AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jean-Paul Jennequin (Traducteur)
EAN : 9782848560663
61 pages
Actes Sud - L'an 2 (22/05/2006)
3/5   5 notes
Résumé :
L'auteur de Leviathan signe un reportage en bande dessinée sur la ville sainte de Jérusalem. Il nous invite à le suivre à la découverte des lieux de culte et de pélerinage, déambule de quartier en quartier et rend compte très précisément, sans parti pris, du comportement des fidèles, des religieux, des commerçants. Remarquables de précision documentaire, ses planches montrent en particulier comment cohabitent les trois religions monothéistes et comment la ferveur cô... >Voir plus
Que lire après La cité de DieuVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
L'auteur évoque les invasions et occupant de l'actuelle terre d'Israël. Ainsi, il est question du roi Salomon, des croisés venus d'Occident, de Seldjoukides, des Mamelouks, des Mongols, du puissant empire colonial britannique. Cette terre, chérie par les nationalistes sionistes a été divisée et allouée aux survivants des persécutions de la Shoah.

La veille ville de Jérusalem comprend trois parties :
- La chrétienne est située à l'ouest de la porte de Jaffa
- La porte de Sion mène au quartier juif
- le quartier musulman se situe à proximité de la porte de Damas.
Des étals de marchands, rendent les lieux en perpétuelle effervescence du matin au soir.

Sur l'esplanade du temple se côtoie juifs et musulmans car s'y trouve le mur des lamentions et le dôme du rocher. Au mur des lamentation hommes et femmes prient séparément. Celui qui ouvre les portes du Saint Sépulcre, lieu où le christ a été enterré est un musulman. Plusieurs confessions chrétiennes occupent les lieux. Les moines éthiopiens vivent sur les toits dans des huttes de boue.

Au Sud depuis le mont Sion on peut voir l'église de la Dormition où s'est déroulé la dernière cène. La vierge Marie serait morte à cet emplacement

A l'Est de la ville, là où finissent tous les sentiers nous sommes au Mont des Oliviers où l'on trouve un vaste cimetière où pas mal de juifs veulent être enterré car c'est là que viendra le messie, les morts du cimetière seront les premiers à ressusciter. Ainsi est la croyance.

Bethléem se situe au sud de la ville. Un mur haut de neuf mètres sépare des communautés palestiniennes d'implantations juives en territoire occupés. de nombreux check point compliquent les déplacements et cause préjudice au tourisme.

Toutes les communautés depuis les juifs orthodoxes jusqu'au palestiniens doivent essayer de vivre en harmonie. Il y a parfois des échauffourées. Des palestiniens révoltés lance des pierres.

Il y a des dessins sur les pages de gauche sans rapport avec le fil conducteur : « ville de Jérusalem, vie dans les rues et cohabitation des communautés. Cet objectif trouve sa place dans les pages de droite.

Les dessins à droite sont dans les tons jaune, noir. A gauche, comme à droite, les traits sont précis Les images parlent d'elles même. Il y a d'ailleurs peu de textes. Bravo l'artiste dessinateur.

Si j'ai apprécié les dessins, j'aurais préféré une version multicolore. J'aurais aimé être devant un livre qui m'apprenait plus sur cette ville, que tant de touriste aiment découvrir.

Pour le dessin, je donne quatre étoiles.

Je n'ai pas voulu influencer ma chronique par la préface. Pour moi c'est les images qui devaient essentiellement parler.

Commenter  J’apprécie          130
Voici un carnet de voyage très intéressant, car totalement neutre. Jens Harder nous emmène visiter Jerusalem, en ne faisant que nous montrer ce qui est ou raconter ce qui a été. Aucun jugement sur les convictions, ou l'extrémismes de certains, ni sur les check point, les séparations entre communautés, ou la présence d'un mur (comme à Berlin à une certaine époque).
Et je me demande comment il est possible de poser un tel regard sur cette ville ! Comment est il possible de garder une telle distance ?
Mais j'ai trouvé cette lecture très intéressante du fait de cette neutralité justement. J'ai l'impression que je n'ai pas à me soumettre à un avis, ni résister à des propos qui ne me conviendraient pas, aussi la lecture est plus reposante ainsi, et cela me donnerait presque envie de découvrir cette ville par moi même.
Commenter  J’apprécie          70
La cité de dieu nous offre une excursion dans la ville sainte de Jérusalem. Cela tombe bien car j'ai lu il y a peu Chroniques de Jérusalem de Guy Deslile. le style de Jens Harder est complètement différent. Il faut avoir lu Alpha... directions pour comprendre.

La ville est chargée d'histoire et les religions se combattent assez férocement. J'avais apprécié la certaine neutralité du ton. Cependant, l'auteur se dévoile à la fin ou au regard de quelques remarques assez acerbes.

La conclusion ne donne pas du tout envie de croire à l'une des religions car ils sont tous d'accord pour se faire une guerre sans merci. La religion est infecte: c'est un véritable poison pour le peuple. Certes, l'auteur le dit dans d'autres termes pour ne pas froisser les susceptibilités.

Une oeuvre laïque d'utilité publique.
Commenter  J’apprécie          50
« Une ville sainte ? Si on pouvait mettre un toit sur Jérusalem, ce serait un asile de fous. ». le portrait d'une ville où se juxtaposent les contraires et se confrontent les différences. La cité de Dieu est une BD documentaire où sont esquissés les contrastes d'une ville trois fois sainte.
Sur la page de droite, on voit des scènes de Jérusalem aujourd'hui et de toutes les choses qui en font sa renommée de ville trois fois sainte. Sur la page de gauche, on entre dans un monde plus intime, à l'intérieur du regard du dessinateur. C'est ainsi que se juxtaposent, pour s'enrichir, deux visions, l'une globale, l'autre personnelle, d'un lieu où se côtoient les pensées, les religions et les divergences. Au sein même de la bande dessinée, c'est cette expérience de juxtaposition et d'opposition que nous invite à faire Jens Harder.
Lien : http://acteurs.uepal.fr/serv..
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Lecturejeune
01 mars 2007
Lecture jeune, n°121 - A l’occasion d’un projet de reportages croisés lancé par l’Institut Goethe de Berlin, trois illustrateurs israéliens se sont rendus en Allemagne, et trois illustrateurs allemands en Israël. Jens Harder est l’un d’entre eux. Reportage, récit journalistique et carnet de voyage en bandes dessinées : cet ouvrage est inclassable. C’est avant tout un livre d’images, qui donne à voir les trois religions dans le microcosme de Jérusalem. Ici, l’expression des « marchands du temple » prend tout son sens ! Parmi les pèlerins venus du monde entier, les mystiques se mêlent aux touristes, les prêtres se prennent en photo, un rabbin téléphone devant le Mur des Lamentations… Beaucoup d’humour et d’ironie dans ces dessins si finement croqués, à l’esprit laïque et plutôt critique. En page de gauche, une scène en gros plan d’un gris brun alterne avec un récit en bande dessinée très vivant sur la ville. En page de droite, le lecteur a rendez-vous avec l’histoire et le quotidien. On retient surtout la vie trépidante de la cité, la foule, ses bruits, ses odeurs, la paix des communautés qui tient du miracle. A la fois document sociologique et caméra cachée, le reportage s’attarde sur les différents quartiers, lieux de culte et de pèlerinage, sur la place réservée aux religieux, les fiefs des commerçants… Cette lecture plaisante apportera beaucoup aux adolescents, pour peu qu’ils soient réceptifs aux détails savoureux des illustrations. Cécile Robin-Lapeyre
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Mea Shéarim est le digne héritier des schtetls d’Europe de l’Est, mais garni de quelques accessoires du vingt-et-unième siècle. Nombreux sont ceux qui, ici, ne reconnaissent pas l’état d’Israël. Ils refusent de payer des impôts et de faire leur service militaire. Ils parlent yiddish, suivent à la lettre les commandements de Moïse et célèbrent le sabbat si sévèrement qu’il n’allume ni lumière, ni radio.
Commenter  J’apprécie          50
Le Mur des Lamentations, le site le plus sacré pour les juifs pieux, devient de plus en plus un décor en plein air. Chaque jour y ont lieu des bar-mitsvas, des mariages, des fêtes, des réunions, des rituels de toute sorte ― et la presse est toujours là, en alerte.
Commenter  J’apprécie          40
Des gamins jouent au football devant les bâtiments vénérables. Quand seront-ils à nouveau ouverts à tous ? Hélas, personne ne le sait.
Commenter  J’apprécie          10
Jérusalem, la ville sainte, cent fois contruite, cent fois détruite.
Commenter  J’apprécie          20
Une oeuvre laïque d'utilité publique.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Jens Harder (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jens Harder
Une très belle présentation du fabuleux "Alpha... Directions" de Jens Harder. Véritable saga de lEvolution, cette BD scientifique raconte 14 milliards dannées, du Big Bang aux premiers hommes. Fusion réussie et jubilatoire entre art et science, humour et poésie. Réalisation : Arno Caravel Production : Cité des sciences et de l'industrie 2009
autres livres classés : jerusalemVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (18) Voir plus



Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
597 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre

{* *}