AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072939525
192 pages
Éditeur : Gallimard (23/09/2021)
3.85/5   17 notes
Résumé :
Après Retourner à la mer, Goncourt de la nouvelle en 2017, Raphaël Haroche publie un recueil de douze textes tout aussi éclatants de maîtrise.
Avec une grande finesse et un sens de l’absurde comme du tragique, il a l’art d’explorer l’âme humaine dans ses minuscules défauts. Qu’il s’agisse d’un couple qui se défait, d’un enfant à qui on a volé l’insouciance, d’un joueur de tennis ayant abdiqué ses ambitions de jeunesse ou d’une femme invisible aux yeux de la s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
croquignol
  11 octobre 2021
- "Raphaël, je lui ai dit tandis qu'il sortait de la caravane, Raphaël, j'écoute pas trop ta musique, mes tes nouvelles, je kiffe. Avec tes chansons on est trop loin des Pixies, mais autant que je sache, Black Francis n'a pas écrit de nouvelles, toi oui, donc je te lis."
Si j'en crois les stats sur son premier recueil de nouvelles, je fais partie des 10% de Babeliotes qui l'ont porté aux nues.
Et vous savez quoi ? Ça me va. C'est mon petit jardin japonais, il me parle rien qu'à moi au creux de l'oreille, il me dit des mots d'amour, des mots de tous les jours, et ça m'fait quelque chose...
En fait de mots d'amour, c'est plutôt de meurtrissures du corps et de l'âme dont il me parle ici.
Avec des fulgurances dont je me demande d'où qu'est-ce que ça vient-il. Son cerveau et le mien, c'est vraiment pas les mêmes. On fait avec.
Il se permet même de clore le bouquin avec un bijou d'humour et d'auto-dérision, une coda totalement inattendue qui t'emballe le tout avec panache.
Depuis ma découverte de "Retourner à la mer", son premier opus, j'ai lu "Les Vitamines du bonheur" de Raymond Carver. Au risque de provoquer une congestion chez les plus sensibles, je lui trouve une filiation avec le grand nouvelliste américain : la même façon d'entrer de plain-pied dans la nouvelle, accroche-toi Jeannot, de la pousser doucement à se déployer, puis de laisser les dernières lignes en suspens, ouvertes. Un mi-cuit, tout juste saisi des deux côtés. Faut aimer. L'essayer c'est l'adopter.
La couleur de "Retourner à la mer", c'était humanité.
Ici, avec "Une éclipse", la couleur c'est souffrance.
Le prochain (scoop), "La Tour de Babybel", ça sera cuisine raffinée. Je l'attends déjà.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          325
Bazart
  22 octobre 2021

Après Retourner à la mer, Goncourt de la nouvelle en 2017, Raphaël Haroche fait une nouvelle incursion en littérature avec "L'Eclipse", un nouveau recueil de douze nouvelles, qui racontent ce moment où une ombre vient voiler le soleil de nos vies
On aime cette propension du chanteur Raphaël, de publier neuf disques et de faire des incursions en littérature
Un couple qui se défait, un jeune à qui on arrache son enfance, tels sont notamment les personnages qui peuplent les onze nouvelles du recueil de Raphaël.

Des histoires a priori dissemblables mais qui abordent toutes, comme l'indique le titre, du moment où une ombre vient ternir la lumière dans la vie des personnages
Des fragments de vie , tendres et poétiques les nouvelles sont exactement à l'image des chansons de Raphaël.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          250
Marie-Nel
  15 octobre 2021
Qui ne connait pas Raphaël en tant que chanteur, avec sa célèbre Caravane qui l'a fait connaître et aimer du grand public en 2005. Bien sûr, moi la première, j'ai tout de suite aimé cette chanson, la musique, ses paroles. J'ai apprécié le reste de l'album et je l'ai suivi tout au long de ces années et de ses six albums qui ont suivi. Peu de personnes connaissent également en lui l'écrivain de textes plus longs. Il écrit les textes de ses chansons et compose sa musique, mais il écrit aussi des nouvelles. C'est un artiste complet, aux multiples facettes. Un premier recueil a vu le jour en 2017, Retourner à la mer, du même titre d'ailleurs d'une chanson de son nouvel album qu'il sortait à ce moment là, Anticyclone. Il a d'ailleurs reçu le Prix Goncourt de la Nouvelle pour ce recueil. Je l'ai lu et beaucoup aimé. Et donc je ne pouvais pas échapper à la parution de ce nouveau livre, Une éclipse, qui paraît la même année qu'un nouvel album de chansons, Haute fidélité. C'est assez marrant de voir qu'il sort un recueil de nouvelles en même temps que des chansons, comme si il avait trop d'inspiration et que ses chansons n'étaient pas assez grandes pour contenir tous les mots qui lui viennent, et qu'il avait alors besoin de les poser pour des textes plus longs.
 
On retrouve dans ces historiettes toute la sensibilité et la poésie de l'auteur. Il parle et raconte la vie de gens comme vous et moi. Ce recueil est composé de douze nouvelles, comme douze chansons où il nous présente un personnage dans une situation particulière de la vie, une séparation, une rencontre, tous ces moments qui font la vie. On retrouve parfois un personnage féminin, Claire, pour ne pas la nommer.
Pour bien faire, je vais vous citer les titres de chaque nouvelle et vous donner une phrase de résumé pour vous donner une idée.
 
On commence donc avec Une éclipse. On est au bord de la mer, avec un couple de quarantenaires, le jour de l'éclipse du soleil. Éclipse également sur ce couple avec la femme qui est de plus en plus distante.
 
Dans Aida, on suit un garçon victime d'un professeur lors d'une croisière en Egypte avec ses parents. La narration est à la deuxième personne du singulier, et c'est assez troublant, car ce « tu » nous met à la place de l'enfant, et on a la sensation que l'auteur nous parle directement.
 
Les Patriciens, des restes de corps sont retrouvés au tout début, puis le narrateur nous parle de sa vie avec son aide de camp devenu son amant, et tous ces jeunes qui tournent autour de leur maison avec leurs motos. Une histoire très remuante, écrite à la première personne du singulier, qui ne laisse pas indifférent.
 
Dans L'effet de couronne, à nouveau on suit une maman et son fils dans un taxi. Une histoire qui m'a laissé un goût amer…je n'en dirai pas plus pour ne pas spoiler.
 
Avec Les règles du tennis, on voit la passion que porte l'auteur pour ce sport car tout y est bien décrit, les règles, le jeu, les instruments, tout y est bien détaillé, comme si on assistait à un match. D'ailleurs, on va suivre un grand amoureux de ce sport, Seth, jeu de mot rigolo avec le set d'un match.
 
Dans Terrain à bâtir on est avec le narrateur dans une Mercedes qui voyage avec un ami de son grand-père, Erik. On est en Argentine, Erik est un célèbre architecte, nostalgique de la Suisse Romande. Il parle de ses petits problèmes médicaux, mais quand il explique ce qu'il faisait avant, le ton change et le narrateur ne le supporte plus.. Très troublante comme histoire, très remuante aussi…
 
Dans Une relique on retrouve à nouveau Claire, en couple avec le narrateur. Leur ami Denis est plombier et s'occupe des réparations dans leur salle de bains. Mais il énerve Claire car il n'est pas doué du tout, et c'est bien souvent pire quand il s'en va…mais personne n'était préparé à ce qui a suivi. Moi non plus en tant que lectrice.
 
Signe particulier m'a laissé un goût amer aussi avec le rendez-vous de cette femme et de cet homme suite à leur rencontre sur un site. Elle a un signe particulier et lui ne va pas arrêter de faire des jeux de mots avec…Histoire courte mais qui marque.
 
Une troisième Claire fait son apparition dans Bowie. On la retrouve séparée d'avec le narrateur, elle l'appelle car leur chien Bowie doit être euthanasié. le narrateur est cinéaste et va faire des similitudes entre leur vie et celle des chiens qu'ils ont eu. Je ne suis pas étonnée de trouver une nouvelle avec un tel titre, car Raphaël est un grand fan de David Bowie.
 
Le monde à venir m'a beaucoup émue. On suit le journal d'une femme malade, qui souffre et lutte contre le cancer. On va la suivre sur une semaine, avec sa visite chez son médecin, et une rencontre bizarre avec un cinéaste, qui lui fait une proposition plutôt gênante. J'ai été fort touchée par cette femme.
 
Dans Parce qu'elle est là, on retrouve un élément que l'auteur affectionne, la mer. C'est une courte histoire, du frère du narrateur, de ses voyages en mer. Courte mais très puissante.
 
Et enfin, Coda, qui est certainement ma préférée, surprenante, touchante. C'est  en fait un compte rendu d'une visite de Raphaël à un hôpital de jour. Il est reçu par un groupe de personnes qui ont lu ce livre et qui vont lui poser des questions sur ses textes. Certains intervenants vont s'opposer à lui, très vifs dans leurs propos, d'autres sont plus sympas. J'ai aimé l'autodérision que Raphaël porte sur lui-même. Il y a du vrai dans ce qu'il dit sur ses inspirations, sur l'écriture, et il a aussi mis tout ce que les critiques pourraient dire sur ses textes. J'ai trouvé cette nouvelle très intéressante, j'en ai appris un peu plus encore sur lui.
 
Comme vous pouvez le voir, toutes ces histoires ne peuvent laisser indifférent. Elles remuent des choses en nous, elles nous touchent plus ou moins selon notre histoire personnelle. L'auteur a l'art de mettre en scène et de faire vivre devant nous des personnages de la vie de tous les jours, ils ne sont pas lisses, ont des travers. Je trouve que certaines de ces histoires pourraient être la base d'un roman plus approfondi. Il y aurait de quoi faire. Mais d'un autre côté, j'aime aussi le format des nouvelles qui permet de lire à son rythme, dans le sens qu'on veut. Bon moi, j'ai tout lu d'une traite, mais ça, c'est à cause de mon côté idole du chanteur !
 
Lire Raphaël m'a donné envie d'écouter Raphaël. Ce que j'ai fait, il y a toujours un de ses albums près de ma chaîne hi-fi. Mais je n'ai pas fait les deux choses en même temps. Car ses chansons m'emmènent à chaque fois dans d'autres univers et je ne pouvais pas mélanger les deux. J'ai préféré séparer, du coup, c'est double plaisir comme ça. Je vais sûrement faire comme son premier recueil de nouvelles que j'ai de lui, je vais garder le livre à portée de main et relire une histoire de temps en temps. J'aime bien faire comme ça, ça me permet de me changer les idées.
 
Je ne peux, bien sûr, que vous conseiller la lecture de ce recueil de nouvelles. Si vous aimez l'univers des chansons de Raphaël, vous aimerez celui de ses histoires. On retrouve le même poète, le même onirisme, j'ai même eu l'impression de l'entendre parler…bref, n'hésitez pas à le lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pachy
  23 septembre 2021
Tout d'abord, j'aimerais (et ce n'est pas juste une formule de politesse) remercier Babelio et Gallimard de m'avoir fait, non pas découvrir Raphaël Hadoche écrivain, dont j'avais aimé "retourner à la mer", mais ce nouveau recueil de nouvelles (11+1) autour de l'éclipse.
Pourquoi ce 11+1 ? Ce dernier chapitre m'a laissé pantois. Un peu comme si l'auteur avait cherché à démolir, d'abord son livre et chaque nouvelle. Mais c'est peut1etre plus profond que cela. Une mise en garde. Ne se trouve-t-il pas là devant un phénomène surnaturel ? de la science fiction ? Je pense à Paul El Karat et me dit qu'il y a du concret.
Revenons à Cete éclipse. Phono mène d'obscurcissement de la lumière par une ombre du a un objet physique.
La, dans ces différentes nouvelles, l'ombre n'est pas seulement physique. Un passage à vide, un moment de vide amoureux dans une vie amoureuse, une éclipse. Une enfance perturbée par un moment de vie dont il aurait dû en être écarté, une éclipse ?
Et je pourrais ainsi citer les autres.
Très subtilement, avec cette pointe de poésie qui se retrouve dans quasiment toutes les chansons de Raphaël auteur compositeur, il nous amène à réfléchir sur ces moments d'obscurcissement de nos passages sur Terre.
Notre propre ombre sur le sol est une éclipse.
Voila ce que j'aime dans ce livre, dans le précédent et dans tous les textes des chansons, cette poésie nappée d'un filet de citron.
Malheureusement, écouter Raphaël en lisant Raphaël, s'avère impossible. Les textes s'entrechoquent, se mélangent. Un morceau de jazz ou de musique est plus approprié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Bibliza
  06 octobre 2021
J'avais entendu dire que Raphaël, le chanteur à la gueule d'ange de ma fin d'adolescence, écrivait des nouvelles. Et alors ? aurais-je pu dire, mais il a été facile de céder à la curiosité quand Babelio m'a proposé de lire son dernier (et deuxième) recueil. Oh tiens, à propos... J'ai écrit deuxième, et non second. Deuxième car on attend déjà un troisième recueil. Second voudrait déjà dire dernier, comme la Seconde guerre mondiale qui n'a pas, heureusement, de troisième. Voyez ? Bref !
Me voilà avec douze nouvelles de Raphaël Harroche entre les mains. Douze nouvelles comme douze chansons. D'ailleurs, depuis que j'ai reçu son recueil, j'ai ré-écouté ses albums. Pas vous ?
Chaque nouvelle présente une situation ou un personnage pris dans un moment de flottement. Une séparation, une rencontre, un acte manqué, un passé encombrant, un futur, lui aussi, trop encombrant. Aucune ne se ressemble et pourtant elles forment un tout. Une éclipse. Chaque nouvelle attire le lecteur, le happe dans son halo puis disparaît doucement. En laissant des traces, des réflexions à mûrir. Les histoires paraissent douces mais une acidité éclipse ce goût tendre. Raphaël maîtrise l'art de la nouvelle avec son écriture fine et ronde qui nous emmène vers l'absurde ou le tragique. Ses chutes peuvent être vertigineuses ou évasives, déjà éclipsées par un autre combat. Ses nouvelles sur la séparation inévitable d'un couple, sur le nazi argentin, ou sur cette femme sans bras que personne ne regarde plus m'ont particulièrement touchée. Mais franchement, j'ai été éblouie par chaque texte. Il est rare de pouvoir lire des nouvelles, encore plus françaises, et ce recueil rend ses lettres de noblesses à ce genre littéraire plutôt anglo-saxon, mais... à la française.
❤ Merci Raphaël pour cette éclipse littéraire !
Et encore merci pour ce service de presse, Babelio et Gallimard !
[ Bibliza : le blog littéraire, ses pages Facebook & Instagram ]
Lien : http://bibliza.blogspot.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (1)
LeFigaro   14 octobre 2021
Un volume d’histoires tragiques, cocasses, tendres, signées par un auteur au mieux de sa forme.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
croquignolcroquignol   11 octobre 2021
Je suis allé dans la cuisine, j’ai allumé le gaz et mis l’eau à chauffer.
J’ai ajouté une pointe de sel et du laurier pour la parfumer, j’ai regardé dans le sac, l’un des deux homards avait déjà perdu une pince, à croire que ces deux-là s’étaient méchamment battus durant mes vingt minutes d’absence et ils continuaient à se grimper dessus dans leur prison de plastique.
J’ai trouvé ça dommage.
Dans une situation aussi mal engagée, ils auraient plutôt dû se réconforter ou essayer de trouver une solution pour s’en sortir.
Il aurait fallu un miracle, mais il valait toujours mieux essayer de s’entraider plutôt que de s’estropier dans le fond d’un sac en plastique.
J’ai remis le sac au frigo pour les calmer un peu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          163
croquignolcroquignol   10 octobre 2021
Je passe le linge sur son visage pour enlever le sang.
Elle n’est pas si jolie mais son corps est magnifique.
J’aurais préféré aimer les femmes, leurs bras sont faits pour nous étreindre et nous consoler de la mort prochaine.
Dès que nous venons au monde, elles nous consolent de commencer à mourir avec cette tendresse laiteuse, leurs sexes nous offrent oxygène et nourriture, une protection claustrale, un asile.
Les légendes de la Bible, de la femme créée par bouturage de l’homme ne sont que des fables de bergers incultes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          153
BazartBazart   22 octobre 2021
Tu es sorti jouer

La ville était neuve

Dans la rue les enfants hurlaient de bonheur et tu tenais la neige fraiche dans tes mains, cette neige qui t'avait guéri, tu la tenais comme si c'était de la possuière martienne

Des congères s'étaient formées sur le bord des routes on aurait dit que la ville avait été transportée sous d'autres lattitudes pendant la nuit"

(tirée de la nouvelle Aida)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
PachyPachy   19 septembre 2021
Paradoxe de Fermi
" S'il y avait des civilisations extraterrestres, leurs représentants devraient être déjà chez nous. Où sont-ils donc ? »
(cité p. 37)
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Raphaël Haroche (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raphaël Haroche
À l'occasion de la sortie de son recueil de nouvelles "Une éclipse" (Gallimard), Raphaël Haroche est l'invité du Salon Fnac Livres pour une rencontre en livestream sur LaClaqueFnac.com. Raphaël Haroche revient sur son parcours artistique, passant de la musique à l'écriture. Il se confie sur ses sources d'inspiration, sa manière d'écrire et les thèmes qui lui sont chers.
Toute la programmation et les infos pratiques du Salon Fnac Livres sur La Claque Fnac : https://www.laclaquefnac.com#bl=YTFnac
Retrouvez-nous sur Facebook @Fnac : https://facebook.com/Fnac Instagram @fnac_officiel : https://www.instagram.com/fnac_officiel Twitter @fnac : https://twitter.com/fnac
#SalonFnacLivres #RaphaelHaroche #UnEclipse #RDVFnac"
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Autres livres de Raphaël Haroche (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2692 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre