AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Renaud Bombard (Traducteur)
ISBN : 2366582625
Éditeur : KERO (11/01/2017)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 137 notes)
Résumé :
Kiewarra. Petite communauté rurale du sud-est de l'Australie. Écrasée par le soleil, terrassée par une sécheresse sans précédent. Sa poussière. Son bétail émacié. Ses fermiers désespérés. Désespérés au point de tuer femme et enfant, et de retourner l'arme contre soi-même ? C'est ce qui est arrivé à Luke Hadler, et Aaron Falk, son ami d'enfance, n'a aucune raison d'en douter. S'il n'y avait pas ces quelques mots arrivés par la poste : Luke a menti.
Tu as menti... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (64) Voir plus Ajouter une critique
LydiaB
  21 mai 2017
J'avais vu passer ce livre sur le blog de Belette, "The Cannibal Lecteur". Et je dois bien avouer que j'ai passé quelques bonnes heures de lecture !
Alors, de quoi ça parle (pour ceux qui n'aiment pas lire les quatrièmes de couverture) ? le Sud-Est de l'Australie fait face à la canicule depuis deux ans. Pas le moment de demander si quelqu'un a du feu ou de faire un barbecue ! Pas le moment non plus de titiller les gens qui ont les nerfs à fleur de peau ! Au point de dézinguer toute sa famille ? Il semblerait en tous les cas ! Car dans la famille Hadler, on réclame la carabine ! Luke aurait ainsi tué sa femme, Karen, et son fils, Bill avant de se tirer une balle en pleine poire. Pourquoi a-t-il laissé Charlotte, le bébé, en vie ? Mystère ! C'est son ami d'enfance, Aaron Falk qui va enquêter. Cependant, celui-ci n'est vraiment pas le bienvenu. En effet, il y a des années en arrière, une jeune fille, Ellie, avait été retrouvée noyée. Celle-ci, côtoyait les deux garçons et tout accusait Falk. Querelle d'amoureux ayant mal tournée ? N'avait-il pas supporté qu'elle choisisse Luke ? Pourtant, ce dernier avait toujours dit qu'ils étaient, Aaron et lui, à la chasse aux lapins. En voyant le carnage de sa famille, Luke n'aurait-il pas été capable de ce meurtre en sachant qu'elle tournait autour de son copain ? Deux enquêtes étroitement imbriquées dans ce trou paumé où chacun fait sa loi…
Ce roman est aussi aride que des champs de maïs brûlés par le soleil ! On se met tour à tour dans la peau des personnages, on pousse la porte du bar pour éviter la déshydratation, on essaie de comprendre ce qu'il s'est passé… et on se prend un bel uppercut au final ! Eh bien moi, je dis BRAVO !
Lien : https://promenadesculturelle..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          690
oVerdomme
  16 mai 2017
Entre polar d'ambiance et roman noir, ce premier roman d'une auteure australienne n'est pas à proprement parler un livre captivant par le nombre d'actions, puisqu'il y en a peu.
Captivé, on reste néanmoins par la qualité de son suspens ingénieusement distillé. Non pas tant par les deux intrigues entremêlées, que par l'habilité avec laquelle Jane Harper sait faire parler ses personnages qui reviennent sur leurs passés.
Un passé qui se réveille, vingt ans après des événements qui avaient alors créé un climat de suspicion dans cette petite ville agricole et extrêmement appauvrie par une sécheresse qui perdure.
Quand Aaron Falk (agent fédéral des services de fraudes) y revient pour assister aux obsèques d'un ami d'enfance, il remue, sans le vouloir, les poussières à peine déposées des rancoeurs, liées à un secret d'un petit groupe d'adolescents. Sollicité par les parents de son copain décédé et un doute sur le suicide de ce dernier, vont entraîner Falk dans une enquête qui déclenchera les excès vindicatifs de certains habitants...
Dans un style d'écriture très naturel, distinguant présent et passé par deux typographies différentes, l'auteure nous amène à réfléchir sur ce que le destin de l'un(e) ou l'autre aurait pu être SI seulement...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          570
iris29
  14 mai 2017
Quand Aaron Falk a reçu un courrier le sommant d'aller aux funérailles de son ami d'enfance , il y est allé . Quand le père de cet ami, le jour de l'enterrement lui demande d'enquêter sur ce drame qui a fait trois victimes , il accepte d'aider le jeune policier local et un peu seul. Et pourtant ...
Et pourtant , il n'est vraiment pas le bienvenu dans cette ville . Accusé de la mort d'une adolescente par le père en personne , il a dû fuir avec son paternel pour échapper à la colère de la famille, quelques années plus tôt .
Aujourd'hui , flic dans la brigade financière de Melbourne , sa ville natale lui parait hostile ... [ euh , à nous aussi !]
Kiewarra, bled rural au sud-est de l'Australie, une canicule qui dure depuis 2 ans et ravage tout sur son passage .
Kiewarra où le bétail qui se meurt, les fermiers qui courent à la ruine, les commerces qui ferment les uns après les autres, les habitants à bout ... Comme dirait Johnny : "il suffirait d'une étincelle" pour que tout s'enflamme, les terres, les coeurs, les âmes ...
Alors que s'est-il passé dans la ferme de Luke , l'ami d'Aaron ?
Elle est très agréable cette canicule, on se sent bien dans ce polar incendiaire tellement l'auteur a du talent .
Mêlant habilement le passé , la "cold case" et l'enquête en cours , Jane Harper nous entraine dans une radiographie d'un petit bled australien, sa communauté , son désespoir , le harcèlement, la vindicte populaire , les émois de l'adolescence, ses secrets . C'est un polar extrêmement riche , plusieurs pistes s'offrent à nous, plusieurs histoires s'imbriquent . On suit les tâtonnements de l'enquête, les hésitations du personnage principal obligé de se confronter à son passé , les risques qu'il prend en restant .
Les deux flics sont super sympas , j'aimerai bien que Jane Harper en fasse des personnages récurrents, [ et puis, pour ne rien vous cacher je visiterais bien Melbourne ! ].
Un premier roman et un sans faute pour cet auteur australienne , qui est née et a fait ses études en Angleterre .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          462
Eve-Yeshe
  01 août 2017
J'ai beaucoup aimé ce polar que j'ai dévoré, canicule oblige: trente sept degrés chez moi, c'est quand même plus supportable que la sécheresse en Australie…
Décrivant de manière hyper réaliste le quotidien de ces fermiers accablés par la chaleur, qui voit leur bétail mourir, Jane Harper sait admirablement bien brouiller les pistes, alternant les morts actuels: Luke, sa femme et son fils avec une mort ancienne, celle d'Ellie, l'amie d'enfance d'Aaron et Luke.
S'agit-il du meurtre commis sur sa femme par Luke, sur fond de désespoir, qui finit par se suicider ensuite ou y a t-il eu un crime commis par une tierce personne? Étant donné le passé tumultueux de Luke toutes les spéculations sont permises…
J'aime bien ce style d'enquête alliant un meurtre en cours et un « cold case » et Jane Harper excelle à entretenir le suspense, faussant les pistes, sur fond de drame des fermiers, étranglés financièrement, certains voulant maintenir les autres sous leur emprise, sur fond d'alcoolisme…
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
ladesiderienne
  18 octobre 2017
J'ai beaucoup aimé cette intrusion dans le bush australien proposée par Jane Harper à travers son premier roman. le titre "Canicule" est d'ailleurs très bien choisi car ces températures extrêmes qui y règnent participent activement à l'atmosphère pesante de ce thriller.
Aaron Falk, la trentaine, flic à la brigade financière de Melbourne, est de retour dans son village d'origine qu'il a quitté depuis longtemps, pour assister à l'enterrement d'un de ses amis d'adolescence, Luke Adler. Les premières constatations de la police locale laissent supposer que Luke s'est suicidé après avoir abattu froidement sa femme et son fils de six ans. Dans la lettre envoyée à Aaron par le père de Luke où ce dernier le convie expressément aux obsèques alors que les deux hommes ne se fréquentent plus vraiment, figuraient les mots "Luke a menti.Tu as menti." Pour Falk, cette phrase ne peut que faire référence au drame qui les a poussés à fuir le village, lui et son père, il y a 20 ans : le corps de leur jeune voisine Ellie avait été retrouvé quelques jours après sa disparition, noyé dans l'étang local. L'hypothèse du suicide n'avait à l'époque pas convaincu tout le monde et Aaron avait même été soupçonné du meurtre de son amie. Pour lui, inévitablement, les deux affaires sont liées et malgré son envie de fuir le microcosme de haine qui règne à Kiewarra, il va mener l'enquête avec Raco, le policier du coin, et tenter de faire étaler au grand jour les secrets que chacun dissimule, à commencer par les siens.
J'ai beaucoup aimé la construction du roman qui entremêle habilement passé et présent, dans une typographie différente, à l'intérieur d'un même chapitre. Cela facilite la compréhension : le lecteur sait d'avance à quelle époque les évènements se déroulent. Jane Harper nous restitue fort bien l'ambiance d'une petite ville de campagne où un drame a scellé dans le béton les rancunes personnelles mais où on n'aime pas que "l'étranger" vienne fouiner. La particularité de ce bush australien, c'est que la chaleur extrême exacerbe les sentiments, surtout les plus négatifs. La tension est à son paroxysme tout au long du roman. le style simple mais efficace reste au service du suspense, car le lecteur ne peut qu'avoir envie de connaitre les origines d'un tel drame. L'auteur a su ménager ses effets car le dénouement est des plus inattendu.
"Canicule" est apparemment en cours d'adaptation cinématographique. Cela signifie que pour un premier roman, c'est une réussite totale. C'est peut-être un léger manque de charisme du héros qui fait que je n'accorde pas la note maximale, mais seulement un 17/20.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   18 octobre 2017
Falk regarda attentivement Deacon. Durant deux décennies, cet homme lui était apparu comme un personnage terrifiant. C'était l'épouvantail, le croque-mitaine, le monstre sous le lit. En se retrouvant devant lui à cet instant, Falk sentait encore ce vieil arrière-goût de colère au fond de la gorge, amis avec quelque chose de plus maintenant. De la pitié ? Non, certainement pas.
Le sentiment d'être floué, voilà ce que c'était, Falk venait de la comprendre. Il avait attendu trop longtemps pour abattre le monstre et, au fil des ans, sa rage s'était émoussée, ratatinée, au point que, désormais, le combat n'était plus égal. Il avança d'un pas et, l'espace d'une seconde, il lut de la peur dans les yeux de Deacon. Une bouffée de honte le parcourut, et il s'arrêta net.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ladesiderienneladesiderienne   15 octobre 2017
Le calme de la campagne...
C'est en partie ce qui déconcertait les gens de la ville comme les Whitlam. Le silence. Le calme. Falk comprenait leur souhait d'une vie paisible, au vert. Ils n'étaient pas les seuls, loin de là. L'idée était particulièrement séduisante quand on était coincé dans un embouteillage ou que l'on vivait entassé dans un appartement sans jardin. Tous partageaient le même rêve : respirer l'air pur, connaître ses voisins. Les enfants se régaleraient de bons légumes du potager, apprendraient la valeur d'une honnête journée de travail. Mais à l'arrivée, à peine le camion du déménagement disparaissait-il au loin qu'ils regardaient autour d'eux et restaient bouche bée devant l'étendue des terres à perte de vue. Car c'était d'abord cette immensité écrasante qui les frappait le plus. Le fait de ne pas voir âme qui vive entre soi et l'horizon suscitait chez beaucoup une impression étrange et dérangeante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
iris29iris29   15 mai 2017
- C'est ça le drame avec les problèmes d'argent, c'est contagieux. Les fermiers n'ont pas de fric à dépenser dans les magasins, les commerces font faillite et, du coup, il y a encore moins de gens qui ont de l'argent à dépenser dans les magasins. Apparemment, ils sont tombés comme des dominos.
Commenter  J’apprécie          270
Eve-YesheEve-Yeshe   02 août 2017
C’est ça le drame avec les problèmes d’argent, c’est contagieux. Les fermiers n’ont pas de fric à dépenser dans les magasins, les commerces font faillite et, du coup, il y a encore moins de gens qui ont de l’argent à dépenser dans les magasins. Apparemment, ils sont tombés comme des dominos.
Commenter  J’apprécie          180
iris29iris29   13 mai 2017
Mais vous savez, dans ce bled paumé, à minuit, face à des mecs bourrés qui cherchent la bagarre, vos plaques de police ne valent plus grand-chose, si vous voyez ce que je veux dire.
Commenter  J’apprécie          240
Videos de Jane Harper (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jane Harper
Jane Harper - Canicule
autres livres classés : australieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Jane Harper (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1300 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .