Elle oppose Athènes l'impériale à une coalition du Péloponnèse et de Béotie menée par Sparte. Cette guerre mit définitivement fin à la puissance impériale d'Athènes. Elle n'en fit pas, pour autant, le succès de Sparte. Ce fut finalement la Thèbes d'Epaminondas et surtout la Macédoine d'Alexandre qui allaient gagner l'hégémonie sur la Grèce.
Victor Davis Hanson est un historien talentueux de l'histoire grecque antique. Son « le Modèle occidental de la guerre : La bataille d'infanterie dans la Grèce classique » est désormais un grand classique (voir mon commentaire par ailleurs).
Ce texte, publié en 2005 sous le nom de « A war like no other » retrace l'histoire de la guerre du Péloponnèse d'une manière originale. Il faut rappeler que ce conflit nous est connu par l'ouvrage éponyme du général-historien Thucydide. D'ailleurs le commentaire d'Hanson sur le travail de Thucydide est passionnant !
L'angle d'attaque de Hanson est original car, au lieu de relater le conflit de manière chronologique, il va traiter son sujet à travers des faits saillants du conflit, à savoir:
.../...
Lien : http://www.bir-hacheim.com/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
BazaRBazaR   12 août 2018
Quand les Athéniens, pressés de mettre un terme au ruineux blocus de Potidée, proposèrent de laisser sortir les habitants prisonniers, l'Assemblée athénienne, qui se remettait difficilement de la peste et de la lâche agression contre Platée, son alliée, fut scandalisée de cette indulgence. Même la nouvelle que Potidée allait faire l'objet d'une épuration ethnique et être donnée à des colons athéniens ne suffit pas à apaiser les démocrates, qui mirent probablement les généraux en accusation pour insubordination. Jamais plus au cours des années de guerre qui suivirent l'Assemblée athénienne n'accorda à des vaincus des conditions aussi "douces". La dureté des Athéniens, que ce soit à Mytilène ou à Mélos, ne fut pas le fait de généraux voyous mais d'un vote majoritaire des citoyens athéniens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
BazaRBazaR   14 août 2018
La noyade était considérée comme la pire des morts dans la religion populaire grecque. C'est parce que des centaines des leurs étaient morts noyés que les Athéniens jugèrent leurs propres généraux après la victoire remportée aux Arginuses en 406. Six de ces généraux furent exécutés, alors même que l'ennemi avait subi des pertes beaucoup plus lourdes. Des milliers d'Athéniens pensaient que les âmes de leurs proches erraient sans repos dans les enfers tandis que leurs cadavres pourrissaient sans avoir pu être inhumés selon les rites. La chasse aux boucs émissaires après les Arginuses est en général considérée comme un des pires moments de l'histoire de la démocratie athénienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
BazaRBazaR   11 août 2018
Avant la guerre du Péloponnèse, la mise à mort des habitants d'une ville ayant décidé de se rendre était exceptionnelle. Les massacres de ce genre ne se multiplièrent qu'après le siège de Platée... Le dramaturge Euripide, qui intégra les événements contemporains à sa réécriture des mythes, fit représenter sa tragédie Hécube en 425, deux ans après l'écrasement brutal de Mytilène par les Athéniens. Dans cette pièce, Hécube rappelait au public athénien rassemblé le terrible destin de la famille royale de Troie après la prise de la ville : Hécube avait été vendue comme esclave, sa fille Polyxène sacrifiée, Cassandre emmenée comme butin, Polydore assassiné, tout cela après la mort au combat de ses fils Hector et Pâris, et l'exécution de son mari Priam.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
BazaRBazaR   17 août 2018
Sur le plan strictement stratégique, Athènes se retrouva dans la situation de l'Allemagne de la Seconde Guerre mondiale, qui fit la guerre aux vieux alliés européens, la France et l'Angleterre, affronta l'énorme puissance industrielle des États-Unis et essaya d'envahir la Russie soviétique. Hitler aurait pu gagner ou sortir honorablement de la guerre s'il avait affronté une seule de ces trois puissances, ou s'il les avait affrontées successivement. Mais il ne pouvait pas gagner en se battant en même temps contre deux de ces puissances, et encore moins contre les trois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
BazaRBazaR   01 août 2018
La peste illustre une réalité historique profonde: les guerres ont un effet libérateur, elles poussent les hommes à commettre des actes inimaginables dans les périodes de paix et de calme. Athènes était le centre intellectuel de la Grèce et prétendait incarner une humanité singulière, représenter une culture supérieure: l'enfer qu'y déclencha la peste nous rappelle que la civilisation peut toujours disparaître, n'importe où et à n'importe quel moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          244
>Grèce jusqu'à 323>Grèce antique>Grèce antique : 404-362 av. JC (6)
autres livres classés : guerre du péloponnèseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1463 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre