AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Renaud Bombard (Traducteur)
ISBN : 2366582625
Éditeur : KERO (11/01/2017)

Note moyenne : 4.16/5 (sur 58 notes)
Résumé :

Pour modifier cette description, vous devez vous connecter

Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
26 février 2017

Alerte incendie pour une petite bourgade au milieu du bush australien. Chaleur et poussière. Luke Hadler, un fermier plutôt apprécié par ses voisins, était-il désespéré au point de se suicider après avoir tué son épouse et son jeune fils ? Ses parents en doute, et Aaron Falk, son ami d'enfance devenu flic à Melbourne, décide de mener l'enquête.
Fouiller dans le passé ne se fera pas sans douleur. Un drame vieux de vingt ans n'attendait que cela pour refaire surface : une jeune fille retrouvée noyée, meurtre ou suicide, l'affaire ne fut jamais élucidée. Aaron Falk n'est vraiment pas le bienvenu dans la ville de son enfance.
Voyage au coeur de l'Australie rurale, loin des grandes métropoles, fermes immenses, petite communauté où tout le monde se connait depuis des générations. Rancoeur, jalousie, raison du plus fort, heureusement quelques personnes bienveillantes réussissent à maintenir un équilibre bien fragile. Unité d'action, de temps et de lieu, la canicule qui fait bouillir les sentiments, Jane Harper tient bon son lecteur.
Du passé au présent, c'est l'histoire d'une petite ville sans espoir d'avenir, refermée sur elle-même qui devient le théâtre de ce polar étouffant.
Un très bon voyage au pays des kangourous et des opossums. « Canicule » est en cours d'adaptation pour le cinéma, avec David Fincher (voeu pieux) aux commandes, cela pourrait faire un sacré bon film.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
belette2911
17 mars 2017
"Canicule"… le genre de mot qui me donne envie de me lâcher et de faire des rimes peu catholiques, je vous le dis !
Le bush australien… Nom de Zeus, j'avais pourtant juré que je n'y remettrais plus les pieds car trop dangereux. Et j'y suis retournée…
Niveau page turner, ça le fait, car une fois entamé, je n'avais qu'une envie : arriver à la fin pour savoir ce qui avait bien pu se passer dans la ferme de Luke Hadler !
Imaginez la scène : vous êtes un livreur, vous finissez votre tournée par une livraison chez les Hadler et bardaf, vous finissez par vomir dans le bas-côté après avoir vu la corps de la maîtresse maison gisant dans une marre de sang, les mouches bourdonnantes autour de son corps froid, malgré les 40° à l'ombre.
Au premier, Billy, le gamin, mort lui aussi… Et le père ? Suicidé dans son pick-up d'une balle dans la bouche. Affaire simple et affaire classée ?? Pas si simple car pour les parents de Luke, admettre que leur fils a massacré sa famille n'est pas évident à avaler.
S'il y a une chose que j'ai adoré dans ce roman, c'est la description de tout ce qui fait la ruralité ainsi que la mentalité des gens qui vivent depuis des lustres à Kiewarra, trou paumé où règne une sécheresse canon depuis plus de deux ans.
Pas une seule goutte de pluie depuis 24 mois ! Les cultures crèvent, les bêtes aussi, les gens sont à sec, les fermiers n'ayant plus d'argent ne font plus tourner les commerces qui crèvent à leur tour… Un cercle vicieux qui est dépeint avec une exactitude qui fait fi des fioritures.
Le bush est sec, l'écriture aussi, elle ne s'embarrasse pas de chichis et le scénario est aussi précis qu'une opération chirurgicale. le tout étant réaliste, que ce soit les personnages, leur comportement débile, les dialogues et je tire mon chapeau à la scène d'introduction ! Magnifique, si j'ose dire, vu le sujet traité et décrit.
Pas le temps de savourer une bière au pub, les gars, car personne ne vous laissera la boire en paix !
Notre pauvre Aaron Falk, flic à Melbourne et revenu pour les obsèques de Luke, son pote d'enfance, traine derrière lui des ragots, de la médisance et de la suspicion : on l'accuse d'être le responsable de la mort de Ellie Deacon, survenue il y a 20 ans.
Et tout le monde le pense responsable et si ce n'est pas lui, alors c'est son père !
Tout est dépeint avec justesse et réalisme, dans ce roman : l'esprit de clocher, les petits esprits étriqués, les gens qui complotent dans votre dos, vos amis qui vous tournent le dos dès que la suspicion s'installe, le père de la fille qui monte tout le monde contre vous car il règne en maître, tel un seigneur sur ces terres ingrates où tous les fermiers lui doivent quelque chose.
Deux enquêtes : une contemporaine avec Luke qui aurait massacré sa famille avant de se suicider et le mystère de la mort d'Ellie, retrouvée noyée il y a 20 ans, dont Aaron voudrait bien laver son nom et celui de son père, eux qui ont dû fuir cette petite ville où tout le monde leur était devenu hostile.
Des flash-back afin de tout nous expliquer, mais petit à petit, sans brûler les étapes, car tout ce pays pourrait bien s'embraser, au propre comme au figuré.
Des personnages attachants, tels Aaron Falk et le policier Raco, qui enquêtent tout les deux, et ce n'est pas facile lorsque la populace vous est hostile; Gretchen, une ancienne amie d'Aaron, la seule qui ne lui soit pas hostile, le directeur d'école, un type qui n'accable par Aaron et qui lui tend la main.
Des personnages mystérieux tels Luke Hadler qui n'aimait que lui, ou carrément salopard, tel Mal Deacon, le père d'Ellie et son neveu, Don.
Des fausses pistes, des nuits blanches, des heures passées sous la chaleur accablante du soleil… du suspense savamment dosé, des mystères, des coups tordus, bref, un putain de roman qu'on dévore à toute berzingue tant on veut savoir si oui ou non Luke est coupable et si non, qui a fait ça alors ?
Un roman noir rural mené de main de maître, où rien n'est laissé au hasard. Un roman noir où règne une chaleur oppressante et une population aussi.
Des gens qui, telle une meute assoiffée de sang, regardent ce pauvre Aaron Falk mener son enquête en n'attendant qu'une chose : qu'il trébuche pour se ruer dessus et sonner l'hallali.
Un excellent roman qui m'a fait passer quelques heures angoissantes à cause de son suspense et de son réalisme.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          183
gruz
11 février 2017
Canicule est le premier roman d'une auteure australienne qu'il va falloir suivre de près.
Alors que premier roman est parfois synonyme de tâtonnement, la maîtrise affichée par Jane Harper est bluffante. Elle domine son sujet et contrôle les éléments, soufflant sur les braises quand il le faut.
La construction du récit est irréprochable, le style est prenant, les personnages sont criants de réalisme, les dialogues bien sentis, les surprises bien dosées. A l'image de la scène d'introduction, admirable.
L'intrigue se déroule au sein d'une petite communauté rurale australienne où le soleil de plomb a asséché autant les sols que les âmes, et où une horrible tuerie familiale fait ressurgir les démons du passé.
Aucun excès dans la manière de décrire cet environnement aride et acide, on sent que l'auteure connaît cette partie de son pays, loin de toute description en carton pâte. C'est une des premières qualités du roman.
Ne vous attendez pas à un thriller échevelé, Jane Harper construit son intrigue en contenant la combustion jusqu'au bord de l'embrasement, avant un final tout aussi surprenant que touchant.
Plonger dans Canicule est un dépaysement garanti, côtoyant l'habitant et découvrant ce qui fait les racines (du mal) de cette collectivité.
Comment ne pas se sentir touché par ces événements et les protagonistes qui y (sur)vivent ? Canicule m'a pris aux tripes, m'a passionné de bout en bout.
La manière dont l'auteure a insinué le passé dans un présent douloureux, instillant le doute de manière fort intelligente, est un modèle du genre.
Rien de bien novateur sans doute, mais Jane Harper prouve qu'on peut faire du thriller avec sensibilité, en créant des personnages qui sonnent juste. Mon enthousiasme n'est pas près de s'éteindre pour cette Canicule qui est vraiment une belle réussite.
En résumé, une histoire prenante et une belle immersion dans la chaleur torride australienne. A suivre, vous dis-je !
Lien : https://gruznamur.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
-Olivier-
14 janvier 2017
L'enquêteur de la police fédérale, Aaron Falk, revient pour la première fois en vingt ans à Kiewarra, pour les funérailles de son meilleur ami de jeunesse. Ce dernier, Luke Hadler, a tué sa femme et son fils et a ensuite retourné l'arme contre lui. Pourtant, Aaron n'a pas l'intention de rester plus longtemps que les quelques heures nécessaires dans cette ville où il sait ne pas être le bienvenu.
Kiewarra n'a pas beaucoup changé au cours des années. La sécheresse est intense, les agriculteurs sont inquiets et la ville semble mourir peu à peu. Après une tragédie choquante vingt ans auparavant, Falk a été forcé de fuir la région avec son père mais il est évident que les habitants n'ont pas oublié …
Aux funérailles, les parents de Luke prient néanmoins Aaron de faire la lumière sur cette tragédie.
Avec l'aide de l'officier de police local, le sergent Greg Raco, et malgré les menaces et actes d'intimidation qui pèsent sur lui, il commence à enquêter, faisant ressurgir des secrets du passé, et découvrant ainsi que l'accusation de meurtre et de suicide à l'encontre de Luke a peut-être été décidée trop rapidement.
***
Dans cette histoire, Jane Harper mélange habilement deux tragédies, celle du passé dont est accusé Aaron Falk, et celle du présent qui concerne la famille de Luke Hadler, sans que le lecteur ait la moindre difficulté à discerner l'une par rapport à l'autre. Les flash-backs en italique sont faciles à suivre et mettent lentement mais habilement toute l'histoire et le passé en perspective.
Tout aussi intéressante est la description de l'atmosphère de la ville, victime de la sécheresse qui sévit depuis des mois. La déprime liée à cette canicule touche tous les habitants. C'en est presque palpable.
La psychologie des personnages est recherchée. Aaron Falk, le personnage principal, est fascinant, humain, courageux, à peu près aussi confus que les autres, avec des faiblesses et des incertitudes.
Jane Harper prend plaisir à jouer avec nos sentiments. Elle nous fait aimer un personnage et détester un autre, orientant à dessein notre jugement, jugement ensuite remis en question, malmené par les nombreux rebondissements.
Canicule est un formidable premier roman qui a suscité mon intérêt du début à la fin, un roman d'atmosphère, de mystère et de suspense, que je classerais bien aussi dans la catégorie rurale noire, à dévorer sans modération.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Gaoulette
30 mars 2017
Bienvenu en dans les terres arides d'Australie.
Une enquête officieuse est menée par Falk après l'assassinat de la famille de son meilleur ami Luke (dont il est le seul suspect). Aaron revient dans sa ville d'enfance où il n'a pas laissé que des bons souvenirs.
Voici un bon polar australien. Pas de suspens au niveau des personnages, du pur polar. Une enquête, des indices et retrouver le coupable au milieu de la cambrousse d'Australie où il ne fait pas si bon vivre.
J'ai lu Canicule dans le cadre d'un challenge Babelio et je ne savais pas à quoi m'attendre. Je suis plus thriller psychologique que polar. J'aime être surprise ou être tenue en haleine. J'aime avoir des frissons et être prise d'empathie pour l'enquêteur voir parfois le meurtrier. Dans Canicule, nous sommes dans la tête d'Aaron Falk, qui n'a pas confiance en lui et du coup rend le polar monotone. Il même son enquête sans prise de risque et vraiment nous avons un peu d'action qu'à la fin et encore.
Des personnages qui apparaissent, disparaissent, se font remarquer pour au final on ne s'attache à personne. Même celui qui fait peur ne donne pas la trouille. Un village où tout le monde parle sur tout le monde mais qui n'est pas assez exploité. Et un fantôme du passé qui attend d'être libéré mais qui fait un flop complet.
Vous l'aurez compris je n'ai été conquise par l'histoire en elle-même. Je trouvais l'intrigue au départ intéressante mais le résultat ne m'a pas conquise. Une histoire fluide, une ambiance bien réaliste on s'y croit dans le fin fond d'Australie mais du coup on est tellement plongé quand j'en suis ressortie sans plus. Pas de frissons, juste une histoire que j'ai vu défiler devant moi. D'ailleurs s'il fallait noter l'ambiance, j'aurais été plus que positive mais je dois plus me pencher sur le polar.
L'auteure nous offre deux trames que je trouve on fait un petit flop quand elles se sont rejointes et je suis restée perplexe. Et puis je vais être honnête le personnage principal je l'ai trouvé mou au possible. Après ma lecture j'en avais oublié son nom.
Dommage pour un premier essai. Ambiance bien décrite mais personnages et histoires qui font un mauvais mélange pour moi.
Note : 1,5/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
Citations & extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
mymy37mymy3717 février 2017
Falk s'adossa au mur et rejeta la tête en arrière. Les briques avait emmagasiné la chaleur de la journée. Il était exténué. Ses yeux le picotèrent quand il les ferma.
- on se retrouve donc avec un certain Jamie Sullivan qui prétend être un grand pote de Luke mais qui nous ment sur l'endroit où il se trouvait au moment du crime et qui apparaît sur les images d'une caméra de surveillance en train de traverser furtivement la ville 1h avant que son ami ne se prenne une balle dans la tête résuma Raco. Et puis nous avons un certain Don Grant qui avoue qu'il ne pouvait pas sentir Luke mais qui jouit d'un alibi en béton alors que dans le même temps ou trouve sur un bout de papier son prénom écrit de la main d'une femme assassinée.
Falk ouvrir un œil et dévisagea Raco.
- et n'oublie pas le chauffeur de ce mystérieux Pick up Blanc qui pourrait ou non avoir vu Luke Hadler venant à vélo de la rivière il y a 20 ans de ça ajouta-t-il
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BazartBazart25 février 2017
"Ici, il n’est pas tombé une goutte de flotte depuis une éternité. Ça fini par rendre tout le monde dingue. »
Commenter  J’apprécie          160
belette2911belette291112 mars 2017
Falk crut suffoquer. Il entendit son collègue pousser un long et profond gémissement. L’arme était mille fois plus dangereuse qu’un flingue.Un briquet…
Commenter  J’apprécie          110
PenelopePenelope16 février 2017
Certes, il avait pour habitude de tenir les gens à distance, de se faire des connaissances plutôt que des amis. Mais cela valait beaucoup mieux que de voir à nouveau l'un d'eux flotter à la surface d'une rivière, boursouflé, les membres brisés, à un jet de pierre de sa propre maison. Et oui, il devait supporter les déplacements quotidiens pour se rendre au travail, les journées passées sous les néons du bureau, mais au moins sa vie n'était pas suspendue à la menace d'un événement climatique exceptionnel. Au moins n'était-il pas réduit à l’angoisse et au désespoir par ces ciels perpétuellement vides, au point que le trou noir d'un canon de fusil pouvait apparaître comme l'unique solution.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MarionladoryMarionladory10 janvier 2017
La mort modifie rarement les sentiments que l'on éprouve pour quelqu'un. Et quand c'est le cas, la plupart du temps, elle ne fait que les renforcer.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Jane Harper (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jane Harper
Après avoir exercé le journalisme pendant plusieurs années, l'Australienne Jane Harper vient de publier son premier roman, Canicule, disponible en France chez Kero. Elle nous en dit plus sur ce thriller brûlant au sein d'une petite communauté en proie à une sécheresse sans précédent.
En savoir plus sur "Canicule" : http://www.myboox.fr/livre/canicule-9782366582628
autres livres classés : australieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1032 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre