AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Zéno Bianu (Traducteur)Laurent Huguelit (Éditeur scientifique)
EAN : 9782845940475
264 pages
Éditeur : Mama Editions (07/04/2011)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Le pouvoir de guérison des chamanes est aujourd'hui pris au sérieux par un nombre croissant de professionnels de la santé. Avec ce livre, l'anthropologue Michael Harner nous emmène à la source de la guérison chamanique.
Michael Harner a compilé les pratiques chamaniques communes à diverses traditions et mis au point une méthode simple, à la portée de tous, pour en faire l'expérience. Dans un style très vivant et souvent humoristique, il guide pas à pas le lec... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
colimasson
  09 mai 2020
Né dans les années 1930, Michael se barre du côté des Jivaro une première fois dans les années 60 puis une seconde fois quelques années plus tard, sans doute enflammé par la fièvre de l'Equateur et ses mixtures d'ayahuasca. Sa contamination est d'ailleurs si totale qu'à l'époque où l'anthropologie posait l'interdiction de participer à la vie des populations qu'elle étudiait, Michael décide de tout envoyer foutre et de s'initier au chamanisme. C'est ce qu'il nous raconte dans une première partie enthousiasmante comme un conte hallucinogène. Depuis cette époque, Michael n'a eu de cesse d'approfondir ses connaissances pour reconnaître dans le chamanisme une tradition participant du substrat spirituel de l'humanité.

« L'un des aspects les plus remarquables des postulats et des méthodes chamaniques est qu'ils sont très similaires dans des régions de la planète très éloignées les unes des autres, comme l'Australie Aborigène, l'Amérique du Nord et du Sud, l'Asie centrale et la Sibérie, l'Europe du Nord et de l'Est, et l'Afrique du Sud. Même dans la littérature historique de la Méditerranée classique, ou de l'Europe de l'Ouest du Moyen Age et de la Renaissance, on trouve la preuve que le même savoir chamanique fondamental existait là autrefois avant d'être presque complètement éradiqué par l'Inquisition. »

Ce livre se présente comme un manuel d'initiation à l'usage des profanes désirant s'approcher sans prendre trop de risques du chamanisme. Les plus motivés, munis de leur tambour et de leurs maracas, pourront donc essayer de pratiquer le voyage chamanique pour visiter le Monde d'en Bas à la recherche de leur animal gardien. Ceux qui n'en sont pas encore là pourront se contenter de se familiariser avec un univers étrange et charmant.

Pour comprendre ce que désigne la réalité dans le chamanisme, il importe de comprendre que le chamane évolue dans deux types de réalités différentes : l'ECO (état de conscience ordinaire, le nôtre la plupart du temps) et l'ECC (état de conscience chamanique). Lorsqu'une personne malade ou déspiritualisée vient consulter un chamane, celui-ci se plonge en ECC soit par la consommation de drogues soit par une transe induite par le battement du tambour ou des maracas. Il peut alors apercevoir le mal logé dans son patient (dans le cas d'une maladie ou d'une malédiction) sous la forme d'une entité visible seulement en ECC sous sa forme symbolique (un insecte ou un reptile par exemple). le chamane ira alors chercher le remède approprié parmi sa collection d'esprits alliés. Ces esprits alliés peuvent être visibles en ECO sous forme d'insectes, plantes, cailloux ou autres objets récoltés dans la nature sauvage, mais dont la correspondance en ECC est souvent assez fantastique (panthères, papillons géants, etc.). A chaque esprit allié correspond une fonction de guérison spécifique. le chamane s'arme des esprits alliés appropriés et entreprend l'aspiration puis le vomissement de l'entité qui rendait son patient malade (un peu comme dans la Ligne Verte de Stephen King).

Les maladies de déspiritualisation, telles que nous les connaissons bien en nos contrées (sous le nom de dépression par exemple), seraient quant à elles dues à la perte de l'animal gardien. Un animal gardien est un esprit allié qui désire faire profiter l'homme de son pouvoir vital en échange de la corporéité humaine. L'animal gardien sera heureux de rester avec l'homme si celui-ci lui permet de temps à autre de retrouver les sensations de la matière en dansant sa danse ou en chantant son chant, et s'il écoute ses messages lors des grands rêves. Mais si l'homme oublie son animal gardien, celui-ci deviendra impatient et finira par s'éloigner pour ne plus jamais revenir. L'homme aura perdu sa force vitale, celle qui, dit-on, permet de repousser les maladies et de retarder le moment de la mort.

« L'esprit gardien animal résidant dans le corps-esprit d'une personne veut avoir la joie d'exister une nouvelle fois sous une forme matérielle. C'est un échange, car la personne acquiert le pouvoir de tout le genre ou l'espèce représenté par cet esprit gardien. Tout comme un humain peut vouloir faire l'expérience de la réalité non ordinaire en devenant chamane, un esprit gardien peut souhaiter faire l'expérience de la réalité ordinaire en entrant dans le corps d'un être humain. »

Comme le rappelle Michael, le chamanisme n'est pas une science et on ne peut pas démontrer scientifiquement sa validité ; toutefois, on peut en reconnaître l'efficience. Comme l'écrivait Albert Schweitzer : « le sorcier réussit pour la même raison que nous autres [médecins]. Chaque patient porte en lui-même son propre médecin. Ils viennent à nous sans connaître cette vérité. Nous donnons le meilleur de nous-mêmes lorsque nous permettons au médecin qui réside dans chaque malade de se mettre au travail ». Et Michael de conclure : « Les succès de la médecine scientifique et technologique occidentale sont évidemment miraculeux à leur manière. Mais j'espère que le savoir et les méthodes chamaniques seront respectés par les Occidentaux, parce que de leur côté les chamanes respectent la médecine technologique occidentale. Au sein d'un respect mutuel, ces deux conceptions peuvent favoriser l'aboutissement de l'approche holistique de la guérison et de la santé que tant de personnes recherchent aujourd'hui. »

Bien entendu, le chamanisme n'est pas qu'une méthode thérapeutique (ça c'est notre façon de faire passer la pilule en occident). C'est une vision du monde qui embrasse le connu et l'inconnu dans l'établissement de relations subtiles et harmonieuses. Un livre à découvrir pour une première approche modeste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
facteur84
  18 mai 2011
Quand on en a appris un peu plus et que l'on connait un peu le sujet des chamanes, on se dit : mais quelle discussion large et variée qui ouvre sur plusieurs réflexions et pistes de découverte et de corrélation avec notre monde moderne aveugle !!!!
Voilà ce que je me suis dit en terminant ce livre et en approfondissant un peu avec internet.

Vous ne douterez pas que la tache de commenter ou de critiquer ce livre sera ardu pour moi. Car mon texte ne sera pas exhaustif, et bien loin de moi l'idée orgueilleuse d'être complet sur ce sujet. La question reste du moins attirante quand on lit se livre, et encore plus intéressante quand on l'a finit.

L'auteur, est lui-même à proprement parler ce que nous appelons un chamane dans notre langage. Mais justement ! Savez-vous d'où vient le mot « chamane » ?
L'origine de ce mot est l'un des fondements même de ce mouvement, de cette culture, de ces croyances, partagées mais toutes différentes dans chaque partie du monde où le chamanisme est présent. Bien que le chamanisme remonte aux origines de l'homme, les plus anciennes preuves de ce concept tel qu'on le définit aujourd'hui seraient apparues dans les régions sibériennes, ainsi que l'origine du mot. Par la suite, cela s'est étendu en Asie, en Afrique, en Australie, en Amériques Nord et sud et en Europe plus tard. Oui je dis aussi l'Europe, car nous pensons généralement que nous sommes l'une des seules cultures exemptes de chamanisme, nous nous trompons ! Nos ancêtres Celtes possédaient les druides-devin. Ils étaient à leur façon eux aussi des chamanes.

Nous stéréotypons et amalgamons souvent le chamane au sorcier malfaisant qui fait peur et profère le mal et cultive l'ignorance des autres par le seul biais que lui sait les choses. Cette image cinématographique et collective est fausse. Car le chamane est bien plus que cela. le ou la chamane est une personne à la fois médecin, prêtre, psychologue et guide pour résumer.
Pour bien comprendre, il faut savoir que notre médecine est basée sur la théorie des preuves, sur la technologie, qui s'attaque et guérit seulement les maux physiques ou biologiques en gros. le chamanisme au contraire a été développé par les peuplades qui n'avaient pas accès à la technologie. Ce sont des méthodes empiriques. C'est-à-dire des méthodes millénaires de tests successifs expérimentaux pour vérifier tels agissements de plantes ou de procédés. Ces méthodes prennent en compte non seulement le mal physique ou biologique mais aussi l'environnement, l'âme et l'esprit. L'humain fait partie d'un tout régit dans l'univers dans le chamanisme, et n'est pas le centre de l'univers comme dans la culture occidentale. On retrouve aussi cette philosophie dans la médecine chinoise. Dans le chamanisme si l'humain est malade c'est par ce qu'il est en déséquilibre, a subit un manque ou l'influence d'autres énergies plus forte et par conséquent ses énergies sont moins fortes. Les chamanes parlent de dé-spiritualisation, qu'il nous manquerait le ou les esprits gardiens protecteurs.

Ceux qui sont chamanes le deviennent soit par naissance et destinée, soit à la suite de traumatisme physique ou émotionnel. Notre auteur a étudié son métier dans différents peuples du monde, mais plus particulièrement avec les Indiens amazoniens (Conibo, et Jivaro (réducteurs de têtes)) et les Indiens de Californie. Ses expériences et ses explications sont illustrées des pratiques autres tel que les Aborigènes d'Australie, et des peuples sibériens (Toungouss…). Ce livre manuel est en fait, comme le dit l'auteur, une comparaison des différentes pratiques mondiales, pour en tirer des bases communes pour toutes personnes occidentales qui veulent découvrir puis s'initier à certaines pratiques. Comme l'explique Michel Harner, malgré les cultures et les continents différents, les climats et donc les végétations différentes (car le chamanisme intègre bien sur les plantes), les croyances et les expériences des témoins se rejoignent sur certaines visions ou pratiques similaires.

Bref, pour résumer, car je pense que si je ne me freine pas je serais intarissable sur le sujet, ce livre est un bon début, un guide de découverte pour toute personne ignorante du chamanisme et que cela intéresse. Les quelques pratiques (voyages intérieurs, restauration, danse ou appel d'esprit gardien…)sont très bien documentées, détaillé et expliqué. L'auteur encourage aussi à se poser beaucoup de question si l'on veut pratiquer ces méthodes, pour pouvoir avancer clairement dans son exploration intérieure, et pour ne pas dériver ou se laisser influencer par d'autres pratiques plus douteuses ou plus commerciales.

Le chamanisme est quelque chose de sérieux qui, bien pratiqué, peut apporter une meilleure connaissance et conscience de soi et de son environnement.

P.S. : Bien que j'aie condensé le plus possible ce que le livre apporte comme informations, le sujet est trop immense pour tenir dans une critique. Je pense traiter ce sujet et d'autres infos s'y rapportant dans des items spécifiques sur mon blog. Rendez-vous dessus plus tard lorsque j'aurai eu le temps de synthétiser mes recherches et de les écrire.

Lien : http://templedulivre.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   02 juin 2020
Nous revînmes à la maison d’Akachu, et sous sa direction, je commençai à acquérir les tsentsak (fléchettes magiques) essentiels à la pratique du chamanisme jivaro. Ces tsentsak ou esprits alliés sont les principales forces censées provoquer et guérir les maladies dans la vie quotidienne. Pour le non-chamane, ces forces sont normalement invisibles, et même les chamanes ne peuvent les percevoir que dans un état modifié de conscience.
Les mauvais chamanes, ou sorciers, projettent ces esprits alliés dans le corps de leurs victimes afin de les rendre malades ou de les tuer. Les bons chamanes, ou guérisseurs, utilisent leurs propres tsentsak, qui les aident à extraire les esprits du corps de leurs compagnons malades. Les esprits alliés forment également des boucliers qui, avec l’esprit gardien du chamane, protègent leur maître chamane des attaques.
Un nouveau chamane recueille toutes sortes d’insectes, de plantes et autres objets, qui deviennent ses esprits alliés. Toute chose ou presque, y compris les insectes et les vers, peut devenir un tsentsak si elle est suffisamment petite pour être avalée. Différents types de tsentsak provoquent différents types de maladies ou sont utilisés pour soigner. Plus grande est la diversité des objets de pouvoir que le chamane possède dans son corps, plus grande est sa capacité de guérisseur.
Chaque tsentsak possède un aspect ordinaire et non ordinaire. L’aspect ordinaire tel qu’il est vu sans avoir bu d’ayahuasca. Mais l’aspect non ordinaire et véritable du tsentsak se révèle au chamane lorsqu’il prend la boisson. Les fléchettes magiques apparaissent alors sous leurs formes cachées d’esprits alliés, comme des papillons géants, des jaguars, des serpents, des oiseaux et des singes, qui assistent activement le chamane dans sa tâche.
Lorsqu’un chamane guérisseur est appelé pour soigner un patient, son premier devoir est d’établir un diagnostic. Il boit de l’ayahuasca, du jus de tabac vert, parfois le jus d’une plante appelée piripiri, en fin d’après-midi et en début de soirée. Ces substances qui modifient la conscience lui permettent de voir à l’intérieur du corps du patient comme si celui-ci était en verre. Si la maladie est due à la sorcellerie, le chamane guérisseur verra l’entité non ordinaire intrusive dans le corps du patient assez clairement pour déterminer s’il possède l’esprit allié approprié pour l’extraire en l’aspirant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
colimassoncolimasson   24 mai 2020
Le travail de remémoration fut aisé, à l’exception d’une partie de la transe dont je ne pouvais pas me souvenir. Elle restait vide, comme si la bande avait été effacée. Je luttai pendant des heures pour me rappeler ce qui s’était produit durant cette partie de l’expérience, et je me battis virtuellement pour la ramener dans ma conscience. En l’occurrence, le matériau récalcitrant était la communication provenant des créatures à forme de dragon, et la révélation concernant leur rôle dans l’évolution de la vie sur cette planète et leur domination innée de la matière vivante, y compris de l’homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
colimassoncolimasson   10 mai 2020
En s’engageant dans la pratique chamanique, on passe de ce que j’appelle un Etat de Conscience Ordinaire (ECO) à un Etat de Conscience Chamanique (ECC). […] Le mot imagination peut être considéré comme un terme utilisé par une personne en ECO lorsqu’elle se réfère à ce qui est expérimenté en ECC. Inversement, une personne en ECC peut percevoir les expériences en ECO comme étant illusoires en termes d’ECC. Les deux positions sont justes, considérés du point de vue de leurs états de conscience respectifs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
colimassoncolimasson   29 mai 2020
Progressivement, une paix étrange envahit ma conscience.
Je n’avais plus froid, je ne me sentais plus fatigué et je n’avais plus faim. Le bruit de l’eau tombant en cascade se fit de plus en plus distant et devint étrangement apaisant. Je sentis que j’appartenais à ce lieu, que j’avais revenu chez moi. Le mur d’eau devint iridescent, un torrent fait de millions de prismes liquides. A mesure qu’ils coulaient, j’éprouvai la sensation de flotter vers le haut comme s’ils étaient immobiles et que moi, j’étais celui qui se mouvait. Me voilà volant à l’intérieur d’une montagne ! Je riais de l’absurdité du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
colimassoncolimasson   26 mai 2020
[…] ils me donnèrent de la guayusa, une tisane indigène que les Macebeos consommaient toute la journée à la place du café. La tisane provoquait une sensation d’euphorie et la population locale était doucement « défoncée » toute la journée.
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Video de Michaël Harner (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michaël Harner
Interview en anglais de Michael Harner sur le chamanisme auquel il consacre sa vie
autres livres classés : chamanismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1312 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre