AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782930351056
63 pages
Éditeur : Le Grand Miroir (11/10/2001)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Combien de temps dure un instant ? Jacqueline Harpman nous relate avec fidélité une étrange rencontre qu’elle fit à la veille de ses soixante-dix ans, entre une heure moins dix et une heure moins dix. Faut-il la croire ? On l’y accuse d’être menteuse : le romancier est-il autre chose qu’un mythomane qui réussit son coup ?
Jacqueline Harpman imagine ici un tête-à-tête drôle et profond avec une mystérieuse vieille femme.

Source : Le Grand Miroir
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
argali
  28 avril 2019
Attendant la venue de ses enfants, une auteure rédige à l'ombre sur sa terrasse. Arrive une dame importune qui entrave son travail et dialogue avec elle. Commence alors un échange musclé, véritable réquisitoire contre la romancière.
On comprend assez vite qu'il s'agit de son double, un double décalé qui va révéler la narratrice dans ses plus intimes secrets. Cette dame a dix ans de plus qu'elle, elle est au bord de la mort et comme elle le dit « déjà attachée à tout un appareillage, des appareaux, pour ne pas mourir tout de suite ». Entre les deux femmes va s'installer un dialogue impertinent où la visiteuse tente de déstabiliser la romancière. Celle-ci, toujours trop polie, tout en retenue, autant dans sa vie que dans son écriture, tente de se défendre.
Dès le début de ce très court roman, j'ai pensé aux « Catilinaires » d'Amélie Nothomb. La narratrice y fait d'ailleurs référence (p.26) établissant un rapprochement entre sa situation et celle décrite par Nothomb.
Jacqueline Harpman nous propose ici une sorte de récit psychologique où elle réfléchit sur la prétention de l'écrivain, la futilité de l'écriture et l'immodestie qui consiste à croire que ses pensées et ses idées peuvent avoir de l'intérêt pour autrui. Ce roman testament, paru en 2001, permet aussi à la romancière d'interroger son rapport à la langue, au style, à la phrase qu'elle voulait parfaite.
Humour et auto-dérision sont bien présents ici dans ce beau texte dont la morale pourrait être : le plus important est-il d'accomplir de grandes choses dans la vie ou d'être satisfait de celle-ci ?
Cette première lecture que je fais de Jacqueline Harpman me donne envie d'en découvrir davantage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
cathe
  21 septembre 2015
La narratrice est assise sur un banc de son jardin. A soixante-dix ans, elle fait un bilan plutôt positif de sa vie, de son métier d'écrivain, de sa vie de famille. Quand tout à coup lui apparaît une très vieille femme qui semble tout connaître d'elle. Ses petites faiblesses, les facilités d'écriture qu'elle s'octroie, les traits de son caractère qu'elle a toujours cachés,…
Bien sûr cette vieille femme n'est qu'un miroir dans lequel la narratrice voit une image d'elle-même qu'elle n'accepte pas totalement. Mais n'est-ce pas le moment de faire un vrai bilan, de ne plus accepter les faux-semblants ?
Un très beau petit livre à propos du retour sur soi pendant la dernière partie de sa vie.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
MorgouilleMorgouille   14 juin 2009
- Ou bien on donne à connaître son extrême originalité : Je ne supporte pas le nylon. Il est dur de consentir qu’on ait l’esprit fait comme tout le monde : l’étrange est que l’on parle de son estomac ou de son urticaire pour décrire son âme. Personne ne dit : Je suis malade d’envie ou de jalousie dix fois par jour, cela me gâte le teint que j’avais si joli à dix ans – mais : Ma générosité me perdra, je ne tiens jamais compte de moi-même, c’est un véritable handicap. Nous vivons entourés d’êtres exquis aux prises avec leurs sentiments délicats et tentons de nous conformer à de si beaux modèles. On ne nomme pas volontiers ce que l’on n’aime pas en soi, même à soi, dans le secret de cet éternel bavardage qui nous mange le dedans, on espère toujours, si l’on n’y pense pas, que cela disparaisse. J’avais un défaut, je le sais bien, je crois que je l’ai rangé dans le tiroir du fond, à droite, mais qu’était-ce donc ? c’est bien étrange : voilà qu’il n’y a plus de tiroir ! Vous avez, comme tout le monde, passé le début de votre vie à vous construire de travers, puis travaillé quarante ans à dominer vos imperfections qui étaient plus vigoureuses que vos bonnes intentions. Et vous comptez bien arriver à la vieillesse en vous trouvant à votre goût.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MorgouilleMorgouille   14 juin 2009
Tout à coup je voyais au loin scintiller quelques mots, j’étais comme un enfant qui pleure son jouet, on lui en montre un autre et il se précipite, un verbe et un adjectif s’entrevoient, se sourient, se rapprochent tendrement, ils cherchent le substantif qui peut les réunir, ils se tâtent, hésitent, changent de place et puis s’accordent, les voilà légers qui dansent, s’entrelacent en formant les figures les plus exquisément complexes et j’étais de nouveau emportée par le flot jusqu’au prochain désespoir. Les mots font l’amour ensemble, ils engendrent des phrases, des paragraphes, des livres. Evidemment, il y a les temps de chasteté, quand la peur du péché l’emporte sur la jouissance et que l’on a la plume sèche, ovaires épuisés, testicules morts, tête en déshérence, les montres fatigués se reposent et construisent en silence leurs futurs crimes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MorgouilleMorgouille   14 juin 2009
- Vous savez pourtant que…
J’eus des oreilles pour ne point entendre.
- Que…
J’ai une plume pour ne point écrire.
- Et que…
Ma mémoire n’enregistre rien.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Jacqueline Harpman (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacqueline Harpman
Conférence de Jacqueline Harpman Jacqueline Harpman parle de "Thérèse Desqueyroux, c'est moi", "Je, il, elle, qui parle de qui ?" et "Sur la création littéraire" . Extraits de la Chaire de Poétique de Louvain-la-Neuve, 1992. Produit par les Archives & Musée de la Littérature, 2017. Catalogue AML : http://www.aml-cfwb.be/catalogues/gen...
autres livres classés : Rêve éveilléVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La IIe Guerre Mondiale en 20 questions!

Quelles étaient les initiales complètes du Parti nazi ?

le NZ
le NSDAP
le NDAP
le NZDAP

20 questions
31 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre mondialeCréer un quiz sur ce livre