AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782246463917
176 pages
Grasset (10/02/1993)
5/5   1 notes
Résumé :
le contraire du coton , n'est pas ce livre ci , mais un autre introuvable , d'un certain Lipsky -
catalogue de souvenirs disponibles et impersonnels où Étienne Dun accepterait qu'on lui trouve un passé .
Il a soixante sept ans .
Il n'a pas vu son père depuis trente ans et n'a jamais pris l'avion.
Etienne Dun n'a pas la mémoire des souvenirs.

Son père , georges Dun aura cent ans l' année prochaine , qui est toujours l'ann... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Fleitour
  03 juillet 2015
A ma connaissance le 1er livre publié de jean baptiste Harang
Un titre qui sonne comme sa personnalité tout en douceur , car même à l'envers JB Harrang n'agresse pas .
Ses mots viennent des prés ,des vallées , des ombres jamais des crevasses ou des altérations de terrains , ses mots sont fait pour le plaisir du goût et du toucher .
Commenter  J’apprécie          61

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
FleitourFleitour   03 juillet 2015
Mon père a les mains de quelqu'un qui aurait travaillé de ses mains il y a très longtemps , du temps où le travail se faisait à la main , où même ceux qui ne travaillaient pas savaient caresser les ouvrages des autres et s'y charger des choses bien faites .
Les mains de mon père n'ont jamais su désapprendre ces gestes , elles gardent en creux la forme de ce qu'elles ont sculpté , agencé , construit ,créé , et si précisément quelles le feraient encore ....
Des mains de St joseph pour bénir des chefs-d’œuvre.
Mon père se caresse les mains l'une à peine posée sur l'autre, suspendue .
Glissent lentement les petits coussins roses des doigts de l'une sur le dos de l'autre, comme si l'imperceptible frôlement commandait la nostalgie.p 14
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
FleitourFleitour   03 juillet 2015
j'aurais pu rattraper le père avant qu'il enfourche son vélo et tourne le coin de la rue, je mâchais dans ma bouche sèche tous les mots que je lui aurais dits ,

des mots qui ne consolent personne , des mots qu'il connaissait déjà , des mots qui ne disent rien , des mots qui l'auraient agacé , qu'il m' aurait pardonnés , des mots qui ne valent que par les baisers ou les bourrades qui les accompagnent .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
FleitourFleitour   03 juillet 2015
Le père et moi, nous ne nous touchions pas .
Jamais.
Nous nous serrions la main , parfois , comme des ouvriers . Des mots qui auraient gâché son départ .
je ne l'ai jamais revu. P32
Commenter  J’apprécie          10
FleitourFleitour   03 juillet 2015
Je ne sais pas si l'on peut regarder un homme de soixante sept ans comme un enfant , même si c'est le sien .
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jean-Baptiste Harang (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Baptiste Harang
Cycle Autour de Minuit Jean Echenoz et Jean-Baptiste Harang Dialogue entre un auteur phare du catalogue minuit et l'un de ses plus anciens et fidèles lecteurs, romancier et critique littéraire. Mercredi 10 août 2022, dans le cadre du banquet du livre d'été « Demain la veille » qui s'est déroulé du 5 au 12 août 2022
autres livres classés : avionVoir plus





Quiz Voir plus

Frédéric Dard

Où Frédéric Dard est-il né?

Vire (Calvados)
Moulins (Allier)
Jallieu (Isère)
Beauvais (Oise)

10 questions
77 lecteurs ont répondu
Thème : Frédéric DardCréer un quiz sur ce livre