AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072695155
176 pages
Éditeur : Gallimard (09/02/2017)
2.85/5   113 notes
Résumé :
Un colosse, vigile dans les salles de concert, et une strip-teaseuse, au ventre couturé de cicatrices, partagent une histoire d'amour. L'employé d'un abattoir sauve un veau de la mort et le laisse seul dans l'usine fermée pour le week-end. À sa sortie de l'hôpital, un homme part se reposer dans le sud avec sa veille maman. Trois adolescents livrés à eux-mêmes entendent un bruit inconnu qui pourrait bien être celui de la fin du monde.

Tous ces personn... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (43) Voir plus Ajouter une critique
2,85

sur 113 notes

TerrainsVagues
  08 juillet 2017
Voila déjà quelques années que je vis avec moi et j'avoue que je m'étonne toujours. C'est beau de se surprendre encore après tout ce temps. C'est beau mais parfois ça peut être déprimant. Déprimant de se prendre sa connerie de plein fouet et de ramasser sa naïveté à la petite cuillère.
Mais c'est quoi le truc qui a buggé chez moi, c'est quoi cette petite voix tentatrice me susurrant des mots doux à l'oreille (Raphael, sa poésie, euh… what else ?). Et moi, médaillé aux olympiades de la connerie, qui fond juste à l'évocation du mot poésie, ben qu'est ce que je fais hein? Je cours acheter le premier bouquin du sieur Haroche. C'est d'autant plus con que je n'ai jamais été fan du chanteur, qu'aucun de ses titres que j'ai pu entendre ne m'a jamais donné envie d'aller voir plus loin, mais là… poésie… quand même, faut aller voir. Je suis venu, j'ai vu… j'ai été vaincu !!!
Vaincu par l'ennui.
Retourner à la mer qu'il disait Raphael, tout un programme pour ce recueil de nouvelles.
La mer hic, l'amer hic, je veux l'avoir et je l'ai eu…♪♫
Treize nouvelles plus affligeantes les unes que les autres. Des dialogues à couper le souffle dont je vous livre un court extrait (qui peut sembler interminable tant la profondeur nous perd…) parce que je suis partageur et qu'il n'y a aucune raison que je sois le seul à en profiter :
— C'est son anniversaire lundi.
— Elle a quel âge ?
— Treize ans.
— C'est bien mais il faut que tu le rachètes. (il parle d'un veau)
— Ouais c'est clair, ils vont se prendre une marge les salauds.
— Vadek est déjà parti en week end, faudra voir avec lui lundi.
— OK, on verra lundi alors.
— Tu vas à l'église dimanche?
— Non, mais s'il fait beau j'irai au lac.
— OK, on se voit peut être au lac alors.
Ne me remerciez pas pour ce grand moment de pur plaisir de lecture et de ressenti, ça m'a fait du bien de me sentir moins seul devant le néant absolu, durant ces quelques secondes.
Toutes les nouvelles sont du même tonneau, on ne change pas une équipe qui gagne, et là nous avons un recueil qui a une bonne tête de vainqueur. C'est insipide, creux, fade, inconsistant. Aucune émotion dégagée, ni par les thèmes ni par l'écriture. J'ai failli abandonner rapidement ce bouquin mais j'ai tenu jusqu'au bout en me disant à chaque fois que la prochaine ne pourrait pas être pire. Là encore je me suis fait des illusions.
— Putain, Raphael, Caravane quoi, fais un effort, c'est du lourd.
— Oui oui, il prend le car à Vannes avec un quart Havane pour nous enfumer. de là à dire qu'il a le cigare…

Je me demande (avec naïveté) ce que les gens de chez Gallimard ont bien pu trouver pour justifier la publication de ce livre parce qu'à part faire du fric, je vois pas. Il y a tant de gens qui mériteraient certainement qu'une maison d'édition prenne juste le temps de lire un manuscrit, mais non. Avec le premier abruti de télé réalité venu, les éditions machin savent qu'une bio de l'idiot du village âgé de 21 ans va faire un véritable carton. Il suffit d'être médiatisé pour pouvoir publier, peu importe que ce soit une bouse ou pas. Ce n'est malheureusement pas possible mais qu'est ce que j'aimerai savoir ce qu'aurait répondu Gallimard (s'ils avaient répondu…) à un lambda ayant envoyé le manuscrit de « Retourner à la mer ».
Et puis cette quatrième de couverture, le meilleur passage du bouquin. Une arnaque à grande échelle : « Il suffit d'un contact, peau contre peau, d'un regard, d'une caresse, pour racheter l'humanité », je ne sais pas résister à ça même en sachant que c'est bidon.
M'sieur Gallimard je te suggère de publier un recueil de publicités mensongères parce que les m'sieurs dames qui les font, écrivent souvent de bien jolies choses contrairement à certains « écrits vains ».
Sérieusement, ce bouquin n'a aucun autre intérêt que faire perdre son temps et par rapport à ça, mission accomplie, j'ai perdu mon temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7135
lyoko
  12 octobre 2017
Je suis une grande admiratrice du travail de Raphael. J'ai tous ses albums à la maison. J'aime sa voix, sa sensibilité. Il me touche beaucoup a travers ses chansons. J'étais donc très curieuse de découvrir ses écrits.
Je pensais donc me régaler en lisant son recueil de nouvelles, qui de plus avait été primé par le Goncourt ( qui apparemment ne me réussi vraiment pas).
Je n'ai absolument pas été emportée par les histoires; mais surtout j'ai été très déçue par une certaine forme d'écriture, très négative. Dans quasi chaque nouvelle , Raphael a donné une description des choses ou des gens a la limite de l'irrespect. Et comme toujours le trop est l'ennemi du bien. Ce style d'écriture ne me dérange pas quand c'est a dose homéopathique mais ici , j'avoue que ça m'a vite lassé.
Je m'attendais a quelque chose de beaucoup plus profond, mais j'ai malheureusement trouvé beaucoup de vide
Commenter  J’apprécie          554
Annette55
  06 septembre 2019
Écrire des nouvelles n'est pas facile : traduire en mots l'existence de personnages pris sur le vif , en quelques phrases encore moins : une gageure...
C'est pourquoi je serai indulgente avec ces treize récits qui plongent le lecteur instantanément au coeur de l'intimité des personnages .
Ils prennent vie , suivent leur pente et se consument .: le vigile d'une salle de concert , la strip-teaseuse, l'employé d'un abattoir qui sauve un veau , un homme qui sort de l'hôpital accompagné de sa vieille maman , trois adolescents livrés à eux - même entendant un bruit inconnu, une route la nuit, un homme fou amoureux de la plus belle femme du monde et d'autres....
«  Derrière chaque fenêtre il y des gens qui n'en peuvent plus, tu peux sentir leur haine.
Tu regardes les vitres où le ciel gris se reflète , prêtes à éclater elles aussi .
La mort rôde partout . »
C'est court, poétique, original, tourmenté , cru.
Presque toutes ces mini - histoires traitent d'un univers sombre, froid, parfois cruel pour des êtres cabossés , malmenés par la vie, pétris de contradictions .
L'auteur traduit la violence de la réalité en mots—-une réalité triste ——le drame n'est jamais loin——Il écrit comme il entend parler les gens .
Parfois un peu de douceur se fraye malgré tout un chemin ...
La qualité de ces écrits est un peu inégale.
Mais ce n'est que mon avis bien sûr !
L'auteur a reçu le Prix Goncourt de la Nouvelle 2017 pour couronner cet ouvrage de 149 pages .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          396
Bazart
  05 novembre 2018
L'exercice de la nouvelle littéraire est un art délicat, réussir à raconter suffisamment et de faire assez exister ces personnages en une dizaine de pages seulement tout en donnant l'impression d'assez raconter pour ne pas frustrer le lecteur au moment final.
Pour son premier essai littéraire, le chanteur Raphaël, qui prend ici son nom complet Raphaël Haroche, s'essaie à l'exercice avec d'autant plus d'aisance que l'art de la nouvelle pourrait se rapprocher de celui de la chanson..
Dans "Retourner à la mer", qui vient de sortir en poche chez Folio, on retrouve intacte sa faculté à trousser des situations plausibles et authentiques et d'aller creuser dans le coté un peu sombre un peu rêche de l'âme humaine.
Raphaël, chanteur assez énigmatique, devient Raphaël Haroche, romancier tout autant énigmatique qui propose une poésie du spleen avec une économie de mots et de style assez remarquables .
Evidemment, comme dans pas mal de recueils de nouvelles, l'ensemble est inégal, et certaines de ces nouvelles manquent un peu de force et de passion pour éveiller l'intérêt du lecteur.. on retiendra donc les meilleures, notamment la nouvelle qui donne son titre au livre ( et qui est aussi le titre d'un morceau de Raphaël-la boucle est bouclée) , où l'on voit un quadra dépressif partir se reposer dans le Sud avec cette vieille maman qu'il traine comme un boulet, ou bien encore "L'escalier" , dans lequel un jeune adolescent apprend la mort de son frère malade en pleine colonie de vacances.
On le voit: l'univers du Raphaël romancier est plutôt froid et sombre, et non dénué d'une certaine mélancolie et même d'une certaine cruauté, mais ces êtres malmenés par la vie, qui sont souvent sur une pente gravement descendante , recèlent quand même au fond d'eux une parcelle d'humanité, et c'est celle ci qui intéresse l'auteur et forcément le lecteur...
Une essai littéraire donc largement réussi, qui plus est ponctué l'an passé du Goncourt de la meilleure nouvelle, ce qui n'est pas rien.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Laguigne
  11 avril 2017
Je comprends que le livre de Raphael plaise à ses fans. Mais pour un adepte de la littérature consistante, l'ennui est le fil rouge du recueil. Il me fut Impossible de poursuivre au-delà de la cinquième nouvelle. Vraiment Impossible! Le ton est donné dès la première page avec un dialogue qui ne peut sonner plus faux:
-Tu l''as vu le film d'hier à la télé?
-Je crois pas, c'était quoi?
(Rare de rencontrer une personne qui ne se rappelle plus du film regardé la veille...)
...
-C'était avec cette actrice américaine, tu sais celle qui est jolie.
(Une seule actrice américaine jolie? Et pourquoi pas " c'était avec cet acteur africain, tu sais celui qui est noir")
Dès le début on a donc la sensation désagréable de lire un brouillon, un texte publié sans aucune relecture. Seule la notoriété de l'auteur-chanteur a permis la publication du texte.
Dépenser pour Raphael, oui, mais sur votre budget musical. Il existe de meilleurs livres à acheter. Beaucoup.
Commenter  J’apprécie          193


critiques presse (1)
LaLibreBelgique   29 mars 2017
Quand Raphael le chanteur peaufine ses textes, Raphaël Haroche l’auteur écrit comme il entend parler les "gens".
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
OgrimoireOgrimoire   26 août 2017
Décidément l’Homme avilit tout, emprisonne et humilie des dauphins devant la mer, alcoolise les Indiens, exhibe des ours polaires par quarante degrés à l’ombre.
Commenter  J’apprécie          130
Pixie-FlorePixie-Flore   28 juillet 2017
Big Bang, il n'y a rien d'autre que ça, nous et les étoiles, rien d'autre à espérer, quand on comprend ça, on a fait une bonne partie du chemin.

[p35]
Commenter  J’apprécie          80
Pixie-FlorePixie-Flore   28 juillet 2017
Comment pouvaient-elles avoir la moindre idée de ce qui les attendait ? Aucune vache n'était jamais sortie vivante d'un abattoir pour raconter à ses semblables le sens de leurs vies et ce à quoi elles étaient destinées.

[p12]
Commenter  J’apprécie          50
Annette55Annette55   06 septembre 2019
«  Il n’y a rien à craindre que la crainte elle - même ... »
Commenter  J’apprécie          180
derisi0nderisi0n   07 septembre 2019
Dieu c'est un mot que l'on colle quand on ne comprend rien, si un ver de terre voit passer un avion à réaction il doit se dire que c'est Dieu, les poules pensent que c'est le coq qui fait lever le soleil, les croyants appellent ça Dieu.
P.105
Commenter  J’apprécie          30

Video de Raphaël Haroche (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raphaël Haroche
https://www.librairiedialogues.fr/livre/10754574-retourner-a-la-mer-raphael-haroche-gallimard 3 questions posées à Raphaël Haroche qui nous parle de son livre "Retourner à la mer" paru aux éditions Gallimard. Questions posées par Laurence Bellon. Réalisation : Ronan Loup.
Retrouvez nous aussi sur : Facebook : https://www.facebook.com/librairie.dialogues Twitter : https://twitter.com/dialogues Instagram : https://www.instagram.com/librairiedialogues
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2576 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

.. ..