AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782352877844
387 pages
Éditeur : Archipoche (13/05/2015)
4.07/5   515 notes
Résumé :
Jeune femme d’une grande beauté et au caractère impétueux, Bathsheba Everdene hérite à vingt ans d’un beau domaine, qu’elle dirige seule. Quand un incendie se déclare dans sa propriété, un ancien soupirant ayant connu des revers de fortune, Gabriel Oak, lui apporte une aide précieuse pour sauver ses récoltes. Elle lui procure un emploi parmi ses gens, mais devient l’élue de deux autres prétendants, bien décidés à obtenir sa main. Oak s’avérera quant à lui d’une éton... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (146) Voir plus Ajouter une critique
4,07

sur 515 notes

Gwen21
  29 mai 2015
Quel livre mes amis, quel livre !
Entre mes mains depuis à peine 48h et je peux vous certifier que mes deux dernières nuits furent courtes et enfiévrées, et mon attention au travail bien dissipée. Qu'ils sont rares ces livres qui détiennent ce pouvoir presque surnaturel de nous emporter, nous humbles lecteurs, vers de telles transes, nous faisant négliger nos repas, nous rendant sourds à notre entourage, siphonnant toutes nos pensées, toutes nos émotions et nous faisant désirer une seule et unique chose : rester seuls avec eux, dans l'intimité de leurs pages fébrilement tournées, à la découverte de leurs secrets et dans l'attente de leur dénouement.
Ma rencontre avec "Loin de la foule déchaînée" de Thomas Hardy a commencé il y a déjà plusieurs mois. Ce roman - qui n'évoquait alors pour moi qu'un titre sur la liste interminable des classiques de la littérature - a soudain pris une forme très concrète quand j'ai visionné par hasard la bande-annonce de sa nouvelle adaptation cinématographique, réalisée par le danois Thomas Vinterberg. En moins de deux minutes, alors que mon sang se figeait et que mon cœur faisait un bond dans ma poitrine, j'ai littéralement été happée par l'esthétisme de la photographie et par le souffle qui se dégageait des quelques plans entraperçus. Ce fut comme un coup de foudre. Aussitôt, je me suis lancée dans une quête effrénée pour dégoter le roman, hélas en rupture d'édition - ou disponible d'occasion, à prix d'or...
Pendant deux mois, comme une amoureuse transie, tous mes espoirs ont reposé sur le bon vouloir des maisons d'édition à rééditer ce grand classique, en vue de la sortie du film. Il me semblait impensable que pas une d'entre elles n'ait le bon sens, que dis-je, l'intelligence de le ré-éditer. Après de longues semaines de veille, mon espérance fut enfin récompensée, merci à Archipoche. Victoire ! Aussitôt, une pré-commande est passée à ma libraire, très étonnée de tant d'enthousiasme.
Le 13 mai devait être pour moi le début de ma félicité. Je connaissais désormais par cœur les bandes-annonces disponibles sur la toile et leur jolie musique résonnait continuellement à mes oreilles. Hélas, comme c'est trop souvent le cas quand le destin veut jouer avec nos nerfs et la raison nous amener à plus de tempérance, ma libraire mit presque deux semaines à m'obtenir le Graal. Aussi tendue qu'une arbalète, j'ai bondi à son appel et me suis immédiatement plongée dans ma lecture ; une lecture qui a dépassé toutes mes espérances.
Oui, chers amis, c'est maintenant le moment - enfin ! soupirez-vous légitimement - de vous parler de ce grand, beau, exceptionnel roman qui, n'ayons pas peur des mots, fait désormais partie des plus belles œuvres qu'il m'a été donné de découvrir jusqu'ici.
Familière de la littérature anglaise du 19ème siècle, j'ai savouré comme on boit du petit lait la plume si juste, si belle et si vraie de Thomas Hardy, un grand écrivain qui eut le malheur de ne se voir reconnu comme tel qu'après sa mort - le sort commun des grands artistes. J'ai été agréablement surprise par sa modernité et par sa capacité vraiment extraordinaire à plonger son lecteur dans son univers - le terroir anglais - sans recourir à de nombreuses descriptions ni aux habituelles digressions assez caractéristiques de la période. "Droit au but" semble avoir été la devise qui a guidé sa plume, ce qui explique sans doute en grande partie le peps donné au rythme du roman. Vraiment, je me demande ce que le scénariste de Thomas Vinterberg a bien pu réaliser pour justifier son cachet tant Hardy semble avoir lui-même écrit un scénario juste... parfait.
Je connais un autre grand homme de lettres anglais qui n'aurait sans doute pas désavoué ce roman : William Shakespeare, excusez du peu. En effet, la trame de "Loin de la foule déchaînée" m'a fait penser tout au long de ma lecture à une subtile et harmonieuse alliance, parfaitement équilibrée, entre une tragédie et une comédie du grand Will. Il y a sans conteste du "Roméo et Juliette" entre ces pages, comme il y a du "Beaucoup de bruit pour rien", avec cette touche personnelle de Hardy qui retranche au drame ses nuances les plus fortes pour les créditer au compte de l'authenticité et du romanesque.
Vrai, j'ai peu dormi depuis deux jours, j'ai peu mangé et peu travaillé mais j'ai fait un tel voyage, avec de tels personnages, avec une telle figure de femme, que la seule manière de me consoler de l'avoir si tôt achevé est de me précipiter mercredi dans une salle obscure.
Vous l'aurez compris, je recommande chaudement ce roman ; c'est plus que jamais un coup de cœur, l'un de mes plus violents et passionnants.

Challenge de lecture 2015 - Un livre avec un triangle amoureux
Challenge XIXème siècle 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          23790
qmike549
  25 février 2021
La campagne est au coeur de la société anglaise; et quoique la grande majorité des Britanniques soient aujourd'hui citadins, la campagne reste pour la plupart des Anglais un lieu idyllique...Si vous aimez cet endroit typique anglais …si vous adorez ces villages de cottages aux toits de chaume blottis au fond de vallées souriantes et qui plus est si vous adorez les romances anglaises du XIXème siècle… ne cherchez plus…ce roman « Loin de la foule déchainée » de Thomas Hardy est écrit pour vous…
Ce roman a été créé pour les amoureux des histoires d'amour ….mais attention…pas n'importe quelle histoire d'amour…un récit d'amour compliqué….que voulez-vous tout ce mérite dans la vie…et patience et longueur de temps font plus force ni que rage…c'est que l'amour est un usurier exigeant….
« Loin de la foule déchainée » est une date de parution : 1874
« Loin de la foule déchainée » est un titre anglais : far from the Madding Crowd….ce titre n'est pas un hasard, l'auteur Thomas Hardy a pris le titre du poème de Thomas Gray "Élégie écrite dans un cimetière de campagne" (1751)….
« Loin de la foule déchaînée » est Bathsheba Everdene une jeune fille charmante, gâtée par la dame nature ….elle se croit seule.....Elle finit par prendre l'objet sur ses genoux, enleva prestement le papier, qui révéla reflet montée sur pied mobile, dans laquelle elle examina attentivement ses traits…ses lèvres s'écartèrent et elle sourit…Elle rougit de vanité en voyant son reflet dans la glace….
« Loin de la foule déchainée » est Gabriel Oak, un jeune berger humble et honnête aux traits entre la beauté de Saint Jean et la laideur de Judas…Gabriel Oak la voit sans être vu, découvre sa beauté en même temps que sa faiblesse : cette folle vanité….Gabriel Oak qui contemplait la scène….ne put se défendre d'en tirer une déduction cynique….il avait tout observé et dit … La vanité …
« Loin de la foule déchainée» est l'héritage reçue par Bathsheba Everdene…Son oncle est tombé malade…le docteur tout habile qu'il est, il n'a pas su le guérir….Eh bien, maintenant, vous avez une maitresse au lieu d'un maître pour diriger l'exploitation agricole…la ferme à Weatherbury…. Bathsheba n'a pas tardé à renvoyé l'intendant afin de tout gérer elle-même….
« Loin de la foule déchainée » est une relation par change ou par hasard…Le feu avait commencé dans un immense tas de paille…Il ne se ménage pas dit la femme en fixant Gabriel….allez lui dire que la propriétaire de la ferme désire le remercier…oh une femme à la tête d'une ferme…..la propriétaire leva la tête et découvrit avec stupéfaction…Gabriel Oak et Bathsheba Everdene, étaient face à face...
« Loin de la foule déchainée» est Fanny Robin…. Une jeune servante orpheline de la ferme qui s'enfuit la nuit où Gabriel arrive, elle va tenter d'épouser le sergent Troy…. Franck supplie Fanny Robin quand nous marierons-nous... ?...
« Loin de la foule déchainée » est le sergent Franck…. ..Fanny faut-il que nous nous marrions…oh répondit-elle…. Ça m'oblige de te dire ce que j'aurai dû te dire dès le début…
La pauvre Fanny va finalement finir abandonnée et mourir misérablement en donnant naissance à son enfant dans la pauvre maison de Casterbridge….et bien entendu sans avoir au préalable épousé son sergent bien aimé….
« Loin de la foule déchainée » est le fermier William Boldwood….c'est un homme intéressant, ne trouvez-vous pas ?...oh ! Oui tout le monde en est d'accord…Je me demande toutefois bien pourquoi il est aussi imbu de sa personne…un monsieur riche comme lui, qu'est-ce que ça peut faire….
Et pourtant…un jour il alla voir Everdene…Bonjour... …Je suis venu vous parler sans préambule….ma vie ne m'appartient plus depuis que je vous ai vu, Miss Everdene…ma vie est un fardeau sans vous…je vous aime….Je viens vous demander en mariage…..Je vous veux pour épouse…J'ai peur que vous me trouviez trop vieux….mais croyez-moi, je saurai mieux prendre soin de vous que plus d'un homme de votre âge…
« Loin de la foule déchainée » est aussi symbole…Tout au long du récit…il arrive des drames avec l'élevage des moutons …ces moutons symbolisent les aléas heureux ou malheureux de la vie …naissance, la maladie, la mort….Ces moutons symbolisent aussi certains comportement humains…L'auteur Thomas Hardy n'hésite pas à comparer les femmes à la fête de Boldwood à un troupeau des moutons …..
Toutes les femmes, remplies d'épouvante, se serraient contre les murs comme des brebis pendant l'orage….Et quand une d'elle prend enfin une décision…toutes la suivent sans réfléchir…comme tous ces députés de la majorité actuelle au parlement……des moutons apeurés incapables de prendre seuls une décision dans l'intérêt commun …dans l'intérêt des français…
Il semble que l'auteur Thomas Hardy aime jouer avec les nerfs du lecteur, tout au long du récit, il met en scène plusieurs personnages amoureux de la même personne…de Mis Bathsheba Everdene…le lecteur attend de cette concurrence ; de cette rivalité, de la jalousie, qu'un drame hélas rien n'arrive…au contraire l'auteur Thomas Hardy prend un malin plaisir à ralentir le temps….
Et le lecteur doit encore patienter pour avoir un peu d'élan dans ce récit voire patienter longtemps pour obtenir un peu de pigment....En effet, le lecteur devra attendre la page 161 pour qu'enfin ce récit prenne du souffle..…Il est vrai dès le début du récit qu'Everdene n'a aucun attrait pour le mariage…..
C'est que notre féministe avant l'heure, Everdene veut garder son indépendance…hors mariage….bien évidemment mais……Quand je suis allé à Bath, ce fameux soir dit-elle, j'avais l'attention bien arrêter de rompre avec Mr Troy ? Ce sont les circonstances survenues là-bas qui seules ont provoquées mon mariage…..
« Loin de la foule déchainée » est un récit proche de ceux de Jane Austen, proche des romans de formation, avec un personnage féminin en proie à un conflit intérieur sur la notion de mariage…un conflit qui la ronge, qui la fait hésiter…c'est qu'il n'est pas toujours aisé de prendre la bonne décision pour assurer son avenir……..
Mine de rien l'auteur Thomas Hardy diffuse aussi un message fort aux lecteurs….vivez le moment présent….ce présent devient rapidement passé…Si seulement je l'avais épousé…maintenant il est trop tard…Troy marcha longtemps en direction du sud avec le lugubre souvenir de la morte qui dormait désormais dans le cimetière….remords le pousser à aller n'importe où….Profitez du moment présent…….
Le lecteur sera au également attentif à l'humour anglais distillé tout le long du récit….C'est Caïn Ball…Mademoiselle…comment se fait-il que ce garçon ait un nom pareil. ? demanda Bathsheba…Voyez-vous…sa pauvre mère, s'est trompée à son baptême….
Elle croyait que c'est Abel qui a tué Caïn…..elle a donc appelé son fils Caïn en pensant à Abel…..Oh mon dieu….pardonnez-à cette pauvresse son inculture…ou encore avant Joseph Poorgrasse peignait le nom du fermier sur les charrettes…mais il ne se rappelait jamais dans quel sens qu'on tourne les J et et…donc…la charrette…..
Les lecteurs apprécieront surtout le style et la merveilleuse écriture de l'auteur Thomas Hardy…Il est vrai que nous sommes bien loin des écrits de la séries de Arlequin….Que voulez-vous…nous cessons de déplorer la baisse des niveaux littéraires…même le CAPES n'est plus ce qu'il était......c'est la baisse constante de niveaux scolaires et intellectuels....
L'écriture du romancier poète Thomas Hardy a été fortement influencée par le courant romantisme....La plupart de ses romans concernent des personnages au destin tragique luttant contre leurs passions et leurs circonstances sociales...
Loin de la foule déchaînée est le premier des grands romans de Thomas Hardy (1840-1928), à qui il apporte la notoriété….. Il marque l'apparition dans son oeuvre de la région imaginaire du Wessex, calquée sur son Dorset natal. ...

Avec ce roman Thomas Hardy s'inscrit dans l'incontournable littérature anglaise du XIXème siècle….

Challenge 19ème siècle 2021
Challenge COEUR D'ARTICHAUT 2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          911
jeunejane
  20 septembre 2018
J'ai relu le livre après avoir vu le merveilleux film réalisé en 2015 où l'acteur Mathias Schoenarts joue le rôle de Monsieur Oak. Il porte bien son nom celui-là. Son jeu est formidable, il fait passer toutes les émotions dans son visage et sa stature.
J'avais lu " Loin de la foule déchaînée" il y a quelques années mais j'avais perdu le livre. Je me le suis reprocuré depuis quelques temps et en lis une petite partie de temps à autre pour me changer les idées entre deux lectures.
L'impression reste la même : ce que je ressens est toujours aussi intense.
Thomas Hardy nous décrit à merveille une campagne anglaise du XIXème siècle.
Nous y rencontrons notre héroïne Batsheba Everdene qui semble être désireuse de rester indépendante hors mariage.
Elle sera entourée de trois hommes : Monsieur Oak, de condition plus modeste qu'elle et qui lui témoigne un amour totalement désintéressé.
Monsieur Boldwood, son châtelain de voisin qui tombe dans le panneau d'un jeu amoureux de Bathsheba et lui offre mariage et protection.
Le sergent Troy pour qui elle va perdre la tête emportée par ses sens.
Passion, drames, amour, solidarité entre hommes amoureux éconduits, condition de la femme.
On y lit tout cela dans le roman de Thomas Hardy.
Le roman, merveilleusement écrit rejoint le film en intensité.
Ce n'est pas tous les jours qu'on lit une pareille lecture.
La première fois que je l'avais lu, je n'avais pas su le lâcher.
Quand j'ai vu le film, j'ai été complètement enchantée.
En relisant le livre, je me suis dirigée vers les scènes les plus intenses comme celle où le troupeau de Mr Oak va être anéanti et d'autres comme celle où Fanny rate l'église de son mariage puis, j'arrête, je vais tout raconter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8912
Eve-Yeshe
  17 septembre 2016
J'ai beaucoup aimé ce roman. L'histoire est belle, les personnages sont bien décrits, on se les imagine aisément tant la narration est soignée. Thomas Hardy nous décrit l'histoire d'une jolie femme et de trois hommes qui l'aiment chacun d'une façon différente. Il dissèque avec beaucoup d'acuité les personnalités de chaque protagoniste, leurs qualités et leurs défauts, leur conception de la vie et de la société.
En plus de sa beauté, Batsheba a un caractère bien trempé; bien-sûr, elle doit faire ses preuves en prenant les rênes de la ferme mais elle sait ce qu'elle veut et sait s'entourer, apprend à négocier les prix pour vendre ses récoltes, demande de l'aide quand elle hésite.
Elle ne se contente pas d'être jolie, ce n'est pas une écervelée, donc pas de cliché, elle doit faire ses preuves comme un homme pour se faire respecter, n'hésitant pas à mettre la main à la pâte et c'est sur son action que son entourage la juge. « Sa voix était singulièrement harmonieuse et attachante : c'était un son léger et tendre, fait pour inspirer le roman, une de ces voix fréquemment décrites, rarement entendues. »
L'auteur nous décrit bien cette femme, un peu en avance par rapport à la société de son époque, qui parfois fait des actes inconsidérés
Thomas Hardy nous offre, dans ce roman, une belle réflexion sur la société en général, sur le destin, la loi de causalité (ou l'effet papillon), sur l'être et le paraître, sur le statut de la femme au XIXe siècle, (cf. une phrase terrible sur la maltraitance P 348), sur le rôle de l'Eglise, sur l'amour et ce qu'il peut faire faire aux gens lorsqu'il est excessif ou non partagé ; il rend hommage au monde agricole qui vit au rythme des saisons, des intempéries, respectant la nature. S'inspirant de son Dorset natal, il a inventé un lieu, le Wessex, pour situer son histoire et il le décrit tellement bien, qu'on a l'impression de faire partie du décor et de l'histoire.
Dans un style narratif magnifique, l'auteur nous fait partager son amour de la terre, avec des belles descriptions de cette campagne verdoyante, dans laquelle galopent les chevaux, paissent les brebis ; comment les gens travaillent dans les champs, dans des conditions bien différentes de nos paysans actuels, la moindre erreur pouvant avoir des conséquences terribles sur les récoltes. Une sagesse innée de la Terre qui semble tellement loin de nos jours.
J'aime beaucoup cet auteur que j'ai découvert, avec énormément de plaisir autrefois, avec « Tess d'Urberville ». L'écriture est belle, mélodieuse ; les descriptions sont à couper le souffle, il n'y a pas de longueurs, les phrases roulent, s'enchaînent comme le galop des chevaux ou le rythme des saisons. Je rends hommage, au passage, au cinéaste danois Thomas Vinterberg qui est resté très proche du roman, ne l'a pas dénaturé.
Donc un nouveau coup de coeur, et l'envie de lire ses autres romans, notamment « Jude l'Obscur », le titre à lui-seul est une invitation au voyage. Un seul regret : l'avoir laissé attendre trop longtemps dans la bibliothèque…
Note : 9,4/10 challenge XIXe siècle
Lien : http://eveyeshe.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8014
isabelleisapure
  17 avril 2016
"Quel livre mes amis, quel livre" ! Oui, je sais vous avez déjà lu cette exclamation quelque part !
Ma Chère Gwen , si je me permets de reprendre tes mots pour débuter cette critique, c'est avant tout pour te remercier de m'avoir incitée à lire cet auteur dont je ne connaissais jusqu'à présent que le nom.
Qu'ai-je aimé dans ce livre ? Tout ! L'histoire bien sûr mais surtout les protagonistes.
L'héroïne avant tout, sensible, courageuse, émancipée, Bathsheba est une femme d'une rare beauté, qui fait tourner la tête à tous les hommes. Thomas Hardy en fait à mon sens l'une des figures les plus attachantes de la littérature.
Les personnages masculins, bien que plus ternes ne sont pas dépourvus d'intérêt. Ils sont trois à espérer conquérir le coeur de Batsheba : Gabriel Oak, Boldwood le propriétaire terrien et le sergent Francis Troy.
Force est de constater qu'en plus de son talent d'écrivain Thomas Hardy est un fin psychologue qui dissèque les moindres traits de caractères de ses héros et réussit à nous les rendre attachants malgré leurs défauts.
« Loin de la foule déchaînée » fait partie de ces rares livres qui marquent une vie de lecteur alors, laissez-vous convaincre, ne passez pas à côté de ce chef-d'oeuvre !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          834

Citations et extraits (187) Voir plus Ajouter une citation
JoohJooh   04 août 2015
Mettons, ce qui arrive généralement, qu'un homme s'amourache d'une femme tout ordinaire: elle peut l'épouser, il est content et mène une vie utile à ses côtés. Mais une femme comme vous est aimée d'une centaine d'admirateurs; vos yeux allumeront quantité de passions stériles, et vous ne pourrez épouser qu'un seul homme dans ce grand nombre. Il y aura, disons, vingt jeunes gens qui, pour oublier l'amertume d'une passion malheureuse, se mettront à boire; vingt autres gâcheront leur vie sans songer à prendre une place dans le monde, parce qu'ils n'ont point d'autre ambition, d'autres sentiments que vous; vingt encore - personnes sensibles, et je serai probablement de ce nombre - se traîneront toujours à votre suite pour vous apercevoir, ne fût-ce qu'un instant, et accompliront des actions désespérées. Les hommes sont des insensés ! Enfin, le reste essaiera de vous oublier avec plus ou moins de succès, mais tous auront été affligés. Et non seulement ces quatre-vingt-dix-neuf hommes, mais encore les quatre-vingt-dix-neuf femmes qu'ils pourraient avoir épousées seront toutes malheureuses, à cause de leurs maris. (...) voilà pourquoi je prétends qu'une personne aussi adorable que vous, miss Everdene, est rarement une bénédiction pour sa race !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          550
JoohJooh   09 août 2015
"Le Meilleur Compagnon du jeune homme", "le Guide pratique du maréchal-ferrant", "le Médecin-Vétérinaire", "le Paradis perdu", "le Voyage du pèlerin", "Robinson Crusoé", "le Dictionnaire" d'Ash et "l'Arithmétique" de Walkingame composaient toute sa petite bibliothèque; mais il avait su, par des lectures assidues, en tirer plus de connaissances que bien d'autres hommes n'en ont puisé dans un assortiment plus complet de livres choisis ou sur une étagère de dix mètres de long remplie de bouquins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          570
JoohJooh   31 juillet 2015
La jeune fille avait le défaut d'être trop prononcée dans ses objections et pas assez démonstrative dans ses antipathies. De même que les corps ne tirent point leur couleur des rayons qu'ils absorbent, mais au contraire de ceux qu'ils reflètent, les hommes sont jugés par leurs antipathies et leurs répugnances, tandis que leur bienveillance n'est nullement prise en considération.
Commenter  J’apprécie          610
JoohJooh   22 juillet 2015
La poésie du mouvement est une expression parfois usitée; mais pour en savourer la volupté, il faut s'être trouvé seul, sur une hauteur, au milieu du calme de la nuit, et avoir contemplé la marche des étoiles ! Après cette incursion dans le domaine des constellations célestes, l'esprit élevé au dessus des préoccupations terrestres, des pensées et des visions ordinaires, comprend mieux l'éternité.
Commenter  J’apprécie          530
Melpomene125Melpomene125   11 août 2018
Après tout, comment en vouloir encore à cet homme ? Il est des occasions où des jeunes filles telles que Bathsheba sont toutes disposées à pardonner une conduite qui n’est pas irréprochablement correcte. Cela arrive quand elles recherchent les compliments, chose fréquente, ou quand elles ont besoin d’être dominées, ce qui est plus rare. Le premier sentiment l’emportait chez Bathsheba, mêlé à une pointe du second, et il faut dire que le fait d’être joli garçon et d’avoir vu de meilleurs jours contribuait à rendre bien intéressant celui qui l’avait inspiré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360

Videos de Thomas Hardy (59) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thomas Hardy
Loin de la foule déchaînée (Far from the Madding Crowd) (2015), un film dramatique américano-britannique de Thomas Vinterberg, l'adaptation du roman homonyme de Thomas Hardy, publié en 1874.
autres livres classés : campagne anglaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Loin de la foule déchaînée - Thomas Hardy

Quel est le titre original de ce roman ?

Far from the Funny Crowd
Far from the Madding Crowd
Far from the Minding Crowd

10 questions
41 lecteurs ont répondu
Thème : Loin de la foule déchaînée de Thomas HardyCréer un quiz sur ce livre