AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253109198
346 pages
Le Livre de Poche (09/11/2005)
4.02/5   25 notes
Résumé :
« Il en est du véritable amour comme de l'apparition des esprits : tout le monde en parle, mais peu de gens en ont vu. » C'est à cette formule de La Rochefoucauld que ces deux romans - à moins qu'il ne s'agisse d'un seul roman en deux volets - empruntent leur titre.
La romancière d'Orlanda (prix Médicis 1996) et de La Dormition des amants, y met en scène une toute jeune fille, Catherine, et l'amitié singulière qu'elle noue avec un quadragénaire ami de ses par... >Voir plus
Que lire après L'Apparition des esprits - Le Véritable amourVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Catherine, une adolescente renfermée dont les parents vivent dans leur monde bien à eux, est proche d'Alker, l'ami de ses parents. Cet homme de 40 ans représente tout pour elle: un ami, un confident, un mentor,...
Petit à petit l'amour et le désir commencent à poindre le bout de leur nez. Seulement Alker n'accepte pas de s'attacher à "une petite fille" même quand la petite fille approche de la vingtaine.
Catherine, de son côté s'accroche tout en expérimentant la séduction, les relations sexuelles avec d'autres hommes.
Mais Alker reste présent tâchant de ne pas craquer mais les sentiments ont leurs moyens de se faire entendre...

Ces deux romans écrits avec pas mal d'années d'écart, s'imbriquent parfaitement. On dirait plus deux parties d'un même roman.

Dans le Bruxelles d'après-guerre, Catherine est une jeune fille fort isolée. Des parents toujours surpris d'avoir une fille, pas d'amis, quelques relations amoureuses peu satisfaisantes, ... Tout lui paraît fade, creux, sans sens.
Tout sauf ses sentiment envers Alker qui fait tout pour la maintenir à distance tout en faisant partie de sa vie.
Ça ne pouvait que déraper.

Bon les deux personnages principaux font des erreurs, prennent de mauvaises décisions, blessent quelques personnes au passage, pour finir par enfin s'abandonner à leurs sentiments.

On peut comprendre les réticences d'Alker même s'il fait preuve de lâcheté et d'hypocrisie à certains moments.
Quand Catherine avait 15 ans, je comprends qu'il ait lutté contre son désir mais quand elle en avait 20, 22, ... Alker a toujours l'impression que ses sentiments sont malsains.
Catherine devra lutter contre ses a-priori.

Un roman bien écrit presque poétique où l'amour, les transgressions, l'intimité, la famille, ... ont une importance primordiale.
Un roman où deux êtres un peu perdus se trouvent enfin.
Commenter  J’apprécie          70
L'épigraphe nous indique le sens à donner aux titres et au contenu des deux romans, le second étant la suite directe du premier : « Il en est du véritable amour comme de l'apparition des esprits : tout le monde en parle, mais peu de gens en ont vu. » La Rochefoucauld. 

Une histoire d'amour donc ! Celle de Catherine, une jeune fille de bonne famille, qui s'éprend d'un homme beaucoup plus âgé qu'elle. Dès ses premiers écrits, on peut dire que Harpman faisait une fixette sur le complexe d'Oedipe, elle qui plus tard est devenue psychanalyste.

Je ne suis pas certaine qu'on raconterait cette histoire de la même manière aujourd'hui, mais j'ai beaucoup aimé ces deux romans, qui se lisent comme un seul. D'abord pour le ton doux-amer de la narratrice, qui ne manque pas d'humour. À ses débuts, l'écriture de Harpman était très influencée par la littérature classique française. L'ambiance des années 50-60 et les jeux de séduction évoquent également le cinéma de la nouvelle vague. Des atermoiements amoureux à la « je t'aime moi non plus » dans un style suranné et délicieux.
Commenter  J’apprécie          70
Deux romans écrits, d'une écriture souple et agréable, à 40 ans d'intervalle et qui s'emboitent parfaitement. Dans le premier, écrit en 1960, Catherine est la fille unique de parents peu aimants et elle vit son premier amour à 20 ans avec Julien, un étudiant de son âge. Amour tendre, passionné mais qui s'étiole lentement. Catherine a comme ami et confident Alker, une relation de ses parents. C'est un quadragénaire cultivé et séduisant. Peu à peu, ils se rapprochent et s'attirent. Alker pense à la différence d'âge... et les choses en restent là.
Dans le deuxième roman, Catherine essaie d'oublier et se marie avec Lucas, un mari intelligent et compréhensif. Rien n'y fait. Malgré les réticences d'Alker, Catherine s'obstine car pour elle il est le véritable amour "dont tout le monde parle mais que peu de gens ont vu".
Commenter  J’apprécie          10
Catherine, jeune étudiante, habite encore chez ses parents, de quarante ans plus âgés qu'elle. Elle est comme on disait à l'époque une fille à marier et devrait rencontrer un homme de bonne famille.
Le roman des premiers amours, des premiers ébats sexuels, le tout bien raconté par Catherine, l'actrice principale.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Il parut déconcerté. Mais il tenait à la conversation. Il me regarda attentivement, comme s'il cherchait l'inspiration sur moi.
-Ton chemisier n'est guère joli, dit-il brusquement. Décidément le silence était encore plus sage. Il se retourna, marcha vers la fenêtre. Je n'avais qu'à glisser mes orteils dans mes ballerines qui traînaient tout près de moi, sur le tapis.
Commenter  J’apprécie          60
La blessure était donc toujours là, malgré les années, malgré ce qui avait paru la cicatriser ? Portons-nous donc ainsi notre passé, tapi derrière des portes dont nous croyions avoir perdu la clé, intact, monstre ricanant dans les profondeurs, prêt à ressurgir, féroce, inassouvi, cannibale ?
Commenter  J’apprécie          60
Dehors, le soleil brillait, des enfants criaient en jouant, de temps en temps une voiture passait. Et nous, derrière les rideaux tirés, nous n'avions rien à faire. Alker avait ôté sa cravate et défait les premiers boutons de sa chemise, j'étais pieds nus sur le tapis. Cela devait suffire pour créer l'illusion.
Commenter  J’apprécie          20

Je coupais des robes avec Antoinette. Nous barbotions dans la f¦éminité: les toiles roses et noires, les lourdes soies blanches avaient envahi la lingerie. Antoinette rodait, parmi le d¨¦ploiement inerte des couleurs, un coup de pied né¦gligent repoussait du noir, un orteil nu attirait.
Commenter  J’apprécie          10
Mais c’est l’éternelle question : pourquoi lui, pourquoi elle ? … murmura-t-il. Je me la suis souvent posée. On aime parce qu’on a peur tout seul. Il parlait très doucement, avec de la tristesse dans la voix. Je le regardais : la mélancolie seyait à ce visage marqué par l’ironie et le scepticisme. Tu ne dois pas leur en vouloir, ma petite fille, nous cherchons tous un opium et nous l’appelons le bonheur. Le malheur surprend toujours. Ils ne s’aiment peut-être que parce qu’ils ne se sont jamais demandé pourquoi. La recette a du bon.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jacqueline Harpman (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacqueline Harpman
Lectomaton, extrait de "La plage d'Ostende", de Jacqueline Harpman, lecture par une étudiante IESSID, bibliothécaire documentaliste.
autres livres classés : relations amoureusesVoir plus


Lecteurs (68) Voir plus



Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
5258 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *}